Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La biodiversité face au réchauffement climatique : ce que nous indiquent les oiseaux[

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

La biodiversité face au réchauffement climatique : ce que nous indiquent les oiseaux[

Message par Macha le Mer 26 Oct - 15:56

La biodiversité face au réchauffement climatique : ce que nous indiquent les oiseaux
Romain Julliard et Frédéric Jiguet
CERSP, MNHN

Notre planète en général, et la France en particulier, ont subi au cours des cent dernières années un réchauffement climatique brutal si on le compare aux variations historiques de températures. Ce réchauffement d’une amplitude de 1°C est attribué par un large panel de climatologues aux activités humaines qui génèrent des Gaz à Effet de Serre (GES). Les modèles climatiques prévoient pour le siècle à venir une amplification du phénomène de 2 à 5°C, dont l’ampleur et la rapidité dépendra de notre capacité à réduire nos émissions de GES. Un réchauffement d’au moins 3-4°C pour la fin du XXIème siècle semble cependant inévitable et mettra au moins 1000 ans à se résorber.

L’objectif de cet article est de faire le point sur les principaux impacts du réchauffement climatique en cours sur les populations d’oiseaux et, à travers eux, sur la biodiversité. Plutôt que de tenter l’impossible synthèse de centaines d’articles sur la question, nous nous appuierons sur trois exemples, dont deux auxquels nous avons directement contribué, qui illustrent ce qui nous semble être les trois phénomènes induits par le réchauffement climatique les plus déstabilisants pour la biodiversité dans nos contrées tempérées : (1) la désynchronisation de la chaîne alimentaire ; (2) la redistribution spatiale des espèces et (3) la multiplication de phénomènes catastrophiques. Nous terminerons par une réflexion sur le rôle de la biologie de la conservation dans ce contexte de changements climatiques.

Désynchronisation des chaînes alimentaires


Gobe mouche noir © Yves Bas

Les changements climatiques prennent une signification particulière sous nos latitudes tempérées en modifiant la longueur relative des saisons. Or l’arrivée du printemps rythme le cycle annuel de toute la biodiversité. La remonté printanière des températures s’accompagne d’une reprise explosive de la végétation. Les jeunes feuilles fournissent une nourriture de qualité pour une multitude d’invertébrés herbivores, aux premiers rangs desquels les chenilles. Eux-mêmes sont alors consommés par des espèces insectivores, vertébrés (batraciens, lézards, oiseaux, petits mammifères..) ou invertébrés (coléoptères, araignées, ..), elles-mêmes proies de carnivores ou d’autres insectivores, chassés par d’autres prédateurs… Le formidable accroissement de la biomasse végétale va ainsi permettre à l’ensemble de ces consommateurs de se reproduire. Ce phénomène est cependant éphémère : les jeunes pousses tendres se chargent rapidement de tanin et deviennent indigestes. On assiste ainsi à un pic d’abondance de nourriture et chaque niveau de la chaîne alimentaire tente de se synchroniser sur le pic dont il dépend.

Il existe bien entendu une variabilité naturelle de la précocité du printemps et les différentes espèces ont développé des stratégies pour ajuster leur cycle de vie à cette variabilité. Pour les organismes dont la physiologie dépend directement de la température, comme les plantes ou les invertébrés, cet ajustement est relativement automatique et synchrone. Pour les autres (oiseaux par exemple), il s’agit de prendre une décision basée sur différents indices, parfois un bon mois avant le pic de chenille quand il s’agit d’initier la ponte.

Le réchauffement climatique modifie la précocité printanière en multipliant les printemps chauds et en amplifiant la variabilité naturelle de la précocité des saisons. Les espèces sont elles capables de s’adapter? Deux types d’adaptation sont possibles : l’un est la sélection naturelle des individus programmés génétiquement à se reproduire tôt, l’autre la flexibilité (ou plasticité) individuelle, chaque individu utilisant divers indices pour ajuster le début de sa reproduction aux conditions climatiques. Les conséquences d’un mauvais ajustement peuvent être dramatiques puisque les jeunes oiseaux aux nids peuvent ne pas avoir assez de nourriture pour leur croissance et leur survie.[/justify]

Suite de l'article : http://www.sfecologie.org/regards/2011/10/11/r22-biodiversite-rechauffement-climatique/
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 13 Nov - 3:58