Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La Corée du Nord défie le monde

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30552

La Corée du Nord défie le monde

Message par Schattenjäger le Mer 27 Mai - 11:26




La Corée du Nord a annoncé lundi avoir effectué « avec succès » un nouvel essai nucléaire souterrain, provoquant une vague de protestations à travers le monde et la condamnation du Conseil de sécurité de l’ONU qui devrait décider de nouvelles sanctions à l’égard de Pyongyang.

N’est-ce pas étrange que les "pays voyous" jouent l’exact même jeu qui est attendu d’eux, c’est-à-dire d’être "une menace" aux yeux du public ?

« Les membres du Conseil ont exprimé leur ferme opposition et leur condamnation de l’essai nucléaire effectué le 25 mai 2009 par la Corée du Nord, qui constitue une claire violation de la résolution 1718 du Conseil », a déclaré à la presse l’ambassadeur de Russie, Vitaly Tchourkine, au nom du Conseil à l’issue d’une réunion d’urgence à New York.

Ils ont décidé « de commencer immédiatement à travailler sur une résolution du Conseil sur ce sujet » a ajouté M. Tchourkine tandis que de son côté l’ambassadrice américaine à l’ONU, Susan Rice indiquait que les Etats-Unis veulent une résolution « forte » à l’égard de la Corée du Nord.

« La République démocratique populaire de Corée (RDPC) a procédé avec succès à un nouvel essai nucléaire souterrain le 25 mai dans le cadre de ses mesures destinées à renforcer ses capacités de dissuasion nucléaire (...) », avait annoncé l’agence de presse officielle du régime KCNA.

Pyongyang agitait la menace de représailles - et notamment celle d’un nouvel essai nucléaire - depuis sa condamnation le mois dernier à l’ONU à la suite d’un tir de fusée à longue portée au-dessus du Japon, début avril.

Le président américain Barack Obama a « fermement » condamné « une menace pour la paix et la sécurité mondiales » en appelant à « une action de la communauté internationale ».

une menace pour la paix et la sécurité mondiales." Même air, couplet différent. Personne ne se lasse des répétitions mensongères et propagandistes ? Si c’était réellement le nucléaire qui était la source de tous les maux, pourquoi ne nous en prenons-nous pas aux États-Unis et à Israël ? Nous savons bien pourquoi...

La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a souhaité un front « ferme et uni » face à la menace nucléaire nord-coréenne.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, « profondément inquiet », a annoncé la tenue d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité à New York.

La réunion du Conseil de sécurité a été précédée d’une réunion dite « P5 2 », entre les cinq membres permanents du Conseil dotés du droit de veto (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie), le Japon et la Corée du Sud. Le Japon est actuellement membre du Conseil mais pas la Corée du Sud.

La Chine, proche alliée de Pyongyang, a condamné très fermement l’essai, appelant le régime communiste à « cesser toute action susceptible d’envenimer la situation ».

L’Union européenne s’est quant à elle déclarée « très troublée » et le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a « condamné fermement » l’essai.

Selon des responsables sud-coréens, une secousse a été décelée dans la ville nord-coréenne de Kilju (nord), où Pyongyang avait déjà procédé à son premier essai en 2006.

L’Institut américain d’études géologiques (USGS) a détecté un « épisode sismique » de magnitude 4,7 à 09h54 locales, à 375 kilomètres au nord-est de Pyongyang et à une profondeur de seulement 10 km.

Selon l’agence météorologique japonaise, au regard de l’activité sismique, l’essai était « quatre fois » plus puissant qu’en 2006.

De nombreux doutes avaient entouré ce premier essai nord-coréen. L’explosion atomique n’avait été confirmée que tardivement et son « succès » revendiqué largement contesté.

Pyongyang a également procédé lundi à trois nouveaux tirs de missiles de courte portée, a confirmé l’armée sud-coréenne.

Il faut bien justifier toutes les monstrueuses sommes d’argent investies dans le cadre des programmes militaires. Une guerre de plus serait la bienvenue...

Ce nouveau test, s’il est avéré, sonne comme un défi à la communauté internationale qui tente depuis six ans de convaincre la Corée du Nord de renoncer à ses ambitions atomiques.

Entamées en 2003, ces négociations sont suspendues au bon vouloir de Pyongyang, sourd aux semonces internationales et qui avait fait fi des résolutions de l’ONU adoptées en 2006.

Le Conseil de sécurité de l’ONU avait condamné le 13 avril un tir de fusée balistique effectué le 5 du même mois par la Corée du Nord et a renforcé le régime de sanctions mis en place à son encontre en 2006.

