Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Fuite de gaz en Mer du Nord

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Fuite de gaz en Mer du Nord

Message par Apollyôn le Ven 30 Mar - 23:26

Deux actions vont être menées en parallèle par Total "dès que possible", une fois les conditions de sécurité réunies, pour stopper la fuite de gaz causée par un incident il y a cinq jours sur sa plateforme du champ d'Elgin, en mer du Nord, a indiqué vendredi 30 mars un responsable du groupe français.



La première, qui est aussi "la plus simple", consiste reprendre le travail" d'injection de boues de forage dans le puits à partir d'une plateforme flottante, a précisé Michel Hourcard, directeur du développement exploration et production de Total, qui s'exprimait en tant que porte-parole technique. Mais pour cela, il faudrait que des techniciens montent sur la plateforme, aujourd'hui inaccessible, et autour de laquelle une zone d'exclusion maritime de 3,7 km a été instaurée.

L'autre, beaucoup plus longue, consiste à forer deux puits de dérivation, ou puits de secours, pour réduire la pression dans le puits qui fuit et le colmater. A ce propos, M. Hourcard a indiqué que l'estimation donnée jusqu'ici par le groupe, selon laquelle une telle opération pourrait prendre six mois, était "une estimation raisonnable".

La fuite de gaz sur la plateforme de Total a été localisée jeudi soir, a indiqué le groupe. La source de la fuite se trouve "à 4 000 mètres de profondeur, dans un puits désaffecté depuis plus d'un an", a précisé un porte-parole. Le gaz remonte le long du conduit et ressort au niveau de la tête du puits, sur la plateforme Elgin. Le débit est constant, mais le gaz se dissipe actuellement plus vite à cause de la force accrue du vent, d'après le groupe.

Le danger serait que ce gaz, qui se répand en mer sous forme de condensat ou de nuage volatil, entre au contact de la torchère qui brûle le gaz résiduel resté dans la plateforme après son arrêt. Ces risques de déflagration ont conduit Total à évacuer les deux cents employés de la plateforme dans la nuit de dimanche à lundi. La compagnie pétrolière espère que la torchère s'éteindra spontanément et estime qu'elle "ne pose pas de risque immédiat", en raison des conditions météorologiques favorables, le vent repoussant pour l'instant le gaz loin de la flamme. Cependant, les experts soulignent les risques d'explosion s'il venait à tourner.

Eteindre la torchère constitue donc "une priorité" pour Total, a estimé jeudi soir le ministère de l'énergie britannique. "Tant qu'elle brûle, la torchère pose un risque et Total envisage plusieurs options pour l'éteindre, si elle ne s'éteint pas toute seule", précise un communiqué. Le groupe pétrolier français envisage à cette fin trois options : utiliser un hélicoptère pour arroser la flamme avec de l'eau ou un autre produit ; utiliser les bateaux de lutte contre les incendies positionnés dans la zone ; injecter de l'azote, ce qui suppose d'accéder en toute sécurité à la plateforme.

Les interventions sur le puits désaffecté ont été menées dans le respect des procédures, a assuré Michel Hourcard. Il a expliqué que cet ouvrage, le puits G4 du gisement d'Elgin, avait servi à extraire du gaz jusque il y a à peu près un an, avant d'être mis hors service via une opération de bouchage, suite à la détection de premières anomalies. Mais ensuite, de nouvelles anomalies de pression ont été constatées en février, au-dessus de la partie bouchée du puits et le groupe a entrepris à ce moment là une procédure dite "d'abandon" du puits, consistant à injecter des boues de forage au-dessus de la zone obstruée.

"Les procédures d'abandon sont extrêmement strictes, c'est-à-dire que l'injection de la boue lourde se fait à débit et à pression contrôlées, et il n'y a eu absolument aucun problème sur la mise en place de cette boue, donc tout était normal et tout était plutôt bien fait sur les procédures et sur ce qu'ont fait les opérateurs de forage sur cette plateforme", a-t-il dit.

La cause précise de la fuite n'est selon lui pas encore été déterminée avec certitude, mais l'interprétation du groupe est que le gaz qui fuit provient probablement d'une couche de calcaire située au-dessus du gisement gazier, à environ 4 000 mètres de profondeur. Ce gaz (du méthane) aurait réussi à migrer dans le puits, normalement étanche, en s'infiltrant via des "mouvements de la colonne ou du terrain", qui auraient entraîné des "microfissures ou des microporosités" entre la couche calcaire et différents éléments de la conduite.

Greenpeace a annoncé vendredi qu'il comptait envoyer samedi un navire de recherches sur la plateforme. "En raison de la politique d'information insuffisante de Total, l'organisation indépendante de protection de l'environnement a décidé de se rendre sur place pour se rendre compte de la situation", a-t-elle indiqué dans un communiqué.


"Elle mettra à disposition du matériel vidéo et photo. Les experts de Greenpeace à bord procéderont aussi à des mesures atmosphériques pour documenter le degré de pollution", a-t-elle continué. Ils vont également tenter de constater où se trouve la fuite de gaz grâce à une caméra infrarouge pour vérifier les déclarations de Total. Et ces experts procéderont aussi à des mesures de l'eau et du sol pour vérifier l'état de pollution.

Selon le ministère de l'énergie britannique, les vols de surveillance de la zone montrent une extension de la nappe d'hydrocarbure à la surface de la mer, d'une surface de 22 km sur 4,5 km, avec un volume de condensat de gaz dans l'eau de 3,8 tonnes.

source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/03/30/situation-stable-sur-la-plateforme-elgin_1677969_3244.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Fuite de gaz en Mer du Nord

Message par canon le Dim 1 Avr - 10:29

misere,misere.......
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 16 Oct - 14:27