Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

qu'est-ce qui se cache sous la Clautre à Périgueux ?

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

qu'est-ce qui se cache sous la Clautre à Périgueux ?

Message par Apollyôn le Mer 18 Avr - 11:26

Pendant cinq jours, des archéologues de l'Inrap vont creuser deux tranchées devant la cathédrale et étudier le sol, en prévision de travaux

Que va-t-on trouver sous la place de la Clautre, devant la cathédrale Saint-Front ? « Peut-être les traces d'un cimetière », confie Philippe Calmette, archéologue chargé d'opération à l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Pendant toute la semaine, l'Inrap va « évaluer le potentiel archéologique » qui pourrait se dissimuler sous l'actuel parking. Une première à cet endroit, où l'on trouvait à l'époque médiévale un monastère et d'autres bâtiments.

La Ville de Périgueux prévoit en effet d'y effectuer des travaux d'aménagement. Désormais, la fouille préventive est une étape obligatoire. Sur des sites historiques, la règle est « de continuer à aménager mais aussi de prendre en compte les vestiges », explique Philippe Calmette. Ce type de sondage du sol permet donc à la mairie d'agir en connaissance de cause.



À l'aide d'une pelle mécanique, les archéologues vont creuser deux tranchées dans l'axe de la cathédrale, de 15 à 20 mètres de long sur 2 mètres de large. Première étape : enlever le goudron, « dans le but d'atteindre le substrat rocheux sur lequel repose la cathédrale ». Ensuite, en fonction de ce qu'ils trouvent, ils adapteront leurs outils. Une truelle, ou même directement à la main pour dégager les vestiges. Un anthropologue sera aussi présent sur le chantier pour prendre en charge d'éventuelles découvertes de squelettes.

Lorsqu'il aura terminé l'étude de ces sondages, l'Inrap rendra son rapport au service régional d'archéologie, le représentant de l'État qui mandate les archéologues, finance et statue sur les chantiers. Le service décidera si des fouilles plus importantes doivent être menées.

Hier matin, Christian Dupuis, élu de Périgueux en charge des commerces et des marchés forains, était présent afin de veiller à l'efficacité du chantier. « On a un engagement vis-à-vis des commerçants pour que les fouilles ne durent pas plus d'une semaine. » Ceux-ci avaient en effet manifesté leur colère la semaine dernière dans une pétition envoyée au maire. Ce chantier a pour conséquence de déplacer les marchés de mercredi et samedi sur les allées Tourny. Il y aura donc moins de passage sur la place de la Clautre. En plein milieu des vacances scolaires, le manque à gagner serait important d'après les commerçants. « Il n'y a pas de date idéale », affirme Christian Dupuis, précisant que le chantier n'entrave pas la circulation qui se déroule normalement. En ce qui concerne les commerçants du marché, « on les a choyés », assure l'élu. « Sur les allées Tourny, ils seront placés exactement comme ils sont ici », ajoutant que la mairie leur offrira le casse-croûte samedi matin.

source : http://www.sudouest.fr/2012/04/17/qu-est-ce-qui-se-cache-sous-la-clautre-690112-1980.php


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: qu'est-ce qui se cache sous la Clautre à Périgueux ?

Message par Apollyôn le Sam 21 Avr - 13:29

Périgueux : la place de la Clautre était bien un cimetière
Les sondages archéologiques se terminent ce soir place de la Clautre. Les fouilles ont mis au jour de nombreux vestiges datant du Moyen-Age et de l'Antiquité : un mur et une dizaine de sarcophages en pierre
La place de la Clautre recouvre un ancien cimetière. De nombreux Périgourdins s'en doutaient, mais la preuve est désormais établie. Les archéologues de l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) qui travaillent depuis lundi sur place vont quitter les lieux ce soir.

Le bilan des sondages effectués, en vue de travaux futurs sur la place, est éloquent : sur les deux tranchées de quelques mètres, ils ont trouvé quatre couches successives de sarcophages en pierre. Plus d'une dizaine au total. "On peut estimer que l'ensemble de la place ainsi que quelques rues autour étaient, entre le XIe et XIIe siècle, un cimetière" explique un archéologue.

Du côté de l'entrée de la cathédrale, un début de mur datant de l'Antiquité a aussi été découvert. Saint- Front est considéré comme étant la partie de la ville construite au Moyen-Age. Mais cela tend à prouver qu'il y a avait déjà une occupation humaine dans l'Antiquité.

Les archéologues vont prélever quelques sarcophages et des ossements humains pour les étudier dans les trois prochains mois dans leurs laboratoires. Impossible de dire pour l'instant si ces découvertes nécessiteront dans le futur des fouilles archéologiques plus poussées.
source : http://www.sudouest.fr/2012/04/20/perigueux-la-place-de-la-clautre-etait-bien-un-cimetiere-693882-1980.php

Sous la Clautre, un cimetière médiéval
Les archéologues ont arrêté leurs sondages hier soir. Ils ont découvert des sarcophages du Moyen Âge et des fondations remontant à l'époque antique.
La place de la Clautre recouvrait un ancien cimetière. De nombreux Périgourdins s'en doutaient, mais la preuve est désormais établie. Les archéologues de l'Institu national de recherches archéologiques préventives (Inrap) qui travaillaient depuis lundi sur la place sont repartis hier soir.

