Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

UN TEXTE INTERESSANT

Partagez
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8044

UN TEXTE INTERESSANT

Message par casseron le Jeu 9 Fév - 14:59

La science d’aujourd’hui,
le paranormal d’hier ?

Le célèbre écrivain Didier Van Cauwelaert aime sortir des sentiers battus et rôder aux limites de la science. S’interrogeant sur les raisons amenant notre société à rejeter tout ce qu’elle ne peut expliquer, il nous invite à plus d’ouverture et de curiosité.

Si le paranormal avait révolutionné la connaissance, ça se saurait. Il n’y a qu’à regarder où en est la connaissance du paranormal, toujours aussi dénaturée, faussée, occultée, quelles qu’en soient les causes : peur, méfiance, rejet sincère ou censure « protectrice » des rationalistes. C’est toujours le même débat qui est ressassé dans les médias : « Est-ce que ça existe ou pas ? », ce qui est aussi enrichissant que de se demander si l’homme est mortel ou non. Le fait est largement démontré, mais on préfère revenir sans cesse sur la « vraisemblance » au lieu de s’interroger sur le sens. Ou sur l’histoire des sciences.

Au XVe siècle, on brûla comme sorcière une femme prétendant qu’on pouvait recréer de nuit dans une pièce la clarté du soleil, par un « courant de lumière » invisible. Or l’électricité existait. Mais on n’avait pas encore inventé les fils, l’ampoule et l’interrupteur. La science d’aujourd’hui, c’est le paranormal d’hier. Si l’on regroupe sous cette appellation incontrôlée tout ce qui échappe à la raison « pure », aux modèles préétablis et aux conseils de l’Ordre, combien de connaissances à présent communément admises nous sont arrivées par un canal paranormal ? Copernic, Kepler, Galilée, Newton, Pasteur, Edison, Fleming, Einstein, Yves Rocard, Régis Dutheil, Olivier Costa de Beauregard, Jacques Benveniste étaient-ils des « normaux », des « bien vus », de dociles adeptes de la déduction logique et des canons rationalistes ?

A un moment ou à un autre, ils ont tous été décriés, discrédités, condamnés parce qu’ils avaient trouvé, ce qui depuis bien longtemps est considéré comme incompatible avec l’état de chercheur. C’est pourquoi l’intuition scientifique, l’accès soudain ou méthodique à un niveau de connaissance inédit, est toujours le fait de marginaux, de solitaires incompris, d’esprits curieux et vigilants qui refusent l’idée qu’un iceberg soit résumable à sa partie visible. Et je pense même que l’hostilité ambiante des gens « normaux » est souvent un excellent stimulant pour ces intelligences rebelles. C’est d’ailleurs en cela que les gardes-chiourmes de la raison officielle ont leur utilité. Mais il ne faut pas dépasser la mesure.

Pourquoi tant de haine ? Pourquoi pratiquer avec tant de bonne foi le terrorisme rationaliste ? Pourquoi les détenteurs de la vérité cartésienne s’énervent-ils toujours dans les débats, pourquoi qualifient-ils a priori de naïfs, d’hallucinés ou de menteurs les témoins, victimes ou bénéficiaires de phénomènes inexpliqués (miracles, apparitions, OVNI, N.D.E, médiumnité, transcommunication…) ? Pourquoi essaient-ils de nous faire croire qu’il y a réponse à tout ? Par crainte de la manipulation des consciences ? Pour nous protéger des sectes ? C’est très bien – sauf que les sectes se portent de mieux en mieux, toujours prêtes à accueillir à bras ouverts les victimes d’événements paranormaux, diabolisées, ridiculisées par les rationalistes. Pour éviter que l’inexplicable ne nous ramène à l’obscurantisme ? Curieux raisonnement qui revient à dire que tout ce qui nous dépasse nous diminue. Or nous vivons dans un miracle constant, au sens non pas religieux mais étymologique : « source d’étonnement ». Il suffit de savoir que l’homéostasie, la stabilisation des constantes physiologiques, est toujours la même, que le rapport oxygène/hydrogène qui nous permet de respirer ne varie jamais, quels que soient les facteurs climatiques, les accidents volcaniques, chimiques ou nucléaires. Des savants m’assurent que s’il variait d’un point, la vie serait impossible sur terre, tout brûlerait. Mais qui est le gardien de cet équilibre ? La « nature » ? L’évolution ? L’autorégulation de la planète ? Les bactéries qui ont inventé la photosynthèse ? J’aimerais bien que les rationalistes s’expriment sur ce point, mais c’est moins confortable évidemment que de se gausser des gens qui déclarent entendre des hertzienne varie, et que des sons nouveaux apparaissent puis disparaissent – comme s’il s’agissait d’une matière « vivante ». Pour autant, et Dieu merci, nous n’avons pas la preuve objective que ces phénomènes sont imputables à l’au-delà. Un laboratoire de Toronto a démontré que des médiums et des scientifiques pouvaient se concentrer suffisamment pour imprimer sur bande magnétique les mots auxquels ils pensaient. Et les rationalistes de fêter cette victoire de la raison. C’est dire où ils en sont.