En réponse à cette condamnation, Pyongyang avait annoncé son retrait des négociations à Six (Russie, Corée du Nord et Corée du Sud, Etats-Unis, Japon et Chine), l’arrêt de sa coopération avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et la réactivation de ses installations nucléaires.
http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article5749
avatar
alpacks
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 2730

Re: La Corée du Nord défie le monde

Message par alpacks le Jeu 28 Mai - 1:42

ça va mal finir cette histoire ! je le sent, mais bon, je trouve que la communauté internationale a pas mal de responsabilité dans cette affaire ...

a toujours vouloir mettre de + en + la corée du nord sur le box de l'axe du mal, a toujours vouloir acabler le dernier pays stalinien, ce qui démocratiquement se comprend, mais ne sert a rien, a part braquer le pays sur lui meme ! et on en a vu les résultats !

essais de missile balistique, 2 essais nucléaires ...

ont dit beaucoup que la corée du nord ne le ferait pas en fait pour dissuader d'un conflit ou quoi que se soit, enfin si mais surtout elle le ferait pour négocier une aide alimentaire permanente sans avoir a accepter la chute du régime, car c'est bien ce qui se passe avec l'ONU depuis plusieurs decennies, tout le monde sait que la corée du nord crève de faim et a la limite ça sert a rien de dire, oui mais le régime dépense des milliards pour son programme nucléaire !

c'est faux puisque le pays est 100% autonome de ce point de vue, il ne peut rien faire importer qui puisse l'aider, ses ouvriers sont gratos car des militaires cerf du régime, le reste ben voila, la main d'eouvre du pays qui bosse pour un 1/2 bol de riz, en fait son programme militaire n'a je pense qu'un faible coup en argent ...

en + clair, si l'ONU aurait accepté des aides sans conditions, peut etre on aurait reglé la question depuis longtemps ! pourtant bizzarement l'ONU n'a pas d'état d'ame a aider des gens qui crève de faim en afrique alors que les dirigeants ont pillés le pays et ont mis le fric dans des paradis fiscaux, a la bourse en france, europe et USA ...

mais ça ... chut ! ben oui, ben voyons chuuuuuuuuuttttt

une belle hypocrisie politique ! pourquoi a t'on attendu et exigé ses choses avec la corée alors qu'on a jamais exigé de sa des régimes de brigands affameur de pays en afrique !
avatar
Invité
Invité

Re: La Corée du Nord défie le monde

Message par Invité le Sam 30 Mai - 13:45

ti article .... http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/asiepacifique/20090530.FAP5064/la_coree_du_nord_prepare_un_test_de_missile_a_longue_po.html

je vous met que le début de l'article qui est long ^^

La Corée du Nord, qui a procédé à six tirs de missiles depuis son essai nucléaire de lundi, semble cette fois selon la Corée du Sud se préparer à lancer un engin balistique de longue portée. Le secrétaire d'Etat américain Robert Gates a lancé samedi une ferme mise en garde au régime communiste de Pyongyang, assurant que Washington ne resterait pas "les bras croisés" face à la menace.

(...)

Selon un responsable du renseignement cité par l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, deux semaines environ seront nécessaires pour achever les préparatifs. Le missile pourrait être testé aux alentours du 16 juin, lorsque les présidents américain et sud-coréen se rencontreront à Washington. Il pourrait s'agir selon les spécialistes d'un fusée à trois étages, d'une portée possible de 6.700km et donc capable d'atteindre par exemple l'Alaska. L'engin serait d'une taille similaire au missile balistique testé par Pyongyang en avril.

La Corée du Nord avait procédé vendredi à un nouveau tir de missile de courte portée au large de ses côtes orientales, avertissant qu'elle prendrait des mesures de "légitime défense" en cas de sanctions des Nations unies après son essai nucléaire de lundi. Le régime communiste a également fait savoir depuis qu'il ne se sentait plus tenu par l'accord d'armistice de 1953 ayant mis fin à la guerre de Corée. (...)
avatar
Invité
Invité

Re: La Corée du Nord défie le monde

Message par Invité le Dim 31 Mai - 2:30

Chronologie Rapports Corée du Sud & Corée du Nord ....

source : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/chronologie-des-relations-entre-coree-du-nord-et-coree-du-sud_763565.html


Par Catherine Gouëset, publié le 28/05/2009 18:45 - mis à jour le 28/05/2009 19:13

