Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Derniers sujets

» TITRE MENSONGER
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Hier à 18:39 par Johnny Guoyot

» Disparitions étranges en Indonésie Lionel Camy
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Hier à 8:28 par Le Roy Hugon

» animal ou alien ?
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Hier à 8:23 par Le Roy Hugon

» LA TACHE ROUGE
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Dim 17 Nov - 18:39 par casseron

» QUESTION DE COULEURS
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Sam 16 Nov - 19:48 par casseron

» 5 THÉORIES SUR THE LEGEND OF ZELDA
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Sam 16 Nov - 18:21 par Schattenjäger

» Les plus HORRIBLES PARASITES de notre monde
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Jeu 14 Nov - 22:10 par Schattenjäger

» L'HISTOIRE MYSTÉRIEUSE DE LEAH : DISPARITION EN VOYAGE (HVF #51)
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Mar 12 Nov - 21:14 par Charlie

» Faisons nous peur
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Mar 12 Nov - 17:40 par Charlie

» CONCOMITANCE
Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Icon_minitime1Mar 12 Nov - 11:17 par Le Roy Hugon


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année"

Schattenjäger
Schattenjäger
Webmaster
Webmaster

Nombre de messages : 33183

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Empty Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année"

Message par Schattenjäger le Dim 1 Nov - 19:22

(Source : le Monde )


Karmic Koala, la dernière version du système d’exploitation libre et gratuit Ubuntu, sort jeudi 29 octobre, cinq ans après le lancement de cette version de Linux. Ce système d’exploitation – le logiciel fondamental qui fait tourner l’ordinateur, comme Windows ou Mac OS – est basé sur Linux, noyau logiciel libre et gratuit. Tout utilisateur peut avoir accès au code-source, l’architecture du logiciel, et est libre de le modifier s’il le souhaite et de le redistribuer gratuitement. Plusieurs systèmes d’exploitation basés sur Linux existent ; Ubuntu est aujourd’hui le plus utilisé, avec une part de marché estimée à environ 1 % des ordinateurs dans le monde. Mark Shuttleworth, le créateur de la fondation Ubuntu, revient sur ces cinq années de développement.

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" H_4_ill_1260154_b6e3_mark_shuttleworth_after_linuxtag

Il y a cinq ans, vous avez lancé Ubuntu avec le slogan "Le Linux pour les êtres humains". Aujourd’hui, considérez-vous qu’Ubuntu et Linux sont devenus "grand public" ?

Je ne peux pas parler pour toutes les distributions de Linux, mais en ce qui concerne Ubuntu, nous poursuivons une croissance régulière. Beaucoup de gens utilisent Linux dans leur vie quotidienne, souvent sans le savoir, parce que c’est ce qui fait tourner leur télévision, leur magnétoscope, leur téléphone… Linux est devenu un standard reconnu.

Bien sûr, en ce qui concerne les ordinateurs, nous sommes encore très petits comparés à Windows et à Mac OS. Mais nous connaissons chaque année une croissance de 100 % en nombre d’utilisateurs, ce qui est un véritable succès [soit environ 16 millions d’utilisateurs aujourd’hui contre 8 millions fin 2008, NDLR]. Nous sommes très heureux d’avoir fait des progrès en termes de facilité d’installation, de simplicité d’utilisation, mais il nous reste encore beaucoup de choses à accomplir. Nous avons beaucoup de travail avant qu’Ubuntu ne soit le système d’opération que tout un chacun souhaite utiliser.

Du point de vue de l’utilisateur, quelles sont les raisons qui peuvent pousser à passer à Ubuntu ?

Il y a plusieurs raisons de franchir le pas. Nous constatons que beaucoup de personnes qui ne sont pas des experts de l’informatique, qui ont une machine un peu ancienne, apprécient particulièrement le passage à Ubuntu. Cela leur permet de donner une deuxième vie à leur ordinateur : nous avons mis l’accent notamment sur le confort d’utilisation d’Internet. Pour quelqu’un qui n’est pas un spécialiste, pouvoir surfer simplement et rapidement, sans avoir à se préoccuper des virus, c’est important. Nous constatons également que beaucoup d’utilisateurs installent Ubuntu sur leur deuxième machine : cela leur permet d’avoir un grand confort d’utilisation sans avoir à débourser des sommes importantes pour un système d’exploitation propriétaire.

