Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Partagez
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Gaiya le Lun 16 Aoû - 19:51


Selon les calculs de l'ONG Global Footprint Network, le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé en neuf mois.

Chaque année, l'ONG Global Footprint Network calcule le jour où la consommation de l'humanité en ressources naturelles dépasse ce que la planète est capable de fournir en un an. En 2010, il s'agira du 21 août selon l'organisation, qui se fonde sur des calculs comparant les fournitures de services et de ressources par la nature – de la filtration de l'eau douce à la fourniture de matières premières, y compris alimentaires – avec la consommation humaine (incluant ses rejets, dont les émissions polluantes comme celles de CO2).

"On refait les calculs chaque année et on essaie de ne pas exagérer : si on ne sait pas ou si on a un doute, on prend les données les plus conservatrices. A la fin des années 1980, notre empreinte écologique était globalement équivalente à la taille de la Terre. Aujourd'hui, c'est 50 % de plus", explique Global Footprint Network.

"Il aura fallu moins de neuf mois pour épuiser le budget écologique de l'année 2010. Si vous dépensez votre budget annuel en neuf mois, vous allez probablement être extrêmement inquiet : la situation n'est pas moins grave quand il s'agit de notre budget écologique", précise le président de l'ONG, Mathis Wackernagel.

DÉCROISSANCE DE LA POPULATION MONDIALE

En 2009, la limite avait été atteinte le 25 septembre, mais l'avancement de la date pour 2010 n'est selon lui pas dû à un surcroît de consommation : "c'est juste que cette année, on a révisé toutes nos données et on s'est rendu compte que jusqu'ici, on avait surestimé la productivité des forêts et des pâturages. En clair, on avait exagéré la capacité de la Terre" à se régénérer et à absorber les excès énergétiques de l'homme.

Selon Mathis Wackernagel, les données sur la récession depuis 2008 ne sont pas encore très claires, "même si les données préliminaires montrent qu'elle a eu un impact significatif sur les consommations, comme l'énergie qui a baissé en Europe et aux Etats-Unis. Mais ce n'est pas le cas en Chine".

Pour inverser la tendance, il n'y a qu'une solution pour l'ONG : "arriver à ce que la population mondiale commence à décroître. (...) Les gens pensent que ce serait terrible, pour nous ce serait en fait un avantage économique. Mais c'est un choix. On n'en veut pas encore", assure M. Wackernagel.

LEMONDE.FR avec AFP | 16.08.10 | 15h37 • Mis à jour le 16.08.10 | 19h37

Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Celadon le Dim 22 Aoû - 10:07

A partir d’aujourd’hui, la planète vit à crédit

par Addrey GARRIC /Blog Le MONDE



Comment sensibiliser le public aux enjeux environnementaux cruciaux sans passer pour l’éternel rabat-joie de service ? C’est la question que se posent quotidiennement les écologistes. L’une des solutions : simplifier la complexité des problèmes en diffusant un message de communication global et percutant.

C’est le but du “Jour du dépassement” (Earth Overshoot Day), qui tombe cette année ce samedi 21 août. Calculé tous les ans par l’ONG Global Footprint Network, il a pour but de déterminer le moment où l’humanité vit à crédit, après avoir consommé la quantité de ressources naturelles que la nature peut produire en une année.



“Il aura fallu moins de neuf mois pour épuiser le budget écologique de l’année 2010. Si vous dépensez votre budget annuel en neuf mois, vous allez probablement être extrêmement inquiet : la situation n’est pas moins grave quand il s’agit de notre budget écologique”, alerte le président de l’ONG, Mathis Wackernagel. Pour inverser la tendance, il n’y a qu’une solution, selon l’écologiste : “Arriver à ce que la population mondiale commence à décroître. Les gens pensent que ce serait terrible. Pour nous ce serait en fait un avantage économique. C’est un choix mais on n’en veut pas encore.”

En 1960, la planète consommait seulement la moitié de ses ressources. A partir de 1987 - date à laquelle a été publié le rapport Brundtland sur le développement durable - le rapport entre la consommation mondiale et la biocapacité s’est inversé et ne cesse de se réduire depuis. Les hommes consomment aujourd’hui 50 % de ressources naturelles de plus qu’il y a trente ans, avec environ 60 milliards de tonnes de matières premières par an, d’après un rapport des Amis de la Terre.

En 2009, le Jour du dépassement avait été fixé au 25 septembre, soit un mois plus tard que cette année. Mais on ne peut pour autant pas en conclure que notre consommation a à ce point augmenté en un an, a expliqué Mathis Wackernagel. “C’est juste que cette année, on a révisé toutes nos données et on s’est rendu compte que jusqu’ici, on avait surestimé la productivité des forêts et des pâturages : en clair, on avait exagéré la capacité de la Terre à se régénérer et à absorber nos excès.”

Si ce message se révèle plutôt efficace, il pose toutefois la question de la méthode de calcul pour parvenir à un jour si précis, en englobant des problèmes aussi divers que la destruction des forêts primaires, la fonte des glaciers ou le déclin de la biodiversité. La solution, selon l’ONG, réside dans la notion d’“hectare global”. Cette unité, qui sert aussi de base à la définition d’empreinte écologique, représente la biocapacité d’un hectare moyen, à savoir un hectare avec une capacité de production de ressources et d’absorption de déchets correspondant à la moyenne mondiale.

Comme elle l’explique, l’ONG utilise plus de 5 400 données de 200 pays, mises à jour chaque année et provenant d’organismes internationaux reconnus (FAO, division des statistiques de l’Onu, GIEC ou encore Agence internationale de l’énergie).



Et vous, que pensez-vous de cette façon de communiquer sur l’environnement ? Est-ce que ce genre de messages vous interpelle et vous fait réfléchir ou au contraire vous agace de par la simplification des problèmes qu’il entraîne ?



http://ecologie.blog.lemonde.fr/2010/08/21/a-partir-daujourdhui-la-planete-vit-a-credit/
avatar
-Z-
VIP
VIP

Nombre de messages : 2916

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par -Z- le Dim 22 Aoû - 12:47

En supposant que le calcul soit exact (ne connaissant pas les données relatives à ce calcul), ça signifie que nous vivons à crédit depuis un petit moment déjà (au moins deux ans si ce n'est plus)...

Effectivement, l'idéal serait que la population mondiale décroisse.... Pour ceci il n'y a que 3 méthodes possibles :

- Contrôle de la natalité (je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure solution étant donné qu'il y a plus de vieux que de jeunes)
- Une bonne petite guerre mondiale (quelques dizaines de millions d'individus en moins serait peut être suffisant)
- Supprimer les vieux à partir d'un certain âge... (Dans le film "L'AGE DE CRISTAL" la limite d'âge était fixée à 35 ans... Déjà en fixant la limite d'âge à 75 ans on ferait de la place...) QUESTION : Qui acceptera de se débarrasser de ses parents ou grands parents sous prétexte qu'ils aient atteint la limite d'âge ?
avatar
Caribou
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 1154

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Caribou le Dim 22 Aoû - 13:30

Et pourquoi pas un bon petit virus, ou une bactérie résistante aux antibiotiques( une bactérie qui boufferai le cerveau des cons sélectivement de préférences, et ya de quoi faire... bounce )
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par canon le Dim 22 Aoû - 13:33

la planete vit a credit..........( celadon)
la planete n'a ni besoin d'argent ni besoin des hommes pour vivre !!!! attention aux mots qui ne veulent rien dire

Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Celadon le Dim 22 Aoû - 14:57

Bonjour,

l'article n'est pas de moi.

