Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Derniers sujets

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

C'est la crise... surtout pour les députés

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

C'est la crise... surtout pour les députés

Message par Apollyôn le Mar 15 Nov - 1:31

J'adore tomber sur ce genre de nouvelles presque à la queu-leu-leu, j'ai même failli le fiche dans "humour et ufologie"

Il n'y a pas de petites économies en période de crise ! Après avoir ponctionné les opérateurs d'Etat et les collectivités locales, l'Etat envisage d'instaurer un jour de carence pour les fonctionnaires en cas d'arrêt maladie, selon le quotidien économique la Tribune.
Le délai de carence ne s'applique aujourd'hui qu'au secteur privé, où il est de trois jours. Il correspond à la période au terme de laquelle le salarié peut prétendre à indemnisation journalière de sa caisse d'assurance maladie.

François Fillon a déclaré, dans le cadre du deuxième plan de rigueur de 7 milliards d'euros en moins de trois mois après une révision en baisse de la croissance pour 2012, que les dépenses de l'Etat seraient réduites de 500 millions d'euros supplémentaires en 2012. Pour y parvenir, le gouvernement prévoit également de restreindre ses dépenses de communication et de représentation, de raboter davantage les crédits de chaque ministère et dans le domaine de l'immobilier, il s'agit d'accélérer les cessions «mais aussi de rationaliser les dépenses».

Ce lundi, le député UMP Dominique Tian a même proposé d'aller encore plus loin en appliquant le même délai de carence pour les fonctionnaires que pour les salariés du privé, c'est-à-dire trois jours. L'intéressé va déposer un amendement en ce sens au projet 2012. «Cette mesure est susceptible d'engendrer plusieurs centaines de millions d'euros par an d'économies pour le budget de l'Etat, indique le député, et surtout d'endiguer le phénomène des arrêts de travail frauduleux dans la Fonction publique».

Par «mesure d'égalité entre secteur privé et secteur public», ce membre de la commission des Affaires sociales propose donc «l'application dans la Fonction publique du même délai de carence que dans le privé» sur l'ensemble du territoire, y compris dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle.

Pendant ce délai, les fonctionnaires en arrêt maladie ne percevraient pas leur traitement et leurs indemnités, à l'exception du supplément familial de traitement et de l'indemnité de résidence.
(http://www.leparisien.fr/economie/indemnite-maladie-des-fonctionnaires-un-depute-ump-veut-aller-plus-loin-14-11-2011-1719184.php)


Au terme d'un débat assez bref, les députés ont rejeté lundi la proposition du député UMP Lionnel Luca et d'une trentaine de ses collègues de réduire de 10% leurs indemnités parlementaires pour participer à l'effort de solidarité en ces temps de rigueur budgétaire.

«En ces temps difficiles où un deuxième plan de rigueur va demander des efforts - et rien ne nous permet d'être assurés qu'il n'y en aura peut-être pas un troisième d'ici la fin de la législature - il serait invraisemblable que nous nous exonérions d'un effort relatif», a défendu M. Luca. Parmi les signataires de cet amendement, figurent des députés UMP membres du collectif Droite Populaire mais aussi du Nouveau Centre comme Philippe Vigier, le non inscrit Nicolas Dupont-Aignan, le villepiniste Jean-Pierre Grand ou encore le député EELV François de Rugy.

«On doit apporter notre petite pierre à la crise» par souci d'«exemplarité», a aussi jugé la députée UMP Chantal Brunel, soulignant que les députés «font partie de ceux qui sont les moins malheureux dans ce pays». Elle s'est alors dite surprise par «le double langage du PS» sur le sujet, rappelant qu'aucun député PS n'avait signé l'amendement.
Jean Launay (PS), rapporteur des crédits Pouvoirs publics, a critiqué un «gadget» qui «n'a pas de pertinence juridique» puisqu'il faut modifier une ordonnance organique pour pouvoir toucher aux indemnités des parlementaires.

La ministre du Budget, Valérie Pécresse, qui n'est pas tenue de donner un avis sur une affaire concernant les députés, a précisé que «l'enveloppe des indemnités des députés baissera de 1,6%» en 2012. «Il n'y aura aucune baisse d'aucun revenu» des fonctionnaires en général, les salaires des députés étant alignés sur ceux des fonctionnaires, a-t-elle ajouté.

