Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Partagez
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par Gaiya le Lun 16 Aoû - 18:50

Voici un lien où vous pourrais voir de nombreuses pages du manuscrit:

http://www.ms-voynich.com/album/index.html

Il y'a beaucoup de possibilités, on ne connait ni l'auteur, ni de quand il est exactement, peut être est ce qu'une supercherie bien que je n'y crois pas vraiment. Cet ouvrage me parait riche en découverte, mais apparemment les chercheurs n'ont trouvé ou décrypter rien d'extraordinaire , dessins de plantes que l'on ne connait pas pour la plupart, texte non décrypté, dessins astrologiques et cosmologiques que l'on a du mal à interpréter, des femmes partout, un peu d'alchimie et des recettes magiques ????? Je trouve ça vraiment dommage que l'on en sache pas plus. Peut être que encore une fois "on ne nous dit pas tout". Il paraitrait qu'il est été acquis par Voynich auprès des jésuites de Frascati en 1912 mais il aurait été écris entre 1450 et 1520 alors il a du passer entre de nombreuses mains jusque là. Quel dommage que l'on ne puisse pas le lire.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par Macha le Lun 16 Aoû - 21:47

Merci Spirita pour le lien ...

Donc j'ai retrouvé la mandragore ! elle y parfaitement dessinée ...

En fait même si je ne suis pas un spécialiste, pas du tout même, je voudrais bien connaître le nom des botanistes qui s'y sont collé ... because on y retrouve dessiné le houx, la marguerite, le pissenlit, le bleuet etc... autant d'espèces sauvages qu'on trouvait jadis dans nos campagnes et qui y refont leur apparition d'ailleurs, parmi des espèces effectivement complètement inconnues.

Dans le site il est fait référence à la femme, donc on avait vu juste d'en certain point de vue. Si Bacon est l'auteur de ce manuscrit, il est clair que le sujet de la féminité l'intéressait, comme d'ailleurs elle intéressait bon nombre de ses contemporains. Le mystère de la conception, de la grossesse et de l'accouchement relevaient du tabou et du religieux ... Peut on penser que ses recherches pouvaient lui poser problème ? peut être ! Je donnerais chère pour avoir entre les mains un tel ouvrage ! Smile
avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par FLAM le Lun 16 Aoû - 22:36

Macha a écrit:Le mystère de la conception, de la grossesse et de l'accouchement relevaient du tabou et du religieux ... Peut on penser que ses recherches pouvaient lui poser problème ? peut être ! Je donnerais chère pour avoir entre les mains un tel ouvrage ! Smile

D'où l'obligation pour l'auteur de transcrire ses recherches dans une langue déchiffrable que par lui-même ! ... Ca tombe sous le sens, de ce point de vue !
Très bonne analyse, Macha !

Un carnet de notes personnel, en quelques sortes...


___________________


avatar
-Z-
VIP
VIP

Nombre de messages : 2916

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par -Z- le Lun 16 Aoû - 22:48

et les plantes c'est pour faire joli ? Ou bien a-t-il aussi retranscrit les singulières manières d'accoucher qu'ont les plantes ?...
avatar
Mahieu.D
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 57

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par Mahieu.D le Mar 17 Aoû - 3:49

pourquoi ne pas dire ... que les plante comme nous le savon maintenant !
- certaine on le pouvoir de faire plané ^^
- certaine de calmé les douleur !
- d'autre de paralyser !
- un mélange savant de ces plante pourrais il permettre de tel chose ??
- dans ce cas les référé et donner les dose et les race permet de les mélangé ...
-
- je tien a préciser que j'ai lancé le sujet de dire qu'il voulais peut être caché quelque chose Wink
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30287

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par Schattenjäger le Mar 17 Aoû - 12:16

Mahieu.D a écrit:pourquoi ne pas dire ... que les plante comme nous le savon maintenant !
- certaine on le pouvoir de faire plané ^^
- certaine de calmé les douleur !
- d'autre de paralyser !
- un mélange savant de ces plante pourrais il permettre de tel chose ??
- dans ce cas les référé et donner les dose et les race permet de les mélangé ...
-
- je tien a préciser que j'ai lancé le sujet de dire qu'il voulais peut être caché quelque chose Wink
La base de la médecine, c'est les plantes. Il faut savoir que des nouveaux médicament sont encore trouvé par les laboratoires pharmaceutique, très fréquemment. C'est médicaments sont à base de mélange de plante, à l'origine.
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par Gaiya le Mar 17 Aoû - 17:16

Je pense aussi que ce manuscrit est plutôt un carnet de notes personnelles, de plus il manquerait une quarantaine de pages, scratch , qui les a arrachées et pourquoi??? L'auteur parait passionné, il ne signe jamais, il a même inventé un langage très difficile à décoder, il avait certainement des choses à cacher! Sinon pourquoi aurait il fait un travail aussi complexe? Si seulement nous pouvions traduire ses écrits, je vais tenter d'en trouver un peu plus sur le net et je vous tiendrais au courant de mes recherches.

Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par Celadon le Sam 21 Aoû - 11:11

Bonjour,

depuis que je connais ce livre, j'ai toujours pensé que l'alchimie y avait une place.
Et que son auteur ne pouvait pas être un paysan plaisantin.
Pour la langue ,je pense que d'une part on est dans le mauvais sens de lecture, car l'arabe et l'hébreux étaient pratiqués, que c'est sans doute un mélange de plusieurs langues ,soit au hasard, soit prenant les substantifs à l'une, les verbes à l'autre .....ce qui encodé graphiquement laisse peu de chances de comprendre pour qui,ne connait pas les langues d'origine.

Je viens demain passer la soirée avec toi,
pourrait devenir
I komme tomorrow passieren the soirée with dir
ou
Ikommetomorrowpassierenthesoiréewithdir


Bon on peut aussi s'amuser avec du grec ou du latin.

Donc je suis retombée dans ma littérature alchimique, et un personnage que j'avais un peu oublié me semblait assez convenir pour être un inspirateur de cet ouvrage ,au cas où ce ne serait pas un canular.
Robert FLUDD.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Fludd

et ce qui m'a fait réagir:

http://www.amaluxherbal.com/images/Books/Fludd%20Sephirothic%20Tree%20web.jpg

et si vous le trouvez d'occasion, n'hésitez pas:
Alchimie et Mystique, ne serait ce que pour les illustrations.

http://livre.fnac.com/a1517088/Alexander-Roob-Alchimie-et-mystique.

http://www.google.fr/images?um=1&hl=fr&tbs=isch%3A1&sa=1&q=taschen+alchimie+mystique&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=

Et puisque vous êtes là, découvrez avec moi le monde torturé de William Blake

http://www.google.fr/images?um=1&hl=fr&tbs=isch%3A1&sa=1&q=william+blake&aq=f&aqi=g1&aql=&oq=&gs_rfai=

Céladon qui retourne à ses confitures.
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par Gaiya le Lun 30 Aoû - 22:56

La première description détaillée du manuscrit de Voynich est faite par l’antiquaire Hans P. Kraus qui l’acquiert en 1961, après la mort de Wilfried Voynich, et l’inscrit dans son catalogue des ventes paru en 1962.
Le manuscrit de Voynich est un petit livret de 15 cm de large pour 23 de long, composé de 234 pages,dont 42 sont manquantes, manuscrites et illustrées de dessins identifiés comme des représentations astronomiques, des symboles alchimiques, des plantes, des schémas biologiques…
Le texte demeurant indéchiffrable, ce sont ces illustrations qui ont permis - en admettant que les dessins sont liés au texte - de diviser le manuscrit en cinq parties distinctes :
1. La première partie, appelée l’Herbier, comporte 112 pages et semble traiter de botanique. Elle est largement illustrée de dessins de plantes et de fleurs pour la plupart inconnues, d’aspect plutôt fantastique,accompagnés de courts paragraphes de texte.
2. La deuxième partie, constituée de 34 pages,semble aborder des descriptions astronomiques ou astrologiques. Elle est illustrée de dessins circulaires semblant représenter le soleil, des constellations et des signes du zodiaque.
3. La troisième partie, composée de 19 pages est illustrée de dessins de femmes nues, de figures humaines, reliées par des tubes d’apparence organique et est donc supposée traiter d’anatomie ou de biologie.
4. Les 45 pages de la quatrième partie forment la section pharmacie, agrémentée de dessins de récipients remplis de plantes, de feuilles et de racines.
5. La dernière partie est une liste de formules ou recettes. Elle contient 324 paragraphes courts débutant par une étoile.

