Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Mer 20 Juin - 17:28

Sans doute un coup préparé bien à l'avance pour le directeur de Wikileaks. Affaire à suivre dans les prochains heures - http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/06/19/julian-assange-a-demande-l-asile-politique-a-l-equateur_1721441_651865.html
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Mer 20 Juin - 17:31

WikiLeaks: négociations pour résoudre le cas Assange terré à l'ambassade d'Equateur



Des policiers britanniques devant l'ambassade d'Equateur à Londres, le 20 juin 2012 (AFP)
-
A
Des tractations diplomatiques sont en cours mercredi après le coup de théâtre du fondateur de WikiLeaks, Julian , qui a passé sa première nuit réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres pour échapper à son extradition vers la Suède.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a réaffirmé mercredi être en "discussion" avec les autorités équatoriennes, à qui l'Australien de 40 ans a demandé l'asile politique.

Des négociations pourraient aussi impliquer la Suède pour que ce pays s'engage à ne pas remettre Julian Assange aux Etats-Unis, comme le craint le cyber-warrior, a estimé Helena Kennedy, avocate qui a conseillé dans le passé l'équipe de défense de l'Australien.

Si les Equatoriens reçoivent un telle garantie, "je pense qu'ils n'auront pas d'objection à le laisser partir pour la Suède", a-t-elle estimé sur la BBC.

Ce nouveau développement dans la saga Assange met dans l'embarras les autorités britanniques. Pendant plusieurs heures mercredi, le ministère de l'Intérieur, le ministère des Affaires étrangères et Soca, l'agence britannique du crime organisé, chargée de l'application des mandats d'arrêt européen, se sont renvoyé la balle pour communiquer sur l'affaire. Jusqu'à ce que le Foreign Office publie mercredi en fin de matinée un court communiqué reprenant les grandes lignes d'une réaction publiée la veille au soir.

Julian Assange a pris de court mardi tout le monde, y compris ses partisans, en se réfugiant à l'ambassade d'Equateur. Un rebondissement qui intervient alors qu'il a épuisé tous les recours juridiques au Royaume-Uni pour éviter son extradition vers la Suède, après un marathon judiciaire de 18 mois.

Son extradition n'était plus qu'une question de jours, a affirmé Helena Kennedy.

"J'ai été surpris", a reconnu Vaughan Smith, un ancien journaliste qui a hébergé pendant des mois Julian Assange. "Je pense qu'il craint pour sa vie et il craint que s'il va en Suède, il sera envoyé en Amérique", a-t-il réagi mercredi sur la BBC.

La justice suédoise souhaite interroger Julian Assange dans une affaire de viol et agression sexuelle présumés, des accusations qu'il a toujours catégoriquement niées, affirmant que les relations étaient consenties.

Depuis que l'affaire a éclaté fin 2010, au moment où son site internet WikiLeaks publiait des documents diplomatiques confidentiels américains, il ne cesse de répéter qu'il est victime d'un complot des Etats-Unis. Son inquiétude, martelée par ses avocats, est que la Suède l'extrade aux Etats-Unis, où il pourrait y encourir la peine de mort pour espionnage.

Il a choisi l'Equateur qui lui avait proposé de l'accueillir dès novembre 2010, au moment où il avait provoqué l'ire de Washington en publiant des milliers de télégrammes diplomatiques.

Sur le plan juridique, il est désormais "passible d'arrestation" pour avoir enfreint les dispositions de sa liberté conditionnelle accordée par la justice britannique fin 2010, a indiqué Scotland Yard.

Il est notamment soumis à un couvre-feu, doit résider à une adresse prédéterminée et se présenter quotidiennement à un commissariat de police. Le bracelet électronique qu'il doit porter en permanence l'empêche théoriquement de prendre la fuite.

Une trentaine de journalistes étaient postés mercredi devant l'ambassade, où aucun partisan de Julian Assange n'était visible. Depuis l'Australie, sa mère a elle estimé que le dernier coup de théâtre de son fils était "un dernier effort désespéré".
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par canon le Mer 20 Juin - 17:59

pinaise : la liberté , une espece en voie de disparition
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8010

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par casseron le Mer 20 Juin - 18:04

L'Occident aime la liberté à géométrie variable. Mobilisation légitime pour Timochenco, Yan Susy, mais rien pour Assange.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Mer 20 Juin - 18:19

Il semblerait que le président d'Equateur ai réagit il y a peu de temps, en la faveur d'Assange. Mais il n'est pas la personne qui prendra la décision. En tout cas, si son "action désespéré" peu aboutir, ça affolera les USA.