Datant de la guerre froide, les difficiles relations entre les deux pays de la péninsule après s'être réchauffées pendant une dizaine d'années se tendent à nouveau depuis un an

1945 : libération de la péninsule coréenne annexée par le Japon en 1910. Elle est divisée, le long du 38ème parallèle, en deux Etats occupés par l'URSS au nord et par les Etats-Unis au sud. Officiellement, cette division est temporaire.
1948 : dans le contexte de la guerre froide, instauration de deux régimes opposés : la République de Corée, avec pour président Syngman Rhee, sous influence américaine, et la République populaire démocratique de Corée au Nord, pro-soviétique, dirigée par Kim Il-sung.
1949 : les troupes américaines et soviétiques se retirent de la péninsule.

La Guerre de Corée (1950-1953)

1950
25 juin
: la Corée du nord déclenche une offensive le long du 38ème parallèle.
28 juin
: les troupes nord-coréennes entrent dans Séoul.
7 juillet : les Nations unies, qui ont décidé de soutenir la Corée du Sud, confient le commandement des troupes aux Etats-Unis.
10 août : début de l'offensive américaine qui sera marquée par d'intenses bombardements.
1er octobre : l'armée sud-coréenne franchit le 38ème parallèle.
16 octobre : l'armée chinoise, qui soutient le régime du Nord, entre dans le conflit.
26 novembre : une offensive chinoise oblige les forces internationales à évacuer Séoul et à reculer de près de 100 km au sud du 38ème parallèle.

1951
12 février : arrêt de l'offensive chinoise.
31 mars : les forces américaines atteignent le 38ème parallèle.
Juillet : ouverture de négociations de paix qui vont traîner en longueur.

27 juillet 1953
: signature d'un armistice. La guerre a fait entre deux et trois millions de morts et plusieurs millions de sans-abri. Aucun traité de paix n'est signé. Une zone démilitarisée de 248 km et d'environ 4 km de large est instituée le long de la frontière.

1968
: plusieurs commandos des forces spéciales du Nord lancent des raids contre le Sud, notamment contre la résidence présidentielle à Séoul.

1972
: après des pourparlers secrets, les deux voisins engagent un dialogue, avec pour objectif final la réunification, mais les discussions sont suspendues un an plus tard.

1983
: attentat, contre le président sud-coréen Chun Doo-hwan à Rangoon (Birmanie). il est attribué au régime de Pyongyang.

1987
: un attentat contre un boeing de la Korean Airlines tue 115 personnes; la thèse la plus avancée est celle d'une bombe posée par deux agents de la Corée du Nord.

1988
: la Corée du Nord refuse de participer aux Jeux olympiques organisés à Séoul.

1991
: les deux Corées, qui sont admises conjointement à l'ONU, signent un pacte de réconciliation et de non-agression.

1996
:Pyongyang annonce qu'il n'est plus engagé par le traité d'armistice et envoie des troupes dans la zone démilitarisée.

1999
: des affrontements se produisent entre les marines des deux pays dans la Mer Jaune à propos d'un différend entre pêcheurs de crabes, faisant une trentaine de victimes.

Le rapprochement (« sunshine policy »)

1998 : le président sud-coréen Kim Dae-jung engage une politique de rapprochement avec le nord. Il rencontre le président Kim Jong-il et approuve une assistance économique au voisin du Nord.

2000
: ouverture de bureaux de liaison dans le village frontalier de Panmunjom. Des centaines de familles séparées sont autorisées à se rencontrer.

2002
: discours, en janvier, de George Bush sur l'«Axe du mal» dans lequel il inclut la Corée du Nord. Nouveaux affrontements entre les marines des deux pays à propos d'un différend concernant la pêche. Début d'opérations de déminage dans la zone frontière. En décembre, la Corée du Nord annonce la reprise de son programme nucléaire.

2003

Janvier
: Pyongyang annonce son retrait du Traité de non prolifération nucléaire.
Juin : lancement de la zone économique spéciale intercoréenne de Kaesong, en Corée du Nord, qui ambitionne d'accueillir, d'ici à 2020, au moins 2 000 entreprises et d'employer plus de 500 000 travailleurs nord-coréens.
Août : première réunion à six sur la dénucléarisation de la Corée du Nord réunissant la Corée du Nord, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et la Russie.

9 octobre2006 : la Corée du Nord annonce avoir procédé, avec succès, à son premier essai nucléaire.