Le manuscrit n’est pas daté. Cependant, d’après les illustrations et la calligraphie, il semble au premier abord avoir été écrit au XIIIe siècle. Si cette datation reste incertaine, on sait tout de même que le manuscrit est antérieur aux années 1580, période à laquelle l’Empereur Rodolphe II de Bohème, passionnée d’art et de science, l’acquiert pour 600 ducats d’or. En 1944, le botaniste O’Neill croit reconnaître parmi les diverses plantes représentées, un tournesol et un poivron rouge, pensant apporter un élément de
datation supplémentaire : le manuscrit est pour lui postérieur à la découverte du Nouveau-Monde. Mais son argument est contesté.
L’auteur du manuscrit de Voynich n’est pas identifié. Lors de sa redécouverte en 1912, le manuscrit est accompagné d’une lettre en latin de Johannes Marcus Marci, recteur de l’université de Prague, datée d’août 1665 ou 1666, dans laquelle celui-ci précise qu’il pourrait avoir été écrit par Roger Bacon, moine franciscain, philosophe du XIIIe siècle, familiarisé avec les méthodes de codage de textes. En 1962, Kraus reprend cette hypothèse dans sa description. Mais l’identité de l’auteur peut facilement être mise en doute par la datation du manuscrit.

L’histoire du manuscrit.

Le manuscrit apparaît à Prague vers 1586 date à laquelle il est vendu à l’Empereur Rodophe II de Bohème. Il est ensuite confié, entre 1608 et 1622, à Jacobus de Tepenecz, directeur des jardins botaniques dont la signature effacée est visible en lumière infrarouge sur la première page.
Le manuscrit disparaît alors jusqu’en 1665-1666 où il est envoyé par Johannes Marcus Marci au père Athanasius Kircher, prêtre jésuite vivant à Rome. Il est probable que ce soit l’alchimiste Georg Barsh qui, en léguant sa bibliothèque à Marci, lui confie le manuscrit. Récupéré plus tard par Pierre-Jean Becks (1795-1887), alors Général de la Compagnie de Jésus, le manuscrit est intégré à la collection de livres anciens découverte en 1912 par Voynich à la Villa Mondragone. Ne réussissant pas à le revendre, Kraus, dernier acquéreur, l’offre à l’Université de Yale où il est aujourd’hui conservé à la bibliothèque Beinecke Rare Book Room, enregistré sous le numéro MS408.

Les tentatives de traduction.

Tous ses propriétaires ont certainement tenté de percer les secrets du mystérieux manuscrit de Voynich. Il ne subsiste malheureusement aucune trace écrite des premières tentatives de traduction, probablement infructueuses, de Jacobus de Tepenecz, Johannes Marcus Marci et Athanasius Kircher.
Après sa redécouverte par Wilfried Voynich, William Newbold, professeur de philosophie à l’Université de Pennsylvanie étudie le manuscrit et annonce en 1919 avoir décrypté son contenu. Attribuant son écriture à Roger Bacon, il constitue pour lui une preuve que
celui-ci utilisait déjà au XIIIe siècle un microscope lui permettant de décrire la structure de cellules biologiques, et un télescope qui lui permit d’observer la spirale de la galaxie d’Andromède, découverte seulement plusieurs siècles plus tard. Mais ces conclusions extraordinaires furent très vite réfutées.
Parmi les personnes aux compétences diverses, ayant essayé de traduire le manuscrit, certaines essayèrent un code de substitution simple, d’autres imaginèrent des chiffrages plus compliqués, les uns pensèrent qu’il était écrit dans une langue modifiée (ukrainien sans voyelle pour le philologue John Stojko en 1978), les autres y virent un mélange de mots de différentes langues, comme le médecin Léo Levitov en 1987. Mais jusqu’à aujourd’hui, aucun n’est arrivé à produire un texte cohérent.
Le manuscrit de Voynich est écrit dans un alphabet inconnu et unique, comportant entre 23 et 30 caractères simples. Pour faciliter sa traduction, le texte, qui ne présente aucune ponctuation, a été transcrit.
Plusieurs transcriptions ont été proposées historiquement(Friedman, Currier, d’Imporio, ...), définissant chacune des règles de différentiation des composantes de bases de cet alphabet. Aujourd’hui, les spécialistes du manuscrit s’entendent sur l’utilisation de l’alphabet EVA (European Voynich Alphabet) qui attribue aux caractères du voyniche des lettres romaines de façon à former des syllabes pour la plupart prononçables.

