Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
--- Le forum est en libre participation pour les non-inscrits ---

Derniers sujets


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Guerre en Syrie [sujet unique]

Achim
Achim
VIP
VIP

Nombre de messages : 5159

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Achim le Mer 28 Aoû - 2:02

Oh, mais le gouvernement adopte la méthode sarkoziste qui a porté ses fruits ; les nouvelles tombent en continu afin d'éclipser les précédentes, et l'oubli fait le reste.
drunken
Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Mer 28 Aoû - 13:14

Contre le scénario du pire en Syrie
 
Depuis de longs mois, nous assistons aux balais des chiffres de victimes. Les images insoutenables fournies par le régime syrien comme par ceux que les médias occidentaux appellent les « rebelles », et diffusées en continu, attestent de l’horreur d’un côté comme de l’autre. Une chose est sûre : aujourd’hui Homs, joyau de la Syrie, est défigurée par cette guerre civile. Une chose est sûre : des centaines de milliers de familles ont quitté le théâtre des combats pour ne pas payer de leur vie cette lutte pour le pouvoir. Car oui. Il s’agit bien d’un combat pour le pouvoir.  
 
Beaucoup en France semblent oublier que pour mener une guerre, il faut être deux. Arrêtons ce manichéisme de superproduction hollywoodienne par lequel les Américains voudraient nous endormir. Il a toujours été de l’honneur de la France que de refuser de faire parler les armes sans justification. Alors aujourd’hui je pose la question à laquelle personne ne semble pouvoir ou vouloir donner de réponse : où sont les preuves ?  
 
Le recours à des armes chimiques est bien évidement insupportable. Mais est-on si certain de savoir qui les utilise ? Nous devons en avoir la certitude si nous nous arrogeons le droit d’ajouter aux guérillas urbaines le fracas des bombes « chirurgicales ». Les conclusions des enquêteurs de l'ONU officialisées au mois de mai par Carla del Ponte ont révélé que l'opposition syrienne avait utilisé des armes chimiques à Khan Al-Aassal. Pourtant nos médias comme notre gouvernement n'en tiennent compte à aucun moment et la France part du principe que seul le gouvernement de Bachar el-Assad est susceptible d'utiliser de telles armes...

Tout récemment la Russie a apporté les images satellites semblant prouver que les deux engins chimiques ont été tirés de la région de Douma qui est contrôlée par l'opposition. Là encore, aucun commentaire de Laurent Fabius. Enfin la concomitance de cette attaque chimique avec l'arrivée des enquêteurs de l'ONU interroge. On imagine mal le régime en place perpétrer une telle folie contre son peuple au moment même où l'ONU arrive pour évaluer la situation. Tous ces éléments doivent nous imposer à la plus grande prudence. L’ingérence dans une guerre civile ne supporte aucun doute raisonnable.  
 
Dès que les premières bombes françaises toucheront le sol syrien, nous deviendrons les alliés objectifs de ceux qui convoitent le pouvoir de Bachar el-Assad. Nous serons alors les co-responsables des actes à venir et les garants moraux des futurs maîtres de Damas. L’exemple encore frais de la Libye devrait nous garder de tout angélisme. A-t-on déjà oublié que l’intervention franco-anglaise a certes permis d’en finir avec le tyran Kadhafi mais elle a aussi installé au pouvoir des islamistes loin d’être modérés. Qui sont ces prétendus rebelles syriens ? Pourquoi les pétromonarchies du golfe persique participent activement à la déstabilisation du pays ? Ceux qu’on dit victimes aujourd’hui ne seront-ils pas demain pire que le prétendu bourreau d’aujourd’hui ? Est-on conscient qu’un effondrement du régime syrien provoquerait un massacre des minorités dont les 12% de chrétiens locaux ?  
 
En vérité on ne sait rien de ceux qui prétendent déboulonner le régime d’Assad et un jour prendre le pouvoir. L’opposition est protéiforme, et au fil des mois, il semble bien que ce soient les éléments les plus radicaux qui aient pris l’ascendant. En revanche une chose est certaine. Il n’est pas nécessaire d’être spécialiste géopolitique pour comprendre qu’une intervention ferait passer toute la région du désordre au chaos. Avec la Lybie nous avons mis le doigt dans un engrenage incontrôlable. Avec la Syrie nous serons pris jusqu’au cou. La nébuleuse terroriste, dont Al-Qaïda, qui menace les intérêts occidentaux, risque de bénéficier d’une tête de pont pour des attentats sur notre sol. Les éléments les plus radicaux n’attendent que ça. Intervenir ce serait tomber encore un peu plus dans leur piège. Depuis l’Irak on sait qu’il est impossible de stabiliser un tel pays par la force, même avec la présence pendant des années de centaines de milliers de soldats.  
 
Le scénario du pire semble écrit d’avance si aucune voix raisonnable ne trouve d’autre issue. C’est pourquoi le monde attend de la France qu’elle joue son rôle et fasse entendre sa voix. Non pas la voix de son maître mais celle de l’indépendance et de la raison. Au moment de l’intervention en Irak, chacun se souvient de la fierté d’être Français quand Jacques Chirac et Dominique de Villepin ont opposé à nos amis américains le « Non » d’un sage et vieux pays.