2007

13 février
: dans le cadre des négociations à Six, la Corée du Nord accepte de « désactiver » son programme nucléaire en échange de la fourniture d'énergie et de garanties de sécurité par les Etats-Unis.
Mai : pour la première fois depuis la fin de la guerre, deux convois ferroviaires franchissent la zone de démarcation entre le Nord et le Sud.
Octobre : deuxième sommet intercoréen, entre le président Roh Moo-hyun (Sud) et le dirigeant Kim Jong-il (Nord). Signature d'une « déclaration de paix » (qui n'a pas de valeur contraignante au regard du droit international) ;

2008

Février
: l'arrivée au pouvoir du président conservateur Lee Myung-bak met fin à
la politique conciliante menée au cours des dix années précédentes par les dirigeants de centre-gauche.
Mars-avril: détérioration des relations ; Pyongyang expulse des cadres de la zone économique mixte.
Juillet: les gardes du site touristique du mont Kumgang, l'une des rares enclaves nord-coréennes ouvertes aux Sud-Coréens, abattent une touriste qu'ils avaient prise pour une espionne.
Novembre: la Corée du Nord annonce qu'elle va fermer les liaisons ferroviaires, le parc industriel de Kaesong ainsi que le complexe touristique du Mont Kumgang.

2009

31 janvier
: le régime de Pyongyang annonce qu'il met fin à tous les accords passés avec la Corée du Sud, dont un pacte de non-agression.
25 mai : la Corée du Nord annonce avoir effectué "avec succès" un nouvel essai nucléaire.
26 mai : la Corée du Sud annonce qu'elle va devenir membre à part entière de l'Initiative de Sécurité contre la prolifération, conduite par les Etats-Unis, qui autorise l'arraisonnement en haute mer de navires suspectés de transporter des armes de destruction massive.
27 mai: Pyongyang hausse le ton en ne s'estimant plus liée par l'armistice de 1953 avec la Corée du sud et la menace d'une attaque militaire.


Dernière édition par Alessa le Dim 31 Mai - 2:36, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

Re: La Corée du Nord défie le monde

Message par Invité le Dim 31 Mai - 2:34

La crise nucléaire en Corée du Nord (1989-2009)

source : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/la-crise-nucleaire-en-coree-du-nord-chronologie-1989-2009_480094.html


Par Catherine Gouëset,

publié le 25/05/2009 09:57
- mis à jour le 25/05/2009 10:10


1989 : des photos satellite américaines dévoilent l'existence d'un centre nucléaire à Yongbyon, au nord de Pyongyang.
1993 : après s'être soumise à plusieurs inspections de l'AIEA, la Corée du Nord refuse que soient visitées des bases secrètes, et menace de quitter le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).
1994 : accord avec les Etats-Unis (sous la présidence de Bill Clinton). Pyongyang s'engage à geler son programme nucléaire militaire en échange de réacteurs civils à eau légère et de la fourniture de pétrole. Le projet de centrale à eau légère n'aboutira pas.
1998 : la Corée du Nord procède à un essai de missile longue portée qui survole le Japon.
1999
: Moratoire nord-coréen sur les essais de missiles. Washington allège ses sanctions.

Janvier 2002
: discours de George Bush sur l'«Axe du mal» dans lequel il inclut la Corée du Nord, aux côtés de l'Irak et de l'Iran.
Octobre 2002 : visite de l'émissaire américain James Kelly en Corée du Nord. A son retour, il déclare que le régime nord-coréen a admis l?existence d'un programme d'enrichissement d'uranium. Washington déclare caduc l'accord de 1994.
Novembre 2002 : les Etats-Unis, le Japon et l'Union européenne suspendent leurs livraisons de pétrole.
Décembre 2002 : la Corée du Nord annonce la reprise de son programme nucléaire.

Janvier 2003
: la Corée du Nord annonce son retrait du Traité de non prolifération nucléaire.
Février 2003 : saisine de l'ONU par l'AIEA.
Avril 2003 : réunion de l'ONU. Les Etats-Unis souhaitent voir la Corée du Nord condamnée mais la Chine et la Russie s'y opposent, considérant le dossier strictement américano-nord-coréen. Aucune mesure concrète n'est prise à l'issue de la réunion.
Août 2003 : première réunion à six sur la dénucléarisation de la Corée du Nord réunissant la Corée du Nord, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et la Russie. La Corée du Nord menace d'effectuer un essai nucléaire et se déclare puissance atomique.