A propos de l'eugénisme, et sans rebondir encore et encore sur la Mission anglo saxonne du Project Camelot qui me semble outrancier,

"Différentes personnes à différents moments ont été attirées par différents aspects de l’eugénisme – et ont aussi souvent rejeté d’autres. Il n’y a pas d’emballage parfait, pas de quartier général ni de maitre guide. L’eugénisme est plutôt une collection d’idées et de projets à propos de l’amélioration de la race humaine par le contrôle social de la reproduction humaine. Le mouvement eugénique s’est répandu à travers le monde et affecte toutes les facettes de la vie sociale. Personne n’a besoin de chercher bien loin pour trouver l’eugénisme. C’est dans les livres d’école, dans les journaux et tous les médias, dans la science-fiction, dans les gouvernements et ainsi de suite. C’est une manière de penser à propos de la vie que des personnes très intelligentes ont fait la promotion depuis un siècle, avec peu ou pas de résistance les cinquante dernières années. (Source)

Il existe encore un grand nombre de personnes parmi le public en général, les universitaires et spécialement ceux qui travaillent pour les médias corporatifs, qui sont toujours en déni face à l’agenda de réduction de la population mondial pourtant bien documenté, ainsi que des conséquences de ce programme que nous voyons déjà prendre forme. Cet article, qui fait suite à Eugénisme & darwinisme social qui lui jetait les bases historiques de cette idéologie, se veut une compilation d’évidences en vue de prouver que l’élite a été obsédée par l’eugénisme et son incarnation moderne, le contrôle de la population, depuis plus d’une centaine d’années, et que ce but de réduction de la population globale est toujours en pleine force jusqu’à ce jour. ......"

la suite chez

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14750

Céladon.
avatar
-Z-
VIP
VIP

Nombre de messages : 2916

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par -Z- le Dim 22 Aoû - 15:33

PAFleKaribou a écrit:Et pourquoi pas un bon petit virus, ou une bactérie résistante aux antibiotiques( une bactérie qui boufferai le cerveau des cons sélectivement de préférences, et ya de quoi faire... bounce )

Désolé, mais cette idée ne pourrait pas être acceptée en France.. En effet au lendemain de l'application d'une telle idée nous nous retrouverions sans Président...
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30959

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Schattenjäger le Dim 22 Aoû - 15:46

A savoir que le stock de ressources humaines (nourritures en autre) est de 4 jours, mondialement parlant.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Macha le Lun 23 Aoû - 10:06

PatZak a écrit:
PAFleKaribou a écrit:Et pourquoi pas un bon petit virus, ou une bactérie résistante aux antibiotiques( une bactérie qui boufferai le cerveau des cons sélectivement de préférences, et ya de quoi faire... bounce )

Désolé, mais cette idée ne pourrait pas être acceptée en France.. En effet au lendemain de l'application d'une telle idée nous nous retrouverions sans Président...

en même temps ça nous ferait des vacances ! Very Happy
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Macha le Lun 23 Aoû - 10:11

Diminuer la population ou la réguler ... difficile à mettre en place
Il faudrait pour cela modifier les mentalités. Faire comprendre que les "dogmes" religieux, peu importe la confession, sont très souvent des leurres et qu'ils ne reflètent pas le contexte géopolitique ... que le "religieux" ne doit pas s'imposer quand il est question de "survie" de l'humanité et de ce fait de la planète.

Il faut également se "méfier" des rapports rédigés par le GIEC, c'est loin d'être une bonne "bible" en matière "d'écologie". Elle a oublié intentionnellement des données importantes, des "valeurs", et donc détourner les propos des scientifiques qui ont été questionnés pour la rédaction du rapport.

Le développement durable ne devrait pas coûter aussi cher, loin de là même. Il s'agit bien d'un "courant" économique et d'un lobby puissant. Personnellement j'estime qu'actuellement les populations sont prises en otage.

avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30959

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Schattenjäger le Lun 23 Aoû - 11:19

Diminuer la population ou la réguler ... difficile à mettre en place
Les pays d'asie comme l'inde et le Japon limite les enfants à 1 par couple (sauf cas exceptionnel). A l'origine, les gens trouvais cela horrible, mais ils sont entrain de se rendre compte qu'il n'y a plus vraiment le choix.

Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Celadon le Lun 23 Aoû - 12:05

Bonjour ,

je viens de retrouver un extrait d'un ouvrage sur le Développement durable que j( ai écrit il y a quelques années mais qui n' a jamais été publié.

Urgence économique: nourrir les habitants de la Terre en nourrissant la Terre:

Guide Action 21-Chapitre 10: conception intégrée de la planification et de la gestion des Terres.
Chapitre 14: promotion d’un Développement Agricole et Rural Durable.
Chapitre 32: renforcement du rôle des agriculteurs.

On estime à 842 millions le nombre de personnes souffrant de faim chronique, les ¾ d’entre elles vivant en zone rurale. Le Sommet Mondial de l’alimentation (SMA) s’est fixé comme objectif de réduire de moitié ce nombre d’ici 2 015. Dans 19 pays en développement, le nombre de personnes sous-alimentées a baissé de 80 millions au cours des dix dernières années. Mais dans les nations en développement dans leur ensemble, la faim augmente. (Source :FAO-2005).

Au cours des 50 dernières années les productions alimentaires se sont accrues de 60% dans les pays développés et multipliées par 4 dans les pays en voie de développement. Ceci a été permis grâce à l’irrigation (l’irrigation permet d’accroître les rendements de la majorité des cultures de 100 à 400 pour cent.), l’utilisation de produits chimiques et la sélection génétique (et non pas des OGM ).Cependant ces pratiques agricoles affectent grandement l’environnement plus particulièrement en matière
- d’eau (l’agriculture représente 70% de la consommation mondiale)
-de pollution des sols, sous-sols et des nappes phréatiques par l’accumulation de produits chimiques toxiques.
- de déforestation: extension des terres agricoles.
- d’avancée de la désertification par l’appauvrissement des sols lors de monocultures intensives sans mise en jachère notamment.
-d’émission de gaz à effet de serre: extension des rizières, utilisation d’engrais azoté, accroissement du cheptel bovin, mécanisation sur la base d’énergie fossile.

D’autre part, la mondialisation et la libéralisation des échanges commerciaux mettent en grande difficulté les petits producteurs, tant au Nord qu’au Sud au profit des grandes sociétés agro-alimentaires des pays développés.
Les subventions à la production et à l’exportation des produits agricoles ainsi que les barrières douanières des pays développés ne permettent pas aux pays en voie de développement d’accéder aux marchés internationaux.
D’après le rapport de la FAO : « l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde 2 005 » :
« La logique voudrait qu’une croissance économique soutenue générant une prospérité et une productivité nationales accrues ait pour effet de réduire la faim […] Des analyses réalisées dans plusieurs pays en développement montrent toutefois qu’en l’absence de mesures spécifiques de lutte contre la faim, la croissance économique à elle seule peut laisser longtemps à la traîne un grand nombre de victimes de la faim notamment en zones rurales.
Il n’existe aucune corrélation évidente entre le rythme de la croissance économique et les percées de lutte contre la faim. »
La paix intérieure, la souveraineté de droit, les infrastructures rurales et la recherche agronomique sont des facteurs essentiels à l’augmentation de la production agricole et à la réduction de la faim et de la pauvreté.
- Si la paix n’est pas assurée, les violences causées par les conflits ébranlent la production agricole et l’accès à l’alimentation.
- L’affaiblissement de la règle de droit mine la productivité agricole et la sécurité alimentaire en précarisant la propriété et les titres fonciers ainsi qu’en détournant les investissements.
- L’absence de routes, d’électrification et de moyens de communication dans les zones rurales exposent les agriculteurs à des difficultés d’acheminement de leurs produits à la vente en augmentant les coûts de production et entrave l’accession aux intrants agricoles pouvant améliorer les productions (engrais, produits phytosanitaires, autres).Force est de constater que le développement des infrastructures rurales est souvent au plus bas dans les régions fortement touchées par la faim.