En ce qui concerne l’autre bout du spectre, les informaticiens et les utilisateurs avancés, les retours que nous avons montrent qu’ils apprécient la capacité d’innovation et de modification d’Ubuntu, et le fait que ce soit un logiciel open source. C’est d’ailleurs le système d’exploitation qu’utilisent les développeurs de Google.

L’une des principales innovations de Karmic Koala est le centre logiciel (software center), le système d’installation de logiciels, qui a été revu. Cette modification a fait l’objet de critiques, notamment parce qu’elle accorde une place plus large aux logiciels propriétaires.

Oui, c’est un choix que nous avons fait. Nous sommes pragmatiques : si nous voulons que le logiciel libre se développe, il doit s’ouvrir davantage. Les gens veulent pouvoir lire des DVD et installer Flash sur leur ordinateur [deux fonctionnalités qui nécessitent l’installation de logiciels propriétaires, NDLR]. Je comprends que certains développeurs pensent que c’est une mauvaise idée, et que tout logiciel devrait être open source, mais au final, nous considérons que l’utilisateur doit avoir le choix.

La deuxième évolution apportée par cette version est l’inclusion d’Ubuntu One, un disque dur virtuel qui stocke les données sur un serveur consultable de n’importe quel ordinateur relié à Internet. L’avenir est-il à l’informatique dématérialisée ?

Je crois en tout cas que les applications qui utilisent Internet sans passer par un navigateur sont promises à un avenir brillant. Jusqu’à très récemment, la seule manière d’utiliser les ressources d’Internet était d’utiliser un navigateur. Dans les mois à venir, Internet sera présent directement dans les applications, sur le bureau. C’est ce qu’on voit dans le développement des clients pour le site Twitter : de très nombreux utilisateurs passent par un logiciel dédié pour consulter ou mettre à jour leur compte Twitter, sans jamais utiliser leur navigateur Internet. Nous n’en sommes qu’aux balbutiements de ces applications.

En avril sortira Lucid Lynx, la prochaine version d’Ubuntu disposant d’un support à très long terme de cinq ans. Sur quoi travaillent les développeurs ?

Comme il s’agit d’une version pour laquelle nous proposerons des mises à jour pendant cinq à sept ans, nous ne pouvons pas nous permettre de prendre des risques importants, par exemple en insérant des fonctionnalités radicalement nouvelles. Le plus gros du travail a lieu sur la version serveur : nous voulons proposer une meilleure intégration avec des services d’informatique dématérialisée existants, comme celui d’Amazon. Cette version permettra également de créer son propre service dématérialisé. Et comme nous travaillons de plus en plus avec des entreprises, comme Google, qui ont besoin de dizaines de milliers de serveurs, nous continuons à améliorer la structure d’Ubuntu.

Pour l’utilisateur classique, les changements seront essentiellement cosmétiques, avec une meilleure organisation de l’espace de travail et un soin apporté aux détails graphiques, mais il n’y aura pas de révolution majeure.

Vous avez déclaré que Windows 7 constituait une "amélioration substantielle" par rapport aux précédentes versions. C’est un peu surprenant de la part de quelqu’un qui propose une alternative au système d’exploitation dominant…

Je le pense sincèrement : l’équipe de Windows a fait un bien meilleur travail sur cette version. Ils ont simplifié l’interface, amélioré les performances et supprimé certaines des fonctionnalités les plus agaçantes de Vista. Sur certains points, nous avons la même vision de ce qu’un système d’exploitation devrait être : simple et solide. Mais nous avons des différences très importantes : nous pensons que les utilisateurs veulent aussi pouvoir prendre le contrôle de leurs logiciels, les partager et les améliorer eux-mêmes.

Quelle est aujourd’hui la situation financière de Canonical, la société qui distribue Ubuntu et que vous dirigez ? Comment fonctionne une entreprise de logiciels qui distribue ses programmes gratuitement ?

Tous nos logiciels sont effectivement open source et nous les distribuons donc gratuitement. Notre principale source de revenus, ce sont les services aux entreprises : nous agissons comme consultant, nous formons les équipes à l’utilisation de nos logiciels... Nous proposons aussi des services payants aux utilisateurs individuels : il y a par exemple une version étendue d’Ubuntu One qui donne accès à une plus grande capacité de stockage, contre un abonnement mensuel. Et nous avons également des accords avec des constructeurs d’ordinateurs comme Dell ou Hewlett-Packard pour l’installation d’Ubuntu sur leurs machines.