Février 2004
: le père de la bombe pakistanaise, Abdul Qadeer Khan, reconnaît avoir fourni à la Corée du nord des tranferts de technologie nucléaire.
2005 Février : la Corée du Nord annonce la suspension pour une période indéfinie de sa participation aux négociations multilatérales.
Septembre : le 19, à l'issue d'une quatrième série de négociations, Pyongyang s'engage à abandonner son armement nucléaire en échange de la possibilité d'utiliser l'énergie nucléaire à des fins civiles. Elle s'engage également à rejoindre le TNP. Mais le lendemain, Pyongyang pose de nouveau comme condition préalable au démantèlement de son programme la livraison des réacteurs à eau légère.

2006

5 juillet : la Corée du Nord procède à sept tirs d'essai de missiles, qui s'abîment en mer du Japon. Le Japon saisit le Conseil de sécurité de l'ONU.
15 juillet : le Conseil de sécurité de l'ONU adopte une résolution comportant des mesures «contraignantes» pour Pyongyang, exigeant la suspension des activités liées au programme de missiles balistiques.
3 octobre : Pyongyang annonce un prochain essai nucléaire pour renforcer son autodéfense face à l'hostilité des Etats-Unis.
9 octobre : la Corée du Nord annonce avoir procédé, avec succès, à son premier essai nucléaire.
14 octobre : le Conseil de sécurité de l'ONU décrète un embargo sur les armes, les matériels liés à la technologie nucléaire ou à celle des missiles, ainsi que sur les produits de luxe à destination de la Corée du Nord.
31 octobre : la Corée du Nord accepte de reprendre les pourparlers à six (Corée du Nord, Corée du Sud, Etats-Unis, Chine, Japon, Russie).
18 décembre : les "discussions à six" reprennent à Pékin. Elles s'achèvent cinq jours plus tard sans résultat, la Corée du Nord exigeant la levée des sanctions financières qui lui ont été imposées sous la pression américaine.

2007

13 février : dans le cadre des négociations à Six, la Corée du Nord accepte de « désactiver » son programme nucléaire en échange de la fourniture d'énergie et de garanties de sécurité par les Etats-Unis.
19 mars : Washington annonce le déblocage des fonds de Pyongyang gelés à Macao, levant un sérieux obstacle au démantèlement nucléaire en échange d'une aide énergétique.
15 juillet : Pyongyang annonce avoir fermé le complexe de Yongbyon, première étape d'un processus de dénucléarisation.
3 octobre : la Corée du Nord accepte de fournir la liste complète de ses programmes nucléaires et de démanteler son site de Yongbyon.
1er novembre : neuf experts américains arrivent avec pour mission de rendre inutilisables les installations de Yongbyon.
31 décembre : la République populaire démocratique ne respecte pas son engagement de révéler ses activités nucléaires avant cette date.

2008

10 mai : Pyongyang fournit 18 000 pages de documentation sur son programme nucléaire aux Américains.
27 juin : Pyongyang a détruit une tour de refroidissement de son réacteur nucléaire de Yongbyon.
12 juillet : Pyongyang autorise des inspecteurs étrangers à venir vérifier que ses installations nucléaires ont bien été démantelées.
26 août : Pyongyang suspend sa dénucléarisation, accusant George Bush de ne pas tenir sa promesse de rayer la RPDC de la liste des pays soutenant le terrorisme.
Septembre : Pyongyang demande le retrait des équipements de surveillance de l'AIEA et annonce son intention de remettre en marche son réacteur.
11 octobre : Washington retire la Corée du Nord de la liste des Etats soutenant le terrorisme, après un accord sur la vérification du programme nucléaire nord-coréen.

2009

24 février : la Corée du Nord annonce le lancement imminent d'une fusée Unha-2 munie d'un satellite de communication.
2 avril
: l'armée nord-coréenne menace de représailles, notamment contre le Japon, en cas d'interception de la fusée controversée.
5 avril : la Corée du Nord lance une fusée longue portée censée transporter un satellite de télécommunications. Les Etats-Unis et leurs alliés asiatiques soupçonnaient que ce lancement ne masque un tir expérimental de missile longue portée Taepodong-2.
25 avril : Pyongyang annonce avoir repris le retraitement de combustible nucléaire, au lendemain de sanctions de l'ONU contre des entreprises nord-coréennes après le lancement de fusée du 5 avril.
25 mai : la Corée du Nord annonce avoir effectué "avec succès" un nouvel essai nucléaire.
avatar
alpacks
Membre VIP Or
Membre VIP Or