La pression du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale porte une forte responsabilité dans la montée de l’insécurité alimentaire .En exigeant que les subventions ne soient pas accordées aux produits de première nécessité, en imposant la culture de produits destinés à l’exportation, en dirigeant en priorité les richesses produites au remboursement de la dette extérieure, ces organisations ont une très grande responsabilité face au problème de malnutrition.

Il est nécessaire de promouvoir une exploitation des terres agricoles qui s’intègre au Développement Durable et soit compatible avec la gestion des ressources naturelles, la protection du paysage et la conservation de la diversité génétique. Les projets de développement doivent associer les nouvelles technologies aux pratiques et connaissances traditionnelles et aux savoir-faire locaux.
Des solutions qui apparaissent encore comme marginales existent et se développent:
-l’agriculture biologique ou raisonnée
- la réintroduction dans les cultures d’espèces et de variétés traditionnelles adaptées au milieu.
- le commerce équitable.
- les AMAP, Jardin de Cocagne etc..

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture ( la FAO) joue un rôle de chef de file dans les efforts internationaux de lutte contre la faim. En 1943, 44 chefs de gouvernements, réunis à Hot Springs, Virginie (Etats-Unis), s’engagent à fonder une organisation permanente pour l’alimentation et l’agriculture.
Son mandat consiste à améliorer les niveaux de nutrition, la productivité agricole et la qualité de vie des populations rurales et contribuer à l'essor de l'économie mondiale.
Depuis sa création en 1945, la FAO consacre une attention particulière au développement des zones rurales, où vivent 70 % des populations pauvres et sous alimentées de la planète.
Cet organisme, qui est au service à la fois des pays développés et des pays en développement, est une tribune neutre au sein de laquelle tous les pays se réunissent sur un pied d'égalité pour négocier des accords et débattre de politiques. Elle est également une source de savoir et d'informations. Sa mission est d’aider les pays en développement et les pays en transition à moderniser et à améliorer les pratiques agricoles, forestières et halieutiques, et à garantir une bonne nutrition pour tous.
Les quatre grands domaines d'activité de la FAO :
-Mettre l'information à la portée de tous.
-Partager l'expertise en matière de politiques.
-Servir de lieu de rencontre pour les Etats.
-Porter les connaissances sur le terrain

Les travaux de l’ONU :

 En 1996 : Sommet mondial de l'alimentation
la FAO accueille 186 Chefs d’Etat et de Gouvernement et autres personnages de haut rang au Sommet mondial de l'alimentation pour affronter le problème de la faim dans le monde.
 En 2002 :Le Sommet mondial de l’alimentation: cinq ans après. Ont participé à ce sommet, des délégations de 179 pays plus la Commission européenne au court duquel fut réaffirmé l’engagement de la communauté internationale de réduire de moitié la faim dans le monde d’ici à 2015.


site de FAO : l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture http://www.fao.org

Fonds international de développement de l’agriculture (FIDA)
http://www.ifad.org/

Future Harvest (Récoltes Futures)
B.Rose@cgiar.org

Le Groupe Consultatif de la Recherche Agricole Internationale
S.Geer@cgiar.org
http://www.cgiar.org/index.html

site du PAN : Programmme Alimentaire Mondial.
http://www.wfp.org/french/
/

Céladon.

si d'autres chapitres vous intéressent.....



Pistes pour aborder l’Education au
Développement Durable


Sommaire

5 De l’idée de préservation de l’environnement au concept de développement durable

 Urgence sociale
 Urgence environnementale
 Urgence économique

Urgence sociale


 21 L’accroissement démographique
 26 L’accès à l’eau
 29 L’accès à la santé
 32 Le statut des femmes
 34 L’accès à l’éducation
 35 La liberté de presse et l’accès à l’information
 36 Le mal-être social
 38 La gestion des conflits


Urgence environnementale


 41 Les changements climatiques
 45 La biodiversité en danger
 48 La protection des mers et des océans
 50 La désertification
 53 Les forêts
 55 La gestion des déchets
 56 L’environnement urbain
 57 La prévention des catastrophes naturelles et industrielles

Urgence économique

 61 La gestion planétaire de l’eau
 64 Nourrir les habitants de la Terre
 67 Consommation et production d’énergies
 68 Les transports
 69 La communication
 70 Inégalités et dépendances
 71 La corruption
 72 Les dépenses publiques

73 Le Développement Durable est un concept intégrateur, fédérateur…et vital.

75 La dimension éducative

80. Les enjeux de l’EEDD

86 Ressources thématiques

90 Les 27 principes de la déclaration de Rio

94 Les 10 principes de la Charte de l’Environnement

96 Eléments de programme

99 Notre village

101 Les chapitres de l'Agenda 21/Rio 1992

149 Partenaires par thématique pour l’utilisation en classe

Pour aller plus loin dans certains sujets :

163 Mémo 1 :

-Armes
-Travail des enfants
-Droit de vote des femmes
-Mortalité et maternité
-Violences domestiques
-Energies renouvelables
-Ville
192 Mémo 2 :

-Espèces menacées
-Désertification
-Population
-A propos de l’effondrement des sociétés
-Accès à l’eau
-Dépendance économique des femmes
-Accès à la santé


avatar
TrustNo1
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 3167

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par TrustNo1 le Lun 23 Aoû - 12:46

PatZak a écrit:
PAFleKaribou a écrit:Et pourquoi pas un bon petit virus, ou une bactérie résistante aux antibiotiques( une bactérie qui boufferai le cerveau des cons sélectivement de préférences, et ya de quoi faire... bounce )

Désolé, mais cette idée ne pourrait pas être acceptée en France.. En effet au lendemain de l'application d'une telle idée nous nous retrouverions sans Président...


je n'aurais aucun regret à vrai dire ............

avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par FLAM le Lun 23 Aoû - 13:24

Pardon de jouer les gros boulets, mais j'ai vraiment besoin d'une explication de texte...
Chaque année, l'ONG Global Footprint Network calcule le jour où la consommation de l'humanité en ressources naturelles dépasse ce que la planète est capable de fournir en un an. En 2010, il s'agira du 21 août selon l'organisation, qui se fonde sur des calculs comparant les fournitures de services et de ressources par la nature – de la filtration de l'eau douce à la fourniture de matières premières, y compris alimentaires – avec la consommation humaine (incluant ses rejets, dont les émissions polluantes comme celles de CO2).

"On refait les calculs chaque année et on essaie de ne pas exagérer : si on ne sait pas ou si on a un doute, on prend les données les plus conservatrices. A la fin des années 1980, notre empreinte écologique était globalement équivalente à la taille de la Terre. Aujourd'hui, c'est 50 % de plus", explique Global Footprint Network.

"Il aura fallu moins de neuf mois pour épuiser le budget écologique de l'année 2010. Si vous dépensez votre budget annuel en neuf mois, vous allez probablement être extrêmement inquiet : la situation n'est pas moins grave quand il s'agit de notre budget écologique", précise le président de l'ONG, Mathis Wackernagel.

Chaque année, l'ONG Global Footprint Network calcule le jour où la consommation de l'humanité en ressources naturelles dépasse ce que la planète est capable de fournir en un an.

Comment se fait-il alors durant ce fameux jour que l'on arrive à se nourrir correctement ? (en tout cas ceux qui le peuvent...)


notre empreinte écologique était globalement équivalente à la taille de la Terre.

Que cela veut-il dire ? Pour moi, ça ne veut strictement rien dire... On croulerait tous sous nos ordures si c'était vraiment le cas ! ...


