Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

la Pompéi Maya

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

la Pompéi Maya

Message par Apollyôn le Ven 7 Oct - 19:01

Une équipe de l'Université du Colorado à Boulder a dirigé les fouilles d'un village Maya au Salvador, enterré par une éruption volcanique il y a 1400 ans.
C'est de façon tout à fait inattendue qu'une ancienne route blanche qui semble conduire vers et à partir de la ville a été mise au jour.


Le Sacbé, montré ici avec un canal de drainage sur les plants de maïs à gauche a été conservé par les cendres sur la droite depuis environ 1400 ans; il s'agit du seul sacbé jamais découvert construit sans garnitures en pierre. (Crédit: Image Payson Sheets, Université du Colorado)


La route, en fait un sacbé (aussi appelé chemin blanc, il s'agit d'un chemin construit par les Mayas des Basses-Terres. Surélevé d'une cinquantaine de centimètres, entre deux murets remplis de cailloux, il est revêtu d'un mortier calcaire pour le protéger des intempéries.) fait environ 2 mètres de large.
"Elle est fabriquée à partir de cendres volcaniques blanches d'une éruption précédente qui a été tassée et consolidée sur ses bords par la population qui y vivait dans les années 600 après JC", a expliqué le professeur Payson Sheets, qui a découvert le village enseveli de Ceren près de la ville de San Salvador en 1978.

Dans le Yucatan Maya, le sacbé relie entre eux les temples, les places et les villes. Celui du village enfoui de Ceren (il avait des canaux d'eau courante de chaque côté) est le premier jamais découvert sur un site archéologique Maya qui a été construit sans bordure en pavés.
La route a été découverte par hasard par l'équipe lorsqu'elle creusait un puits sous 17 mètres de cendres volcaniques afin d'analyser l'activité agricole dans les environs de Ceren, considéré comme le meilleur village préservé Maya en Amérique centrale.

Payson Sheets ajoute, "Jusqu'à notre découverte, ces routes n'étaient connus que dans la région du Yucatan, au Mexique et toutes ont été construites avec des garnitures en pierre, et elles sont généralement bien conservées. Nous savons, maintenant, qu'un sacbé peut aussi être construit sans pierre"
Afin de suivre la route, deux fosses test ont été creusées vers le nord et ont confirmé que le sacbé avait une longueur minimale de 45 mètres. Le sacbé semble se diriger vers deux structures cérémonielles de Ceren à moins de 100 mètres.

"Nous savons qu'il y avait une fête en cours lorsque l'éruption a frappé", a ajouté Sheets, "et nous n'avons trouvé aucune preuve de quiconque serait revenu chez lui car toutes les portes des foyers étaient fermées et ficelées. Nous pensons que les gens sont partis vers le Sud, peut-être sur le sacbé, parce que le danger était au nord. "

Des datations au radiocarbone de Ceren indiquent que l'éruption s'est produite à peu près en 630 après JC, et les chercheurs ont même mis en évidence le mois et l'heure de la journée où s'est abattu le nuage de cendres et de débris provenant du volcan Caldera Loma. L'éruption aurait eu lieu à peu près vers 19 heures lors d'une soirée du mois d'août en raison de la maturité des tiges de maïs conservées dans les cendres.

À ce jour, aucun reste humain n'a été trouvé dans le village.

Les Sacbeob (le pluriel de Sacbé), avaient une forte connotation pratique, politique et spirituelle dans le Yucatan précolombien. Certains étaient assez long, jusqu'à 65km, tandis que d'autres avaient moins de 15 mètres. Grâce à la très bonne conservation de Ceren, les chercheurs on pu voir les marques des mains des agriculteurs qui réparaient les bords du sacbé.
Il se pourrait que le sacbé de Ceren conduise vers le centre Maya de San Andres à environ 5km au sud, mais il n'existe encore aucune preuve à ce jour.