Nombre de messages : 2730

Re: La Corée du Nord défie le monde

Message par alpacks le Dim 31 Mai - 8:52

bon, ce nouvel essai n'est que de 4 kilotonnes

la vérité c'est qu'on sait rien du tout si les nord coréens parviendront a faire une bombe A capable de vraiment raser une ville moyenne comme fatman a 20 kilotonnes (2km de rayon de batiment rasés environ bien que beaucoup en bois aussi, chose a prendre en compte, une bombe comme fatman sur une ville moderne aujourd'hui ferait moins de dégat avec que des batiments en bétons, bien que bon, a 700 mètre du point ground zéro une verrière + arche métalique d'un toit avait fondu a hiroshima ...)

pour l'instant les 2 essais nord coréen sont de 1 kT et 4 KT !

pour nombre d'expert des armes nucléaires, cela ne prouve pas en vérité la véritable preuve de maitrise de l'amorçage d'une explosion de plutonium ... dans tout les cas, il ne peuvent faire une bombe a l'uranium enrichi, il en faudrait trop ... bien que la technique pour faire une explosion a l'uranium enrichi est 1000x + simple qu'une bombe au plutonium qui demande 10 a 20x moins de matière fissible ! pour la meme puissance

a l'évidence la corée du nord galère avec des bombes au plutonium, hors cela demande de maitriser le processus de sphère implosée ! il faut etre capable de faire un assemblage d'explosif autour d'une sphère creuse de plutonium qui puisse faire imploser chaque cm² de la sphère a la meme vitesse vers le centre ! bref un chef d'oeuvre ... il faut en fait assembler correctement comme des carreau de ballons de football des pointes explosifs qui s'emboitent entre elles, celle externe a explosion rapide, celle interne a explosion lente ... c'est ultra complex ! et c'est a cause de se type de processus que la corée du nord galère avec des essais de faibles puissances !

tout simplement parce que en matière hautement fissile elle n'a que du plutonium, pas de l'uranium 238 a 97% qui demande lui a l'inverse des milliers de centrifugeuse pour en produire

pour se faire une idée, une centrale nucléaire classique utilise de l'uranium 235, enrichi a 3% d'U238, une bombe a l'uranium c 97% U238 et 3% U235 ! et il en faut environ 15 kg de ce mélange

mais l'explosion devient beaucoup plus simple, il suffit de mouler l'uranium en un receptable comme un cylindre moteur, et un pointeau "piston" mobile ... il faut juste une amorce explosive simple capable de lancer le piston en 1 millième de seconde dans le cylindre ... (plus lentement le problème est que la charge devient critique avant que les parties soient correctement assemblées et explose mal ... il faut réunir la masse critique assez vite)

les 2 principes sont très différend, mais il est très difficile de réunir de 10-15 kg d'U238 a 97% pour un pays tel la corée du nord comme l'iran il faut plusieurs années de passage de centaines de tonnes de yellow cake 235 a la centrifugeuse pour récuperer une telle quantité de 238 ... le processus est donc lent, seul des pays comme la france ont des quantités suffisantes d'U238 pour ne pas a avoir a s'emmerder longtemps

de toute façon la technique du cylindre rempli en 1/1000 de sec, est très rarement utilisés par les puissances nucléaires car gourmande en place (ça demande a faire un grosse bombe de + de 2 tonnes quoi) mais ça reste un principe très facile a maitriser une fois les quantités d'U238 acquise ! une entreprise terroriste n'aurait aucun mal a fabriquer une telle bombe par exemple ! mais la logistique reste difficile (ben oui car la bombe sera très lourde)

c'est pourquoi le principe au plutonium reste l'impératif a maitriser car lui au moins miniaturisable (avec des réflecteurs a neutron on peu diminuer quasi a au minuscule la charge de plutonium a imploser en sphère) d'ailleur pour évoluer en bombe H la technique plutonium est obligatoire pour parvenir a bombarder de rayon X un receptacle d'hydrogène (la compression physique de l'explosion de la mini amorce plutonium + la compression par rayon X des hydrogènes ensemensés déclenche la fusion)

bref la corée du nord a bien du chemin encore, on considère vraiment un pays atomique que s'il est capable de faire des tetes a 10-15-20 kilotonnes ...

en dessous le processus réussi ne veulent rien dire, car plus facile a maitriser !

pour moi la corée du nord a montrer surtout sa faiblesse, c'est de ne pouvoir faire une vrai arme nucléaire que dans les 5 ans a venir ... on est meme pas sur qu'il leur resteront assez de matière fissible pour continuer
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 5:05