Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Les mystérieux cercles de fées de Namibie sont « vivants »

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Les mystérieux cercles de fées de Namibie sont « vivants »

Message par Apollyôn le Sam 7 Juil - 13:29

En Namibie, à la lisière orientale du désert du Namib, se trouve une vaste étendue de prairies clairsemées, laquelle constitue le théâtre d'un mystère de la botanique qui défie les chercheurs. Grâce aux 5 à 10 centimètres de pluie qui tombent là-bas en moyenne chaque année, des graminées parviennent à pousser sur un sol sablonneux, mais cette pauvrichonne couverture végétale est trouée par une multitude de taches circulaires, délimitées par un rond d'herbes plus denses et plus élevées que partout ailleurs, ainsi qu'on peut le voir sur la photographie ci-dessus, comme si une myriade de petits Attila s'étaient assis sur le sol et avaient empêché l'herbe d'y repousser.



Selon la tradition locale, ces cercles de fées sont les empreintes de pas que les dieux laissent sur Terre. Quand, en 2005, à l'occasion de vacances qu'il passe en Namibie, l'entomologiste américain Walter Tschinkel fait la connaissance du phénomène, il se dit, un peu par déformation professionnelle : "De toute évidence, c'est causé par des termites." Soit, imagine-t-il, leurs galeries souterraines tuent la végétation par en-dessous, soit ces insectes relarguent des composés chimiques qui empoisonnent la végétation, raconte la revue Science dans l'article qu'elle vient de consacrer à Walter Tschinkel. Deux ans plus tard, celui-ci revient sur le terrain, se met à creuser dans les cercles de fées et ne trouve aucun indice permettant de valider l'hypothèse des termites. D'autres théories voulant expliquer ces motifs n'ont d'ailleurs pas bien résisté à l'analyse, comme celles de la radioactivité du sol, de l'influence néfaste de plantes sur leurs voisines, de remontées d'hydrocarbures contenus dans le sous-sol ou d'une organisation spécifique de la végétation dans des conditions de stress hydrique, capable de générer des "no plant's lands".

Face à tous ces échecs, Walter Tschinkel s'est dit qu'avant de trouver la cause du phénomène, il fallait d'abord bien le connaître et notamment savoir sur quelle échelle de temps il se produisait. Certains avaient en effet cru que les taches étaient permanentes mais ce n'est en réalité pas le cas et, dans un article paru le 27 juin dans PLoS ONE, l'entomologiste américain, qui s'est pris de passion pour les cercles de fées namibiens, montre que ces structures étranges possèdent un véritable cycle de vie. Pour arriver à le déterminer, l'homme n'a ménagé ni son argent ni sa peine. Il a tout d'abord acheté un jeu de photos satellite prises à quatre ans d'intervalle, en 2004 et 2008, afin de détecter des traces d'évolution. Il les a ensuite couplées à des images de Google Earth et à des vues aériennes et s'est également rendu sur le terrain, pour examiner les cercles qui avaient changé d'aspect.



Le premier constat est que, à la différence des ronds de sorcières, bien connus des amateurs de champignons, qui voient leur rayon croître sensiblement année après année, les cercles de fées n'évoluent que très peu. Leur rayon est compris entre 2 et 12 mètres et il ne varie guère une fois que les cercles se sont formés, un peu comme s'ils "naissaient" avec leur taille adulte. Ceux-ci apparaissent assez vite et se caractérisent d'abord par la disparition des végétaux, qui crée la tache. Puis, dans une phase dite de "maturation", la couronne d'herbes s'installe. Ensuite vient une période de stabilité au cours de laquelle rien ne change, sauf pour quelques cercles minoritaires qui gagnent légèrement en superficie. Au cours de cette phase, le disque dénudé se creuse sous l'action de l'érosion éolienne et prend une forme légèrement concave. Au bout de plusieurs années, l'"agonie" du cercle de fées commence et celui-ci se revégétalise. Seul demeure son "fantôme", c'est-à-dire la couronne d'herbes plus hautes qui finit par disparaître. Dans de très rares cas, le cercle, après être allé jusqu'à l'état de fantôme, ressuscite en se vidant à nouveau de ses plantes.

En comparant les images entre elles et en les confrontant aux observations sur le terrain ainsi qu'au registre des cercles de fées "vendus" aux touristes, Walter Tschinkel a pu extrapoler la durée de vie moyenne de ces structures : 41 ans. Les taches dotées d'une surface moyenne (entre 30 et 60 m2) bénéficient de la longévité la plus importante (jusqu'à 75 ans) tandis que celle des naines et des géantes est réduite. Grâce à ces travaux, les chercheurs savent que les cercles de fées de Namibie constituent un processus dynamique mais cela ne fait finalement qu'ajouter un peu plus de complexité au mystère. Reste donc le plus compliqué pour les biologistes : déterminer ce qui peut bien être à l'origine du phénomène et pourquoi celui-ci se maintient sur des échelles de temps aussi longues puisque ce cycle de vie dure des décennies...

source : http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/07/02/les-mysterieux-cercles-de-fees-de-namibie-sont-vivants/