A l’époque Colin Powell avait tendu une fiole d’anthrax iraquien au Conseil de sécurité de l’ONU pour justifier de l’usage de la force. Nul n’a oublié ces images saisissantes qui semblaient être autant de preuves accablantes pour Saddam Hussein. On sait maintenant que tout ça n’était que du cinéma. Aujourd’hui les Américains ne semblent même pas vouloir se donner la peine de ce simulacre de procès international. Pourquoi le feraient-ils puisque la France est couchée ?  
 
Or la France n’est la France que lorsqu’elle est debout face à l’Histoire et aux événements. Entre la Russie, soutien indéfectible du régime de Bachar el-Assad, et les Etats-Unis influencés par les pétromonarchies voisines, la France doit se faire entendre. Le lien historique particulier qui nous unit à la Syrie nous impose de ne pas abandonner ce peuple ami. La fermeture de notre ambassade à Damas en mars 2012 fut une erreur tactique doublée d’une trahison pour nos amis syriens.  

Ne reproduisons pas cette erreur. C’est à la France qu’incombe le devoir de montrer un autre chemin.  

Aujourd’hui comme député de la nation et membre de la Commission des Affaires étrangères, je veux voir la France tenir sa place au Conseil de Sécurité de l’ONU. Je veux voir Laurent Fabius y faire entendre notre voix et non pas ânonner les poncifs de Washington dans nos médias. Je veux voir la France être la France, tout simplement.  
 
Si demain nous intervenons en vassal dans une coalition emmenée par les Etats-Unis, c’est notre place dans le concert des nations qui sera durablement discréditée. Je refuse, sans preuves, d’abimer ce que plus de 50 ans de politique étrangère indépendante depuis Charles de Gaulle nous ont permis de construire. Ce serait nous trahir nous-mêmes. Ce serait devenir complices de ceux qui espèrent le chaos.  
 
Nicolas Dupont-Aignan  
Député de l’Essonne  
L'Assemblée nationale ne doit pas attendre le 4 septembre pour se réunir en session extraordinaire. Laurent Fabius doit répondre à des questions urgentes devant la représentation nationale : où sont les preuves irréfutables ? Pourquoi allons-nous porter au pouvoir en Syrie ceux que nous avons combattus au Mali ? Est-ce un renvoi d'ascenseur à certaines pétromonarchies du Golfe ? Comment espère-ton pacifier la Syrie alors que les Américains n'ont même pas réussi à le faire en Irak avec des centaines de milliers d'hommes ?

Aussi longtemps que le pouvoir socialiste n'aura pas répondu à ces questions, ma position restera inflexible : Non à la guerre en Syrie ! Et je ne doute pas qu'elle est partagée par une majorité des Français.

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne


Dernière édition par Schattenjägger le Mer 28 Aoû - 15:40, édité 1 fois
Achim
Achim
VIP
VIP

Nombre de messages : 5159

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Achim le Mer 28 Aoû - 15:06

On peut dire ce qu'on veut de Dupont-Aignan, mais en ce moment de confusion, sa pensée ma paraît très saine ; puisse notre gouvernement recouvrer sa lucidité !
Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Mer 28 Aoû - 15:56

8H00. Les sites du New York Times et de Twitter ont été frappés dans la soirée de mardi et dans la nuit par des attaques visant leurs noms de domaine, revendiquées par l'«Armée électronique syrienne», un groupe soutenant le régime de Bachar al-Assad.

9H30. La Syrie crie à nouveau au complot. Le représentant de la Syrie à l’ONU accuse les rebelles d’avoir utilisé l’arme chimique pour provoquer une intervention militaire étrangère. «Beaucoup de données tendent à prouver l’innocence du gouvernement syrien qui fait l’objet d’une accusation fallacieuse», selon l’ambassadeur Bachar al-Jaafari, interviewé par la chaîne officielle syrienne Al-Ikhbariya, reprise mercredi par l’agence Sana.

Selon lui, ces données prouvent également que les «groupes armés ont utilisé des armes chimiques dans le but d’entraîner une intervention militaire étrangère et une agression contre la Syrie». Les Occidentaux et la Turquie «ont permis aux groupes terroristes de créer un laboratoire pour fabriquer des armes chimiques sur le territoire turc avec des matières fournies par la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar (...) et de faire entrer ces armes chimiques en Syrie pour les utiliser».

10H45. La Norvège ne veut pas y aller sans l'ONU. «Je suis profondément préoccupé par les signaux sur le recours à la puissance militaire sans que cela soit ancré à l’ONU», déclare le chef de la diplomatie norvégienne, Espen Barth Eide (photo Reuters), au site du journal Verdens Gang (VG). En l’absence d’un mandat de l’ONU, une participation de la Norvège, membre de l'Otan, à des frappes contre la Syrie est exclue, a-t-il dit.