Canonical compte environ 300 employés, un peu partout dans le monde. Nous ne sommes pas encore rentables, mais nous nous concentrons pour l’instant sur la croissance de notre nombre d’utilisateurs. Cinq ans après son lancement, quel regard portez-vous sur la manière dont Ubuntu a évolué ?

Eh bien, nous sommes particulièrement fiers de l’influence que nous avons eu sur la communauté du logiciel libre. Notre credo, c’est de nous concentrer sur les besoins de l’utilisateur ; auparavant, la communauté créait d’excellents logiciels, mais principalement destinés à d’autres développeurs. Mais un logiciel a beau être excellent, si mes parents ne peuvent pas l’utiliser, c’est du gâchis. Nous avons contribué à faire venir d’autres talents vers le logiciel libre, des artistes, des documentalistes… Qui ont eu une influence importante sur la manière dont nous concevons les logiciels.

Nous avons aussi des regrets, bien sûr. Nous avons en bonne partie raté le tournant des systèmes d’exploitation pour téléphones mobiles, notamment. Les premiers portables utilisant Moblin, le projet open source que nous soutenons, sortiront courant 2010, ce qui est un peu tard.

Plus globalement, je crois que Linux et Ubuntu vont poursuivre leur croissance. Gagner des utilisateurs sur Windows est une tâche très difficile ; mais je suis persuadé que Linux et Ubuntu resteront des acteurs majeurs de l’évolution des logiciels.
Schattenjäger
Schattenjäger
Webmaster
Webmaster

Nombre de messages : 33183

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Empty Re: Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année"

Message par Schattenjäger le Dim 1 Nov - 19:24

Ubuntu, ou quand le libre et l’élégant ne font qu’un

(Source : Agoravox )

Depuis son lancement en Octobre 2004, Ubuntu est devenu une des distributions GNU/Linux les plus populaires, avec de nombreuses copies librement distribuées et utilisées dans le monde entier. Ubuntu peut être téléchargé et installé à partir de plusieurs sites web et est disponible en plusieurs langues dont le Français. En outre, cette distribution possède un ensemble très large de logiciels immédiatement disponibles pour les utilisateurs et un gestionnaire de mises à jour très performant. Ce dernier veille également pour les mises à jour de sécurité afin que l’ordinateur soit protégé au quotidien. Ubuntu se décline en Desktop et netbook (pour une utilisation à la maison, sur un ordinateur de bureau, portable ou un minipc, respectivement) et Server (destinée aux services réseaux des entreprises).

Le 29 Octobre 2009 a vu la sortie de la onzième version stable de la distribution, portant le nom Karmic Koala (9.10). Si son prédécesseur, Jaunty Jackalope (9.04), comprenait déjà un nombre important d’applications grand public, la nouvelle Ubuntu se distingue par une gestion du matériel encore meilleure et introduit plusieurs grandes nouveautés qui raviront même les plus exigeants. En voilà une brève description :

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Ajout-suppr-4-2fe0c

L’accueil fait peau neuve : du discret écran d’identification décoré par le logo en couleurs chaudes de Jaunty...

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Jaunty-5-5757a

...nous passons dans l’univers du Koala :

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Karmic-4-971d1

Le démarrage du système a aussi bénéficié des soins particuliers des développeurs : il se fait en 10 secondes, ce qui est encore plus rapide qu’avec Jaunty. De quoi satisfaire les plus impatients Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Clin_d-oeil

Grande innovation : la Logithèque Ubuntu (Software Center). Il s’agit du remplaçant du logiciel « Ajouter/Supprimer des programmes » et Karmic accueille sa première version.

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Ajout-suppr-3-5c2d1

L’utilitaire présent dans Ubuntu Jaunty (ci-dessus) est avantageusement remplacé par la Logithèque :

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Logi-3-b3b75

La Logithèque Ubuntu propose une nouvelle vision de la gestion des paquets (logiciels) : il s’agit de centraliser les outils servant à leur installation, mise à jour, suppression,... Les prochaines versions d’Ubuntu verront donc une migration de Synaptic, gdebi, Gestionnaire des mises à jours, etc. vers la Logithèque.

Un outil très utile se voit également mis à jour : il s’agit de Computer Janitor qui permet de nettoyer votre système en détectant les paquets obsolètes et en les supprimant.

