Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Derniers sujets


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Et si c’était de la phobie scolaire ?

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4579

Et si c’était de la phobie scolaire ?

Message par Robot U&P le Dim 18 Avr - 15:10

(Source : LePost)

Selon un rapport de la Défenseure des mineurs, 15% des 11-18 ans sont "en grande souffrance" et parmi les maux les plus répandus : la phobie scolaire. Et c’est quoi ça ?



Qu’est-ce que la phobie scolaire ?

Concrètement cela signifie "avoir peur de l’école", c’est-à-dire avoir des angoisses à l’idée d’aller à l’école, au collège, au lycée ou même à l’université.

Ça touche combien d’adolescents ?

Selon les études, la phobie scolaire touche entre 1 et 5% des enfants scolarisés dans les pays occidentaux.

Quels sont les symptômes à repérer ?

Pour tout le monde, la phobie scolaire, cela débute de la même manière. Au moment de partir à l’école, on se plaint de douleurs au ventre ou à la tête, on prétexte une forte fièvre. Pas seulement pour se prélasser et faire la grasse mat’. Dans la plupart des cas, on a réellement mal.

Pour les ados, la phobie scolaire se traduit par de l’absentéisme, pas toujours détecté. On se pointe devant le collège ou devant le lycée et on prétexte un petit retard pour ne pas entrer en classe, on passe sa journée à ne rien faire ou on rentre à la maison.

"Tous les soirs je me disais, ’demain j’irai’". Et tous les matins je me levais, mangeais, me préparais et au moment de partir je m’effondrais en larmes, et retournais dans ma chambre. Des fois j’arrivais à prendre le bus et me rendre jusque devant le lycée, mais j’étais incapable d’y entrer", raconte par exemple Sandrine sur le blog PhobieScolaire.

Chez tous les phobiques scolaires, la peur se manifeste par des crises d’angoisse, des crises de larmes. Et plus rarement, les réactions sont beaucoup plus violentes pouvant entraîner des troubles cardiaques, des évanouissements. Enfin, la phobie scolaire peut provoquer des suicides.

Que faire en cas de phobie scolaire ?

Il faut à tout prix en parler... Les parents, les amis, les professeurs, l’infirmière de l’établissement sont autant d’interlocuteurs possibles. Une ligne téléphonique gratuite a également été mise en place : 0800 235 236.

Une fois dépistée, la phobie scolaire doit être traitée avec un médecin spécialiste qui proposera ou non une psychothérapie et/ou un traitement médical.

En revanche, la déscolarisation et le suivi de cours par correspondance ne sont préconisés que dans les cas les plus graves. Il est toujours plus utile de se confronter à sa peur, progressivement, en se fixant des objectifs que de la fuir, au risque de ne plus jamais pouvoir mettre le pied à l’école ou dans un lieu public.
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4579

Re: Et si c’était de la phobie scolaire ?

Message par Robot U&P le Dim 18 Avr - 15:10

Le mal commis par le système scolaire

(Source : School-survival, trad. jsf)

Une psychiatre sociale affirme que l’école est à la racine de la plupart des problèmes mentaux dans le monde.

par Shaun Kerry, M.D.



"Le Réveil"

En tant que psychiatre sociale, j’examine la société un peu comme un médecin examine un patient. L’un des maux les plus troublants que je rencontre est notre système scolaire, qui - sans jamais s’en rendre compte - nuit à la majorité de nos élèves.

C’est ma conviction que notre système scolaire est la cause la plus fondamentale des problèmes sociaux auxquels notre société est aujourd’hui confrontée. Loin d’être chère, la solution à ce problème ne coûterait rien.

