Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Argentine - 3 juillet 1960 - Cardoue

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Argentine - 3 juillet 1960 - Cardoue

Message par Robot U&P le Mer 7 Avr - 15:59

3 juillet 1960 - Yacanto, Cordoue, Argentine


Cette prise, obtenue le 3 juillet 1960 par le Capitaine Hugo F.L. Niotti, constitue les preuves photographiques les plus solides pour l'ufologie Argentine des années 60.

http://ar.geocities.com/mitosdelmilenio2001/ffa.htm

Cette photographie a été prise par Hugo F. Niotti, puis un capitaine de l'AAF. Approximativement à 4:30 P.M., il était dans le secteur du Général Belgrano, à environ 70 kilomètres de la ville de Cordoue. Il a soudainement noté un objet plutôt petit et planant à la droite de la route. Il a saisi son appareil-photo et a pris une photo. Cette photo est considérée comme authentique par le "Servicio de Informaciones de Aeronautica."

http://ufocasebook.com/bestufopictures2.html

Source : Dr. Willy Smith Source originale LA PHOTOGRAPHIE DE YACANTO Par Dr. Willy Smith UFOTYPE : CE 1 DATE : 3 juillet 1960 TEMPS : 4:30 P.M. DURÉE : sec 40. TÉMOINS : 1 ENDROIT : Yacanto, Cordoue, Argentine. (a)

INTRODUCTION. Cette photo est une des meilleures enregistrée en Argentine, mais elle est pratiquement inconnue des ufologues outre atlantique car elle fut éditée en langue espagnole seulement. Peut-être pour cette raison elle a échappé à l'attention des "debunkers professionnels". C'est un cas avec un seul témoin, mais ce témoin est un dirigeant de haut rang de l'Armée de l'Air argentine (AAF), qui par une observation, a obtenu une photographie remarquable en tant que preuve à l'appui de sa rencontre. Même en Argentine, et peut-être en raison de l'association du témoin avec l'AAF, le cas n'a pas fait beaucoup parlé de lui jusqu'en 1977, quand on a rapporté le cas dans la PRESSE d'UFO.

LE TÉMOIN. Le témoin de cette photo est Hugo F. Niotti, capitaine de l'AAF assigné à l'école de l'Armée de l'Air pour être le dirigeant secondaire, école située dans la ville de Cordoue. Malgré ce que beaucoup doivent penser, sa participation dans le cas et ces témoignages n'ont pas affecté sa carrière militaire, et dix-sept ans après, une fois finalement interviewé par Roncoroni, il s'était levé au rang élevé du vice-commandant, occupant une position remarquable dans l'AAF. (C)

L'INCIDENT. Le temps était inclément, typique de ce qu'on compterait pour ce secteur au milieu de l'hiver. Il pleuvait et on pouvait constater que les nuages étaient très bas, peut-être à 100-150 mètres. La route était plutôt glissante, et le capitaine Niotti se concentrait dur sur la trajet. Approximativement au alentour de 4:30 P.M., il était dans le secteur du Général Belgrano, à environ 70 kilomètres de la ville de Cordoue. Il avait fini de négocier un virage large, quand il a soudainement noté un objet plutôt étroit et peu commun planant près de la terre à la droite de la route. Effrayé, il a arrêté la voiture, saisi son appareil-photo, et a pris une photo de l'objet, qui se déplaçait lentement. Tandis qu'il était occupé à enrouler le film pour prendre une deuxième photographie, l'objet commença à accélérer et disparut dans les nuages, qui comme indiqué, étaient très bas. L'incident entier avait duré environ 40 secondes et s'était déroulé dans le silence le plus absolu. Ce silence mystérieux, ajouté au mauvais temps et à la soudaineté de l'incident, a donné au capitaine Niotti un sens d'irréalité, qui l'a déconcerté et la rendu confondu. Dans cette humeur, il a sauté de nouveau dans sa voiture et a continué son voyage à Cordoue, où il a directement faire traiter la photo.

Voici la description de capitaine Niotti's de ce qu'il avait vu. L'objet était conique dans la forme, avec une taille de 7-8 mètres et un diamètre bas de 3-4 mètres, avec son axe presque parallèle à la terre. Il était à une distance de 80 à 100 mètres de nous et se deplaçait très lentement vers les sud, peut-être à 10 km/h, toujours parallèle à la terre. Il tournait, aussi très lentement. Il a alors accéléré très rapidement, atteignant une vitesse de peut-être 200 km/h en 3 ou 4 secondes, et a disparu dans les bas nuages. Cette accélération soudaine sans un bruit était inexplicable au témoin en raison de sa proximité. La couleur de l'objet était un uniforme gris-foncé. La surface était parfaitement lisse et d'aspect métallique.