Le bilan des sondages effectués, en vue de futurs travaux sur la Clautre, est éloquent. Dans les deux tranchées de quelques mètres de profondeur, ils ont trouvé quatre couches successives de sarcophages en pierre. L'autre sillon, à peine creusé, révèle les mêmes structures funéraires. On y distingue notamment deux petites stèles en pierre. Ce sont des sarcophages d'enfants. Pour les archéologues, le nombre important de cercueils mis au jour signifie que le cimetière s'étend sous toute la place de la Clautre mais aussi sous quelques voies adjacentes. « Une exploration avait déjà eu lieu au XIXe siècle dans une rue à côté, et mentionnait la présence de tombes. Mais c'est la première fois qu'on creuse vraiment ici », rappelle l'archéologue Philippe Calmettes.
« On estime que les sarcophages datent de la fin de l'Antiquité (VIe siècle) jusqu'au Moyen Âge (XIIe siècle). » Le fait qu'ils soient aussi empilés les uns sur les autres est une autre particularité. « Cela veut dire qu'il y a eu des périodes où le cimetière a été recouvert pour devenir une place. Il est ensuite redevenu un cimetière, puis a été couvert de nouveau. Et ainsi de suite », précise l'archéologue. À l'époque, il existait des cercueils en pierre, mais aussi en bois. Qu'est-ce que cela révèle sur ces très anciens Périgourdins ? « C'est pour l'instant difficile à dire. Mais c'est vrai qu'il s'agissait, en général, de gens un peu riches qui pouvaient se faire inhumer dans un cercueil en pierre », remarque un des archéologues du chantier.

« Du côté de la cathédrale, un pan de mur de l'ancien monastère qui était accolé à l'édifice religieux a été mis au jour. Les sarcophages au même niveau datent du XIIe siècle et sont contemporains de la création du monastère », estime Philippe Calmettes.



Parmi les découvertes, à quatre ou cinq mètres de profondeur, on peut apercevoir un début de mur qui date de l'Antiquité. Ces quelques pierres constituent aussi une vraie découverte. « Saint-Front est considéré comme étant la partie de la ville construite au Moyen Âge. Mais ces fouilles montrent qu'il y avait déjà une occupation humaine dans l'Antiquité. »

Hier soir, les archéologues sont donc repartis « contents mais frustrés ». « Cinq jours pour faire des sondages, c'est très court. » Ils ont emporté des ossements ainsi que quelques sarcophages pour les étudier dans leur laboratoire à Pessac (Gironde). « Cela va prendre trois mois. Ensuite, nous transmettrons nos résultats à la mairie et au service régional d'archéologie. Ce sont eux qui décideront de faire des fouilles ou non. » La place de la Clautre risque-t-elle d'être à nouveau « ouverte » ? Faudra-t-il à une nouvelle fois supprimer le parking et déplacer le marché ? La réponse ne se sera pas connue avant plusieurs mois.
source : http://www.sudouest.fr/2012/04/21/sous-la-clautre-un-cimetiere-medieval-694050-1980.php


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: qu'est-ce qui se cache sous la Clautre à Périgueux ?

Message par Apollyôn le Dim 16 Déc - 18:21

On ne touche plus à rien
Les trouvailles archéologiques faites en avril devant la cathédrale dissuadent la mairie d'y faire des travaux. D'autres sondages sont prévus vers le Greffe.

Les commerçants des marchés du mercredi et du samedi à Périgueux en parlent encore : sous leurs pieds, place de la Clautre, s'étend un impressionnant cimetière composé de plusieurs couches de sarcophages remplis de squelettes. Il a été révélé par les tranchées du sondage archéologique réalisé en avril, pendant une semaine, par une équipe de l'Inrap, l'institut de recherche et d'archéologie préventive, face à la cathédrale Saint-Front.

Quelques échantillons et des ossements ont été prélevés pour analyse et tout a été depuis soigneusement rebouché. On n'a pas caché les fouilles, il s'agissait seulement de savoir ce qui se trouvait là, dans la perspective de travaux d'aménagement. « Ce n'était qu'un diagnostic rapide pour connaître le potentiel archéologique du site », explique Hervé Gaillard, chargé de la Dordogne au Service régional de l'archéologie. « Il est obligatoire avant tout chantier."

Mais le maire de Périgueux Michel Moyrand vient d'annoncer qu'il renonce à faire des travaux sur la place de la Clautre, pour éviter de fermer les lieux durant des mois en affronter la mauvaise humeur de commerçants, et d'avoir à financer de longues et coûteuses fouilles.