D’un point de vue psychiatrique, nos caractéristiques mentales primordiales comprennent les émotions, le jugement, le sens des priorités, l’empathie, la conscience, les relations interpersonnelles, l’estime de soi, l’identité, l’indépendance, la capacité de se concentrer, et un certain nombre de fonctions du cerveau dans son ensemble qui défient toute description. Je vais placer toutes ces caractéristiques sous l’expression ’pleine conscience’ [NdT : ’mindfulness’]. Le niveau de compréhension en lecture, les facultés en mathématiques, les scores aux tests standardisés ont une place bien moins haute dans la liste des priorités.

Il y a une forte hausse de l’incidence des maladies mentales immédiatement après que les enfants commencent l’école. Cela suggère que quelque chose dans notre système scolaire est en conflit direct avec la psyché humaine. Le film oscarisé American Beauty capture l’essence même du dysfonctionnement social dans le monde d’aujourd’hui, et a le pouvoir de représenter de nombreuses choses qui ne peuvent pas être exprimée de la même façon à l’écrit. Je vous invite à voir ce film. Notez que la plupart des personnages de ce film souffrent d’un trouble majeur de la personnalité. En restructurant nos écoles, de nombreux troubles pourraient être évités. Je vais vous montrer comment.

Premièrement, nous devons vaincre notre obsession de relier la réussite scolaire à un emploi du temps. Chacun a une personnalité tout à fait unique, et par conséquent, apprend à un rythme différent. Certaines personnes sont prêtes à apprendre à lire à 3 ans, tandis que d’autres sont plus aptes à apprendre à lire à 10 ans. Dans les écoles, nous gavons les élèves de matières directement dans leur gosier. Nous négligeons de prendre conscience, cependant, que les enfants apprennent bien plus vite et plus efficacement s’ils sont réceptifs et désireux d’apprendre la matière. Les enfants peuvent maîtriser les bases de la lecture, l’écriture et l’arithmétique bien plus rapidement si nous leur autorisions à apprendre ce qu’ils veulent apprendre quand ils veulent l’apprendre.

Avant 1850 environ, l’école comme nous l’entendons aujourd’hui - n’était pas considérée comme cruciale pour le développement des jeunes esprits. Certes, certains enfants allaient à l’école, mais seulement à chaque fois qu’ils le voulaient.

L’enseignement en classe était loin d’être obligatoire, et pourtant les enfants apprenaient à lire, écrire, et exécuter des opérations arithmétiques. En effet, le bureau du sénateur Kennedy avait une fois publié un document indiquant qu’avant la mise en œuvre de la scolarité obligatoire, le taux d’alphabétisation était de 98%. Ensuite, le chiffre n’a jamais dépassé 91%.

Forcer les gens à apprendre n’a aucune valeur, et est extrêmement dangereux. Les devoirs, les notes, le travail inutile, et la compétition sont au cœur des problèmes qui affligent nos écoles. La motivation à apprendre doit venir de l’intérieur de l’élève. Nous devenons souvent si préoccupé par répondre aux demandes des autres que nous perdons le lien avec ce que nous ressentons et ce que nous sommes. J’ai rencontré et travaillé avec de très nombreuses personnes qui sont intellectuellement bien développées, mais qui ont perdu tout contact avec leur moi intérieur.

Comme les enfants, tout le monde est curieux et avide d’apprendre. Avant de fréquenter l’école et d’être soumis à ce processus de coercition, les enfants parviennent à apprendre une langue complexe (dans les familles bilingues, deux langues) et une quantité abondante de choses sur leur environnement. Il n’y a pas de raison à ce qu’un tel apprentissage ne continue pas sans les effets négatifs de l’institutionnalisation rigide et des notes normalisées des devoirs, qui semblent constituer la base de l’éducation moderne. Plutôt que d’entraver la croissance de nos enfants, nous devons fournir un environnement qui les nourrira, et facilitera l’apprentissage continu.



Shaun Kerry, M.D.
Diplomée, American Board of Psychiatry and Neurology
La réforme de l’école - une approche intelligente [NdT : School Reform - A Mindful Approach]
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 15 Aoû - 16:21