Si les USA arrive à placer la main sur Assange, je n'ai aucun doute sur la fin de l'histoire. Un malheureux accident...
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Mer 20 Juin - 18:23

Ce qui est triste, c'est que la France relais seulement des infos copié-collé entre elles, concernant l'affaire Assange. Nous n'avons presque aucune information. Ce qui est bien différent dans la presse anglo-saxonne.

avatar
kusabaka
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 249

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par kusabaka le Mer 20 Juin - 23:15

S'ils arrivent à le faire disparaitre (dans un accident), on ne saura jamais rien de ce qu'il sait.
La seule liberté qu'on veut bien nous laisser, c'est de ne rien savoir !!
avatar
Johnny Guoyot
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 8361

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Johnny Guoyot le Jeu 21 Juin - 12:00



___________________


Les soucoupes volantes et les extraterrestres, c'est comme la hausse du pouvoir d'achat et la baisse des impôts, on en parle tout le temps mais on ne les voit jamais venir!
          
                                                             
 
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Jeu 21 Juin - 13:23

Pour le moment, l'Equateur se voit favorable pour la réception de Assange, si il risque une peine de mort, ou si il y a une justice non équitable contre lui. Ils se prononce en soirée normalement.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Dim 24 Juin - 22:39

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange s'exprime à partir de l'ambassade d'Equateur. Les gouvernements australien et américain « jouent sur les mots »

par Richard Phillips

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange s'est exprimé aujourd'hui à partir de l'ambassade d'Equateur à Londres pour parler de l'intensification de l'attaque contre ses droits démocratiques et des raisons pour lesquelles il a été contraint de demander l'asile politique à l'Equateur.

Interviewé par l'émission « Breakfast » de la station de radio australienne ABC, Assange a réfuté les démentis des gouvernements australien et américain de l'existence d'une mise en examen par un jury d'accusation pour espionnage ou autres chefs d'accusation forgés de toutes pièces. Il a carrément rejeté les déclarations du premier ministre australien Julia Gillard disant que son gouvernement lui apportait « un soutien consulaire suivi ».

Le gouvernement Obama, étroitement aidé par le gouvernement australien, cherche à mettre Assange en prison pour les publications par Wikileaks de milliers de documents du gouvernement américain ou d'autres gouvernements, révélant au grand jour leurs crimes de guerre et activités antidémocratiques.

La police britannique a déclaré qu'Assange sera arrêté s'il quitte l'ambassade d'Equateur. Dans le même temps, les entreprises médiatiques intensifient leurs diffamations à l'encontre de l'éditeur de Wikileaks âgé de 40 ans. Les organes de presse qualifient Assange de « malhonnête », « affabuliste », « amoral » et « lâche ».

Les médias britanniques ont aussi cherché à attiser le ressentiment contre Assange des personnes qui on payé les 24 000 livres de caution en décembre 2010. Mais leur tentative a échoué. L'auteur Phillip Knightley par exemple a déclaré qu'il soutenait entièrement Assange et qu'il donnerait encore de l'argent pour d'autres cautions parce que l'éditeur de Wikileaks est « victime des systèmes judiciaires suédois et britanniques présentant de sérieux défauts. »

Assange a dit à radio ABC qu'il rejetait les déclarations selon lesquelles il refuserait l'extradition vers la Suède pour « éviter un interrogatoire. » Il a dit qu'il ne s'opposait pas à un interrogatoire mais que ce qui l'inquiétait étaient les conditions d'extradition de la Suède et les démarches des Etats-Unis pour l'incarcérer dans une prison américaine.

Il a dit que s'il était extradé en Suède, il serait détenu et gardé en prison aussi longtemps que durerait l'enquête sur la soi-disant attaque sexuelle. Assange a aussi fait remarquer que les autorités suédoises exigeaient qu'on ne lui laisse pas le temps de faire appel auprès de la Cour européenne des droits de l'homme. Il a dit que le refus du procureur suédois de l'interroger en Grande-Bretagne, ou par téléphone, l'avait «coincé » pendant tout ce temps en Grande-Bretagne.

En réponse aux déclarations des gouvernements américain et australien que Washington ne cherchait pas à l'extrader vers les Etats-Unis, Assange a dit qu'une action en justice était déjà en cours et « rendue publique ».