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
OLOVNI
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 1952

Re: Les mystérieux cercles de fées de Namibie sont « vivants »

Message par OLOVNI le Sam 7 Juil - 14:31

Sur 30cm , le sol heberge 80% de la biomasse vivante du globe ! Allez savoir ce qui se passe dans un sol qui est bourré de bactéries et d 'une myriades d 'espèces en tout genre ,
Vers , acariens , arachnides, cloportes et d'innombrables espéces de bactéries et de champignons Et je ne parle pas des interactions avec la chimie du milieu..Au final c 'est bien plus complexe que ce qui se passe au- dessus
avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Les mystérieux cercles de fées de Namibie sont « vivants »

Message par FLAM le Sam 7 Juil - 15:02

@OLOVNI a écrit:Vers , acariens , arachnides, cloportes et d'innombrables espéces de bactéries et de champignons
Beuuurk !


___________________


avatar
Mysan
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 940

Re: Les mystérieux cercles de fées de Namibie sont « vivants »

Message par Mysan le Sam 7 Juil - 18:09

etrange mais bon : tout probleme a sa solution accessible ou non
donc je dit : un fantome d'elephant.


___________________


Etudiant en sciences de la vie et de la Terre à Rennes.
study
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Les mystérieux cercles de fées de Namibie sont « vivants »

Message par Apollyôn le Ven 29 Mar - 19:00



___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30953

Nouvelle théorie pour les cercles de fées

Message par Schattenjäger le Sam 13 Juil - 12:51

Nouvelle théorie pour les cercles de fées



S' il est un mystère naturel qui intrigue, c' est bien celui des cercles de fées, ces zones vides au beau milieu d' un trop plein végétal.

Les anciens disaient y voir des traces de pas des dieux. Plusieurs hypothèses ont étées évoquées pour tenter d' expliquer ces cercles mystèrieux:

Pluie de météorites, sol toxique, remontées de gaz, et dernièrement l' explication des termites des sables ( sujette à caution ), mais aucune ne fait réellement l' unanimité.

Un chercheur de l'Université libre de Bruxelles, Cristian Fernandez-Oto, publie une étude qui pourrait répondre à cette énigme de mère nature.

Grâce à des simulations informatiques, Il est arrivé à une conclusion simple mais logique, tout viendrait d' une technique végétale pour survivre... Explication:

En zone aride, l'eau est rare. Quand les plantes veulent l' obtenir, leur rapprochement est limité par la taille de leurs racines qui deviennent une véritable flore souterraine.

Ce réseau va permettre aux plantes de pousser entre elles en toute harmonie.

Pour ce qui est des cercles de fées, le processus est différent. Dès lors qu'une terre sans végétation se réduit, les plantes à la frontière entre zone aride et fertile se regroupent, les obligeant à se bagarrer pour l'eau, créant du même coup en sous-sol un enchevêtrement de racines.



La taille de ces dernières limitant les plantes dans leur développement, les végétaux vont alors se regrouper à la surface du sol.

Le chercheur relève d' ailleur un rapport entre la taille de ces cercles et les points d' eau dans les prairies de l' Angola, de l' Afrique du Sud ou encore de la Namibie.

Beaucoup moins poétique que les fées, hélas, cette hypothèse n' en demeure pas moins fort logique...
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Les mystérieux cercles de fées de Namibie sont « vivants »

Message par Apollyôn le Sam 7 Sep - 13:54

Une équipe de chercheurs internationale a développé une nouvelle théorie pour expliquer le mystère des "cercles de fées", ces formes circulaires qui apparaissent sur le sol des déserts africains. Ils seraient dus à une compétition aux ressources entre les plantes.



Le mystère des "cercles de fées" n'est visiblement pas totalement élucidé. En mars dernier, des chercheurs avaient annoncé avoir trouvé l'origine de ces cercles intrigants qui apparaissent sur le sol des déserts africains, notamment en Namibie. Ces disques circulaires mesurent généralement plus de 2 m de diamètre mais leur surface, stérile, est cernée par une étonnante couronne de végétation (à partir de 0'30 sur la vidéo). Grâce à leurs travaux, les scientifiques avaient découvert que ces formations pouvaient être dues à des termites de sable.

Mais cette hypothèse est visiblement loin de convaincre tous les spécialistes puisque aujourd'hui, une nouvelle théorie a vu le jour. D'après une étude publiée dans la revue PLoS ONE, les cercles de fées seraient plutôt liés à la féroce compétition à laquelle se livrent les plantes pour accéder aux ressources. C'est une équipe dirigée par Michael Cramer de l'Université du Cap en Afrique du Sud qui est arrivée à cette conclusion en réalisant de nouvelles analyses sur les fameux cercles, convaincue que les termites n'étaient pas les principales responsables.

"Je pense que le principal obstacle que ces explications doivent surmonter est de trouver l'origine de l'espacement régulier des cercles, de leur circularité approximative et de leur taille", a déclaré Michael Cramer à LiveScience. "Il n'existe pas de raison réelle pour laquelle des termites produiraient des cercles aussi larges et aussi uniformément espacés", a t-il ajouté. De plus, la longévité de ces cercles a également de quoi étonner puisque les petits peuvent rester là durant plus de 20 ans et les grands jusqu'à 75 ans.