À l’aide de cet alphabet, le manuscrit a pu être entièrement transcrit, notamment par Takeshi Takahashi et Jorge Stolfi. Ces transcriptions ont mis en évidence plusieurs particularités du voyniche. D’abord, la distribution des fréquences des caractères simples est semblable à celle des langues humaines. Une analyse statistique du texte a également révélé la très grande régularité de cette langue : en supposant que les espaces séparent les mots, certains d’entre eux sont très courants et peuvent apparaître plusieurs fois par ligne. Sur le recto du folio 78, on peut notamment lire : « qokedy qokedy dal qokedy qokedy ». Ce taux de répétition n’a d’équivalent dans aucun langage
connu.
De plus, la structure même des mots est très régulière: formés d’un préfixe, d’un infixe et d’un suffixe, les mots les plus courants comptent cinq à six caractères et la longueur des mots du voyniche suit une loi binomiale, distribution très rare dans les langages humains. Enfin, certaines syllabes ne se trouvent qu’en début de mots (qo) d’autres jamais en milieu de mot (dy).
Il a également été démontré que le voyniche suit la loi de Zipf, caractéristique de la plupart des langages humains, qui relie la fréquence des mots d’un texte à leurs rangs. En effet, en classant les mots d’un texte quelconque par ordre de fréquences décroissantes, George Zipf constate que la fréquence d’un mot est inversement proportionnelle à son rang dans la liste constituée (ce qui signifie que la fréquence du second mot le plus fréquent est la moitié de la fréquence du premier, la fréquence du troisième mot le plus fréquent, son tiers, etc). Cette égalité, qui n’est vraie qu’en approximation, est indépendante du type de texte ou de la langue considérée.
En étudiant les propriétés statistiques du voyniche, Prescott Currier a pu montrer que le manuscrit est écrit en deux ‘langues’ distinctes : le voyniche A et le voyniche B. Une expertise graphologique a révélé selon lui qu’il a également été écrit par deux mains et
Currier met en évidence la corrélation entre la main et la langue utilisée sur chaque folio. Il en conclut qu’au moins deux personnes ont participé à l’élaboration du
manuscrit.

En résumé, les études du manuscrit de Voynich permettent d’affirmer que :
1. Son code, si code il y a, a résisté à toute tentative de décryptage jusqu’à aujourd’hui.
2. Le voyniche n’est pas formé d’une production aléatoire de syllabes.
3. Il possède certaines caractéristiques des langages humains (loi de Zipf).
4. Il présente également certaines particularités propres comme la répétitivité de certains mots, une distribution binomiale de la taille des mots, et des propriétés
caractéristiques de certaines syllabes.
5. Il semble contenir deux ‘dialectes’ attribuables à deux ‘auteurs’ distincts

Le contenu.

Bien qu’il en ait l’apparence, le manuscrit de Voynich est-il réellement un grimoire de magicien, un traité scientifique, un livret d’alchimie ? Ou n’est-il qu’une remarquable arnaque ?
En effet, face à toutes ces tentatives de déchiffrement vaines, certains spécialistes finirent par penser que le manuscrit de Voynich pouvait n’être qu’une supercherie, probablement élaborée pour arnaquer l’empereur Rodolphe II qui l’acquit pour une somme
importante (l’équivalent de 50 000 euros actuels).
Pour les autres, cette thèse est indéfendable : ils lui opposent la complexité de réalisation du manuscrit et les caractéristiques humaines du voyniche. Cependant, les propriétés statistiques de cette langue ne suffisent pas à rejeter l’hypothèse de l’élaboration d’un faux.
Récemment, Gordon Rugg, professeur au département de mathématiques et d’informatique de l’université de Keele, en Angleterre a essayé d’étayer cette thèse en produisant un texte présentant les mêmes caractéristiques que le voyniche. Pour cela, il a utilisé comme technique de production de mots non aléatoire une méthode de codage connue au XVIe siècle : la grille de Cardan. Elaborée par le mathématicien italien Girolamo Cardano vers 1550, la grille de Cardan est une méthode de décryptage composée d’une carte à trous que l’on vient superposer au texte codé : la grille laisse alors apparaître dans les trous les lettres ou syllabes formant le message. Rugg a utilisé cette méthode à l’envers, avec une grille à trois fenêtres (préfixe, infixe, suffixe) pour générer des mots à partir d’un tableau de 36 colonnes et 40 lignes comportant les syllabes du voyniche. En déplaçant la grille, sur les lignes et colonnes du tableau, des centaines de mots peuvent ainsi être formés. Cette technique lui a permis de reproduire très facilement certaines caractéristiques du voyniche : en fonction du remplissage initial du tableau et du positionnement des fenêtres de la grille, certaines syllabes par exemple, ne sont
jamais associées.
Rugg a également essayé de vérifier si le manuscrit recelait véritablement un message crypté. Il tenta donc de crypter un texte par deux méthodes utilisant ce principe. La première méthode considérait les syllabes du texte en clair comme les infixes du texte crypté, préfixe et suffixe étant déterminés par la grille de Cardan. La deuxième méthode consistait à assigner à chaque caractère un nombre spécifiant la position de la grille de Cardan sur le tableau. Ces deux techniques ont généré des langages beaucoup moins
répétitifs que le voyniche. Rugg en a donc conclu que si l’auteur du manuscrit de Voynich a utilisé la grille de Cardan, il n’a très probablement transcrit qu’une suite
de mots incohérents.
Cependant, le texte produit par Rugg ne présente pas toutes les caractéristiques du voyniche et en particulier il ne vérifie pas la loi de Zipf. Le mathématicientente donc aujourd’hui d’automatiser sa méthode afin de produire à l’aide d’un tableau et de grilles adéquats un texte présentant toutes les caractéristiques de la langue du manuscrit. Le travail de Rugg ne prouve pas que le manuscrit de Voynich est un faux, mais montre que la réalisation d’une telle imposture était possible au XVIe siècle. L’hypothèse d’une arnaque devient plus que vraisemblable lorsque l’on fait quelques recherches sur le personnage de John Dee (1527-1608). Tout porte à croire que c’est bien cet astrologue, mathématicien, alchimiste, magicien, familiarisé à la cryptographie, qui, présent à Prague entre 1584 et 1588 à la cour de Rodolphe II, avec son compatriote anglais Edward
Kelley (1555-1595), a vendu le manuscrit à l’Empereur. Or, Edward Kelley était un escroc notoire. Il se disait médium et se prétendait capable de parler avec les anges, par l’intermédiaire d’un miroir en obsidienne polie, qu’un ange aurait offert à John Dee. Très impressionné par les dons de clairvoyance de son ami, John Dee consigna fidèlement ces communications angéliques . Ensemble, entre le 13 avril et le 13 juillet 1584, ils écrivirent 19 Enochian Calls issus des visions de Kelley et donnèrent naissance à une
langue des Anges, appelée aussi l’Enochien [3]. Cette langue ‘magique’, qui possède son propre alphabet a été très étudiée notamment par Donald Laycock qui parvint même à établir un dictionnaire de référence : The Complete Enochian Dictionary.
Il se trouve que l’énochien et le voyniche ont des particularités étonnamment similaires, difficilement explicables si ces deux langages n’ont pas la même ‘origine’, puisqu’au XVIe siècle, l’énochien n’était connu que de Dee et Kelley. Le voyniche pourrait être
comme le pense Gordon Rugg, une version de l’énochien améliorée du point de vue de la syntaxe (si elle existe réellement), de l’ergonomie de l’alphabet et des propriétés syllabiques.

