Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

En Papouasie Nouvelle-Guinée, on continue de brûler les sorcières

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30569

En Papouasie Nouvelle-Guinée, on continue de brûler les sorcières

Message par Schattenjäger le Mer 21 Jan - 13:26



Manifestation le 16 mars 2006 en Papouasie/Jayanti AFP

FAIT DIVERS -

Une femme suspectée de magie noire a été immolée par ses voisins mardi matin près de Mount Hagen, dans une zone rurale...Elle n’avait pas 20 ans. Mardi, une jeune femme a été traînée de force hors de chez elle, déshabillée, ligotée, bâillonnée, attachée à un poteau et brûlée vive après qu’on ait enflammé une pile de pneus. Les habitants de son voisinage, près de Mount Hagen, dans une région montagneuse et reculée de Papouasie Nouvelle-Guinée, pensaient qu’elle était une sorcière.

Le décès de cette jeune femme vient s’ajouter sur une liste déjà longue. Celle des hommes et femmes accusées de magie noire dans cette nation du Pacifique Sud, torturés et tués selon des traditions ancestrales. Ces victimes sont souvent des boucs émissaires. Lorsque des décès inexpliqués frappent les communautés, des groupes d’hommes se forment et châtient quelqu’un pour ces supposés pouvoirs magiques.

«Même les proches de la victime ne parlent pas»

«On a beaucoup de difficultés sur un certain nombre d’incidents de ce genre, explique à CNN Simon Mauba, commissaire adjoint de la police nationale et commandant de la région des Highlands, où le bûcher a été dressé. Les gens ne veulent pas raconter les circonstances, ce qu’ils ont vu. On essaie de les convaincre de nous aider. Même les proches de la victime ne parlent pas. Mardi matin, quelqu’un a pourtant perdu sa mère, sa fille, sa sœur...»

Mauba poursuit: «Ce sont les gens des environs qui ont découvert le bûcher. En voulant connaître la cause du feu, ils ont vu quelqu’un en train de brûler. C’était horrible.»

Au moins 50 cas l’an passé

Et terriblement fréquent. Le journal «Post-Courier» explique ce jeudi que près de 50 personnes sont mortes pendant l’année 2008 dans deux provinces des Highlands après avoir été accusées de pratiquer la magie noire.

Bruce Knauft, professeur d’anthropologie à l’Emory University qui vécut dans un village d’une province occidentale de la Papouasie Nouvelle-Guinée au début des années 1980, a remonté les histoires familiales de sa communauté sur 42 années. Il a découvert qu’un adulte sur trois était décédé d’une mort violente: «Et la grande majorité de ces homicides était le meurtres collectifs de sorciers présumés, écrit-il dans son livre From Primitive to Postcolonial in Melanesia and Anthropology (University of Michigan Press, 1999).

Sorcellerie et virus du sida

Ces dernières années, c’est le virus du sida qui a provoqué un regain de ce type de rituel sanglant. Les Nations unies ont fait part de leur inquiétude alors que l’épidémie se propage et que le pays compte près de 90% des séropositifs de la zone Pacifique (voir encadré).

Et dans les villages les plus isolés, les gens accusent les sorcières, et non le virus, lorsqu’une victime de l’épidémie succombe. «Nous avons un certain nombre de cas où les personnes ont été tuées parce qu’elles étaient accusées de “transmettre” le virus», ajoute le commissaire Mauba.

Les raisons qui ont conduit la jeune fille au bûcher ne sont toujours pas connues. La police a prévenu qu’elle se concentrait sur l’arrestation des meurtriers, pas sur les spéculations à l’origine du drame. En Papouasie Nouvelle-Guinée, les croyances dans la sorcellerie ne sont pas prêtes de partir en fumée.

M.Gr.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 13:49