15 HEURES. Les experts des Nations unies envoyés en Syrie ont besoin de quatre jours pour terminer leur travail sur place, selon le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, en conférence de presse à La Haye : «Laissez-les terminer leur travail en quatre jours. (...) Ensuite, les experts devront effectuer des analyses scientifiques, puis nous devrons faire un rapport au Conseil de sécurité afin qu’il prenne les actions qu’il juge nécessaires».
casseron
casseron
Ufologue de Terrain
Ufologue de Terrain

Nombre de messages : 9306

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par casseron le Mer 28 Aoû - 16:11

Tout ceci montre qu'il faut tuer de façon moderne. Le gaz sarin renvoie à de tristes souvenirs de la guerre 1914-1918.De nos jours, il faut assassiner avec l'uranium appauvri. C'est moderne et personne n'y trouve à redire.  A supposer que Bachar ait utilisé des gaz, c'est un imbécile qui n'a rien compris à la modernité.
Les pauvres innocents qui vont être punis comme l'a déclaré notre président par des héros pilotant des avions hors d'atteinte et des missiles de croisière devront être fiers d'être les victimes de pays des droits de l'homme et de civilisations avancées.
Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Mer 28 Aoû - 17:47

16H50. Le régime syrien menace à nouveau. «La Syrie (...) va surprendre les agresseurs comme elle les a surpris pendant la guerre (israélo-arabe) d’Octobre (1973) et sera le cimetière des agresseurs», déclare le Premier ministre, Waël al-Halqi, cité par la télévision d’Etat.

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Meqdad, accuse lui l’Occident d’avoir encouragé les rebelles à utiliser du gaz sarin à plusieurs reprises en Syrie. Parlant aux journalistes à la fin de son entretien à l’hôtel Four Seasons de Damas avec la responsable de l’ONU pour le désarmement Angela Kane, le ministre syrien a mis les Occidentaux en garde : «Les groupes terroristes (terme désignant les rebelles dans la terminologie officielle) ont fait usage de gaz sarin dans plusieurs points du pays (...), avec les encouragements américain, britannique et français.» «Il faut que cessent les encouragements de ces pays occidentaux, car en défendant ces terroristes et en adoptant leurs propos, ces groupes retourneront prochainement les armes chimiques contre les peuples d’Europe».

16H30. Les ambassadeurs des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité sont en discussion au siège de l’ONU à New York pour examiner le projet britannique de résolution sur la Syrie. Ces consultations à huis clos se tiennent entre les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine.
anoy
anoy
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 2713

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par anoy le Mer 28 Aoû - 18:09

Malgré notre nouveau Président ... comme avec son prédécesseur : NOUS  ALLONS SUIVRE LES USA COMME DE GENTILS TOUTOUS ..!
Comme on a déjà vu l'efficacité (nulle) en Afghanistan ..!
De plus ,nous sommes ensevelis sous la dette ... alors ça doit-etre gratuit ?!!
Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Mer 28 Aoû - 19:36

Syrie : "Les attaques chimiques sont un coup monté"

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Haytham-Manna

En exil depuis 35 ans, l’opposant Haytham Manna, responsable à l’étranger du Comité de Coordination nationale pour le changement démocratique (opposition syrienne non armée), s’oppose avec force à toute intervention étrangère contre son pays.

L’utilisation d’armes chimiques en Syrie pourrait amener les Occidentaux à "punir" le régime. Qu’en pensez-vous ?

HAYTHAM MANNA : Je suis totalement contre, tout comme la coordination que je dirige. Cela ne fera que renforcer le régime. Ensuite, une intervention risque d'attiser encore plus la violence, d'ajouter de la destruction à la destruction et de démanteler un peu plus la capacité de dialogue politique. Le régime est le premier responsable car il a choisi l’option militaro-sécuritaire. Mais comment peut-on parler de guerre contre le terrorisme et donner un coup de main à des extrémistes affiliés à Al Qaeda ?

Les Occidentaux choisissent la mauvaise option, selon vous ?

Depuis le début, c’est une succession d’erreurs politiques. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont poussé les parties à se radicaliser. Ils n’ont pas empêché le départ de djihadistes vers la Syrie et ont attendu très longtemps avant d’évoquer ce phénomène. Où est la démocratie dans tout ce projet qui vise la destruction de la Syrie ? Et pensez-vous que ce soit la morale qui les guide ? Lors du massacre d’Halabja [commis par les forces de Saddam Hussein en 1988], ils ont fermé les yeux. Je m’étonne aussi de voir que les victimes d’armes chimiques sont bien davantage prises en considération que les 100 000 morts qu’on a déjà dénombrés depuis le début du conflit.

Qui est responsable du dernier massacre à l’arme chimique ?