Il a dit que le ministère américain de la Justice « joue à un petit jeu, et ce petit jeu, c'est de refuser de confirmer ou d'infirmer l'existence d'un jury d'accusation. Et en conséquence, la presse se dit "bon, ils ne confirment pas, alors on ne peut pas vraiment faire un papier là-dessus." »

« Mais ce n'est pas vrai », a dit Assange. « Il y a des confirmations publiques partout, il y a de multiples témoins partout, il y a des témoignages dans les tribunaux militaires sur l'existence de ce qui est en train de se tramer dans ces 48.000 pages, et qu'on y parle des fondateurs et directeurs de Wikileaks. »

Assange a dit que deux personnes avec lesquelles il avait précédemment travaillé, Jérémie Zimmermann et Smàri McCarthy, avaient récemment été détenues dans des aéroports américains et interrogées par des responsables du FBI sur les activités de Wikileaks.

Assange a ajouté que les Etats-Unis dépensaient de « vastes ressources » pour leurs opérations contre lui. Il a révélé que Wikileaks venait de découvrir que le ministère de la Justice avait accordé un contrat de deux millions de dollars à MANTEC, une compagnie de systèmes informatiques, pour poursuivre les opérations du système informatique du gouvernement à l'encontre de Wikileaks.

Les déclarations par le procureur général australien Nicola Roxon et le ministre des Affaires étrangères Bob Carr que Canberra apportait une aide consulaire importante sont fausses, a dit Assange. « Qu'est ce qu'ils racontent? » a-t-il demandé. Depuis décembre 2010 personne à la Haute commission australienne ne l'a rencontré. « Ils envoient des sms disant 'M. Assange a-t-il des inquiétudes?' mais ils le font pour pouvoir cocher une case. »

L'éditeur de Wikileaks a dit à radio ABC que lorsqu'il avait envoyé par écrit ses inquiétudes à Canberra, la réponse avait été « une fin de non-recevoir pour tout ».

Assange a dit qu'il était nécessaire de se concentrer sur « les questions essentielles » de cette attaque contre ses droits fondamentaux.

« Dans une affaire où la vérité est de votre côté, ce qui vous sert le moins c'est le manque d'examen minutieux, donc j'accueille à bras ouverts l'examen minutieux des faits. » Il a dit que c'était l'unique façon de démasquer « la rhétorique mielleuse de l'ambassadeur américain en Australie, de Gilliard et du ministre des Affaires étrangères. Et ça, il faut vraiment que cela cesse. »

Le porte-parole de Wikileaks Kristinn Hrafnsson a dit hier que contrairement à de précédentes déclarations des médias, Assange n'avait pas « la moindre idée » de quand une décision serait prise concernant sa demande d'asile.

Il a dit que le gouvernement équatorien attendait encore d'avoir des informations des autorités du Royaume-Uni, des USA et de la Suède. Il a dit qu'il resterait à l'ambassade jusqu'à ce que l'affaire soit réglée.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Mer 27 Juin - 19:28

WikiLeaks: plus de 10.000 mails de soutien à Assange reçus dans des ambassades d'Equateur
(AFP) – Il y a 15 heures
QUITO — Les ambassades d'Equateur aux Etats-Unis et au Royaume-Uni ont reçu plus de 10.000 mails en soutien à la demande d'asile politique déposée par le fondateur de WikiLeaks.
"Plus de dix mille courriers électroniques ont été reçus pour le moment", indique le ministère équatorien des Affaires étrangères dans un communiqué publié à Quito.
"Des milliers de personnes qui se rejoignent pour demander au gouvernement d'Equateur d'accorder l'asile à Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, ont envoyé des messages constants pour exposer leur raisons", ajoute le communiqué.
Quito a reçu une demande d'asile de la part du fondateur australien de WikiLeaks, réfugié depuis le 19 juin à l'ambassade équatorienne à Londres afin d'échapper à son extradition en Suède pour une affaire de viol présumé.
Julian Assange craint d'être ensuite extradé vers les Etats-Unis pour y être jugé pour espionnage, après la divulgation par son site de plus de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.
Une lettre en faveur de la demande d'asile a également été adressée au président équatorien Rafael Correa par l'association américaine Just Foreign Policy, qui réclamé un changement de la politique étrangère américaine.
Parmi les signataires figurent notamment les réalisateurs Michael Moore et Oliver Stone, l'acteur Dany Glover ou le philosophe Noam Chomsky.
Estimant que le seul "crime (de M. Assange) est d'avoir fait du journalisme", les auteurs de la lettre dénonce une tentative d'"atteinte à la liberté de la presse et au droit du public de connaître d'importantes vérités relatives à la politique extérieure américaine".
M. Correa, un dirigeant de gauche très critique envers les Etats-Unis, a déjà manifesté de la sympathie pour le fondateur de WikiLeaks et prévenu que son pays n'accepterait pas de "persécution politique".
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Macha le Mer 27 Juin - 19:31