La diminution de 10% des indemnités, actuellement de 5.200 euros net par mois, représenterait sur un an une économie de cinq millions d'euros. Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer (UMP), y était opposé, comme le groupe des députés UMP.
(http://www.leparisien.fr/politique/les-deputes-refusent-de-reduire-de-10-leurs-indemnites-14-11-2011-1719509.php)

En théorie il faudrait une belle photo de leur amphi pour montrer à quel point ces braves députés méritent leurs salaires et font acte de présence...


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: C'est la crise... surtout pour les députés

Message par Apollyôn le Mar 15 Nov - 17:32

Bon sang de bonsoir, ça n'a pas traîné

Le Premier ministre François Fillon a jugé «raisonnable», mardi devant les députés UMP, d'instaurer une journée de carence pour les fonctionnaires en arrêt maladie tandis que plusieurs syndicats se sont insurgés contre toute velléité de «punir les malades».

Les propos du Premier ministre, rapportés de source proches du groupe UMP, ont été confirmés dans son entourage. A des députés qui jugeaient insuffisants cette journée de carence, François Fillon a déclaré que son gouvernement «avait réduit comme jamais les inégalités entre public et privé». Il estime que «le choix d'un jour (NDLR : de délai de carence) paraît raisonnable».

Peu après, le président du groupe UMP, Christian Jacob, a confirmé qu'un «point d'accord» avait été trouvé sur «une journée sur l'ensemble du traitement» des fonctionnaires. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, avait indiqué mardi qu'il prendrait dans la journée une décision à ce sujet. Au sein de l'UMP, certains proposaient un délai de trois jours, comme le député des Bouches-du Rhône Dominique Tian, qui a proposé un amendement en ce sens au budget de la sécurité sociale.

La mesure vise à réduire les dépenses de santé. Les fonctionnaires perdraient en moyenne 94€ et les agents hospitaliers 86€. Selon les informations du parisien, l'économie totale serait de 250 M€.

Un quatrième jour de carence appliqué au privé

Parallèlement, Nicolas Sarkozy, en déplacement à Bordeaux (Gironde), annonce ce mardi des mesures pour lutter contre les fraudes sociales. Un quatrième jour de carence va être appliqué aux salariés du privé en arrêt maladie, a annoncé mardi le gouvernement, en escomptant une économie de 200 millions d'euros pour la Sécurité sociale. Actuellement, le délai avant lequel les salariés sont indemnisés par l'assurance maladie est de trois jours, souvent compensés par l'employeur dans les grandes entreprises. «Par souci d'équité», sera aussi institué «un jour de carence dans les trois fonctions publiques», ont annoncé dans un communiqué commun les ministres du Budget Valérie Pécresse, du Travail Xavier Bertrand et de la Fonction publique François Sauvadet.

Si l'instauration d'une quatrième journée dans le secteur privé est une mesure réglementaire, la mesure concernant les fonctionnaires nécessite une disposition législative, précise le communiqué. Selon les ministres, «les indemnités journalières maladie, qui représentent 6,6 milliards d'euros, progressent à un rythme élevé et difficilement justifiable (+3,9% en 2010, après +5,1% en 2009)».

Les salariés pas responsables des déficits de la Sécu

Accusant le gouvernement d'avoir «choisi le populisme», la CFDT a estimé dans un communiqué qu'il «instrumentalise la fraude et punit les malades» avec son projet de mettre à l'amende les salariés dont l'arrêt maladie serait jugé abusif. Pour Véronique Descacq, secrétaire nationale, «il faut punir la fraude». Mais «il est inacceptable de désigner les salariés en arrêt maladie comme responsables des déficits de la Sécurité sociale», et encore plus de «désigner tous les salariés comme des fraudeurs potentiels et d'envisager de les sanctionner tous au travers de la mise en place de jours de carence supplémentaires».

FO a «dénoncé fermement la suspicion à objectif politicien que fait peser le gouvernement sur les salariés en situation d'arrêt maladie». L'organisation de Jean-Claude Mailly a souligné dans un communiqué que les «malades ne s'auto-prescrivent pas leurs arrêts maladie» et ne devraient pas être tenus pour «responsables d'une durée d'arrêt qui paraîtrait injustifiée.» «Autre mesure qui fait écho pour FO à ce premier projet: «le rallongement du délai de carence dans le privé et l'instauration de celui-ci dans le public», une mesure que FO assimile à «une provocation» faite «une nouvelle fois pour opposer les salariés public/privé" et qui vise à "réaliser des économies sur le dos de tous».