Mais je ne suis ni un scientifique ni un obsédé du surnaturel. Je m’intéresse, c’est tout. Aux énigmes qui nous entourent comme aux êtres humains qui les subissent, les affrontent, essaient de les comprendre. Et, si l’on me demande des exemples, les phénomènes paranormaux qui m’impressionnent le plus ne sont pas les observations d’OVNI, les voix venues d’ailleurs ou les apparitions de fantômes, mais l’intelligence, la création artistique et l’imposture sexuelle chez l’orchidée.

L’intelligence, d’abord. On oublie trop souvent qu’elle partage la même étymologie que le mot « religion ». C’est la capacité à reconnaître les liens entre les êtres, le monde, les choses, et à en créer de nouveaux. Or on peut disséquer tous les cerveaux du monde, isoler les facteurs génétiques, établir des cartes précises sur les zones où siègent la mémoire, la parole, le rêve, le mensonge, la volonté de pouvoir ou le besoin d’être aimé, on n’expliquera jamais rationnellement pourquoi, chez certains, cette organisation débouche sur l’intelligence et, chez d’autres, sur la bêtise. « Alors, où est l’âme ? », persiflait d’un air victorieux un des premiers spécialistes du cerveau cartographié. On peut lancer la même question au sujet de l’intelligence, qu’on définisse ce mot comme Valéry par « l’adaptation au réel », ou par le refus de s’en contenter. Semblable à l’électron toujours invisible, on ne peut vraiment connaître et apprécier l’intelligence que par les effets qu’elle exerce sur son environnement. Bien sûr, nous avons appris qu’elle fonctionnait par connections neuronales. Mais, pour donner de la lumière, la connaissance du courant électrique ne suffit pas à remplacer l’interrupteur ni l’ampoule. Quant à l’inspiration créatrice, ce chemin détourné, imprévu qui mène à l’émotion artistique, on ne peut la réduire à aucune explication : il suffit de voir le résultat quand on veut en faire un itinéraire balisé, quand on tente de reproduire artificiellement ces forces mystérieuses de l’imaginaire qui transcendent l’analyse et le savoir-faire. Que les totalitarismes entreprennent de créer un art « officiel », ou que les artistes eux-mêmes décident de s’enfermer dans un système dogmatique, au service d’une pensée unique, la création meurt quand on la « normalise », quand on lui refuse la liberté de l’inexplicable. L’art n’est qu’une synthèse nécessaire et fragile entre la technique et le mystère. Vouloir le réduire à l’un des deux n’est qu’un facteur de stérilité.

Un mot de l’orchidée, pour finir. Sa survie est une insulte à la raison. Souffrant d’exclusion de la part des abeilles qui n’aiment pas son pollen, et incapable de se fabriquer des graines toute seule parce que son pistil est trop loin de ses pollinies, elle aurait dû logiquement disparaître depuis longtemps, si elle n’avait eu recours à un stratagème particulièrement retors, mis en évidence par Rémy Chauvin et Jean-Marie Pelt : fabriquer une substance odorante, identique à celle que certaines guêpes femelles utilisent pour attirer leur mâle. Celui-ci se met alors à forniquer dans la fleur en détachant ainsi, à son insu, le pollen qui va se coller sur le pistil. Mais n’employons pas le mot de paranormal ; ça froisse trop de gens et ça mettrait en danger l’orchidée. Continuons à parler de « loi de la nature », et tout ira pour le mieux dans le plus intelligent des mondes.
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Gaiya le Jeu 9 Fév - 15:23

Oui j'aime bien ce texte moi aussi, Casseron pourrions nous en avoir la source s'il te plait?
Cette notion de réalité est tant différente d'une personne à l'autre, de part le vécu de chacun, la science c'est pareil chacun lui portera un regard unique de part ce qu'il est au fond de lui.