Schattenjägger a écrit:Estimant que le seul "crime (de M. Assange) est d'avoir fait du journalisme", les auteurs de la lettre dénonce une tentative d'"atteinte à la liberté de la presse et au droit du public de connaître d'importantes vérités relatives à la politique extérieure américaine".
M. Correa, un dirigeant de gauche très critique envers les Etats-Unis, a déjà manifesté de la sympathie pour le fondateur de WikiLeaks et prévenu que son pays n'accepterait pas de "persécution politique".

Voilà c'est exactement ce que je pense !
J. Assange n'a fait que son job de journaliste ! Et pourquoi n'y a-t-il pas une enquête pour savoir qui a aiguillé J. Assange, qui lui a donné ses informations ?

Il fallait un bouc émissaire et il était tout trouvé !
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Mer 27 Juin - 19:37

J. Assange n'a fait que son job de journaliste ! Et pourquoi n'y a-t-il pas une enquête pour savoir qui a aiguillé J. Assange, qui lui a donné ses informations ?
C'est un jeune militaire qui lui à fournit les infos en question. Il l'on déjà arrêté et mis en prison à vie.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Macha le Mer 27 Juin - 20:24

Effectivement, Bradley Manning est emprisonné en attente de son procès ! mais je doute qu'il ait été le seul informateur de Assange !
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Dim 8 Juil - 15:56

Assange et WikiLeaks ouvrent un nouveau front en Syrie

Alors qu’Assange traverse un épisode judiciaire très difficile, WikiLeaks a commencé hier la divulgation de plus de deux millions de courriels sur la Syrie.


Ne jamais compter sur Julian Assange pour se laisser abattre. Alors que le fondateur de WikiLeaks est réfugié à l'ambassade londonienne d'Équateur depuis le 19 juin pour échapper à une désormais inéluctable extradition, l'organisation a tenu une conférence de presse, hier, et ouvert un nouveau front : celui de la Syrie.

Assange retenu, c'est une porte-parole de WikiLeaks, Sarah Harrison, qui a présenté cette nouvelle opération, Syria Files (« Dossiers syriens »). Cette fois, la divulgation concerne plus de deux millions de mails (rédigés entre août 2006 et mars 2012) émanant de personnalités syriennes au pouvoir.

Est-on face, avec ce Syria Files, à un épisode aussi fort que l'Iraq War Logs (mis en ligne, en octobre 2010, de près de 400.000 documents secrets sur la guerre en Irak qui ont révélé le nombre impressionnant de victimes civiles) ou le Cable Gate (divulgation, en novembre 2010, de quelque 250.000 télégrammes de la diplomatie américaine) ? C'est possible.

Le message d'Assange le laisse en tout cas entendre : « Ces documents nous permettent non seulement d'être critiques vis-à-vis des deux parties en présence, mais aussi de comprendre leurs intérêts, actions et stratégies. C'est seulement à travers la pleine compréhension de ce conflit que l'on pourra espérer y mettre fin. Ils donneront un aperçu des modes de fonctionnement du gouvernement et de l'économie, tout en révélant comment l'Occident et les sociétés occidentales disent une chose et en font une autre. »

Annonce opportune

En clair : ces échanges de mails entre autorités syriennes et sociétés étrangères « amies » permettraient d'établir la connivence et les intérêts économiques croisés entre le régime de Bachar al-Assad et ceux qui, aujourd'hui s'affichent comme soutiens de l'opposition.

Pour l'heure, il faut attendre que les médias déclarés « partenaires » de WikiLeaks commencent à publier leurs analyses de ces échanges de mails.
Il s'agit pour l'instant d'Al Akhbar (Liban), d'Al Masry Al Youm (Égypte), d'ARD (Allemagne), d'Associated Press (États-Unis), de L'Espresso (Italie), de Publico. es (Espagne) et d'Owni (France). Selon WikiLeaks, d'autres partenaires devraient être annoncés dans les prochains jours.