Il aura fallu moins de neuf mois pour épuiser le budget écologique de l'année 2010.

Comment peut-on calculer un budget écologique ? Et sur quoi se base-t'on pour le calculer ? Si on l'a épuisé depuis neuf mois, comment arrive-t'on alors à vivre ?

Pardon d'intervenir de la sorte, mais c'est un peu du chinois tout ça pour moi ! ...


___________________


avatar
-Z-
VIP
VIP

Nombre de messages : 2916

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par -Z- le Lun 23 Aoû - 14:15

@TrustNo1 a écrit:
PatZak a écrit:
PAFleKaribou a écrit:Et pourquoi pas un bon petit virus, ou une bactérie résistante aux antibiotiques( une bactérie qui boufferai le cerveau des cons sélectivement de préférences, et ya de quoi faire... bounce )

Désolé, mais cette idée ne pourrait pas être acceptée en France.. En effet au lendemain de l'application d'une telle idée nous nous retrouverions sans Président...


je n'aurais aucun regret à vrai dire ............

Non... Vraiment ? Toi aussi ?


Quels mauvais citoyens nous faisons...

Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Celadon le Lun 23 Aoû - 14:26

Bonjour,

Empreinte écologique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher

L'empreinte écologique comptabilise la demande exercée par les hommes envers les "services écologiques" fournis par la nature. Plus précisément, elle mesure les surfaces biologiquement productives de terre et d´eau nécessaires pour produire les ressources qu´un individu, une population ou une activité consomme et pour absorber les déchets générés, compte tenu des technologies et de la gestion des ressources en vigueur. Cette surface est exprimée en hectares globaux (hag), c´est-à-dire en hectares ayant une productivité égale à la productivité moyenne[1].

L´empreinte écologique s´efforce ainsi de répondre à une question scientifique précise, et non à tous les aspects de la durabilité, ni à toutes les préoccupations environnementales. Elle analyse la situation sous cet angle particulier, en partant de l'hypothèse que la capacité de régénération de la Terre pourrait être le facteur limitant pour l´économie humaine si elle continue à surexploiter ce que la biosphère est capable de renouveler[2].

Le système comptable de l´empreinte écologique permet de comparer l´empreinte d´une population par rapport à la surface bioproductive locale ou planétaire estimée disponible. La métaphore souvent utilisée pour exprimer le résultat est de calculer quel serait le nombre de planètes nécessaires si le mode de vie et de consommation de telle ou telle population était appliqué à l´ensemble de la population mondiale.

Cette « surface » métaphorique est virtuelle, mais elle traduit une réalité très concrète. Chacun comprend intuitivement que dans un monde fini où la population croît, plus cette « empreinte » est large, plus on s’éloigne de l’idéal de soutenabilité et de durabilité du développement (autrement dit, métaphoriquement, plus l'entité est "lourde", plus son empreinte sera profonde et moins réversible sur la planète, surtout si la surface dont elle dispose est petite). En d´autres termes :

* Empreinte écologique - Biocapacité = Dépassement écologique

avec

* Biocapacité = Surface * Bioproductivité

et

* Empreinte écologique = Population * Consommation par personne * Intensité en ressources et en déchets


Être en dépassement écologique signifie que l´on déprécie du capital naturel (en puisant dans les stocks plutôt que dans le surplus généré annuellement) et/ou que l´on accumule des déchets dans l´environnement (en émettant plus de déchets que ce que la nature peut assimiler annuellement).

L'empreinte écologique peut aussi être utilisée pour donner une mesure des impacts d'activités de production comme l'élevage ou l'extraction d'or ou d'objets tels qu'une voiture, un ordinateur ou un téléphone portable[3].

mais il faut se taper la suite,

http://fr.wikipedia.org/wiki/Empreinte_%C3%A9cologique

en bref , nous venons de consommer la production renouvelable de notre planète en un an.

Ensuite ,on entame le non renouvelable.

Céladon.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Macha le Lun 23 Aoû - 15:10

Lisez le plan d'action 21, ça vaut son pesant d'or ... simplement déjà la table des matières ...

Vous ne voyez rien ???

Comparez avec ce que nous vivons actuellement ... Smile

http://www.un.org/french/ga/special/sids/agenda21/action0.htm

Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Celadon le Lun 23 Aoû - 15:43

Bonjour ,

je rajoute le préambule,

[Original en vis-à-vis] [Traduction en plein texte]

Distr.
GENERALE
A/CONF.151/26 (Vol. I)
12 août 1992
FRANCAIS
ORIGINAL : ANGLAIS
RAPPORT DE LA CONFERENCE DES NATIONS UNIES SUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT*
(Rio de Janeiro, 3-14 juin 1992)





Chapitre 1 : PREAMBULE*

1.1 L'humanité se trouve à un moment crucial de son histoire. Nous assistons actuellement à la perpétuation des disparités entre les nations et à l'intérieur des nations, à une aggravation de la pauvreté, de la faim, de l'état de santé et de l'analphabétisme, et à la détérioration continue des écosystèmes dont nous sommes tributaires pour notre bien-être. Mais si nous intégrons les questions d'environnement et de développement et si nous accordons une plus grande attention à ces questions, nous pourrons satisfaire les besoins fondamentaux, améliorer le niveau de vie pour tous, mieux protéger et mieux gérer les écosystèmes et assurer un avenir plus sûr et plus prospère. Aucun pays ne saurait réaliser tout cela à lui seul, mais la tâche est possible si nous oeuvrons tous ensemble dans le cadre d'un partenariat mondial pour le développement durable.

1.2 Ce partenariat mondial doit se fonder sur les prémisses de la résolution 44/228 de l'Assemblée générale, en date du 22 décembre 1989, qui a été adoptée lorsque les nations du monde ont demandé la convocation de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement, et sur la nécessité acceptée d'une approche équilibrée et intégrée aux problèmes de l'environnement et du développement.

1.3 Action 21 aborde les problèmes urgents d'aujourd'hui et cherche aussi à préparer le monde aux tâches qui l'attendent au cours du siècle prochain. C'est un programme qui reflète un consensus mondial et un engagement politique au niveau le plus élevé sur la coopération en matière de développement et d'environnement. La bonne application d'Action 21 est la première et la plus importante des responsabilités des gouvernements. Les stratégies, plans, politiques et processus nationaux sont vitaux pour ce faire. La coopération

* Le terme "gouvernements" utilisé ici est réputé inclure la Communauté économique européenne dans ses domaines de compétence. Dans tout le texte d'Action 21, l'expression "écologiquement rationnel(le)(s)" signifie "écologiquement sûr(e)(s) et rationnel(le)(s)", en particulier lorsqu'elle s'applique aux expressions "sources d'énergie", "approvisionnement en énergie", "systèmes énergétiques" ou "technologie/technologies". internationale doit venir appuyer et compléter les efforts nationaux. Dans ce contexte, le système des Nations Unies a un rôle essentiel à jouer. D'autres organisations internationales, régionales et sous-régionales devront également contribuer à cet effort. Il faudrait de même encourager la participation du public la plus large possible et la contribution active des organisations non gouvernementales et d'autres groupes.

1.4 Les objectifs d'Action 21 en matière de développement et d'environnement nécessiteront un apport substantiel de ressources financières nouvelles et additionnelles aux pays en développement, afin de couvrir le surcroît de dépenses entraîné par les mesures qu'ils devront prendre pour résoudre des problèmes écologiques de dimension mondiale et accélérer le développement durable. Des ressources financières sont également nécessaires aux fins de renforcer la capacité des institutions internationales pour la mise en oeuvre d'Action 21. A titre indicatif, on donne une évaluation de l'ordre de grandeur des coûts pour chacun des domaines d'activité. Cette évaluation devra être examinée et affinée par les institutions et organisations d'exécution intéressées.