Je n’ai pas encore de certitude mais nos informations ne concordent pas avec celles du président Hollande. On parle de milliers de victimes, alors que nous disposons d’une liste de moins de 500 noms. On est donc dans la propagande, la guerre psychologique, et certainement pas dans la vérité. Ensuite, les armes chimiques utilisées étaient artisanales. Vous pensez vraiment que l’armée loyaliste, surmilitarisée, a besoin de cela ? Enfin, des vidéos et des photos ont été mises sur Internet avant le début des attaques. Or ce matériel sert de preuve pour les Américains !

Pensez-vous qu’une partie au conflit a voulu provoquer les Occidentaux à intervenir ?

C’est un coup monté. On sait que les armes chimiques ont déjà été utilisées par Al Qaeda. Or l’Armée syrienne libre et les groupes liés à Al Qaeda mènent en commun 80% de leurs opérations au nord. Il y a un mois, Ahmad Jarba [qui coordonne l’opposition armée] prétendait qu’il allait changer le rapport de forces sur le terrain. Or c’est l’inverse qui s’est produit, l’armée loyaliste a repris du terrain. Seule une intervention directe pourrait donc aider les rebelles à s’en sortir… Alors, attendons. Si c’est Al Qaeda le responsable, il faudra le dire haut et fort. Si c’est le régime, il faudra obtenir une résolution à l’ONU. Et ne pas laisser deux ou trois pays fédérer leurs amis, pas tous recommandables d’ailleurs.

Entre Occidentaux et Russes, quelle position vous semble la plus cohérente ?

Les Russes sont les plus cohérents car ils travaillent sérieusement pour les négociations de Genève 2 [sensées mettre autour d’une même table le régime et les opposants]. Les Américains ont triché. Deux ou trois fois, ils se sont retirés, au moment où s’opérait un rapprochement.


Une solution politique est-elle encore possible ?

Tout est possible mais cela dépendra surtout des Américains. Les Français se contentent de suivre. Une solution politique est la seule qui permettra de sauver la Syrie. Mais l’opposition armée ne parvient pas à se mettre d’accord sur une délégation.

Que deviendra Bachar al Assad?

Il ne va pas rester. Si les négociations aboutissent, elles mèneront de facto à un régime parlementaire. Si du moins on accepte de respecter le texte de base de Genève 2 qui est le meilleur texte, avec par-dessus un compromis international. Mais laissez-moi dire ceci : quand on parle de massacres des minorités, et que le président fait partie d’une minorité, comment peut-on lui demander de se retirer ou ne pas se retirer ? Aujourd’hui, la politique occidentale a renforcé sa position de défenseur de l’unité syrienne et des minorités. Cela dit, personne ne pourra revendiquer de victoire : la violence est devenue tellement aveugle qu’il faudrait vraiment un front élargi de l’opposition et du régime pour en venir à bout.

François Janne d’Othée
anoy
anoy
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 2713

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par anoy le Mer 28 Aoû - 20:03

Idem Irak ... version "révolution Arabe"...  bis repetita ........Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 879775
sergent garcia
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3658

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par sergent garcia le Mer 28 Aoû - 21:26

Les systèmes de missiles multifonctionnels sol-air Buk-M2E

 http://defensedz.forumactif.com/t346p40-armee-arabe-syrienne?highlight=arm%C3%A9e


...à se demander si c'est pas le MOSSAD qui a manipulé les "rebelles" en les faisant utiliser l'arme chimique..pour ensuite ouvrir la voie à l'oncle Sam..Tout le proche orient est un théatre de "marionnettes" depuis la guerre du Kipour.
Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Mer 28 Aoû - 21:36

Syrie : le Qatar derrière la livraison d’armes chimiques

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Qatar-300x200

Un nouveau rapport apporte un éclairage sur l’origine d’agents chimiques utilisés par les militants takfiri au cours d’une attaque qui s’est déroulée dans la province d’Alep au mois de mars. Ces armes chimiques ont été fournies par deux officiers qataris à travers la Turquie.

En effet selon le quotidien libanais al-Akhbar qui fait état de ce rapport, les officiers qataris Fahd Saeed al-Hajiri et Faleh Bin Khalid al-Tamimi étaient derrière le transfert de substances chimiques aux extrémistes anti-Syrie en passant par Ankara. Ces officiers ont été tués dans une explosion suspecte en Somalie en Mai dernier, selon ce rapport.

Les éléments rapportés par le quotidien libanais sont basés sur des informations reçues par les services de sécurité d’un pays de la région.Toujours selon le rapport, les détails du dossier ont été transmis au service de renseignement russe, le FSB. Il faudrait donc s’attendre à ce que Moscou use de nouvel élément pour tempérer l’ardeur des va-t-en-guerre occidentaux et pointer l’irresponsabilité de ces dirigeants à vouloir armer de tels individus.

Dans une tentative de camoufler l’affaire alors que la Russie demandait des explications à Ankara, le gouvernement turque annonçait la saisie de deux kilogrammes de sarin suite à l’arrestation de douze membres du groupe terroriste Al-Nosra, ajoute le rapport.

Avec tous ces éléments, les puissances occidentales continuent à clamer haut et fort que l’utilisation d’armes chimiques est le fait de Damas et François Hollande s’offre un séjour au Qatar pour renforcer les liens avec ce « partenaire » allié de terroristes.

