Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

VISITEUR


Free counters!

PUB


Insolite : les mariages fantômes

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Insolite : les mariages fantômes

Message par Apollyôn le Mar 5 Mar - 20:59

En Chine rurale, on ne plaisante avec l’au-delà. Après plus de soixante ans de pouvoir communiste, le festival de Qingming est en plein renouveau. Honorer l’âme des ancêtres disparus est un des premiers devoirs filiaux en Chine, et la fête des morts, célébrée quinze jours après l’équinoxe, est l’occasion d’entretenir les tombes des disparus. C’est également la meilleure période pour les “mariages de fantômes” et l’époque la plus lucrative pour les pilleurs de tombes.

Le mariage de fantômes (minghun) est une tradition vieille de trois mille ans, particulièrement répandue dans le nord de la Chine. La plupart des familles dont un des membres est mort célibataire cherchent un “conjoint fantôme” pour leur disparu, explique Huang Jichun, chercheur à l’université de Shanghai. Les corps des deux défunts sont alors enterrés ensemble au cours d’une cérémonie à mi-chemin entre mariage et enterrement. Les fantômes n’étant plus solitaires, la famille peut renouer avec la bonne fortune. En février dernier, dans le comté de Guangping, province du Hebei, un jeune homme de 18 ans, Liu, mort d’une maladie cardiaque, a “épousé” Wu, une jeune femme de 17 ans décédée d’une tumeur au cerveau. La famille Liu a payé 35 000 yuans (4 200 euros) pour la dépouille de Wu, une somme considérable pour une famille de paysans de la province du Hebei, où le revenu moyen tourne autour de 5 000 yuans par personne et par an. Les deux jeunes gens, qui ne se sont jamais connus de leur vivant, ont été enterrés ensemble et des raviolis ont été dispersés sur leur tombe. Leur lune de miel fut toutefois de courte durée : la tombe a été rapidement profanée et le corps de Wu revendu pour un autre mariage de fantômes dans une autre province.

“J’espère que les voleurs seront condamnés à mort ou au moins à vingt ans de prison”, déclare la mère de Liu, debout sur le seuil en terre battue de sa maison. Le commerce de dépouilles féminines est florissant dans ces zones rurales pauvres. Les corps sont généralement fournis par des intermédiaires et le prix des dépouilles fraîches a grimpé d’au moins 25 % au cours des cinq dernières années. Il atteint aujourd’hui 50 000 yuans. L’année dernière, un journal chinois a accusé de riches patrons de mines de charbon d’avoir fait monter le prix des défuntes épouses jusqu’à 130 000 yuans. En 2010, un réseau de pilleurs de tombes a été démantelé dans la province du Hebei. Ses membres avaient profané des dizaines de sépultures dans la région et engrangé des centaines de milliers de yuans de profit.

Les mariages de fantômes ont toujours été controversés. Sous le régime de Mao, cette coutume était considérée comme une superstition et strictement interdite. Pour le chercheur Huang, la renaissance de cette tradition est en partie due à la croissance économique de la Chine. Les familles de paysans vivent mieux aujourd’hui et ont les moyens de payer au prix fort une épouse pour leurs défunts. Le commerce de cadavres assure désormais une offre régulière de corps frais qui ne fait qu’alimenter la demande.

La famille Liu souhaite offrir le repos à ses fantômes. Après avoir arrêté quatre des cinq malfaiteurs, la police a rendu la dépouille de Wu à la famille de Liu, son premier défunt de mari. Se méfiant du feng shui de la première tombe, la famille en a fait construire une seconde, en béton. Outre les offrandes de nourriture, ils ont aussi soigneusement planté un baifan, un bâton enveloppé de crêpe blanc supposé aider les époux sur le chemin du paradis.
source : http://www.courrierinternational.com/article/2012/04/11/mariages-le-cours-du-cadavre-monte


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
OLOVNI
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 1952

Cadavres frais pour mariages posthumes

Message par OLOVNI le Lun 25 Mar - 22:16



Le trafic de macchabées, c’est juteux mais risqué. Quatre pilleurs de tombes chinois sont derrière les barreaux pour avoir vendu dix cadavres de femmes au marché noir. Ces derniers étaient destinés à des “mariages fantômes”, rapporte le Xi’an Wanbao. Cette tradition séculaire consiste à trouver une épouse aux jeunes gens morts célibataires pour leur tenir compagnie dans l’au-delà afin qu’ils ne viennent pas hanter les vivants. Les familles emploient souvent un intermédiaire pour trouver une défunte ad hoc. Certains se fournissent directement auprès des hôpitaux. Les corps vendus par les malfrats du Shanxi, eux, n’étaient plus de première fraîcheur. Qu’importe : ils leur ont refait une beauté et ont forgé de faux certificats de sortie de morgue avant de les céder à d’autres préfectures. Les dépouilles dûment toilettées ont rapporté 240 000 yuans (30 000 euros) aux profanateurs, précise le Xi’an Wanbao. Les “mariages fantômes” (minghun) sont rares, mais le cours du cadavre ne cesse d’augmenter, alimentant de douteux trafics. L’an dernier, une jeune femme du Hebei a été vendue deux fois, à la famille de deux célibataires différents, indique le Shanghaaist. Cédée pour 35 000 yuans par ses parents, la jeune Wu a été enterrée auprès de son nouveau mari – pour être exhumée par des pilleurs de tombes et revendue 30 000 yuans à une autre famille. Dévaliser une tombe, c’est beaucoup de tracas. Song Tiantang, arrêté en 2007, ne chinoisait pas : il tuait en série pour se procurer de la matière première

http://www.courrierinternational.com/article/2013/03/25/cadavres-frais-pour-mariages-posthumes

    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 17:42