Si personne ne peut dire si ce Syria Files va permettre de changer le cours d'un conflit qui s'enlise chaque jour davantage, son annonce, opportune, joue déjà sur l'image de WikiLeaks et de Julian Assange. L'organisation a besoin de dons et Assange, d'aura. Lui qui avait tendance à ne plus apparaître que comme un homme épuisant les recours pour échapper à son extradition vers la Suède, va peut-être redevenir aux yeux de l'opinion publique ce fabuleux agitateur de la scène internationale pressenti un temps pour le Nobel de la Paix.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Dim 19 Aoû - 15:49

Assange: l’Equateur et ses alliés lancent un avertissement à Londres



19 août 2012 à 10:08

L’Equateur a reçu un puissant soutien de ses amis de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) alors que dimanche, Julian Assange s’apprêtait à faire sa première apparition publique depuis qu’il s’est retranché à l’ambassade équatorienne à Londres, le 19 juin.

Les ministres des Affaires étrangères du bloc ALBA, qui comprend notamment le Venezuela, Cuba et le Nicaragua, ont averti le gouvernement britannique que l’entrée de la police dans l’ambassade équatorienne à Londres pour y arrêter le fondateur de Wikileaks aurait «de graves conséquences dans le monde entier», à l’issue d’un sommet d’urgence convoqué samedi soir à Guayaquil (nord-ouest de l’Equateur).

«Nous lançons un avertissement au gouvernement du Royaume-Uni sur les graves conséquences qui se déclencheraient dans le monde entier en cas d’agression directe contre l’intégrité territoriale de la République de l’Equateur à Londres», indique le communiqué.

Le sommet avait été organisé deux jours après que Quito eut accordé l’asile diplomatique à M. Assange, réfugié à l’ambassade équatorienne de Londres pour éviter son extradition vers la Suède.

«Nous refusons les menaces intimidatrices proférées par les porte-parole du gouvernement du Royaume-Uni parce qu’elles violent les principes de souveraineté et l’intégrité territoriale des nations», ajoute la déclaration.

«Les menaces proférées par le gouvernement du Royaume-Uni, qui supposent la possibilité d’une entrée indue dans le siège diplomatique de l’Equateur à Londres pour arrêter Julian Assange, constituent des actes d’intimidation attentatoires à l’intégrité territoriale de la République de l’Equateur», estiment encore les ministres de l’ALBA, même si le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague a démenti avoir cette intention.

Le président équatorien Rafael Correa avait également dénoncé samedi les «menaces grossières» de la Grande-Bretagne.

«Jamais, au moins tant que je serai président, l’Equateur n’acceptera des menaces comme celle que la Grande-Bretagne a proférée cette semaine de manière totalement grossière, manquant d'égards et inacceptable», avait déclaré M. Correa à Loja (420 km au sud de Quito), à l’occasion d’un compte rendu hebdomadaire de travail.

Londres a pourtant assuré jeudi au plus haut niveau qu’il n'était pas question d’une intrusion dans l’ambassade.

«Il n’y a dans cette affaire aucune menace d’un assaut de l’ambassade», a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague, soulignant au contraire que le dénouement du cas Assange pourrait prendre «un temps considérable».

Les Equatoriens «ont déformé nos propos», a déclaré à l’AFP un responsable britannique.

Mais pour Quito, qui affirme avoir reçu un document écrit évoquant la possibilité d’une intrusion, la menace persiste puisque, selon le chef de la diplomatie équatorienne Ricardo Patino, «il n’y a pas eu un autre document désavouant le premier document, ou des excuses pour la menace proférée».

Le cyber-militant australien, âgé de 41 ans, est réclamé par la justice suédoise qui veut l’interroger sur le viol et l’agression sexuelle de deux jeunes femmes qu’il nie avoir commis. Il redoute que son extradition vers la Suède soit le préalable à une extradition vers les Etats-Unis où il devrait répondre d’espionnage pour avoir publié sur son site des centaines de milliers de documents confidentiels américains.

Jeudi, il avait annoncé sur Twitter qu’il «ferait une déclaration publique devant l’ambassade d’Equateur dimanche à 14h00» (13h00 GMT), soit «deux mois exactement après qu’il y est entré», et qu’il s’agirait de «sa première apparition publique depuis mars».

La question est à présent de savoir comment M. Assange pourrait sortir sans être aussitôt arrêté par la police qui cerne l’ambassade équatorienne.

Julian Assange risque bien l’arrestation immédiate s’il sort devant l’immeuble de briques rouges situé derrière le magasin Harrod’s, et même s’il met les pieds dans les parties communes de cet immeuble, dont l’ambassade n’occupe qu’un appartement: en effet, elles sont considérées comme «territoire britannique», a confirmé à l’AFP le Foreign Office.

