Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Une statuette de 6000 ans dévoilée

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par Apollyôn le Sam 26 Nov - 14:28

Mise au jour sur un chantier de fouilles du canal Seine-Nord à Villers-Carbonnel, une mini-statuette «unique» a été présentée vendredi, pour la première fois, à Saint-Quentin.
Une archéologue rayonnante présente une statuette féminine remontant au IVe millénaire avant Jésus-Christ. Découverte en décembre 2010 à Villers-Carbonnel, dans la Somme, sur un des chantiers de fouilles du canal Seine-Nord, la pièce a été dévoilée au public pour la première fois hier.

Ce fut le temps fort de la première des deux journées régionales de l'archéologie à Saint-Quentin. Et la trouvaille - parmi bien d'autres, il est vrai, glanées de l'Oise au Pas-de-Calais -, ne figurait même pas en toutes lettres dans le programme marqué par une multitude d'interventions d'archéologues.

En terre cuite, la pièce est considérée comme unique pour son «entièreté» et la qualité de sa préservation. «C'est émouvant. Cette femme, symbole de la fertilité, avec ses hanches développées, qui a traversé 6000 ans», lâche, éblouie, l'archéologue Françoise Bostyn de l'INRAP. «Sa conception est d'origine orientale », précise encore la spécialiste. Mais c'est à Villers-Carbonnel qu'elle a été découverte dans un four au mobilier abondant, composé de vases, céramiques, silex et os de cerf.

Entre fossés, trous et impacts d'obus de la Première Guerre mondiale, ce four a été exhumé d'une palissade de craie. La craie qui conserve mieux les restes de faune que le limon.

La statuette posée dans une modeste boîte sera un jour exposée, sans plus de précisions pour le moment, dans un musée picard. Françoise Bostyn et ses collaborateurs forment une des équipes impliquées dans les fouilles le long du futur canal à grand gabarit.

D'autres archéologues passionnés à Noyon et Catigny dans l'Oise, Biaches et Languevoisin-Quiquery (Somme) ainsi que Marquion dans le Pas-de-Calais, sortent de l'oubli villas gallo-romaines, habitats, lieux funéraires, défenses de mammouth, sépultures, armes et céramiques.

Clin d'œil sur la découverte de Françoise Bostyn, elle se situe au milieu du tracé Seine-Nord. Comme un trait d'union, la statuette de6000 ans est le symbole d'une autre fertilité, celle de l'archéologie.

source : http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Une-statuette-de-6000-ans-devoilee

La statuette ressemble à ça, en gros :



___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
ethane
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 562

Re: Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par ethane le Sam 26 Nov - 15:50

Et il y a certaine femmes qui se plaignent d'avoir une "culotte de cheval" à notre époque pfff!


___________________


La science, c'est ce que le père enseigne à son fils. La technologie, c'est ce que le fils enseigne à son père.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31741

Re: Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par Schattenjäger le Sam 26 Nov - 16:20

La Statuette "Big Mama" !


___________________


avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par Apollyôn le Sam 26 Nov - 16:36

Y'a pire











Mais c'est pas bien de se moquer


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31741

Re: Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par Schattenjäger le Sam 26 Nov - 17:28

A l'époque, pour être mannequin, il fallait avoir ce genre de proportion !


___________________


avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par Apollyôn le Sam 26 Nov - 17:37

Ben, ça permet de relativiser la fameuse "taille mannequin" à retrouver impérativement avant l'été pour rentrer dans les maillots de bain fashion


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par canon le Sam 26 Nov - 17:59

rien a voir avec la mode de la beauté.

une femme " opulente " a plus de " capacité nourrissante " qu'un manequin somalien,

et donne plus de bebe ! un argument choc pour l'epoque
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par Apollyôn le Jeu 8 Déc - 20:35

Zoupla, v'la la vraie trombine de cette statuette



(trouvée ici : http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20111208.OBS6285/en-image-la-dame-de-villers-carbonnel.html )

Les archéologues de l'INRAP qui fouillent le tracé du canal Seine Nord europe ont découvert une magnifique statuette de Vénus datant du néolithique.

Déjà baptisée La Dame de Villers-Carbonnel du nom de la commune où se trouve le site néolithique, cette statuette en terre cuite n'a que de très rares équivalent.