Pour rappel, le 19 Mars plus de deux douzaines de personnes furent tuées et plusieurs autres blessées lorsque des combattants étrangers ont tiré des missiles contenant une substance chimique dans la de Khan al-Assal, au Nord-Ouest d’Alep.

Source : http://www.presstv.ir/detail/2013/06/23/310505/qatar-behind-syria-chemical-attack/
sergent garcia
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3658

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par sergent garcia le Mer 28 Aoû - 21:41

 ...et derrière le Qatar ?? Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 813302
Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Mer 28 Aoû - 21:49

Israël... Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 498822  Ce qu'ils veulent faire, c'est isoler l'Iran.
Macha
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Une guerre par an

Message par Macha le Mer 28 Aoû - 22:39

mercredi 28 août 2013, par Philippe Leymarie

En guise de « buts de guerre » en Syrie, MM. Obama, Cameron, Hollande ont répété ces derniers jours qu’il s’agissait de « punir » ceux qui ont gazé des innocents : du George W. Bush dans le texte. Est-ce faute de pouvoir se prévaloir de la légitimité internationale, en l’absence d’un accord au Conseil de sécurité des Nations unies ? La morale contre le droit, Kouchner et BHL aux anges, et tant pis pour la suite ?

Traduite en langage technique militaire, la « punition » risque d’être à géométrie variable. Washington a beau répéter qu’il ne s’agit pas de renverser le régime de Bachar Al-Assad — histoire sans doute d’amadouer ceux qui s’étaient sentis floués en 2011 par l’interprétation plus qu’extensive du mandat du Conseil de sécurité sur la Libye —, toutes les options « sur la table » y contribueront pourtant :

- En premier lieu, une campagne de frappes de missiles de croisière, présentée comme rapide et courte (quelques petits jours), qui pourrait être menée par les quatre destroyers, des sous-marins ou le porte-avions Harry Truman de l’US Navy, actuellement en Méditerranée ; par des bombardiers britanniques dépêchés récemment à Chypre ; ou par des Rafales français, depuis l’Hexagone (ou depuis le porte-avions Charles de Gaulle, si on lui laisse le temps d’arriver).

- Une infiltration, à partir des frontières jordanienne et turque, de commandos syriens formés dans ces pays par les Américains.

- Et comme annoncé par Paris, un renforcement de l’aide militaire aux rebelles, en volume mais aussi avec montée en gamme des armements qui leur sont fournis.

Objectif final...

Le quotidien russe Kommersant du 27 août, s’appuyant sur des avis d’experts, croit savoir que certains alliés européens, la Turquie et les monarchies du Golfe comme le Qatar et l’Arabie saoudite, poussent Washington vers un deuxième scénario, qui impliquerait une guerre aérienne plus longue et des bombardements plus intensifs. Un scénario qui ressemble davantage à la campagne libyenne de 2011, quand l’armée de l’air des pays de l’OTAN avait assuré un appui aérien aux rebelles opposés à Mouammar Kadhafi. Et l’objectif final de cette opération serait alors bien le renversement du régime d’Al-Assad, tout comme l’avait été celui de Kadhafi en Libye.

Il existerait, selon ce journal, un scénario intermédiaire. Durant un certain temps les Etats-Unis, avec leurs alliés européens, bombarderaient la Syrie afin d’affaiblir le potentiel militaire de Damas, avant de se retirer au second plan pour accomplir principalement des fonctions auxiliaires. Les pays de la région qui cherchent à renverser Al-Assad prendraient alors le relais, avec à leur tête la Turquie — la plus puissante armée de la région. L’armée de l’air turque pourrait assurer un appui aérien à l’opposition syrienne dans les zones clés du front grâce aux bases aériennes d’Incirlik, Konya, Malatya et Diyarbakir ; l’armée de terre pourrait également participer à certaines opérations. Dans une moindre mesure le même rôle pourrait être rempli par certaines forces d’élite des pays arabes qui font partie de la coalition anti-Assad, comme le Qatar, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

... pour aller on ne sait où

Le thème de la « punition » rappelle fortement le bombardement du palais de Kadhafi, et de quelques cibles à Tripoli en avril 1986, déjà par l’armée américaine. Ou encore certains raids israéliens sur tel objectif syrien. Mais le périmètre des cibles envisagées pour les frappes paraît cette fois bien plus large : batteries anti-aériennes, aéroports, dépôts, centres de commandement, casernements. Il ne manquera que la présidence, les ministères régaliens, les centrales électriques et les ports, et le ménage total aura été fait. Pour aller on ne sait où. Et au prix, sans doute :

- d’un embrasement plus ou moins incontrôlable de la région proche-orientale ;
- d’un surcroît de militarisation de la mer Méditerranée ;
- de risques accrus pour Israël (où l’on est à nouveau lancé dans la course au masque à gaz) ;
- de menaces sur les intérêts et les habitants des pays les plus en pointe dans cette offensive punitive (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis) ;
- sans parler de la note économique mondiale, flambée du pétrole à la clé ;
- et des inconnues sur le caractère du futur régime syrien, et le sort qu’il réservera à ses minorités, etc.