"L'étymologie de « science » vient du latin, « scientia » (« connaissance »), lui-même du verbe « scire » (« savoir ») qui désigne à l'origine la faculté mentale propre à la connaissance3. Cette acception se retrouve par exemple dans l'expression de François Rabelais : « Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ». Il s'agissait ainsi d'une notion philosophique (la connaissance pure, au sens de « savoir »), qui devint ensuite une notion religieuse, sous l'influence du christianisme. La « docte science » concernait alors la connaissance des canons religieux, de l'exégèse et des écritures, paraphrase pour la théologie, première science instituée.
La racine « science » se retrouve dans d'autres termes tels la « conscience » (étymologiquement, « avec la connaissance »), la « prescience » (« la connaissance du futur »), l'« omniscience » (« la connaissance de tout »), par exemple."

Source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Science



___________________


"La grande révolution dans l'histoire de l'homme, passée, présente et future, est la révolution de ceux qui sont résolus à être libres."
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8044

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par casseron le Jeu 9 Fév - 15:31



SOURCE


article intéressant de l'INRESS

je ne sais ce qu'est l'INRESS

avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Apollyôn le Jeu 9 Fév - 15:31



___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 4943

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Achim le Jeu 9 Fév - 16:10

@ Casseron

Formidable texte, aux idées duquel j'adhère pleinement au point que je n'y pourrais soustraire aucune phrase, aucun mot. Je me sens avec l'auteur en parfaite communion de pensée, je reconnais en lui un frère... et je suppose qu'il en est de même pour toi, Casseron.
Au-delà, ou plutôt en-deçà des faits paranormaux répertoriés dans le purgatoire des imbéciles et sur lesquels nous nous entretenons quotidiennement dans ce forum, il en est d'autres, tellement communs et qui semblent aller de soi, comme les constantes de l'univers, mais dont l'équilibre est un profond mystère (miracle ?) sur lequel personne ne se prononce.

N'en déplaise aux rationalistes invétérés, la nature offre à la curiosité des phénomènes d'interaction incompréhensibles, dont en effet les stratégies de mimétisme ou de leurres telles celles de l'orchidée, ou pire, lorsqu'on observe dans celles-là une coupure épistémologique ; telle plante dont la vocation est d'être épiphyte (de parasiter les tiges d'une autre plante), mais dont les graines sont trop lourdes pour être portées par le vent, sécrète donc un toxique très apprécié par les fourmis qui l'avalent goulûment, et lorsque celles-ci se baladent sur de hautes tiges, le poison fait son effet, les fourmis sont pris de spasmes et agonisent en serrant les tiges de leurs mandibules. La plante parasite n'a plus qu'à éclore dans leur abdomen et faire son boulot d'épiphyte. Et hop ! L'ennui, c'est qu'aucune théorie de l'évolution ne peut rendre compte d'une telle stratégie à tiroir... De même dans le camouflage mimétique ; car si les darwinistes l'expliquent par la sélection, comment expliquer les comportements adéquats des insectes, par exemple l'immobilité du phasme/brindille ? Il faut bien y voir une osmose, une uniformisation harmonieuse, mais subliminale, de l'adaptation. Tout cela est sous notre nez et nous n'y voyons rien...

Pour finir sur l'inspiration créatrice, il est singulier de noter qu'elle est, comme le dit Van Cauwelaert, insaisissable, comme l'est la sélection sexuelle chez l'homme. Se voulant imprévisible, incernable, et seulement sous cette condition, elle garantit la pérennité de l'espèce. Hasard ? Un de trop.

"L'esprit souffle où il veut."
avatar
Caribou
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 1154

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Caribou le Jeu 9 Fév - 18:01

Les intentions de l'auteur semble bonne, et la remise en question de la théorie de l'évolution est dû à un manque de connaissances de celle ci. Donc meme si je suis en désaccord je pense qu'il à raison de se poser ces questions.

Mais je ne comprends ou il est aller chercher que le taux oxygène/hydrogène était nécessaire à la respiration et restait stable Shocked , l'hydrogène n'a pas de role dans la respiration à ce que je sache et s'il pense à l’hydrogène gazeux il est presque absent de notre air de toute façon.
avatar
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3524

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par sergent garcia le Jeu 9 Fév - 18:16

Les intentions de l'auteur semble bonne, et la remise en question de la théorie de l'évolution est dû à un manque de connaissances de celle ci. Donc meme si je suis en désaccord je pense qu'il à raison de se poser ces questions.





Tu connais les circonstances dans lesquelles a été adoptée la théorie de l'évolution à l'époque ? (je crois qu'il y a un sujet sur ça)..après un vote et un résultat à égalité, la voix du Président étant prépondérante cette théorie a été adopté à une voix près...pour des cycles siècles et des cycles siècles.

Bien évidemment je ne cautionne absolument pas la théorie du créationnisme, comme un américain sur deux.