L'Inrap présente ainsi le site de fouilles : «Sur la rive gauche de la Somme, les archéologues ont dégagé deux vastes enceintes appartenant à la culture chasséenne (environ 4300-3600 avant notre ère). La plus ancienne est délimitée par un fossé et une palissade définissant un espace d’environ 6 hectares. À celle-ci succède une autre enceinte, bien plus vaste, comportant également une palissade, mais ponctuée sur l’extérieur de tronçons de fossés. La surface enclose est alors de plus de 15 hectares, bien au-delà des 6 à 10 hectares des enceintes habituelles généralement mises au jour. Elle abritait des habitats et de nombreuses structures ont été fouillées : bâtiment, fossés, trous de poteau, fours…»

Les archéologues ont d'abord retrouvé des fragments de statuette dans un four dont la voûte de terre s’est effondrée. Puis, après remontage des fragments, la statuette s’est révélée entière.

En voici la description par les découvreurs : «Haute de 21 cm, elle est modelée à partir d’une plaque d’argile rectangulaire. Les hanches sont larges et accentuées, les fesses proéminentes et viennent amplifier le déséquilibre entre la partie inférieure du bassin et la taille étroite et fine. Les bras sont esquissés par deux bourrelets au niveau des épaules, mais ne sont pas réellement figurés, pas plus que les mains. Le sexe n’est pas représenté, mais les seins sont formés par l’ajout de deux petites boules de pâte légèrement étirées. La tête enfin, très stylisée et sans visage, est constituée d’un simple cône. Cette statuette féminine possède des lignes pures mais asymétriques, c’est par exemple le cas des seins et des jambes. On assiste ici à une forte abstraction de la représentation du corps féminin, marquée par la largeur des hanches et les seins.»

La dame de Villers-Carbonnel, comme celles découvertes auparavant pour cette époque, est stylisée et caractérise une époque durant laquelle s’opère une dissolution de la figuration. Le caractère exceptionnel de la découverte tient à la fois à l’intégrité de la statuette et à la rareté de ces figurations féminines au sein des ensembles du Néolithique moyen.



L’unité stylistique qui caractérise ces représentations féminines, malgré de multiples différences, suggère un fonds idéologique commun dont l’origine est méditerranéenne. Les archéologues ont souvent vu dans ces statuettes, des représentations symboliques de la fertilité pouvant faire l’objet d’un culte domestique. Du Proche-Orient aux confins de l’Europe occidentale, une abondante littérature archéologique a évoqué des cultes à quelques «déesses-mère», concept aujourd’hui de plus en plus contesté

J'a publié sur le blog une note après un reportage effectué sur l'un des principaux site de fouilles archéologiques du canal Seine-Nord-Europe (photo à droite). Il promet par ses dimensions de nombreuses découvertes archéologiques sur des sols non urbanisés.

Depuis septembre 2009, 320 sites allant du Paléolithique au Moyen Âge ont été identifiés sur les 1700 hectares diagnostiqués. Les fouilles, qui ont débuté en mars 2010, ont révélé 77 sites archéologiques. À ce jour, 31 fouilles ont été réalisées ou sont en cours de réalisation sur 81 hectares. Une centaine de projets de fouilles est prévue avant le démarrage des travaux de terrassement.

source : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/12/une-v%C3%A9nus-pr%C3%A9historique-d%C3%A9couverte-sur-le-canal-seine-nord.html

Une équipe d’archéologues de l’Inrap vient de fouiller, sur le tracé du canal Seine-Nord Europe et sur prescription de l’État (Drac Picardie), les sites néolithiques de Villers-Carbonnel. La fouille d’une emprise de 4,35 hectares a notamment révélé une exceptionnelle statuette de terre cuite de 21 cm ; une représentation féminine dont on ne connaît que de rares exemples en France.
Sur la rive gauche de la Somme, les archéologues ont dégagé deux vastes enceintes appartenant à la culture chasséenne (environ 4300-3600 avant notre ère). La plus ancienne est délimitée par un fossé et une palissade définissant un espace d’environ 6 hectares. À celle-ci succède une autre enceinte, bien plus vaste, comportant également une palissade, mais ponctuée sur l’extérieur de tronçons de fossés. La surface enclose est alors de plus de 15 hectares, bien au-delà des 6 à 10 hectares des enceintes habituelles généralement mises au jour. Elle abritait des habitats et de nombreuses structures ont été fouillées : bâtiment, fossés, trous de poteau, fours…