La police a indiqué «qu’elle était au courant» de la possibilité d’une telle sortie et «mettrait en place le plan approprié», le cas échéant.

M. Assange pourrait cependant s’exprimer sans risque depuis le balcon de fer forgé blanc de l’ambassade, a laissé entendre une source officielle britannique.

Samedi, un porte-parole de WikiLeaks a déclaré «ne pas avoir de détails sur la manière dont cela va se passer», ajoutant qu’il comptait garder pour lui le peu qu’il savait, «pour des raisons de sécurité».

Le casse-tête diplomatique autour du cas de M. Assange continuait pendant ce temps. Après la réunion de l’ALBA, l’Equateur a convoqué les ministres des Affaires étrangères de l’Union des nations sud-américaines (Unasur) dimanche à Guayaquil (Equateur) pour faire un point sur la situation, tandis que l’organisation des Etats américains (OEA) a annoncé qu’elle convoquerait une réunion le 24 août à Washington de ses ministres des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis, qui ont dit rejeter la notion «d’asile diplomatique» invoquée par l’Equateur, et le Canada, ont voté contre cette réunion. Quito a annoncé aussi envisager de saisir la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye pour contraindre la Grande-Bretagne à délivrer un sauf-conduit à M. Assange.

Le ton est aussi monté entre la Suède et l’Equateur, dont le ministre Ricardo Patino avait émis l’idée jeudi que Stockholm pourrait ne pas respecter les droits de défense de M. Assange. «C’est inacceptable», a commenté le premier ministre suédois Fredrick Reinfeldt.

Le ministre australien du Commerce, Craig Emerson, a de son côté indiqué que l’ambassade australienne à Washington s'était «préparée à la possibilité d’une extradition» de M. Assange, avant de minimiser ces propos en remarquant qu’il est naturel que les diplomates se préparent à toutes les situations. «Il n’y a aucune preuve d’une telle démarche pour le moment», a-t-il assuré.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Dim 19 Aoû - 15:56

«Nous lançons un avertissement au gouvernement du Royaume-Uni sur les graves conséquences qui se déclencheraient dans le monde entier en cas d’agression directe contre l’intégrité territoriale de la République de l’Equateur à Londres», indique le communiqué.
Quito a annoncé aussi envisager de saisir la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye pour contraindre la Grande-Bretagne à délivrer un sauf-conduit à M. Assange.
Cette affaire prend vraiment une tournure politique importante.
Les craintes d'Assange étaient certainement justifié.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Dim 19 Aoû - 16:00

La vidéo du communiqué - http://rt.com/news/assange-wikileaks-public-statement-ecuador-embassy-london-057/

Et l'armada de flic attendant la moindre erreur...

avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Dim 19 Aoû - 16:04


Assange demande que cesse "la chasse aux sorcières" contre Wikileaks



Par Le Nouvel Observateur avec AFP

Le cyberactiviste a fait sa première apparition publique depuis mars du balcon de l'ambassade de l'Equateur.

C'est sa première apparition depuis mars dernier. Julian Assange s'est présenté ce dimanche 19 août au balcon de l'ambassade de l'Equateur à Londres, devant une quarantaine de sympathisants et une cinquantaine de policiers, qui cernent le bâtiment où il est retranché.

"Merci pour votre soutien, votre générosité", a lancé le fondateur de Wikileaks à l'adresse de ses soutiens, dont l'Equateur, qui lui a accordé l'asile politique jeudi. Cravate rouge et cheveux courts, Assange a demandé aux Etats-Unis de cesser la "chasse aux sorcières" contre son réseau et de ne plus menacer Wikileaks. "Bradley Manning doit être relâché. Il est un héros et un exemple pour nous tous. Bradley Manning doit être relâché",a-t-il également déclaré à propos du soldat accusé d'avoir transmis des documents confidentiels à Wikikeaks, en détention depuis un an.

Le cybermiltant est retranché dans l'ambassade depuis mars, les autorités britanniques étant déterminées à l'extrader vers la Suède, où il est notamment accusé de viol.

Wikileaks propose un marché

Le casse-tête diplomatique continue pendant ce temps. Dimanche matin, un porte-parole de WikiLeaks a indiqué que "ce serait une bonne base, pour négocier une façon de mettre un terme à cette affaire, si les autorités suédoises déclaraient absolument sans réserves que Julian ne sera jamais extradé de Suède vers les Etats-Unis".