Le mystère des cercles de fées expliqué par une nouvelle théorie par Gentside Découvertes

Parmi les hypothèses évoquées ces dernières années, certaines chercheurs avaient estimé que ces formations pouvaient être dues à un mode d'organisation des plantes. Une théorie que le biologiste et sa collègue Nichole Barger de l'université du Colorado trouvaient plus convaincante, c'est pourquoi ils ont décidé de la tester. Pour cela, les chercheurs ont mesuré la taille, la densité des cercles de fées ainsi que la surface qu'ils occupent en Namibie. Puis ils ont collecté des échantillons de sol à différentes profondeurs à l'intérieur et en dehors des cercles.

Ils ont alors analysé ces derniers en se concentrant sur la quantité de nutriments et d'eau contenue dans chaque. Enfin, ils ont inséré les résultats obtenus ainsi que des données climatiques sur le taux de précipitation et les températures notamment, dans des modèles informatiques. "Nous avons trouvé que la taille des cercles, leur densité et le degré auquel ils occupaient le paysage étaient tous associés à la quantité de ressources disponibles", a indiqué Cramer.

En particulier, les chercheurs ont observé que les cercles de fées étaient plus petits s'il y avait plus de ressources tels que de l'azote dans le sol ou de la pluie. Ils ont également constaté que les pluies avaient un impact important sur la distribution des cercles : ceux-ci n'apparaissaient que dans les zones où il y avait juste le bon apport de pluie (ni pas assez, ni trop). Ces résultats ont ainsi permis aux scientifiques de conclure qu'une compétition entre les plantes pouvaient être responsables de ces formations.

Au départ, l'herbe pousse de façon homogène dans le désert namibien mais des pluies clairsemées et un sol pauvre en nutriments créent ensuite une féroce compétition entre les herbes. Les plantes fortes se mettent à absorber toute l'eau et les nutriments présents, causant irrémédiablement la mort de leurs voisines plus faibles et formant un trou stérile dans le paysage. Et plus la compétition se poursuit, plus le trou sans végétation s'étend. Il devient alors une sorte de réservoir d'eau et de nutriments pour les plantes qui se développent à la périphérie, donnant la forme caractéristique du cercle de fées.

Selon le biologiste, les observations faites ont un sens puisque les herbes plus grandes n'auront pas besoin d'un réservoir important de ressources pour se développer et survivre si de l'eau et des nutriments sont déjà présents dans l'environnement. Les cercles seront donc plus petits. En revanche, l'herbe aura besoin d'un plus vaste réservoir si la quantité de ressources disponibles est faible, créant alors un plus grand cercle. Le fait que ces formations n'apparaissent que dans des zones au taux de pluies adéquat a également un sens, d'après Michael Cramer.

En effet, s'il y avait trop de pluie, les ressources abondantes réduiraient la compétition et provoqueraient la disparition du cercle. Et s'il n'y en avait pas assez, la compétition deviendrait trop sérieuse et le cercle disparaitrait également avec la mort des plantes. Pour les mêmes raisons, les différences de précipitations d'une année à l'autre pourraient donc être à l'origine de l'apparition et la disparition des cercles au fil du temps. En prenant en compte toutes ces informations, les chercheurs ont réussi à prédire la distribution des cercles de fées avec une précision de 95%.

Une théorie à développer

Michael Cramer et ses collègues ne nient pourtant pas le rôle des termites. "Ce qui forme les cercles est la compétition entre les plantes. Les termites sont un phénomène secondaire, et leur rôle est de maintenir les cercles en tuant les herbes qui poussent au centre", a(t-il expliqué. Toutefois là encore, la théorie de la compétition entre plantes ne convainc pas tous les scientifiques.

Yvette Naudé, une géochimiste de l'université de Pretoria en Afrique du Sud a indiqué qu'il était agréable d'entendre une théorie n'impliquant pas des insectes pour expliquer les cercles de fées. Mais "la façon dont une compétition pour les ressources entre des herbes peut induire une mortalité aussi abrupte et synchronisée sur une parcelle entière est incertaine", a expliqué la spécialiste à LiveScience. "La réponse au mystère des cercles de fées demeure ailleurs", a t-elle ainsi estimé.

D'autres scientifiques estiment cependant qu'on se rapproche de la solution. "C'est une très bonne théorie qui prend en compte toutes les caractéristiques des cercles de fées. Aucune autre cause proposée n'a fait cela auparavant", a fait remarquer Walter Tschinkel, biologiste de l'Université de Floride. Pour confirmer leur théorie, Michael Cramer et ses collègues entendent donc poursuivre leurs travaux en réalisant notamment des tests expérimentaux. (crédits photo : Norbert Jürgens)
source : http://www.maxisciences.com/cercle-de-f%e9es/le-mystere-des-cercles-de-fees-explique-par-une-nouvelle-theorie_art30698.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 22 Fév - 0:08