Si vous avez choisi l’environnement graphique Gnome (proposé par défaut), vous aurez à disposition sa tout dernière version. Elle comprend certains changements : par exemple, le logiciel de messagerie instantanée Pidgin est remplacé par Empathy. Ce dernier intègre les fonctionnalités de son prédécesseur, mais en plus permet d’utiliser le chat audio et vidéo lorsque prévu (par exemple, avec Gtalk, le client chat de Gmail).

De plus, cette version de Gnome propose un module dédié spécialement à la gestion des appareils Bluetooth. Le Gestionnaire de connexions réseau (NetworkManager) vous permettra aussi d’utiliser votre téléphone mobile pour surfer sur le Web et ce, sans nécessiter des connexions filaires !

Pour les amoureux de l’environnement KDE (fourni avec Kubuntu), vous aurez également à disposition la dernière version qui apporte plus de stabilité et de maturité :

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Kubuntu_karmic-3-1f800

La version d’Ubuntu Remix 2.0 est spécialement conçue pour les netbooks. L’ergonomie est améliorée ainsi que le temps de démarrage (moins de 25 secondes) :

Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" Netbook_karmic-3-5f065

L’environnement LXDE est proposé avec Lubuntu et permet ainsi d’installer le système sur des ordinateurs d’un certain âge disposant de peu de mémoire vive.

Le navigateur par défaut est Mozilla Firefox 3.5. Ce navigateur web libre a été nettement amélioré par les développeurs et permet ainsi une meilleure performance et une rapidité remarquable en matière d’exécution des pages et du Javascript. Karmic montre aussi une meilleure intégration des clés 3G grâce à un outil dédié.

Enfin, une application utile à toute personne a été améliorée dans Karmic : Ubuntu One. Il s’agit d’un espace de stockage des données personnelles fourni par Canonical (l’entreprise privée qui finance Ubuntu). Ainsi, tout utilisateur dispose dès l’installation de 2Go ; cet espace est accessible via une interface web simple : utile pour accéder à ses documents de partout ! Vous pouvez y déposer des fichiers, des contacts mail (export à partir du client Evolution), marque-pages Firefox,... De plus, en cas de problème matériel avec votre ordinateur, vos documents ne seront pas perdus.

----

Vous avez peut-être constaté l’utilisation fréquente de l’expression « logiciel libre ». Voici deux questions et leurs réponses qui l’éclaircissent :

Qu’est-ce qu’un logiciel libre ?

Un logiciel libre donne la liberté pour les utilisateurs de l’exécuter, copier, distribuer, étudier, modifier et améliorer. Le système d’exploitation Ubuntu fait partie des logiciels libres, comme d’autres systèmes tels que Mandriva, Fedora, etc. Les approches et choix techniques faits par les développeurs sont différents, mais il s’agit dans tous ces cas de logiciel libre. Certaines personnes confondent logiciels gratuits et logiciels libres : un logiciel libre peut être payant, mais un logiciel gratuit n’est pas obligatoirement libre.

Pourquoi est-il mieux d’utiliser des logiciels libres tel Ubuntu ?

Ubuntu est un projet très dynamique : une nouvelle version sort tous les 6 mois (en Avril et Octobre). Certains pourraient dire que cette politique ne présage rien de bon en termes de stabilité. Eh bien, il n’en est rien. En effet, la philosophie sous-jacente aux logiciels libres a pour conséquence logique et directe l’implication de beaucoup de gens : de la communauté des utilisateurs de logiciels libres. Ils le font à la hauteur de leurs moyens : développeurs professionnels d’applications, ingénieurs informaticiens de tous bords, graphistes, traducteurs, mais aussi tout utilisateur comme vous et moi. Là est la force du logiciel libre : vous n’avez pas besoin d’avoir un Bac 10 en informatique pour vous servir de votre ordinateur car vous pouvez poser vos questions dans des espaces prévus à cet effet. La gestion des bogues est automatisée (via l’utilitaire LaunchPad) et vous participez ainsi à l’amélioration de votre système d’exploitation en soumettant les problèmes à ce gestionnaire. C’est une façon conviviale, simple et efficace de participer à l’amélioration de son outil de divertissement et travail ; la vitesse de correction des bogues dans le cas d’un système libre est nettement supérieure que celle des systèmes non libres (il s’agit de quelques heures, souvent moins de 24h). De façon globale, utiliser des logiciels libres permet le partage des connaissances et savoirs sans limite de brevets, licences et divers copyright.


___________________


Mark Shuttleworth : "Ubuntu croît de 100 % chaque année" 25837
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 20 Nov - 10:03