___________________


Sergent Garcia; PZychotérapeute animal et éleveur de blaireaux. Reçoit à toute heure, sans rendez-vous.
N°d'agrémentation Miviludes 666 Z 07-59; Facilités de paiement pour les cas les plus désespérés. Permi d'euthanasier
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 4943

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Achim le Jeu 9 Fév - 20:17

Pour être clair, je suis aussi un ennemi juré du créationnisme...

@ PAFleKaribou

Van Cauwelaert se gourre, il s'agit bien sûr d'un mélange oxygène/azote !

"et la remise en question de la théorie de l'évolution est dû à un manque de connaissances de celle ci"

C'est un vaste et épineux problème, mais les anti-darwinistes ont emporté des munitions...
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Apollyôn le Jeu 9 Fév - 20:25

Pourtant le taux d'oxygène dans l'atmosphère a varié au cours du temps... dans mes souvenirs de l'époque où je trippais sur les dinosaures, le taux d'oxygène dans l'atmosphère aurait atteint les 25% durant le carbonifère...

(et j'abhore également les créationistes)


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Caribou
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 1154

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Caribou le Jeu 9 Fév - 21:25

le taux d'oxygène dans l'atmosphère aurait atteint les 25% durant le carbonifère

Oui exactement il me semble avoir entendu que le taux sur terre à pu atteindre 32% ce qui rendait les incendies ravageurs d'ailleurs.
Van Cauwelaert se gourre, il s'agit bien sûr d'un mélange oxygène/azote !
Une telle erreur est un blasphème à mes yeux .


C'est un vaste et épineux problème, mais les anti-darwinistes ont emporté des munitions...

Je me demande ce que tu considères comme des victoires contre la théorie de l'évolution actuelle. Neutral


Tu connais les circonstances dans lesquelles a été adoptée la théorie de l'évolution à l'époque ? (je crois qu'il y a un sujet sur ça)..après
un vote et un résultat à égalité, la voix du Président étant
prépondérante cette théorie a été adopté à une voix près...pour des cycles siècles et des cycles siècles.

Oui je m'en douté, ça a été très compliqué de faire accepter une théorie qui ne laissait plus de place à Dieu à l'époque, mais la logique l'a emporter sur les dogmes religieux Wink.
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 4943

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Achim le Jeu 9 Fév - 22:04

@ PAFleKaribou

"Je me demande ce que tu considères comme des victoires contre la théorie de l'évolution actuelle."

Tu as 1 ou 2 exemples dans mon texte de 16 :10...

"ça a été très compliqué de faire accepter une théorie qui ne laissait plus de place à Dieu à l'époque, mais la logique l'a emporté sur les dogmes religieux."

Je sais bien que, si l'on émet quelque objection au darwinisme, on passe illico pour un promoteur du dessein intelligent. Cela ne me gêne pas outre mesure puisque je n'ai pas d'opinion tranchée sur le sujet. Je suis agnostique et pour tout te dire, je ne suis pas sûr aujourd'hui que la matière précède l'esprit ; autant dire que je ne suis pas un vrai matérialiste.
Je continue de réfléchir........



avatar
Caribou
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 1154

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Caribou le Jeu 9 Fév - 23:42

la nature offre à la curiosité des phénomènes d'interaction incompréhensibles,

Tout le problème est là, tu ne comprends pas donc tu te penses que c'est faux. La stratégie adopter par un être vivant pour assurer sa descendance se fait sur des milliers d'années et sur des milliers de générations et des milliers d'individus.
Les modifications aléatoire du génome génère des nouveaux comportement de l'organisme qui, si ils apportent un avantage, favorise l'individu et sa descendance sur ses congénères. Un comportement complexe comme celui de la plante se servant de fourmis s'est fait par étape, elle a peut être commencer par s’écrêter l’appât à fourmis qui a favorisé sa pollinisation puis un jour ses graines se sont couverte de poison pour se protéger de l'appetit des fourmis, puis comme les fourmis se sont mis a mourir empoisonner sur des tiges cela a engendrer une nouvelle strategie de dissémination et seulement ensuite les graines se sont alourdies pour x raisons leurs tailles n'etant plus un facteur limitant.

Ce que je dis est de la pure hypothèse mais c'est pour te faire comprendre qu'il y a une progression dans l'evolution des espèces et pas de sauts évolutifs comme tu le suggères.
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 4943

Re: UN TEXTE INTERESSANT

Message par Achim le Ven 10 Fév - 0:56


@ PAFleKaribou

Je ne réfute pas la théorie de l'évolution dont la validité se vérifie, je dis simplement qu'il y a dans la nature une interaction et une propagation de l'information dont ne peut rendre compte cette théorie. Cette interaction reste encore à mon sens un mystère.
Inutile donc de dire que ta démonstration ne m'a pas convaincu...

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 21 Oct - 3:23