Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Espagne - 6 Décembre 1965 - Séville

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Espagne - 6 Décembre 1965 - Séville

Message par Robot U&P le Lun 3 Jan - 14:08

Traduction rapide via Google.
Si une personne a le temps de corriger le texte dans un Français correcte, cela serait sympathique.

6 decembre 1965 - Badajoz et Séville Espagne

(Photo: J. Cuellar)

En 1965, divers objets d'origine inconnue sont tombés à Badajoz et Séville. L'EEUU a demandé que l'incident soit passé sous silence et elle a dissimulé les informations y compris à l' OTAN. Franco a été informé, mais l' Armée n'a pas déclassé le « dossier X ». Un enquêteur de Valence est le seul à avoir eu accès à tous les documents. Ce pourrait bien être là quelque chose comme le Saint Graal de l'Ufologie espagnole. Le document qui démontrerait que l' Armée de l' Air n'a pas déclassé tous les dossiers sur le phénomène Ovni. Et il ne s'agit pas là d'une exagération .


Le T67 94769 n'est qu'un dossier parmi tant d'autres qui existent sur la mystérieuse apparition de plusieurs lumières dans le ciel, en ce 6 décembre 1965, et sur la récupération de 14 objets au moins faisant partie d'un ou plusieurs vaisseaux spatiaux d'origine officiellement inconnue à Fuente de Cantos y Montemolin (Badajoz) et à Lora del Rio (Séville), localités distantes d'environ 100 kilomètres.

L'évènement venait à peine de se produire que l' Ambassade des États Unis à Madrid s'est emparée de l'affaire. Le Chef de l' État Espagnol, comme l'indique l'un des documents, fut informé en personne et il permit que les objets récupérés soient envoyés à l' EEUU à condition d'être tenu au courant des résultats des recherches. Ainsi l'explique l'enquêteur de Valence Vicente Juan Ballester Olmos, le seul à avoir eu accès à tous les éléments de l'affaire (et qui fera bientôt une publication sur Internet).


Avec plus de 300 pages, le « T67 94769 » pourrait bien être le dossier le plus secret de l'histoire de l' Ufologie.

Ainsi, le 15 juin 1967 le Battelle Memorail Institute a refermé le dossier T67 94769 (soit, au total, plus de 300 pages) sous la rubrique « enquête sur cinq objets métalliques récupérés après un vol spatial ». Sur la première page on peut lire une indication qui est en vigueur encore aujourd'hui : « Secret. Ne pas diffuser à l'étranger sauf en Espagne » avec mention de l'appartenance du dossier au Groupe 1, c'est à dire «interdit de déclassement et de diminution de catégorie automatique ».

Une troisième mention rappelle que le dossier est protégé par les lois sur l'espionnage et qu'il contient des éléments d'information ayant trait à la Défense Nationale. Même dans la célèbre « affaire Roswell », où il s'est dit que l'armée américaine avait récupéré le corps d'un extra terrestre, il n'est pas fait mention de documents ainsi classés.

Quel grand mystère se cache derrière ce Dossier X ? Que cachent les autorités, plus de 43 ans après ? Selon Ballester Olmos, « en réalité, les restes d'un vaisseau soviétique de type Vostok, comme la presse de l'époque l'avait déjà avancé ». « Nous sommes en présence de documents très intéressants pour les amateurs de course spatiale et d' astronautique » ajoute-t-il.

Quel grand mystère se cache derrière ce Dossier X ? Que cachent les autorités, plus de 43 ans après ? Selon Ballester Olmos, « en réalité, les restes d'un vaisseau soviétique de type Vostok, comme la presse de l'époque l'avait déjà avancé ». « Nous sommes en présence de documents très intéressants pour les amateurs de course spatiale et d' astronautique » ajoute-t-il. Cependant, « du point de vue de l' Ufologie c'est important puisque nous pourrions dire que nous sommes en présence de ce que quelqu'un d'un peu désinvolte pourrait avoir qualifié de fraude et, pourtant, c'est un reflet fidèle de ce qui apparaît de temps en temps sur les dossiers déclassés qui parlent d'éventuels vaisseaux spatiaux, informations d'après lesquelles il convient de se montrer extrêmement prudent ».

Le mythe du secret L'un des objets trouvés en 1965.

94769 Le T67 est un bon reflet du mythe sur la dissimulation tellement présent dans l'histoire de l'ufologie. Toutefois, au vu d'un total de cinq dossiers secrets (quatre instruits par l' Institut National de Technique Aérospatiale et un par l' EEUU) il n'y a rien qui puisse laisser penser à une visite éventuelle d'extra terrestres. Il pourrait y avoir plus d'affaires d'ovni non déclassées et cela ne signifierait pas non plus que l'on cherche à dissimuler la réalité. Dans ses archives, Ballester Olmos conserve certains dossiers constitués dans diverses bases aériennes, qui eux non plus n'ont pas été déclassés. « Il s'agit de dossiers modestes et les responsables des bases ne les ont pas considérés comme suffisamment importants pour les remettre à l' État Major de l' Air, et ils n'ont donc pas été inclus dans la procédure ».