La préservation des matières organiques de Ceren est supérieure à Pompéi parce que ce sont des particules de cendres chaudes et humides qui ont recouvert le village et "emballé" les structures en toit de chaume, les jardins et les champs agricoles...
La préservation de Ceren est si grande que les chercheurs ont découvert des marques de doigt dans des bols en céramique, des empreintes de pieds dans les jardins...
Les chercheurs ont aussi trouvé les restes de souris qui vivaient dans les toits de chaume, et des entomologistes ont même été capables de discerner deux espèces de fourmis qui habitaient le village.

Près de 12 bâtiments ont été fouillés, y compris logements, entrepôts, ateliers, cuisines, édifices religieux et un sauna communautaire... Mais il reste des dizaines de structures non étudiées.
Sheets conclu ainsi: "Il y a bien plus d'un siècle de recherche qui reste à faire à Ceren - à certains égards, nous avons seulement gratté la surface."

L'équipe 2011 de Payson Sheets était composée de Christine Dixon, Alexandrie Halmbacher et Theresa Heindel, étudiantes de l'université du Colorado, du professeur David Lentz de l'Université de Cincinnati , Hoffer Christine étudiante de la même université et Céline Agneau de la Sorbonne à Paris et de 23 travailleurs locaux salvadoriens.

source : http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2011/10/salvador-une-ancienne-route-maya-sous.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: la Pompéi Maya

Message par Apollyôn le Ven 5 Avr - 14:06

Enseveli sous des cendres volcaniques vers l’an 600, le village de Cerén au Salvador dévoile, partiellement, la vie quotidienne des mayas.



LOMO CALDERA. C’est le nom de ce volcan dont les cendres ont enseveli vers la fin du VIème siècle, le site agricole Maya de Joya de Cerén, situé à 25 kilomètres de San Salvador, la capitale du pays.



Découvert en 1976, il a été inscrit en 1993 à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

Depuis les spécialistes de la culture Maya fouillent la zone pour en apprendre plus sur cette civilisation précolombienne et notamment sur ses pratiques agricoles.

Le site de Cerén a été remarquablement bien conservé sous une couche de cinq mètres de cendres, il recèle les seules traces actuelles et importantes de la vie quotidienne des anciens Mayas.

Surnommé la Pompéi d’Amérique Centrale, Cerén présente toutefois une différence notable avec la cité détruite par le Vésuve : on y trouve pas de cadavres, la population ayant sans doute perçu l’imminence de l’éruption et fui avant la catastrophe.

Lors de nouvelles fouilles, David Lentz un paléo-ethnobotaniste (si, si, ça existe !) a mis au jour de nouveaux éléments qui révèlent ce que les mayas cultivaient et mangeaient.

Il a dévoilé le résultat de ses recherches durant le meeting de la Société Américaine d’Archéologie qui a lieu en ce moment à Hawaii.

Champ de maïs excavé

Le scientifique explique qu’à Cerén on cultivait alors du manioc, du maïs et du malanga, une tubercule d’Amérique qui n’avait jamais été associée à l’agriculture maya. Il note aussi la présence d’arbres fruitiers autour des habitats et de céramiques contenant des graines, des poivrons et d’autres matières végétales.

C’est quasiment la première fois que les scientifiques ont accès à des éléments de la vie quotidienne des mayas. Le chercheur insiste sur le fait que les méthodes agricoles mis en œuvre par cette civilisation étaient très efficaces, en effet à l’époque cette zone était plus densément peuplée qu’aujourd’hui et il fallait donc nourrir plus de bouches.

« Ce qu’on a découvert ici donne une image réelle du passé et montre comment les humains ont modifié leur environnement. Je pense que ce que nous apprenons est en train de révolutionner notre conception du passé antique en Amérique Centrale » conclut David Lentz.
source : http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/archeo-paleo/20130404.OBS6769/du-nouveau-sur-la-pompei-d-amerique.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 21 Oct - 5:15