Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

VISITEUR


Free counters!

PUB


Les exoplanètes de tous les records (des précisions...)

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Les exoplanètes de tous les records (des précisions...)

Message par Macha le Mer 28 Déc - 11:13

Les exoplanètes de tous les records (des précisions...)


Planètes chthoniennes (2) proches du coeur
d'une ancienne étoile géante rouge.
© S. Charpinet.

Deux noyaux d'anciennes planètes géantes ayant perdu leur enveloppe gazeuse, tournant autour du résidu d'un coeur de géante rouge : c'est un système planétaire en ruines que vient de découvrir une équipe internationale menée par un chercheur CNRS de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie (CNRS/Université Toulouse 3 Paul Sabatier). Ces deux exoplanètes sont les plus petites, les plus chaudes et les plus proches de leur étoile jamais découvertes à ce jour. Voilà qui pourrait apporter un éclairage nouveau sur la destinée des systèmes planétaires. Ce résultat a été publié dans la revue Nature du 22 décembre 2011 (voir aussi notre news d'hier).

C'est en analysant les données du satellite Kepler de la NASA sur les pulsations de l'étoile KIC 05807616 qu'une équipe d'astrophysiciens, menée par le Français Stéphane Charpinet, de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP), remarque une présence intrigante: deux infimes modulations périodiques de 5,76 et 8,23 heures, d'à peine 0.005% de la brillance de l'étoile. Les astrophysiciens devinent alors la présence de deux corps en orbite, ces variations ne pouvant être attribuées aux oscillations de l'étoile ou à d'autres causes. Les variations observées proviennent de la réflexion de la lumière de l'étoile sur la surface éclairée de ces corps et de la variation de l'émission thermique entre leur hémisphère éclairé, le plus chaud, et celui maintenu dans l'ombre, plus froid. Les calculs des chercheurs montrent que pour produire d'aussi petites variations de brillance, la taille des corps en orbite doit être comparable à celle de la Terre, probablement 0,76 et 0,87 rayons terrestres, soit les plus petites planètes détectées à ce jour autour d'une étoile toujours active autre que le Soleil(1).

Source et suite ici : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=9915

    La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 9:22