Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

à découvrir "Après la mort" de Léon DENIS

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

à découvrir "Après la mort" de Léon DENIS

Message par Macha le Mer 3 Déc - 14:31


Un court extrait :
I. - LA DOCTRINE SECRETE. LES RELIGIONS.

Lorsqu'on jette un regard d'ensemble sur le passé, lorsque l'on évoque
le souvenir des religions disparues, des croyances éteintes, on est saisi
d'une sorte de vertige à l'aspect des voies sinueuses parcourues par la
pensée humaine. Lente est sa marche. Elle semble d'abord se complaire
dans les cryptes sombres de l'Inde, les temples souterrains de l'Egypte,
les catacombes de Rome, le demi-jour des cathédrales ; elle semble
préférer les lieux obscurs, l'atmosphère lourde des écoles, le silence des
cloîtres à là lumière du ciel, aux libres espaces, en un mot à l'étude de la
nature.


Un premier examen, une comparaison superficielle des croyances et
des superstitions du passé conduit inévitablement au doute. Mais, si l'on
écarte le voile extérieur et brillant qui cachait à la foule les grands
mystères, si l'on pénètre dans le sanctuaire de l'idée religieuse, on se
trouve en présence d'un fait d'une portée considérable. Les formes
matérielles, les cérémonies des cultes avaient pour but de frapper
l'imagination du peuple. Derrière ces voiles, les religions anciennes
apparaissaient sous un tout autre aspect ; elles revêtaient un caractère
grave, élevé, à la fois scientifique et philosophique.

Leur enseignement était double : extérieur et public, d'une part ;
intérieur et secret, de l'autre, et, dans ce cas, réservé aux seuls initiés.
Celui-ci a pu, dans ses grandes lignes, être reconstitué récemment, à la
suite de patientes études et de nombreuses découvertes épigraphiques1.
Depuis, lors, l'obscurité et la confusion qui régnaient dans les questions
religieuses se sont dissipées, l'harmonie s'est faite avec la lumière. On a
acquis la preuve que tous les enseignements religieux du passé se relient,
qu'une seule et même doctrine se retrouve à leur base, doctrine transmise
d'âge en âge à une longue suite de sages et de penseurs.

Toutes les grandes religions ont eu deux faces, l'une apparente, l'autre
cachée. En celle-ci est l'esprit ; dans celle-là, la forme ou la lettre. Sous
le symbole matériel, le sens profond se dissimule. Le brahmanisme dans
l'Inde, l'hermétisme en Égypte, le polythéisme grec, le christianisme luimême,
à son origine, présentent ce double aspect. Les juger par leur côté
extérieur et vulgaire, c'est juger la valeur morale d'un homme d'après ses
vêtements. Pour les connaître, il faut pénétrer la pensée intime qui les
inspire et fait leur raison d'être ; du sein des mythes et des dogmes, il
faut dégager le principe générateur qui leur communique la force et la
vie. Alors on découvre la doctrine unique, supérieure, immuable, dont
les religions humaines ne sont que des adaptations imparfaites et
transitoires, proportionnées aux besoins des temps et des milieux.

On se fait, à notre époque, une conception de l'univers absolument
extérieure et matérielle. La science moderne, dans ses investigations,
s'est bornée à accumuler le plus grand nombre de faits, puis à en dégager
les lois. Elle a obtenu ainsi de merveilleux résultats ; mais, à ce compte,
la connaissance des principes supérieurs, des causes premières et de la
vérité lui restera à jamais inaccessible. Les causes secondes, ellesmêmes,
lui échappent. Le domaine invisible de la vie est plus vaste que
celui qui est embrassé par nos sens ; là, règnent ces causes dont nous
voyons seulement les effets.
Léon Denis fut, après la mort d'Allan Kardec, l'un des principaux continuateurs du spiritisme, aux côté de Gabriel Delanne et Camille Flammarion. Il donna des conférences à travers toute l'Europe lors de congrès internationaux à défendre activement l'idée de la survie de l'âme et ses conséquences dans le domaine de l'éthique dans les relations humaines. (Extrait Wikipédia).

Il a écrit ce livre en 1880 (revu en 1920 et réédité en 1922. Une édition 2005 existe également).

http://www.histoireebook.com/index.php?post/2012/05/20/Denis-Leon-Apres-la-mort

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 21 Sep - 5:18