LA PHOTOGRAPHIE. En tant que dirigeant de l'AAF, Niotti était naturellement reclutant pour divulguer son expérience et au commencement il en parla seulement à quelques autres dirigeants, qui l'ont persuadé d'envoyer les négatifs et les copies à « Revista Nacional de Aeronautica » (ARN) ; les rédacteurs de ce magasine officiel ont communiqué la photo au « Servicio de Informaciones De Aeronautica » (SIA), un service technique disponible à l'Armée de l'Air. Le SIA a donné une réponse positive concernant la photo, et la visée a été rapportée par l'ARN dans son bulletin de novembre 1960. Dans les années qui ont suivi, beaucoup d'examens de cette photo ont été faits par les soi-disant debunkers, et aucune option négative n'a tenu la route. Il y a deux détails intéressants dans la photo qui doivent être soulignés. Quand le capitaine Niotti a vu l'objet, sa perception était d'une couleur uniforme ; ainsi, il a été étonné --après avoir développé le film--- que dans l'image photographique la base du cône est un noir mat, sans gradation de couleur malgré que l'objet était orienté vers le soleil, caché par les nuages. Le reste du cône semblait beaucoup plus léger, au point qu'il est parfois difficile d'obtenir des copies le montrant clairement, dû au contraste entre la base et le fond de ciel. Les bords de la base, dans le négatif original, semblent pointus et bien définis, bien plus définis que d'autres éléments apparaissant dans la photographie.

Il semblerait que la base du cône fut un évier total de rayonnement, ne réfléchissant aucune lumière. La copie de la photo présentée dans ce rapport est un négatif de seconde génération, et sa qualité ne rivalise pas avec les copies faites à partir du négatif original. L'autre détail anormal dans la photo est la présence d'un cheval dont la tête est tournée, sans son attention vis à vis de l'objet. Néanmoins, le cheval semble regarder directement l'objet, placé à mi-chemin entre lui et la route. L'existence du cheval est chanceuse, car elle a permis quelques évaluations des tailles et des distances. Les investigateurs argentins ont effectué de la "photogrammétrie" en utilisant le négatif original, et rapportent que le cheval est à environ 80 mètres de la route, qui place l'objet à pas plus de 50 mètres de capitaine Niotti.

Sur la base de ces évaluations, les dimensions du cône étaient de 7 M de hauteur et 6 M de diamètre. Il se trouvait à 17 mètres au-dessus de la terre, en bon accord avec les chiffres indiqués par le capitaine Niotti. Mais le détail le plus intéressant, que j'ai réservé pour la fin, est que capitaine Niotti a été extrêmement étonné quand il a inspecté les copies de la photo et a vu le cheval, car il n'avait pas noté sa présence pendant l'incident. C'est une indication claire de sa concentration tout en prenant la photo, et sa désorientation après le départ soudain de l'objet quand il a juste sauté de nouveau dans sa voiture et a continué son voyage.

COMMENTAIRE. Un cas avec un seul témoin n'est même pas considéré en grande majorité, mais dans ce cas nous avons deux circonstances qui permettent une exception à la règle. D'abord, il s'agit d'un témoin compétent, par sa profession pour observer les détails. il a réagi promptement, saisissant son appareil-photo et sautant de sa voiture pour obtenir un document graphique unique. Non seulement la photo à plusieurs reprises s'est avérée véritable, mais il est inconcevable qu'un dirigeant de l'Armée de l'Air compromettrait sa carrière avec une fabrication qui ne lui apporterait a part des problèmes et le doute.

Pour ceux qui connaissent le Vice-commandant Niotti, cette option est impensable.

RÉFÉRENCES : 1. Roncoroni, G. ; LA FUERZA AEREA ARGENTINE de FOTO DE ONVI AVALADA POR, dans la PRESSE #3 d'UFO, avril 1977.

http://www.ufoevidence.org/cases/case873.htm]http://www.ufoevidence.org/cases/case873.htm

Source d'origine : UNICAT (Argentine)
Traduction I - www.ufoevidence.org (Anglais)
Mise en pages et correctif manuel : www.ufologie-paranormal.org
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 12:47