L'Union syndicale Solidaires accuse également dans un communiqué le gouvernement de chercher «à opposer les salariés du public à ceux du privé» mais aussi «de s'attaquer aux salarié-es les plus fragilisé-es pour sauver son fichu, triple A», par des mesures «injustes qui sont une nouvelle atteinte aux droits sociaux».

Le gouvernement «fait injure non seulement aux salariés qui souffrent chaque jour de pratiques managériales insupportables et de stress, liés aux conditions de travail souvent pénibles, mais aussi au corps médical», indique l'Union en enjoignant les autorités d'agir plutôt contre la fraude fiscale.

(http://www.leparisien.fr/economie/delai-de-carence-un-jour-pour-les-fonctionnaires-quatre-pour-le-prive-15-11-2011-1721165.php)


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: C'est la crise... surtout pour les députés

Message par Macha le Mar 15 Nov - 19:25

Je suis dégoûtée, vraiment dégoûtée !

Autant sur un salaire de cadre (catégorie A ; A+) c'est vraiment insignifiant, mais sur les salaires des catégories B et C c'est lamentable.

Alors que les députés et sénateurs gagnent bonbon tous les mois, ont leur retraite assuré et pays à vie, quand bien même, quelque soit le nombre de temps en députation. C'est écoeurant !

Punaise il faut vraiment que ça pète. Car si le gouvernement actuel continue sur sa lancée, ce sont aussi vos porte-monnaie qui vont être touchés. On commence par les fonctionnaires histoire de dire "voyez ! nous ne faisons pas de différence" ... lamentable.

Il faut savoir tout de même qu'un adjoint administratif ne gagne que 1600 euros par mois avec les primes. Si l'Etat décide de supprimer les primes (qui devraient faire partie logiquement du salaire normal d'un fonctionnaire) les petites catégories ne toucheraient que 1300 euros. Pour un adjoint qui vit en région parisienne, célibataire sans enfant, qui n'a donc aucune priorité, il devra payer un loyer du privé et non en social, faute de logements, qui lui coûterait entre 600 et 800 euros par mois.

Un député quant à lui qu'il soit présent ou non au session de l'assemble percevra 6700 euros net, sans les avantages. A cela vous ajouter également qu'il aura droit à une retraite qui lui sera versé à vie sans avoir le besoin de travailler.

Si un type travaille durant 10 ans dans une boîte privée, qu'il devient député par la suite durant 5 ans, l'Etat lui fait généreusement cadeau des années qu'il aurait à faire dans le privé en terme de retraite ... c'est ce qu'on appelle l'égalité des droits ... !

Les députés ont refusé de voir leur salaire baisser ... donc messieurs dames vous avez le choix entre ne rien dire ou vous secouez !

Lisez bien la constitution française et vous verrez que le peuple a le droit d'opposer un référendum à toutes dispositions qui seraient contraire à l'égalité des droits .... à vous de voir !
avatar
-Z-
VIP
VIP

Nombre de messages : 2916

Re: C'est la crise... surtout pour les députés

Message par -Z- le Mar 15 Nov - 20:53

DE QUOI VOUS PLAIGNEZ VOUS ?

VOUS NE VOUDRIEZ QUAND MÊME PAS QUE CE SOIT NOTRE VÉNÉRABLE ET ADORÉ PRÉSIDENT QUI PAYE DE SA POCHE...

TAISEZ VOUS, BOSSEZ ET PAYEZ !!!





___________________


"Tout n'est pas politique, mais la politique s'intéresse à tout" Machiavel

"J'ai l'esprit large et je n'admet pas que l'on dise le contraire" Coluche
avatar
Mirmi
VIP
VIP

Nombre de messages : 1957

Re: C'est la crise... surtout pour les députés

Message par Mirmi le Mar 15 Nov - 21:43

Il est passé où ce Z ? On va lui couper la tête pour voir ce qu'il y a dedans !

Si il s'est caché dans une des armoires des locaux de U&P, c'est con pour lui parce que je les connais par coeur pour y avoir planqué un tas de cadavres; modos ou pas !
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 17 Nov - 18:35