1.5 En mettant en oeuvre des domaines d'activité pertinents définis dans Action 21, il y a lieu d'accorder une attention spéciale à la situation particulière des pays dont l'économie est en transition. Il faut également reconnaître qu'en transformant leur économie, ces pays doivent faire face à d'énormes difficultés parfois dans un climat de très forte tension sociale et politique.

1.6 La description des domaines d'action qui constituent Action 21 est présentée selon les rubriques suivantes : principes d'action, objectifs, activités et moyens d'exécution. Action 21 est un programme dynamique. Il sera mené par les divers acteurs selon les situations, les capacités et les priorités différentes des pays et des régions, dans le strict respect de tous les principes énoncés dans la Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement. Il peut évoluer avec le temps, en fonction des besoins et des circonstances. Ce processus marque la naissance d'un nouveau partenariat mondial pour le développement durable.

et pour faire bonne mesure,

Les 27 principes de la déclaration de Rio

• Principe 1
Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature.
• Principe 2
Conformément à la Charte des Nations Unies et aux principes du droit international, les Etats ont le droit souverain d'exploiter leurs propres ressources selon leur politique d'environnement et de développement, et ils ont le devoir de faire en sorte que les activités exercées dans les limites de leur juridiction ou sous leur contrôle ne causent pas de dommages à l'environnement dans d'autres Etats ou dans des zones ne relevant d'aucune juridiction nationale.
• Principe 3
Le droit au développement doit être réalisé de façon à satisfaire équitablement les besoins relatifs au développement et à l'environnement des générations présentes et futures.
• Principe 4
Pour parvenir à un développement durable, la protection de l'environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considérée isolement.
• Principe 5
Tous les Etats et tous les peuples doivent coopérer à la tâche essentielle de l'élimination de la pauvreté, qui constitue une condition indispensable du développement durable, afin de réduire les différences de niveaux de vie et de mieux répondre aux besoins de la majorité des peuples du monde.
• Principe 6
La situation et les besoins particuliers des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés et des pays les plus vulnérables sur le plan de l'environnement, doivent se voir accorder une priorité spéciale. Les actions internationales entreprises en matière d'environnement et de développement devraient également prendre en considération les intérêts et les besoins de tous les pays.
• Principe 7
Les Etats doivent coopérer dans un esprit de partenariat mondial en vue de conserver, de protéger et de rétablir la santé et l'intégrité de l'écosystème terrestre. Étant donné la diversité des rôles joués dans la dégradation de l'environnement mondial, les Etats ont des responsabilités communes mais différenciées. Les pays développés admettent la responsabilité qui leur incombe dans l'effort international en faveur du développement durable, compte tenu des pressions que leurs sociétés exercent sur l'environnement mondial et des techniques et des ressources financières dont ils disposent.
• Principe 8
Afin de parvenir à un développement durable et à une meilleure qualité de vie pour tous les peuples, les Etats devraient réduire et éliminer les modes de production et de consommation non-viables et promouvoir des politiques démographiques appropriées.
• Principe 9
Les Etats devraient coopérer ou intensifier le renforcement des capacités endogènes en matière de développement durable en améliorant la compréhension scientifique par des échanges de connaissances scientifiques et techniques et en facilitant la mise au point, l'adaptation, la diffusion et le transfert de techniques, y compris de techniques nouvelles et novatrices.
• Principe 10
La meilleure façon de traiter les questions d'environnement est d'assurer la participation de tous les citoyens concernés, au niveau qui convient. Au niveau national, chaque individu doit avoir dûment accès aux informations relatives à l'environnement que détiennent les autorités publiques, y compris aux informations relatives aux substances et activités dangereuses dans leurs collectivités, et avoir la possibilité de participer aux processus de prise de décision. Les Etats doivent faciliter et encourager la sensibilisation et la participation du public en mettant les informations à la disposition de celui-ci. Un accès effectif à des actions judiciaires et administratives, notamment des réparations et des recours, doit être assuré.
• Principe 11
Les Etats doivent promulguer des mesures législatives efficaces en matière d'environnement. Les normes écologiques et les objectifs et priorités pour la gestion de l'environnement devraient être adaptés à la situation en matière d'environnement et de développement à laquelle ils s'appliquent. Les normes appliquées par certains pays peuvent ne pas convenir à d'autres pays, en particulier à des pays en développement, et leur imposer un coût économique et social injustifié.
• Principe 12
Les Etats devraient coopérer pour promouvoir un système économique international ouvert et favorable, propre à engendrer une croissance économique et un développement durable dans tous les pays, qui permettrait de mieux lutter contre les problèmes de dégradation de l'environnement. Les mesures de politique commerciale motivées par des considérations relatives à l'environnement ne devraient pas constituer un moyen de discrimination arbitraire ou injustifiable, ni une restriction déguisée aux échanges internationaux. Toute action unilatérale visant à résoudre les grands problèmes écologiques au-delà de la juridiction du pays importateur devrait être évitée. Les mesures de lutte contre les problèmes écologiques transfrontières ou mondiaux devraient, autant que possible, être fondées sur un consensus international.
• Principe 13
Les Etats doivent élaborer une législation nationale concernant la responsabilité de la pollution et d'autres dommages à l'environnement et l'indemnisation de leurs victimes. Ils doivent aussi coopérer diligemment et plus résolument pour développer davantage le droit international concernant la responsabilité et l'indemnisation en cas d'effets néfastes de dommages causés à l'environnement dans des zones situées au-delà des limites de leur juridiction par des activités menées dans les limites de leur juridiction ou sous leur contrôle.
• Principe 14
Les Etats devraient concerter efficacement leurs efforts pour décourager ou prévenir les déplacements et les transferts dans d'autres Etats de toutes activités et substances qui provoquent une grave détérioration de l'environnement ou dont on a constaté qu'elles étaient nocives pour la santé de l'homme.
• Principe 15
Pour protéger l'environnement, des mesures de précaution doivent être largement appliquées par les Etats selon leurs capacités. En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l'environnement.
• Principe 16
Les autorités nationales devraient s'efforcer de promouvoir l'internalisation des coûts de protection de l'environnement et l'utilisation d'instruments économiques, en vertu du principe selon lequel c'est le pollueur qui doit, en principe, assumer le coût de la pollution, dans le souci de l'intérêt public et sans fausser le jeu du commerce international et de l'investissement.
• Principe 17
Une étude d'impact sur l'environnement, en tant qu'instrument national, doit être entreprise dans le cas des activités envisagées qui risquent d'avoir des effets nocifs importants sur l'environnement et dépendent de la décision d'une autorité nationale compétente.
• Principe 18
Les Etats doivent notifier immédiatement aux autres Etats toute catastrophe naturelle ou toute autre situation d'urgence qui risque d'avoir des effets néfastes soudains sur l'environnement de ces derniers. La communauté internationale doit faire tout son possible pour aider les Etats sinistrés.
• Principe 19
Les Etats doivent prévenir suffisamment à l'avance les Etats susceptibles d'être affectés et leur communiquer toutes informations pertinentes sur les activités qui peuvent avoir des effets transfrontières sérieusement nocifs sur l'environnement et mener des consultations avec ces Etats rapidement et de bonne foi.
• Principe 20
Les femmes ont un rôle vital dans la gestion de l'environnement et le développement. Leur pleine participation est donc essentielle à la réalisation d'un développement durable.
• Principe 21
Il faut mobiliser la créativité, les idéaux et le courage des jeunes du monde entier afin de forger un partenariat mondial, de manière à assurer un développement durable et à garantir à chacun un avenir meilleur.
• Principe 22
Les populations et communautés autochtones et les autres collectivités locales ont un rôle vital à jouer dans la gestion de l'environnement et le développement du fait de leurs connaissances du milieu et de leurs pratiques traditionnelles. Les Etats devraient reconnaître leur identité, leur culture et leurs intérêts, leur accorder tout l'appui nécessaire et leur permettre de participer efficacement à la réalisation d'un développement durable.
• Principe 23
L'environnement et les ressources naturelles des peuples soumis à oppression, domination et occupation doivent être protégés.
• Principe 24
La guerre exerce une action intrinsèquement destructrice sur le développement durable. Les Etats doivent donc respecter le droit international relatif à la protection de l'environnement en temps de conflit armé et participer à son développement, selon que de besoin.
• Principe 25
La paix, le développement et la protection de l'environnement sont interdépendants et indissociables.
• Principe 26
Les Etats doivent résoudre pacifiquement tous leurs différends en matière d'environnement, en employant des moyens appropriés conformément a la Charte des Nations Unies.
• Principe 27
Les Etats et les peuples doivent coopérer de bonne foi et dans un esprit de solidarité à l'application des principes consacrés dans la présente Déclaration et au développement du droit international dans le domaine du développement durable.