Conclusion.

Il ne sera jamais possible de prouver que le manuscrit de Voynich est une supercherie et ne contient aucun message codé. Mais le travail récent de Gordon Rugg, décevant sûrement tous ceux qui cherchent à déchiffrer le fascinant manuscrit, rend très plausible cette hypothèse. Elle est de plus, renforcée par la présence avérée de John Dee et Edward Kelley à Prague au moment de la vente du manuscrit à l’Empereur de Bohème.
On ne saura probablement jamais non plus si Dee et Kelley sont les deux mains qui écrivirent le manuscrit. Mais leur élaboration à la même époque, de l’Enochien,
langue imaginaire issue de leurs expériences de communications angéliques, déplace fortement le curseur vraisemblance du côté d’une ingénieuse escroquerie, qui ferait du manuscrit de Voynich une énigme à jamais insoluble.


Dernière édition par spirita33 le Mar 31 Aoû - 0:32, édité 1 fois
avatar
-Z-
VIP
VIP

Nombre de messages : 2916

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par -Z- le Lun 30 Aoû - 23:34

spirita33 a écrit:Le manuscrit n’est pas daté. Cependant, d’après les illustrations et la calligraphie, il semble au premier abord avoir été écrit au XXIIIe siècle.

On a du coups l'explication... L'écriture est inconnue car elle n'existe pas encore... Encore 2 siècles et nous pourrons comprendre ce qui y est écrit....
avatar
astronef
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 669

Re: Le mystère du manuscrit de Voynich[/

Message par astronef le Mar 31 Aoû - 8:53

Smile abandonné par un voyageur du futur sans doute

super topic
je ne connaissais pas La Virga Aurea, belle trouvaille Captain igloo

on pourrait aussi penser au cas des autistes type Aspeger (comme Rainman)dont certain produisent des œuvres très complexes et structurées compréhensibles d'eux même seulement

à ce propos,je vous recommande absolument de lire "Je Suis Né Un Jour Bleu"
de Daniel Tammet qui lui devrait jeter un œil au manuscrit
http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Tammet
un type tout à fait fascinant
quelques reportages sur ce garçon via google vidéo

ce manuscrit n'a pas fini de fasciner les amateurs d'énigmes

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 22 Sep - 20:45