La Suède a vertement réagi : "Le suspect n'a pas le privilège de dicter ses conditions","si Wikileaks veut envoyer un message de ce type, ils doivent le faire à nous directement, d'une manière conventionnelle", a indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"En l'état actuel des choses, nous ne pouvons pas dire ce que nous allons faire", "nous allons attendre et voir le cours des événements à Londres", a-t-il poursuivi, soulignant cependant : "Nous n'extradons pas des personnes si elles risquent la peine de mort".

"De graves conséquences dans le monde"

Samedi, l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (Alba) a averti que l'entrée de la police britannique dans l'ambassade de l'Equateur aurait "de graves conséquences dans le monde" à l'issue d'une réunion d'urgence.

"Nous lançons un avertissement au gouvernement du Royaume-Uni sur les graves conséquences qui se déclencheraient dans le monde entier en cas d'agression directe contre l'intégrité territoriale de la République de l'Equateur à Londres", ont ainsi prévenu les ministres des Affaires étrangères du bloc Alba, qui comprend notamment le Venezuela, Cuba et le Nicaragua.

"Nous refusons les menaces intimidatrices proférées par les porte-parole du gouvernement du Royaume-Uni parce qu'elles violent les principes de souveraineté et l'intégrité territoriale des nations", ajoute ce puissant soutien de l'Equateur.

Vers une saisie de La Haye ?

Après la réunion de l'Alba, l'Equateur a convoqué les ministres des Affaires étrangères de l'Union des nations sud-américaines (Unasur) dimanche à Guayaquil pour faire un point sur la situation. De son côté, l'organisation des Etats américains (OEA) a annoncé qu'elle convoquerait une réunion le 24 août à Washington de ses ministres des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis, qui disent rejeter la notion "d'asile diplomatique" invoquée par l'Equateur, et le Canada, ont voté contre cette réunion. Quito a également annoncé aussi envisager de saisir la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye pour contraindre la Grande-Bretagne à délivrer un sauf-conduit à Julian Assange.

Le cyber-militant australien, âgé de 41 ans, est réclamé par la justice suédoise qui veut l'interroger sur le viol et l'agression sexuelle de deux jeunes femmes qu'il nie avoir commis. Il redoute que son extradition vers la Suède soit le préalable à une extradition vers les Etats-Unis où il devrait répondre d'espionnage pour avoir publié sur son site des centaines de milliers de documents confidentiels américains.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Macha le Dim 19 Aoû - 19:15

Respect pour J. Assange ! Il ne lâche pas prise ! du bon journalisme !
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Dim 19 Aoû - 23:47

Julian Assange nargue Londres et Washington



Julian Assange, dimanche, pendant son allocution depuis l'ambassade d'Équateur à Londres, où il vit retranché. Crédits photo : WILL OLIVER/AFP

Du balcon de l'ambassade équatorienne, le fondateur de WikiLeaks demande l'arrêt de la « chasse aux sorcières ».

C'était sa première apparition publique depuis le mois de mars, et Julian Assange ne l'a pas ratée. Apparaissant décontracté et levant la main pour saluer la foule de supporteurs et de caméras rassemblée devant l'ambassade depuis des jours, le cyberactiviste australien s'est exprimé depuis le balcon du premier étage du bâtiment cossu qui abrite l'ambassade équatorienne dans le quartier de Knightsbridge, à Londres, juste derrière le magasin de luxe Harrods. C'est dans ce bel immeuble de brique rouge que Julian Assange se terre depuis le 19 juin pour échapper aux autorités britanniques, qui doivent l'extrader vers la Suède, où il est soupçonné d'avoir agressé sexuellement deux anciennes collaboratrices de WikiLeaks, ce qu'il nie.

À quelques mètres de lui, formant un cordon devant l'ambassade, une cinquantaine de policiers britanniques prêts à bondir sur le fondateur de WikiLeaks s'il glisse ne serait-ce qu'un pied en dehors du territoire consulaire équatorien. Un jeu du chat et de la souris auquel Julian Assange se livre avec les autorités britanniques, suédoises, mais aussi américaines, depuis qu'il a publié sur son site des centaines de milliers de câbles diplomatiques, provoquant l'ire des autorités américaines. Mais M. Assange est très malin et, de surcroît, très bien entouré, notamment par son avocat, le célèbre ex-juge espagnol Baltasar Garzon. Avec son équipe juridique, Julian Assange a esquivé jusqu'ici toutes les chausse-trappes qui pourraient l'empêcher de mener à bien son «combat pour la liberté». Il compte d'ailleurs intenter une action en justice dans le but de protéger les droits de WikiLeaks.