Céladon.
avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par FLAM le Lun 23 Aoû - 19:59

Oups ! Je n'ai pas encore le réflexe "Wiki" ! ...

Merci, en tout cas Céladon ! Tout est clair maintenant !


___________________



Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Celadon le Mar 24 Aoû - 11:20

De rien, j'ai juste bossé plusieurs année dans la vulgarisation du Développement durable, car ce n'est pas évident au départ.
On pense écologie ou petites bêtes, mais l'objet du débat est la survie de l'humanité dans la durée et des conditions décentes.




Un développement durable c’est…

« Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à répondre aux leurs. »
Mme G H Bruntland –1987
Les travaux de la commission Bruntland

Le rapport « Notre futur commun », plus communément dénommé rapport Brundtland, est issu des travaux de la commission mondiale sur l’environnement et le développement, constituée 1983 au sein des Nations unies.

Cette commission a auditionné pendant 3 ans un grand nombre d’experts du monde entier.
Son mandat consistait à s’interroger sur la possibilité de trouver des voies de développement assurant à la fois le rattrapage des pays du Sud et la protection de l’environnement.
Comment concilier progrès économique et social sans mettre en péril l’équilibre naturel de la planète ?
Comment développer l’équité sociale de manière planétaire ?
Comment léguer un patrimoine naturel sain et non n’appauvri à nos descendants ?
La présidence de cette commission fut confiée à Mme Brundtland, alors 1er ministre de la Norvège.
Le rapport Brundtland crée une rupture fondatrice dans la conception des gouvernements sur les relations entre l’environnement et les politiques publiques. Il a labellisé le concept de DD et fournit une méthode d’approche intégrant 3 dimensions

-l’environnemental
-le social
-l’économie



« …Le développement durable n’est pas un état fixe de l’harmonie, mais plutôt un processus d’évolution durant lequel l’exploitation des ressources, l’orientation des investissements, l’avancement du développement technologique et les transformations institutionnelles sont conformes à nos besoins aussi bien futurs que présents.
Commission Brundtland-1987

C’est un mode de développement qui se veut :
- Equitable et vivable socialement c'est-à-dire équitable pour la société, en luttant contre la pauvreté et en générant une solidarité entre les peuples dans le temps et l’espace.

- Viable et vivable écologiquement c’est à dire sans détérioration de l’environnement.
En respectant les grands cycles naturels sur lesquels repose la vie de la nature et de l’homme : le cycle du carbone, le cycle de l’eau, le cycle de la vie (en préservant la biodiversité.
En assurant la reconstitution des ressources renouvelables.
En arrêtant les pollutions actuelles et en réparant si nécessaire les effets des pollutions passées.
Dans « environnement » il ne vaut pas simplement comprendre : - nature ou milieu naturel où l’on peut puiser les ressources dont l’homme a besoin, comme dans un immense supermarché. Il faut entendre interrelations entre l’homme, la nature, la société et le temps.
Viable et équitable économiquement : en assurant une solvabilité permanente et à long terme des états et des collectivités publiques.

Pour faire du Développement Durable notre philosophie quotidienne, il nous faut repenser nos modes de vie et nos prises de décisions en ayant comme souci premier de toujours orienter nos choix afin d’avoir le meilleur compromis entre l’intérêt économique, le social et l’environnement. Il ne s’agit pas de bannir la notion de plaisir, mais de l’intégrer à une réflexion ou prise de conscience, globale sur nos choix.


Le développement durable implique un équilibre entre les capacités de production de l’écosystème, la démographie et l’économie.
C’est un processus de développement qui se veut responsable :
- économiquement efficace
- socialement équitable
- écologiquement soutenable.



Il repose sur 3 grands principes :

Principe de solidarité : il s’agit de tenir compte des attentes et conséquences sur les autres, ailleurs et plus tard.
Principe de précaution et évaluation: s'interroger, en préalable, sur les conséquences éventuelles puis de manière continue sur les impacts effectifs afin de pouvoir corriger si besoin est. Il incite les décideurs à agir de façon préventive en situation de risque grave mais aléatoire. Il complète la prévention classique face aux risques avérés. Présent dans le droit international de l’environnement, le principe de précaution a été inscrit en 2005 dans la constitution française.
« Pour protéger l’environnement, des mesures de précautions doivent être largement appliquées par les états selon leurs capacités. En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement»
Extrait de la déclaration finale du sommet de l’ONU à Rio en 1992.

Principe de participation: comprendre ensemble pour mieux débattre et mettre en place les solutions les meilleures, même difficiles, au mieux de l’intérêt général. La Gouvernance ou politique participative. La mobilisation et la participation de tous les acteurs de la société civile aux processus de décision doivent prendre le pas sur le simple échange d’information. La transparence et l’accès à l’information en sont les pré requis.

En équilibre dans le temps- entre les besoins des générations actuelles et la préservation des ressources des générations de demain.
Et dans l’espace- équilibre entre les pays industrialisés et ceux du tiers monde.

Un outil d’évaluation : l’IDH

Le développement durable passe par l’épanouissement de tous les hommes. Un outil a été développé qui permet d’évaluer l’état de prospérité des citoyens de chaque pays, il s’agit de l’Indice de Développement Humain (IDH).
Il est calculé à partir de 3 indicateurs permettant de prendre en compte les aspects multidimensionnels du développement :
- le niveau d’éducation, évalué par le taux d’alphabétisation et de scolarisation.
-le niveau de santé, mesuré par l’espérance de vie à la naissance.
-les revenus des citoyens, mesuré par le PIB par habitant.
L’IDH permet une évaluation indirecte de la qualité de vie.
Les données sont réévaluées chaque année par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement).

La Déclaration du Millénaire

En septembre 2 000 , 191 états membres des Nations Unies se fixent huit objectifs prioritaires (OMD) à atteindre d’ici 2015. Ces objectifs du Millénaire pour le développement reprennent les orientations prises durant la décennie passée. Ils vont de la réduction de moitié de l’extrême pauvreté à l’éducation primaire pour tous, en passant par l’arrêt de la propagation du VIH/sida, ils constituent un schéma directeur pour l’avènement d’un monde meilleur.