Les archéologues ont retrouvé les fragments d’une statuette dans un four dont la voûte de terre s’est effondrée. Après remontage des fragments, celle-ci s’est révélée entière. Haute de 21 cm, elle est modelée à partir d’une plaque d’argile rectangulaire. Les hanches sont larges et accentuées, les fesses proéminentes et viennent amplifier le déséquilibre entre la partie inférieure du bassin et la taille étroite et fine. Les bras sont esquissés par deux bourrelets au niveau des épaules, mais ne sont pas réellement figurés, pas plus que les mains. Le sexe n’est pas représenté, mais les seins sont formés par l’ajout de deux petites boules de pâte légèrement étirées. La tête enfin, très stylisée et sans visage, est constituée d’un simple cône. Cette statuette féminine possède des lignes pures mais asymétriques, c’est par exemple le cas des seins et des jambes.
On assiste ici à une forte abstraction de la représentation du corps féminin, marquée par la largeur des hanches et les seins. La dame de Villers-Carbonnel, comme celles découvertes auparavant, est stylisée et caractérise une époque durant laquelle s’opère une dissolution de la figuration.

Le caractère exceptionnel de la découverte tient à la fois à l’intégrité de la statuette et à la rareté de ces figurations féminines au sein des ensembles du Néolithique moyen (sites de Noyen-sur-Seine en Seine-et-Marne, Maisy dans l’Aisne, Jonquière et Catenoy dans l’Oise ou de Bercy à Paris). Ce type de statuette n’est pas l’apanage du Chasséen, puisque d’autres cultures en ont révélé.
L’unité stylistique qui caractérise ces représentations féminines, malgré de multiples différences, suggère un fonds idéologique commun dont l’origine est méditerranéenne.
Les archéologues ont souvent vu dans ces statuettes, des représentations symboliques de la fertilité pouvant faire l’objet d’un culte domestique. Du Proche-Orient aux confins de l’Europe occidentale, une abondante littérature archéologique a évoqué des cultes à quelques « déesses-mères », concept aujourd’hui de plus en plus contesté.






Entre Compiègne et Aubencheul-au-Bac, cet ouvrage exceptionnel, réalisé sous la maîtrise d’ouvrage de Voies navigables de France, permettra la circulation des péniches à grand gabarit de la Seine à l’Escaut. Long de 106 km, le canal traversera 66 communes de Picardie (départements de l’Oise et de la Somme) et du Nord-Pas-de-Calais (départements du Pas-de-Calais et du Nord). Sur une emprise de 2 500 hectares, le canal sera large de 54 m. Depuis septembre 2009, 320 sites ont été identifiés sur les 1700 hectares diagnostiqués. Les fouilles, qui ont débuté en mars 2010, ont révélé 77 sites archéologiques. À ce jour, 31 fouilles ont été réalisées ou sont en cours de réalisation sur 81 hectares. Une centaine de projets de fouilles est prévue avant le démarrage des travaux de terrassement. Les prospectives des dossiers à venir prévoient un achèvement des phases de terrain à la fin de l’année 2013.
Les fouilles archéologiques menées par les équipes de l’Inrap sur le tracé du canal Seine-Nord Europe révèlent des sites allant du Paléolithique au Moyen Âge, avec des densités d’occupation variables selon les territoires et les périodes. En dehors de quelques témoignages diffus, le Néolithique y est très bien illustré par les imposantes enceintes de Villers-Carbonnel, par les trois maisons de Sauchy-Lestrée et par l’habitat du Néolithique ancien de Languevoisin-Quiquery.
source : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communiques-de-presse/Les-derniers-communiques/Communiques-nationaux/p-13881-La-dame-de-Villers-Carbonnel.htm


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.

Contenu sponsorisé

Re: Une statuette de 6000 ans dévoilée

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 17 Aoû - 20:47