Dégâts diplomatiques
Usant de son charme, il s'efforce d'hypnotiser tous ceux qui souhaitent garder en cage ce drôle d'oiseau. Son procès, il en fait une affaire d'État: «Les États-Unis doivent renoncer à cette chasse aux sorcières», proclame-t-il du haut de son balcon. Assange se pose en symbole et en victime de la lutte pour la liberté d'expression. «Il faut trouver l'unité dans l'oppression», dit-il.

Reste que le combat de Julian Assange fait des dégâts, notamment sur le plan diplomatique. Quand l'Équateur lui a accordé l'asile politique la semaine dernière, le Royaume-Uni, agacé, a menacé de pénétrer de force dans l'ambassade afin de l'y arrêter. Ce qui a fortement déplu non seulement à l'Équateur, mais à toutes les nations d'Amérique latine qui s'estiment trop souvent encore intimidées par les anciens pouvoirs colonisateurs .

Au cours de son allocution à l'ambassade équatorienne, Assange a pris soin de remercier ses supporteurs. «Je suis ici car je ne peux pas être plus près de vous. Merci d'être là. Merci pour votre détermination et votre ouverture d'esprit. Mercredi, après les menaces proférées à l'encontre de l'ambassade et la descente de police dans l'immeuble, vous êtes venus en plein milieu de la nuit pour suivre de près la situation, et vous avez apporté les yeux du monde entier avec vous», s'enflamme-t-il, avant de remercier «tous les courageux» qui le soutiennent, comme le président équatorien, Rafael Correa.
avatar
kusabaka
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 249

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par kusabaka le Lun 20 Aoû - 19:32

Il en sait beaucoup trop pour que les USA le laisse en vie...
Il va finir comme JFK.
et nous mettre al quaida dans le coup comme par hasard^^ ???
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 4901

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Achim le Lun 20 Aoû - 21:21

Vous avez remarqué comme les américains et les britanniques font monter les enchères au point de vouloir investir l'ambassade équatorienne, et ce faisant, violer une loi intangible des accords diplomatiques ?

Les suédois, plus finauds, ont payé deux pétasses pour qu'elles portent plainte pour viol ; c'est infâme, mais c'est efficace.

Ce comportement incroyable des occidentaux est la preuve flagrante qu'Assange a bien mis le doigt sur des documents sensibles ; je défie quiconque d'affirmer le contraire...

Cool

avatar
dranozir
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 2454

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par dranozir le Lun 20 Aoû - 22:28

En effet mais ça va faire comme avec Gary mckinnon il va fermer ça gueule et on saura rien comme d'habitude ...


___________________


avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30088

Re: Assange réfugié a l'ambassade d'équateur

Message par Schattenjäger le Mar 21 Aoû - 10:43

L'affaire prend des proportions impressionnante, avec l'intervention de Chavez :

Julian Assange : Chávez menace Londres



Le président vénézuélien évoque des "réponses très radicales" en cas d'entrée dans l'ambassade équatorienne.

Le président vénézuélien Hugo Chávez a menacé lundi le Royaume-Uni de "réponses très radicales" si les autorités britanniques pénétraient par la force dans l'ambassade équatorienne de Londres pour y arrêter Julian Assange, soulignant que Quito "n'était pas seul". "Nous apporterions des réponses très radicales si le Royaume-Uni décidait de violer la souveraineté équatorienne dans l'ambassade de l'Équateur" pour arrêter Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a déclaré Hugo Chávez à des journalistes, dans un entretien diffusé par la chaîne télévisée d'État VTV.

"Nous suggérons au gouvernement (britannique) qu'il réfléchisse bien (auparavant), parce qu'elle est terminée, l'époque où les vieux empires et les nouveaux pouvaient faire ce qu'ils voulaient. L'Équateur n'est pas seul", a affirmé le président. Hugo Chávez, un allié proche du président équatorien Rafael Correa, n'a pas précisé en détail le type d'actions que prendrait son gouvernement, mais il a dit qu'elles étaient "en préparation".

Dans le conflit qui l'oppose au Royaume-Uni à propos du fondateur de WikiLeaks, réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres depuis le 19 juin, l'Équateur a recueilli au cours du week-end la solidarité des pays de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (Alba) et de l'Union des nations sud-américaines (Unasur). Les ministres des Affaires étrangères de ces pays ont exhorté Quito et Londres à entamer une "négociation directe" pour résoudre leur différend.

    La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 4:43