à consulter sur le site :http://www.un.org/french/millenniumgoals/index.shtml

10 ans après Rio : Johannesburg

Le sommet de la Terre de Johannesburg se déroule du 27 août au 4 septembre 2002. Il vient renforcer les engagements pris 10 ans plus tôt au sommet de Rio. Même si les avancées politiques ne sont pas notoires on constate un intérêt grandissant des industriels et des entreprises pour les problématiques liées au développement durable, une prise de position plus forte des ONG et une mobilisation grandissante des citoyens en faveur d’une nouvelle équité sociale et économique plus respectueuse de l’environnement.


L’engagement des états signataires dont la France:

A l’issue des conférences de Rio et de Johannesburg, il a été demandé aux états signataires de transcrire leurs engagements en matière de législation nationale. La France a élaboré une Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) en 2003, rédigée la Charte de l’environnement intégrée à la Constitution (révision du 1er mars 2005), élaborée le « plan climat » en 2004 en application de la convention-cadre sur le changement climatique.
Depuis février 2002, date du vote de la loi sur les nouvelles régulations économiques (NRE),
les entreprises cotées en Bourse sont contraintes de rédiger un rapport annuel sur les conséquences sociales, territoriales et environnementales des activités de leur groupe. La plupart en ont fait un outil de productivité. La prise en compte de la protection de l’environnement, l’optimisation des procédés internes, la réflexion sur la vie des produits ont fait du développement durable un moyen efficace pour la maîtrise des coûts.
A partir de la rentrée scolaire 2 004, de part la circulaire ministérielle n°2004-110 parue au bulletin officiel de l’éducation nationale, l’éducation à l’environnement pour un développement durable doit être une composante importante de la formation initiale des élèves et durant tout leur cursus scolaire.

Les objectifs de la Stratégie Nationale :

La Stratégie Nationale de Développement durable a pour but de donner à chacun une vision commune des enjeux et des évolutions nécessaires dans le temps, de préciser les modalités d’intégration du développement durable aux politiques publiques et de permettre de suivre les progrès réalisés.
Notre stratégie nationale s’est fixée 6 axes prioritaires :
- Information, éducation, sensibilisation, participation
- L’aménagement et la gestion des territoires (améliorer la solidarité des populations au sein et entre les territoires.)
- L’activité économique
- Précaution, prévention, police (gestions des risques)
- L’état exemplaire (intégrer le DD dans son fonctionnement et dans ses politiques publiques)
- L’action internationale (favoriser une alliance mondiale pour le développement durable).





Constat d’urgences…

Il faut connaître pour comprendre!

Cette seconde partie n’a pas pour but de tenir des propos dénonciateurs et accusateurs mais souhaite aider le lecteur à mieux percevoir la complexité des enjeux et la multiplicité des champs et des interactions. Cette étude ne prétend pas à l’exhaustivité car il est impossible de faire une synthèse complète de l’état du monde.
Les statistiques présentées dans cette partie proviennent de sources officielles et fiables après recoupement et vérification des données. Elles doivent cependant être considérées en tant qu’approximation aussi précises que possible, faute de pouvoir dans de nombreux cas disposer de chiffres exacts, le monde étant en perpétuelle évolution et certains gouvernements ne pouvant ou ne souhaitant pas communiquer sur les sujets abordés. D’autre part, il convient de tenir compte de la date de ces chiffres et le cas échéant de les réactualiser.

Bien que les urgences soient classées en trois catégories reprenant les trois piliers du développement durable, le lecteur comprendra aisément, à la lecture de chacune d’elles, que la problématique abordée a des incidences tant sociales, économiques qu’environnementales. Par exemple, on ne peut aborder le problème démographique en se bornant uniquement à l’aspect social puisque l’être humain exerce une pression sur son milieu appelée « empreinte écologique » et son mode de vie est directement lié à l’économie.
Pour chaque urgence présentée, il sera énoncé l’intitulé et le numéro du chapitre du guide « action 21 » en référence avec la thématique abordée ainsi que les engagements pris par l’ONU.

Céladon.



avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par FLAM le Mar 24 Aoû - 12:14

Je te remercie, Celadon, pour cette explication très précise.
Aujourd'hui, le terme "écologie" est tellement vague, effectivement, qu'il est logique pour beaucoup (et j'en fais personnellement partie) de ne pas se sentir super impliqué !
Avec une explication telle que la tienne, sur le sujet, on comprend alors clairement l'importance de devenir plus responsable et d'agir !
(L’engagement des états signataires dont la France) :
A partir de la rentrée scolaire 2 004, de part la circulaire ministérielle n°2004-110 parue au bulletin officiel de l’éducation nationale, l’éducation à l’environnement pour un développement durable doit être une composante importante de la formation initiale des élèves et durant tout leur cursus scolaire.
Je trouve cela génial ! Sensibiliser les générations "futures" au problème, afin de les rendre responsables dès le départ ! J'aurais personnellement bien aimé avoir un tel cours à mon époque scolaire !


___________________



Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Celadon le Mar 24 Aoû - 15:04

@Celadon a écrit:Bonjour,

c'est une partie de la présentation de l'Education au Développement Durable qui a été réalisée pour la promotion de l'expo de Yann Arthus Bertrand.

Mais il ne faut pas rêver, celà n'a pas eu beaucoup d'effet.
Dommage, mais j'y ai appris beaucoup, et si je peux répondre à des questions, pourquoi pas.

Mais parfois on fait bouger les choses.



Initiative - Publiée le : 07/04/2006
3600 jeunes Européens se mobilisent pour l’environnement au sein de l’Eco-parlement des jeunes

Pour l’édition 2006, l’Eco-parlement des jeunes® sera composé de plus de 3600 élèves provenant de 14 pays. Ils ont pour mission la rédaction de sept lettres ouvertes pour l’environnement destinées à sept catégories d’acteurs influents de la société.


Logo de l'Eco-Parlement des Jeunes®
Créé en 2004 par Eco-Emballages et le Réseau Ecole & Nature, l’Eco-Parlement des jeunes® permet tous les deux ans à de jeunes Européens de travailler ensemble sur des problématiques environnementales concrètes et d’en saisir les responsables européens au plus haut niveau.
Pour la deuxième édition, 120 classes de jeunes âgés de 15 à 17 ans, provenant de 14 pays* soit plus de 3600 élèves ont été sélectionnées. Ils doivent désormais rédiger sept Lettres ouvertes pour l’environnement destinées à sept catégories d’acteurs influents de la société, choisis pour leur capacité à agir concrètement dans leurs domaines de compétences respectifs : des entreprises (industriels, agriculteurs, artisans), des chercheurs, des éducateurs, des journalistes, des responsables d’organisations non gouvernementales, des responsables de pouvoirs publics et d’organisations supranationales. Ces jeunes seront répartis dans sept Commissions internationales d’écriture, chacune responsable de la rédaction d’une Lettre ouverte à l’un des sept grands destinataires.
En France, 26 classes ont été sélectionnées sur présentation d’un projet jugé éducatif et présentant un intérêt environnemental par un jury spécialisé**. Pour chaque classe candidate, les enseignants ont dû déposer, avant le 20 octobre 2005, un dossier décrivant le thème choisi, les noms des partenaires impliqués, les actions proposées, etc. Les élèves ont abordé divers sujets : les élèves de 3ème de l’Institution Sainte Marie de Belfort (90) ont par exemple travaillé sur le thème « Des produits naturels pour une meilleure santé dans les cantines scolaires ». Les élèves de seconde et de terminale du Lycée agricole de Vendôme à Areines (41) ont quant à eux proposé de mettre en place des éco-délégués dans chaque établissement scolaire pour agir au quotidien. Les énergies renouvelables, la pêche, la pénurie d’eau ou encore les emballages, l’éco-citoyenneté ont également été l’objet de nombreux autres travaux.
La rédaction des lettres a commencé en Janvier dernier. Elle doit se prolonger jusqu’en juin prochain. C’est à Paris, lors du 3ème Congrès de PRO EUROPE, les 18 et 19 octobre 2006, que la délégation des 120 jeunes représentant chaque classe se retrouvera pour remettre le fruit de leurs travaux aux sept personnalités européennes. Au programme, interventions et partage d'expériences, d'idées, avec les congressistes, des tables rondes avec les personnalités dédiées, des interviews…

En France, l’Eco-Parlement des jeunes® est placé sous le haut patronage du Ministère de l’Education Nationale et du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable. Il est parrainé par L’alpiniste Laurence de la Ferrière qui a rencontré les jeunes français fin mars à l’occasion d’une des rencontres nationales de l'Eco-Parlement des Jeunes®. Ce fût l’occasion de faire découvrir aux jeunes élèves, les caractéristiques de la montagne alpine, et surtout ses problématiques environnementales (gestion des refuges, équilibre entre tourisme et respect des sites…).