A contre-courant

Ce flou dans les buts de guerre est d’autant plus sensible en Europe que Londres et Paris — qui se veulent en première ligne dans cette campagne de châtiment — sont en fait dépendants militairement de Washington, et en sont réduits à attendre le « top départ » américain, espérant seulement assurer à leur participation une visibilité suffisante. Une aspiration qui n’est pas pour déplaire à Washington, où le président Obama agit à contre-courant d’une opinion fatiguée des aventures irakienne et afghane.

Mais ce flou est aussi de nature à limiter les ambitions européennes : en deux jours de frappes aériennes, on peut certes « punir » ; mais il faudrait, militairement, des semaines d’offensive pour « régler le problème » et s’assurer de la chute de Bachar Al-Assad — que semblent souhaiter les dirigeants français et britanniques depuis déjà plusieurs mois.

Au passage, on peut relever le paradoxe qui conduit les Français, hostiles à l’entrée en guerre en Irak en 2003, à vouloir prendre la tête de l’offensive en Syrie en 2013 — alors que l’opération punitive occidentale (car elle va apparaître ainsi) ne bénéficie pas de la traditionnelle bénédiction du Conseil de sécurité des Nations unies, pourtant jusqu’ici présentée à Paris comme un gage de légitimité, une condition nécessaire, et donc un passage obligé. La France, qui se réclame volontiers du droit international, et s’en prétend souvent la gardienne, préconise aujourd’hui de s’en passer, comme l’ami américain, et au nom du précédent du Kosovo.

Retours d’expériences

En mars 1999, dans un contexte de massacres à grande échelle (Rwanda 1994, Srebrenica 1995), les Occidentaux avaient invoqué une situation d’urgence humanitaire pour justifier la campagne de bombardements de l’OTAN sur les forces serbes du Kosovo. La secrétaire d’Etat américaine de l’époque, Mme Madeleine Albright, avait défendu l’idée d’une intervention « illégale mais légitime », dans le cadre d’une « situation unique ». Laquelle se répèterait aujourd’hui : comment, dès lors, donner des leçons de légalité internationale aux régimes russe, chinois, et autres ?

Or tout conflit, tout engagement de forces armées, n’a de sens que s’il débouche sur un projet politique. Les douloureuses expériences de ces dernières années, en Irak, en Afghanistan, en Libye, auraient dû porter conseil : ces pays sont aujourd’hui à feu et à sang, en proie aux attentats, à l’extrémisme, au désordre. Tirer un trait sur ces aventures, dont tous les « retours d’expérience » (« retex », comme disent les militaires) n’ont pas été menés à bien, revient à s’engager à l’aveugle dans une nouvelle offensive armée, dont les finalités et conséquences demeurent pour le moins obscures.

La plus monstrueuse

On remarquera que la France a eu tendance, ces dernières années, à enquiller les guerres les unes après les autres : Tchad, 2008 ; Afghanistan, 2009 ; Côte d’Ivoire, 2010 ; Libye, 2011 ; Mali, 2012-… et maintenant la Syrie. Comme si le système politique hexagonal, mais aussi son armée, son industrie de la défense, et jusqu’à un certain point son opinion, avaient besoin d’une guerre annuelle pour « tourner » correctement… ou pour oublier le reste.

Notons enfin que John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, ne manque pas d’air lorsqu’il dénonce « ceux qui ont utilisé l’arme la plus monstrueuse du monde, contre la population la plus vulnérable », oubliant ce que son pays a fait à Hiroshima et Nagasaki, en 1945. Et ce alors que son patron, Barack Obama, prix Nobel de la paix, lance sa guerre au lendemain de la célébration, à Washington, du cinquantenaire du « rêve » de Martin Luther King. Ainsi va le monde...

Source : http://blog.mondediplo.net/2013-08-28-Une-guerre-par-an
OLOVNI
OLOVNI
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 1952

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par OLOVNI le Mer 28 Aoû - 23:11

Quoiqu'en dise ce dessin , ce n 'est pourtant pas  lui qui tire les ficelles ...


Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 .francois_s_en_va_t_en_guerre_m
rilci
rilci
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 740

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par rilci le Jeu 29 Aoû - 10:38

À toutes fins utiles, Paris a décidé dans le plus grand secret, selon nos sources, l'envoi au large de la Syrie, depuis Toulon, d'un navire de la force d'action navale, la frégate antiaérienne Chevalier Paul. Au ministère de la Défense, on se refuse à évoquer quelque dispositif militaire que ce soit, en parlant d'"activités habituelles" pour les forces françaises. Il n'en reste pas moins que le Chevalier Paul rejoindra la flotte internationale actuellement déployée face aux côtes syriennes, qui compte notamment quatre frégates lance-missiles de l'US Navy, ainsi qu'un certain nombre de sous-marins nucléaires d'attaque américains et britanniques, dont les déplacements ne sont pas annoncés. Hormis la frégate française, tous ces navires sont susceptibles de tirer des missiles de croisière Tomahawk. Le Chevalier Paul, l'un des navires français les plus modernes et les plus puissants, serait extrêmement utile si le régime syrien tentait d'envoyer ses avions contre les navires des marines occidentales
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/syrie-paris-envoie-une-fregate-en-mediterranee-orientale-29-08-2013-1718918_53.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chevalier_Paul_(fr%C3%A9gate)
Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Jeu 29 Aoû - 17:19

