Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Un trésor du IIIe siècle trouvé dans un pavillon de banlieue

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30956

Un trésor du IIIe siècle trouvé dans un pavillon de banlieue

Message par Schattenjäger le Dim 21 Déc - 3:42

Un trésor monétaire exceptionnel a été découvert, début novembre, lors de travaux de terrassement d'un pavillon de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne). Quelque 80 kg de monnaie, comprenant 30 000 à 40 000 pièces du IIIe siècle ont été exhumées par le service régional de l'archéologie et l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) prévenus par le propriétaire du pavillon.



C'est l'un des plus volumineux trésors de monnaies de cette époque jamais découverts en France, le plus important après un trésor militaire de 340 kg trouvé à Evreux en 1890. "C'est une découverte fortuite dans un site où aucun contexte d'habitat immédiat n'a été identifié, explique Bruno Foucray, chef du service régional de l'archéologie. Ces monnaies ont été épargnées lors du chantier ancien de la construction du pavillon et découvertes lors de travaux modestes d'écrêtement d'un talus dans le jardin. C'est un double miracle !"

Un coup de pioche d'un ouvrier a coupé net la partie supérieure d'une céramique enfouie sous la terre végétale. De la céramique éventrée sont tombés plus de 40 kg de pièces ! "J'en ai eu le souffle coupé", témoigne Christian Piozzoli, chargé de l'Essonne au service régional de l'archéologie, arrivé en urgence sur les lieux.

L'Inrap, lors d'observations complémentaires, s'est rendu compte qu'une seconde céramique, intacte, se trouvait à proximité et renfermait un poids équivalent de monnaies. Les pièces de cuivre, frappées du portrait des empereurs Victorinus (269-270 apr. J.-C.) et Tétricus (270-274 apr. J.-C.) datent principalement de l'empire Gaulois. Leur enfouissement remonterait à 280-283 apr. J.-C., une période "assez difficile, de fin d'invasion", note M. Foucray. Qu'adviendra-t-il de ce "trésor de sécurité" promis à de longues années de nettoyage et d'études ? Juridiquement, il appartient à part égale au propriétaire du pavillon et à l'ouvrier qui l'a découvert. Mais "le bon sens veut qu'il devienne un objet de collection publique", selon M. Foucray, qui envisage la possibilité d'une préemption avec indemnisation.

Un trésor du IIIe siècle découvert début novembre dans l'Essonne, AFP

EVRY (AFP) — Un trésor de 30.000 à 40.000 pièces en cuivre datant du troisième siècle a été découvert au début du mois dans le jardin d'un particulier à Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) à l'occasion de travaux de terrassement, ont annoncé vendredi la préfecture et la Direction régionale des affaires culturelles.

Il s'agit de l'un des plus gros trésors, pesant entre 80 et 100kg, retrouvés à ce jour en France, a expliqué lors d'un point presse à Evry Bruno Foucray, conservateur régional de l'archéologie, qui a qualifié cette découverte "d'exceptionnelle", notamment par son volume.

Selon les première analyses, les trois quarts des monnaies représentent les derniers empereurs de l'emprire gaulois (Victorien et Tétricus Ier, 269-274).

Un quart des monnaies représentent les empereurs régnant à Rome (Gallien et Claude II). D'autres enfin sont des imitations de Divo et Claudio.

Constituées quasi-exclusivement de cuivre, toutes ces pièces ne contiennent que 0,3 à 0,4% d'argent, et ont été frappées à Cologne.

Le trésor a probablement été enterré en pleine nature entre 280 et 283. Il s'agit a priori d'un "trésor de sécurité", plutôt que d'un trésor de guerre, a précisé M. Foucray, qui évoque une période "assez difficile, de fin d'invasion".

Les monnaies ont été retrouvées dans deux jarres en céramique par des ouvriers qui travaillaient sur un talus.

Selon la législation en vigueur, la moitié de la valeur du trésor revient au découvreur, l'autre au propriétaire du terrain. L'état dispose de cinq ans pour faire un travail d'étude et de décider du devenir du trésor, qui peut faire l'objet d'une préemption, avec une indemnisation. Sa valeur est estimée à "quelques dizaines de milliers d'euros", selon M. Foucray.

Une précédente découverte comparable avait pas été faite en 1890 à Evreux (Eure). Il s'agissait alors d'un trésor militaire, de 340 kg de monnaies.

    La date/heure actuelle est Jeu 22 Fév - 19:59