Ce programme éducatif a été conçu selon les pratiques pédagogiques de l’Education à l’Environnement vers un Développement Durable (EEDD), avec pour principal objectif de mettre les jeunes participants en position d’agir, de se responsabiliser et au final d’acquérir des modes de vie respectueux de l’environnement tant sur le plan de la nature, que des relations humaines.

La première édition de l’Eco-parlement des jeunes® avait permis à des élèves de 9 à 11 ans en primaire et de 13 à 15 ans en collège, de mettre au point un recueil de résolutions et de propositions d’actions pour la préservation de l’environnement pendant l’année scolaire 2003/2004. Dans le cadre de ce projet, 2700 jeunes de dix pays avaient développé des propositions pour l’amélioration de l’environnement en Europe et les avaient consignées dans un Livre blanc à l’attention de représentants politiques européens. Le premier Eco-Parlement des jeunes? s’était réuni en septembre 2004 à Berlin, à l’occasion du 2ème congrès international de Pro Europe.

F.LABY

* Espagne, France, Belgique, Royaume-Uni, Canada, Luxembourg, Allemagne, Autriche, Pologne, République slovaque, Hongrie, Lettonie, Turquie, Grèce.
** Le jury français était présidé par Michel RICARD, Président du Comité France pour la Décennie UNESCO Education au Développement Durable et composé de Céladon Rectorat de Metz, Responsable de l'Education à l'Environnement vers le Développement durable, Antoine CASSARD, Co-président du Réseau Ecole et Nature, Thierry LEREVEREND, porte-parole du Collectif Français pour l'Education à l'Environnement France et Isabelle SCELLES d’Eco-Emballages.

http://www.ecoemballages.fr/mediatheque/recherche-avancee/?id=286&motscles=dor&categorie=35&theme=&profil=&submit=Lancer+la+recherche

© Tous droits réservés Actu-Environnement - Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.
avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par FLAM le Mer 25 Aoû - 7:27

(...) Ce programme éducatif a été conçu selon les pratiques pédagogiques de l’Education à l’Environnement vers un Développement Durable (EEDD), avec pour principal objectif de mettre les jeunes participants en position d’agir, de se responsabiliser et au final d’acquérir des modes de vie respectueux de l’environnement tant sur le plan de la nature, que des relations humaines. (...)
Je suis tellement rassuré quand je lis ça ! C'est génial !

Merci infiniment, Céladon, ou Madame la Responsable de l'Education à l'Environnement vers le Développement durable, rien que ça ! Je suis très honoré, sincèrement ! (Quelles responsabilités !)


___________________



Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Le "budget écologique" annuel de la Terre sera épuisé le 21 août cette année.

Message par Celadon le Mer 25 Aoû - 10:55

C'est du passé, les budgets ne suivaient pas, et chaque petit chef voulait être sur le devant de la photo.

Dommage, on avait parallèlement créé une structure originale pour rassembler les acteurs du DD.
Le parrain était mon ancien prof et voisin, Jean marie Pelt,
Mais personne n'a eu le courage de reprendre la boutique quand j'ai changé de poste il y a autre ans.
Et c'était aussi la galère pou trouver des crénaux pour les conférences formations et autres colloques en francophonie tout en continuant d'enseigner à temps partiel.

C'était une belle aventure.

Un moment charnière:

"Une nouvelle approche de l'écologie se concrétise au collège Paul Verlaine


Avec l'inauguration de l'espace ressource éducation à l'environnement, le collège Paul Verlaine est devenu le berceau d'une nouvelle approche de l'environnement appliquée aux collégiens.
A l'initiative de …….. et……… pionnières pour la Lorraine de la mise en pratique de l'écologie de l'étude de l'environnement et du développement durable, le collège Paul Verlaine est devenu le berceau d'une nouvelle approche de l'environnement.

Ce prototype de module d'éducation, œuvre patiente et volontaire de…. avec le soutien du principal, de l'administration, de l'attitude favorable de la municipalité et du rectorat, a permis à ….de surmonter une montagne d'objections, de doutes, parfois même de sarcasme pour enfin faire naître ce projet ambitieux d'amener la jeunesse à davantage de préoccupation environnementale.

Avec l'inauguration de l'espace ressource éducation à l'environnement, déjà appelé EREE, le chemin parcouru est immense pour ces deux pionnières. Il y a cinq années avec la création de l'atelier jardinage, une poignée de jeunes collégiens sous l'impulsion de avec l'agrément des principaux successifs ont su réaménager, embellir le lieu de vie des collégiens. Depuis, ont vu le jour au collège des parterres de fleurs des carrés de plantes à thème, odoriférantes bleues, rouges, jaunes ou médicinales, l'opération arbres au collège. Des visites, des opérations nettoyage, fruits de la passion et de l'intérêt pour la cause de la préservation et de l'amélioration de l'environnement, des actions de réparations, s'inscrivent dans la prise de conscience de l'environnement comme valeur essentielle de la vie de la collectivité scolaire.
La passion raisonnée, la volonté d'ouvrir les enfants sur leur milieu de vie ont abouti à la réalisation de l'espace ressources. En théorisant la pratique, l'activisme environnemental, parvient désormais à une étape de formalisation nécessaire pour diffuser le concept créé sur le campus du collège Paul Verlaine M vers d'autres collèges de Lorraine voire de France à plus ou moins long terme.
Soutiens
Jean-Marie Pelt fervent défenseur de l'action de ces deux enseignantes a su apporter son soutien et ses encouragements. Le célèbre écologiste a planté un arbre, un néflier sur le campus déjà richement arboré du collège Paul Verlaine. Grâce à de nombreux concours financiers, le Crédit Mutuel de , le budget du collège, le syndicat intercommunal et la commune de l'aventure a pu prendre forme. D'autres partenaires, l'éducation nationale, l'ADEME, la direction régionale de l'environnement,se sont joints pour aider à la concrétisation de cette ambition.
De nombreuses personnalités ont tenu à témoigner par leur présence l'attachement qu'elles portent à cette réalisation. Les municipalités , le représentant de l'inspecteur d'académie, du service culturel de rectorat, du club philatélique local pour sa participation à l'exposition, tout un tissu associatif administratif et politique a su s'engager auprès des deux pionnières de la cause écologique.
Pour le principal du collège "Lorsqu'un enfant sème une graine, repique une fleur, plante un arbre, il le fait dans la terre et par delà l'espoir est permis de penser qu'il l'intègre dans sa vie dans son cœur"......a martelé sa conviction d'une prise de conscience quant aux actes quotidiens, et d'ajouter "Il n'est pas besoin d'être un super héros pour sauver l'humanité, notre planète nous survivra mais l'action consciente et responsable de chacun permettra à nos descendants de savourer le plaisir d'un petit déjeuner au jardin un dimanche matin de mai."

Céladon.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 23 Fév - 3:34