08h12 : Alors que la communauté internationale se divise sur le bien-fondé d'une intervention militaire en Syrie, son dirigeant Bachar al-Assad continue de clamer son innocence et accuse un complot international dirigé par Israël. Il affiche néanmoins une sérénité qui contraste totalement avec la situation du pays.

08h22 : Alors que Barack Obama a dit n'avoir "pas encore pris de décision", le Royaume-Uni a de son côté annoncé qu'il ne lancerai d'action militaire en Syrie avant d'avoir eu connaissance des résultats des experts de l'ONU qui enquêtent sur place sur l'attaque du 21 août. Une motion du gouvernement allant dans ce sens doit être soumise ce jeudi à un vote du Parlement. Plusieurs pays, dont l'Italie et la Norvège, se sont en outre dits opposés à toute intervention en l'absence d'un mandat international de l'ONU.

11h22 : L'armée syrienne se prépare à la pire des hypothèses en cas de frappes occidentale contre le pays, a affirmé ce jeudi un responsable des services de sécurité.
"Nous travaillons, comme le font toutes les armées du monde, sur le pire des scénarios. Nous prenons les mesures pour protéger le pays de la frappe et préparer les conditions d'une riposte adéquate", a expliqué ce responsable.

13h00 : Dans un communiqué, Philippe Meunier, député UMP du Rhône et secrétaire de la Commission de la défense nationale et des forces armées, invite François Hollande à prendre exemple sur Jacques Chirac: La politique de la "canonnière" de François Hollande n'est pas à la hauteur de ce que les Français sont en droit d'attendre de leur président de la République. François Hollande devrait prendre exemple sur Jacques Chirac qui a su faire respecter la voix et les intérêts de la France en opposant son droit de véto à la demande américaine d'intervention en Irak.

13h33 : Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé en recevant une délégation yéménite: La Syrie se défendra contre toute agression et les menaces ne font qu'accroître son attachement à ses principes et à son indépendance

14h21 : Une action militaire contre la Syrie aura des conséquences sur la région et mènera Israël "au bord des flammes", a affirmé le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Hassan Firouzabadi, cité jeudi par l'agence Irna. "Toute opération dans la région fera des dégâts majeurs, ce qui n'est l'intérêt de personne sauf des Sionistes", a-t-il expliqué.

16h40 : Le Premier ministre britannique David Cameron est convaincu que le régime de Damas a perpétré une attaque chimique le 21 août, même s'il a avoué qu'"il n'y a pas 100% de certitude quant à la responsabilité" de cette attaque. Il intervenait devant les députés ce jeudi et leur a demandé de "prendre une décision" et de "répondre à un crime de guerre".

17h09 : La Maison Blanche doit communiquer au Congrès les éléments en sa possession sur l'attaque chimique ce jeudi.
sergent garcia
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3658

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par sergent garcia le Jeu 29 Aoû - 20:54

Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Ven 30 Aoû - 18:59

8 h 40. Cameron humilié par son Parlement. Pour la presse britannique et notamment le Times (Une ci-dessous), le Premier ministre David Cameron est humilié par le véto du Parlement alors qu'il s'était véritablement avancé sur une éventuelle intervention en Syrie. Un désaveu que Cameron a déjà pris en considération en revenant sur ses positions face à la communauté internationale.

9 heures. L'Egypte aurait empêché un bateau israélien de jeter l'ancre. Selon une radio iranienne, un bateau israélien qui se dirigeait vers la Méditerranée a été empêché de jeter l'ancre dans la mer Rouge. Selon la radio du pays allié à la Syrie «le Caire a officiellement pris position contre la possible attaque américaine contre la Syrie. Le tamarrod égyptien réclame la fermeture du canal de Suez et les activistes nationalistes égyptiens condamnent cette possible attaque qu'ils considèrent comme dirigée contre l'Egypte». Jeudi, l'Egypte a effectivement fait part de sa réticence quant à une intervention occidentale.

11 h 20. Berlin exclut de participer à une intervention militaire en Syrie. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, exclut une participation allemande à une intervention militaire dans le quotidien régional allemand Neue Osnabrücker Zeitung. «On ne nous a pas demandé» une telle participation et «nous ne l'envisageons pas», précise-t-il. Le gouvernement allemand avait cependant signifié dès lundi qu'il approuverait une réaction internationale: «Nous insistons pour que le Conseil de sécurité des Nations Unies parvienne à une position commune et que le travail des inspecteurs de l'Onu soit terminé le plus rapidement possible», poursuit le ministre.