Le diagnostic préalable est financé par l'État et par une petite redevance payée par la collectivité (50 centimes par mètre carré). Pour la place de la Clautre, où la surface atteignait 5 000 m², cela représente 2 500 euros. On est bien loin de ce que coûtent les campagnes préventives, lancées quand les travaux en profondeur sont décidés sur un site.

Le rapport remis par l'Inrap au Service régional de l'archéologie est sans appel : le site est intéressant. Les sarcophages retrouvés vont du IVe ou du Ve jusqu'au XIVe siècle. Tout au fond, un bout de mur antique a été trouvé, il pourrait même dater du Ier siècle. « C'était déjà une nécropole à l'époque gallo-romaine et c'est probablement un bout de mausolée qu'on a vu là », commente Hervé Gaillard.

Ce sondage a surtout montré un empilement exceptionnel de cimetières sur un millénaire. Comme le dit de manière poétique l'archéologue, « on peut voir de manière très précise l'épaisseur du temps. » L'étude des restes funéraires permet de comprendre beaucoup de choses sur l'histoire d'une ville et des gens qui y vivaient.

Un autre sondage est prévu début 2013 vers le Greffe : avenue Daumesnil et rue Denfert-Rochereau, car des travaux d'aménagement sont aussi envisagés par la mairie par là. « Cela nous permettra aussi de savoir ce qu'il y a en dessous et de prescrire des fouilles préventives selon la nature des travaux. Si on ne creuse pas le terrain, les fouilles ne sont pas obligatoires. Mais on veille à éviter la casse sur des sites fragiles », rappelle Hervé Gaillard.

Les élus toussent souvent en découvrant le coût des fouilles préventives : ils atteignent parfois 10 % du prix des aménagements. Ainsi l'étude archéologique des soubassements du rempart du Moyen Âge au bout de la rue de la République a été facturée 60 000 euros par la société Adès. Le prix de celle de la zone d'activités de Borie Porte à Trélissac dépasse 380 000 euros et celui des longues recherches sur le site de la piscine Bertran-de-Born a atteint 430 000 euros (ces deux dernières réalisées par l'Inrap).

Depuis les lois sur l'archéologie de 2001 et 2003, c'est celui qui aménage qui paie. Pourquoi les fouilles coûtent-elles si cher, se demandent élus et habitants ? « Elles ne sont pas réalisées par une bande d'étudiants en short, mais par des professionnels avec du matériel de terrassement. C'est une opération scientifique avec du personnel qualifié et rémunéré. Tout ceci coûte cher », explique Hervé Gaillard. Mais cela permet aussi de mieux connaître l'histoire de sa ville. Un sujet qui passionne si l'on en croit la foule qui vient chaque fois que des visites sont organisées sur les chantiers de fouilles.
source : http://www.sudouest.fr/2012/12/15/on-ne-touche-plus-a-rien-909955-651.php


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: qu'est-ce qui se cache sous la Clautre à Périgueux ?

Message par Apollyôn le Sam 23 Fév - 12:51

La nécropole découverte
Le troisième sondage devant la cathédrale a révélé ossements et sarcophages.



Il y avait des curieux hier matin autour de la troisième tranchée ouverte par les équipes de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) devant la cathédrale Saint-Front. Autant les deux premiers sondages n'avaient pas donné grand-chose (des fragments de sarcophage et de mur rue de la Clarté et du rocher près de la rue du Plantier), les découvertes faites là sont plus intéressantes.

À 70 centimètres de profondeur, l'équipe coordonnée par Philippe Calmettes a trouvé la chaussée des XVIII-XIXe siècles en galets, et juste en dessous les premières sépultures en pleine terre. En descendant jusqu'à 2,60 m, les archéologues ont mis au jour des sarcophages avec squelettes et des coffrages. « Comme sur la place de la Clautre on est ici dans la nécropole du Puy Saint-Front, explique l'archéologue. Mais on a les couches supérieures qui avaient été détruites à la Clautre. »

L'anthropologue Fabrice Leroy a fait des relevés d'ossements à des fins d'analyses. « Les sépultures sont orientées est-ouest et doivent dater du Bas Moyen Âge (XIV-XVe siècle) ». Mais ce n'était qu'un sondage préventif commandé par le service régional de l'archéologie afin de mieux connaître le sous-sol avant des travaux d'aménagement de la rue prévus par la mairie en fin d'année ou début 2014. Tout a été soigneusement rebouché. De véritables fouilles feraient évidemment le bonheur des amateurs d'histoire, mais on en sait désormais un tout petit peu plus sur l'histoire de la ville.
source : http://www.sudouest.fr/2013/02/23/la-necropole-decouverte-975566-1083.php


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.

Contenu sponsorisé

Re: qu'est-ce qui se cache sous la Clautre à Périgueux ?

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 21 Aoû - 0:43