Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Sénakht-en-Rê: la "redécouverte" d'un pharaon

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Sénakht-en-Rê: la "redécouverte" d'un pharaon

Message par Apollyôn le Mer 7 Mar - 15:01

Les égyptologues ne connaissaient jusqu'ici que son nom: Sénakht-en-Rê. La découverte d'un linteau de porte fragmentaire par les archéologues du Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak (CNRS/Ministère d'état des antiquités égyptiennes) en février 2012 permet à ce pharaon de retrouver enfin sa place dans la chronologie des souverains égyptiens de la XVIIe dynastie.

Le Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak a été créé en 1967 par le CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) et le Ministère d'état des antiquités égyptiennes pour étudier et restaurer le domaine d'Amon-Rê à Karnak (Louqsor).

Depuis octobre 2008, un programme d'étude est mené sur le temple de Ptah, situé en limite septentrionale du temple d'Amon-Rê. Construit sous le règne de Thoutmosis III (env. 1479-1424 av. J.-C.), ce temple avait été restauré, agrandi et aménagé jusqu'au règne de l'empereur Tibère (14-37 ap. J.-C.). Cette étude comprend une documentation épigraphique, architecturale, archéologique et photographique, associée à un programme de restauration et de mise en valeur du site en vue de son ouverture au public.




Le montant de porte en cours d'extraction.
© Cnrs-Cfeetk/L. Moulié


Les fouilles conduites jusqu'ici dans le temple de Ptah ont mis en évidence des structures plus anciennes, murs massifs en briques crues, probables vestiges d'un temple précédent ; jusqu'à présent, seule la céramique (Premier « art du feu » à apparaître (avant la métallurgie et le travail du verre), la céramique désigne l’ensemble des objets fabriqués en terre qui ont subi une transformation physico-chimique...) recueillie indiquait une datation fin XVIIe dynastie - début XVIIIe dynastie.

C'est au cours du mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de février 2012 que l'équipe CNRS découvre alors, en bordure méridionale du temple, un montant et un linteau ( Un linteau est un élément d'architecture. Patronyme Paul-André Linteau (1946-) est un historien canadien. André Linteau (1910-1966), premier docteur en...) fragmentaire en calcaire, premiers éléments d'une structure administrative datant de la XVIIe dynastie (env. 1634-1543 av. J.-C.).

Seul le recours à la grue du Centre permet d'extraire l'imposant montant de porte de plus de 2 m de haut et pesant près d'une tonne ( La tonne représente différentes unités de mesure ; Une tonne est un grand et large tonneau ; Une tonne-pompe est un fourgon d'incendie ; ...). Les archéologues peuvent alors lire les hiéroglyphes conservées sur le monument: ceux-ci précisent qu'il s'agit d'une porte de grenier (Le grenier (latin graniarium) est un local hors-sol destiné au stockage du grain. Il peut être intégré à un bâtiment, ou constituer une petite construction indépendante (grenier à mil).) dédiée à Amon-Rê, dieu tutélaire de Karnak. Mais ils révèlent surtout l'identité du bâtisseur de cette structure: le pharaon Sénakht-en-Rê.

Il s'agit là du premier document (Dans son acception courante un document est généralement défini comme le support physique d'une information.) contemporain de ce roi jamais découvert. Son nom était jusqu'ici connu uniquement par trois documents posthumes rédigés un à deux siècles après son règne, durant les XVIIIe et XIXe dynasties (env. 1543-1186 av. J.-C.): Sénakht-en-Rê était considéré par les anciens Égyptiens eux-mêmes comme un des ancêtres des souverains fondateurs du Nouvel Empire. Mais la localisation de sa tombe, qui se trouvait très vraisemblablement sur la rive ouest thébaine, reste inconnue. De ce pharaon, l'on ignorait tout... jusqu'à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par...).



Car le montant de porte livre les trois principaux noms du souverain: "Horus", "Roi de Haute et Basse Égypte" et "Fils de Rê": cette série de noms, totalement inédite, permet d'identifier avec certitude ce souverain.

L'identification d'un pharaon par la découverte de sa titulature (1) royale presque complète reste extrêmement rare de nos jours. Celle de Sénakht-en-Ré a des implications importantes dans les reconstitutions historiques fondées sur l'historiographie égyptienne et modifie en profondeur notre connaissance de la chronologie de cette période qui voit la fin de la domination Hyksôs en Égypte et l'émergence du Nouvel Empire.

Pour en savoir plus sur le temple de Ptah: http://www.cfeetk.cnrs.fr

source : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=10165


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 22 Mai - 6:17