Pour y parvenir, il faudrait seulement dissimuler une donnée apparemment triviale. « Si le dossier n'a pas été déclassé et s'il s'est transformé en une espèce de fossile de la Guerre Froide c'est parce que l' Armée ne l'a jamais considéré comme une information ovni et donc n'avait pas à le déclasser ». Ballester Olmos fut le seul civil à avoir participé à cette procédure qui s'est déroulée entre 1990 et 1999 et qu'il qualifie d'exemplaire. « La preuve qu'il n'y avait aucune intention de dissimuler c'est que l'on m'a confié une copie complète », ajoute l'enquêteur valencian.


L'une des pages du rapport.

Il paraît exagéré de donner tant d'importance à un événement aujourd'hui aussi anodin mais ça ne l'est pas. En 1965, le nombre d'objets récupérés était quelque après une rentrée spatiale était quelque chose de fréquent. Selon l'enquêteur mexicain Luis Ruiz Nóguez, le premier cas a eu lieu aux États Unis en 1957, et ensuite il y a eu des récupérations similaires en Suède, en Argentine, au Brésil et en Australie. Cette dernière, en 1963 (soit trois mois à peine avant le cas espagnol) fut la première fois où l'on a fait l'association au phénomène ovni. Avec le temps, lorsque les cas se firent plus fréquents, les rentrées et la récupération d'objets ont pris un caractère naturel dans la myythologie ovni. C'est peut-être pour cela que Ruiz Noguez a intitulé son dossier « Les Ovnis Ventrus ». Il ne faisait certainement pas référence uniquement à l'aspect sphérique de bien des objets récupérés.

Contrairement à d'autres cas de "OVNI boludos', celui qui s'est produit il ya 43 ans a été traitée avec beaucoup plus de secret. La presse s'est fait l'écho de la nouvelle- elle a même laissé entendre qu'il pourrait s'agir de débris d'un engin spatial soviétique- mais le Gouvernement a imposé le silence, ce qui a contribué à alimenter le mystère. Comme l'explique Ballester Olmos, « le 18 mars 1965 avait eu lieu le dernier lancement soviétique connu, donc les débris qui étaient tombés sur l' Espagne ne pouvaient en provenir. »

En réalité, ces débris appartenaient à un autre lancement, secret celui-là, qui avait eu lieu le 3 décembre. « La Lunik 8 a décollé du Centre Spatial de Baïkonour à destination de la Lune, probablement avec pour objectif d'alunir en douceur. Cependant, une rétrofusée ne s'est pas allumée et le vaisseau spatial s'est écrasé à la surface de notre satellite dans la zone connue sous le nom de Mer des Tourments. Ce vaisseau a été lancé par une fusée SL-6, à étages, dont c'est la plateforme qui est tombée en Espagne. »

D'après les explications de Ballester Olmos, il a été récupéré au total 14 objets sous forme de disques métalliques, d'objets irréguliers en forme de tuyère, des débris de revêtements isolants carbonisés. A Fuente de Cantos on a trouvé une sphère métallique d'(environ 40 cm de diamètre et pesant environ 5 kilos. A Montemolin, sont tombés deux cylindres d'environ 40 cm de long sur 20 cm de diamètre, terminés aux extrémités par des surfaces convexo-sphériques, en plus d'autres corps métalliques plus petits. Et à Lora del Río, trois sphères d'environ 38 cm de diamètre et pesant environ 7 kilos ont été récupérées. Jusqu'à aujourd'hui on avait perdu leur trace et l'on pense que ces objets sont conservés dans les locaux de l' INTA.

http://www.elmundo.es/elmundo/2009/01/03/valencia/1230989731.html
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8135

Re: Espagne - 6 Décembre 1965 - Séville

Message par casseron le Lun 3 Jan - 21:26

Cher Robot,

Pourrais-tu retrouver les témoignages entre 1970 et 1980 dans la région de Valence. Je sais qu'il y a eu des observations très importantes. D'ailleurs, à Benidorm, la plus grande boîte de nuit s'appelle la soucoupe et elle a été construite en forme de soucoupe. Je me souviens aussi qu'après Benidorm, sur la route de Campello, il y avait sur la corniche un restaurant dont le nom était "l'ovni".
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Re: Espagne - 6 Décembre 1965 - Séville

Message par Robot U&P le Lun 3 Jan - 21:44

Bonjour Cas-Seron,

Les archives d'Espagne concernant les années 70 et 80 seront publié entre mercredi et jeudi. La publication est réalisé chronologiquement. Il y a des témoignages dans la région de Valence, en effet.

Smile

Contenu sponsorisé

Re: Espagne - 6 Décembre 1965 - Séville

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 14:00