12 h 05. La Russie salue le rejet par le Parlement britannique d'une intervention. Selon le Kremlin, des frappes en Syrie porteraient un «coup sérieux» à l'ordre mondial. C'est ainsi, que la Russie a salué la décision du Parlement britannique de rejeter une éventuelle intervention en Syrie

13 h 15. La Belgique salue le refus du Parlement britannique, qui s'avère «conforme à celle du gouvernement belge», déclare le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. Bruxelles «demande des preuves avant toute intervention en Syrie» et attend «la position du Conseil de sécurité», précise-t-il, ajoutant qu' «il ne faut pas brûler les étapes» et qu' «il faut respecter un ordre international», «même s'il faudra sanctionner ceux qui ont utilisé des armes chimiques».

14 h 45. Michèle Alliot-Marie (UMP) critique l'attitude «velléitaire» de François Hollande. L'ex-ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy, qui fut aussi ministre de la Défense sous Jacques Chirac, fustige les «hésitations, les aller-retour et finalement l'absence de capacité de décider» du chef de l'Etat, jugeant que l' «on a l'impression qu'il n'y a aucune vision stratégique de François Hollande» et que l' «on ne sait pas ce qu'il veut faire sur Bachar al-Assad» ni «à quoi servirait une intervention militaire». MAM s'est également dite «persuadée que l'on aurait pu obtenir beaucoup de choses du régime syrien en agissant aussi avec la Russie plutôt qu'en essayant de la repousser dans une autre position».

16 heures. La Syrie refuse que l'ONU rende un «rapport partiel» sur une éventuelle attaque à l'arme chimique dans la banlieue de Damas. Des enquêteurs de l'ONU s'apprêtent à clore leur mission dans la banlieue de Damas où ils essaient de déterminer si (et par qui) des armes chimiques ont été utilisées lors de la terrible attaque qui a frappé les environs de la capitale le 21 août. Mais pas question que le secrétaire général de l'ONU rende un rapport partiel immédiatement après la fin de la mission, insiste le ministre des Affaires étrangères syrien Walid Mouallem, qui souhaite que la mission «achève (d'abord) son travail et que l'on ait connaissance des résultats des analyses des prélèvements collectés par la mission».

17 h 20. Manifestion anti-guerre à Istanbul (Turquie). Plus d'un millier de personnes ont manifesté pour exprimer leur opposition à toute intervention militaire des forces occidentales en Syrie. «Non à une intervention des impérialistes et des Etats-Unis en Syrie !», «Les peuples sont frères», peut-on lire sur les pancartes des protestataires. Le gouvernement turc, persuadé que «le régime (de bachar al-Assad) est responsable» des attaques à l'arme chimique commises le 21 août, est favorable à une intervention militaire. Le ministre des Affaires étrangères vient en effet d'exhorter la communauté internationale à «entamer dès à présent une initiative qui mettra fin à la guerre en Syrie».

17 h 40. Une députée bretonne réclame une consultation du Parlement. Alors qu'au Royaume-Uni, les députés viennent de dire non à toute intervention militaire sur le sol syrien, l'élue socialiste du Finistère Patricia Adam, également présidente de la Commission de la Défense à l'Assemblée nationale, estime, à titre personnel, qu'en France aussi, le Parlement devrait être consulté avant que le chef de l'Etat, également «chef des armées» (article 15 de la Constitution), ne décide d'intervenir militairement à Damas ou ailleurs. «La France est une des rares exceptions en Europe où le Parlement s'exprime a posteriori, c'est-à-dire quatre mois après le début des opérations extérieures», regrette la députée. Qui du oui ou du non l'emporterait ? «Je pense que de part et d'autre de la majorité et de l'opposition, il y a un partage des opinions», répond l'élue.
Schattenjäger
Schattenjäger
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 36469

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Schattenjäger le Sam 31 Aoû - 11:28

7 heures. L'Amérique du Sud refuse toute intervention. Les 12 chefs d'Etat de l'Unasur, réunis vendredi en sommet au Surinam, ont adopté une déclaration commune condamnant «les interventions extérieures» en Syrie. Le président vénézuélien Nicolas Maduro a également averti son homologue français qu'une attaque contre la Syrie, entrainant la mort ou la destitution du président Bashar al-Assad, «infecterait l'Europe avec du terrorisme».

9h20. L'Iran veut enquêter sur l'attaque sur place. Une délégation parlementaire iranienne est partie samedi matin en Syrie et au Liban pour «examiner la situation en Syrie (...) et condamner l'utilisation d'armes chimiques par les groupes terroristes». Selon un autre responsable parlementaire, la délégation de trois membres dirigée par Allaeddine Boroujerdi, le président de la Commission des Affaires étrangères du parlement , doit rencontrer le président syrien Bachar al-Assad.

A suite ...

Contenu sponsorisé

Guerre en Syrie [sujet unique] - Page 4 Empty Re: Guerre en Syrie [sujet unique]

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 28 Sep - 12:47