Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

VISITEUR


Free counters!

PUB


Plus rapide que la lumiere.

Partagez
avatar
KANT
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 67

Plus rapide que la lumiere.

Message par KANT le Jeu 22 Sep - 22:05

Des particules mesurées à une vitesse dépassant celle de la lumière affraid


Contredisant les théories formulées par Albert Einstein,
des physiciens du CNRS ont mesuré des neutrinos, particules
élémentaires de la matière, à une vitesse dépassant légèrement celle de
la lumière, jusqu'alors considérée comme une "limite infranchissable", ont-ils annoncé, jeudi 22 septembre.



S'il est confirmé par d'autres expériences, ce "résultat étonnant" et "totalement inattendu" par rapport aux théories formulées par Albert Einstein pourrait ouvrir de nouvelles "perspectives théoriques complètement nouvelles", souligne le Centre national de la recherche scientifique, dans un communiqué.

D'après les mesures effectuées par les spécialistes de l'expérience
internationale Opera, des neutrinos ont parcouru les 730 km séparant les
installations du Centre européen de recherches nucléaires (CERN), à
Genève, du laboratoire souterrain de Gran Sasso (Italie centrale) à une vitesse de 300 006 kilomètres/seconde, soit 6 km/s de plus que la vitesse de la lumière. "Autrement dit, sur une 'course de fond' de 730km, les neutrinos franchissent la ligne d'arrivée avec 20 mètres d'avance" sur la lumière si elle avait parcouru la même distance à travers l'écorce terrestre, précise le CNRS.

"ÉNORME IMPACT"

"De longs mois de recherche et de vérifications ne nous ont pas permis d'identifier un effet instrumental expliquant le résultat de nos mesures", assure le porte-parole de l'expérience Opera, Antonio Ereditato, qui se dit "impatient" de comparer ces résultats avec d'autres expériences.

"Compte tenu de l'énorme impact qu'un tel résultat pourrait donc avoir pour la physique, des mesures indépendantes s'avèrent nécessaires afin que l'effet observé puisse être réfuté ou bien formellement établi", souligne le CNRS. "C'est pourquoi les chercheurs de la collaboration Opera ont souhaité ouvrir ce résultat à un examen plus large de la part de la communauté des physiciens", ajoute-t-il.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/09/22/des-particules-mesurees-a-une-vitesse-depassant-celle-de-la-lumiere_1576530_3244.html
avatar
TrustNo1
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 3167

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par TrustNo1 le Ven 23 Sep - 11:11

Je viens de lire cela dans le 20 Minutes pour dire XD !
et oui comme quoi Einstein n'était pas non plus très loing de la vérité 6km/h c'est pas énorme non plus

avatar
-Z-
VIP
VIP

Nombre de messages : 2916

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par -Z- le Ven 23 Sep - 12:49

@TrustNo1 a écrit:Je viens de lire cela dans le 20 Minutes pour dire XD !
et oui comme quoi Einstein n'était pas non plus très loing de la vérité 6km/h c'est pas énorme non plus

Ce ne sont pas 6 Km/heure mais 6 Km/seconde ce qui représente quand même 21 600 km/heure !

De là à dire que ce n'est pas énorme, je le conçois à l'échelle galactique mais à l'échelle terrestre c'est énorme !...

Par ailleurs, ce qui compte ici est que la dite limite infranchissable des 300 000 Km/s a été franchie... Dés lors de nouvelles recherches vont pouvoir prendre le jour rendant obsolètes les calculs effectués précédemment...

Ce pourrait être une énorme ouverture sur le plan de la recherche énergétique et, pourquoi pas, sur le plan de la recherche sur la conquête spatiale...


___________________


"Tout n'est pas politique, mais la politique s'intéresse à tout" Machiavel

"J'ai l'esprit large et je n'admet pas que l'on dise le contraire" Coluche
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Gaiya le Ven 23 Sep - 14:31

On avance ça fait plaisir, comme quoi il est bon de remettre en cause certaines choses que l'on croit savoir! La suite devrait être encore plus intéressante... Very Happy


___________________


"La grande révolution dans l'histoire de l'homme, passée, présente et future, est la révolution de ceux qui sont résolus à être libres."

sidonie
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 73

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par sidonie le Ven 23 Sep - 15:25

J'avais lu qu'aller plus vite que la lumière permettait de remonter le temps.

Les aliens viennent-ils donc de notre futur ? sont-ils nous dans le futur ?
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30103

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Schattenjäger le Ven 23 Sep - 15:33

@sidonie a écrit:J'avais lu qu'aller plus vite que la lumière permettait de remonter le temps.

Les aliens viennent-ils donc de notre futur ? sont-ils nous dans le futur ?
Le sujet en question parle d'une étude sur les Neutrinos, une simple particule. Je ne vois donc pas vraiment le rapport avec le voyage dans le temps ou les ovnis. Entre une particule et un tout petit objet, il y a déjà des milliards de différences.
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8010

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par casseron le Ven 23 Sep - 16:55

Si cette nouvelle se confirme, c'est la fin du Grand Imposteur. Une ère nouvelle de la physique va s'ouvrir. C'est la deuxième extrêmement bonne nouvelle en 2 jours avec celle de la déglaciation hyper-rapide. Ca va être un grand chambardement !!!
avatar
dranozir
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 2454

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par dranozir le Ven 23 Sep - 18:29

Si la lumière n'est pas l'energie la plus rapide de l'univers alors on peut se demander si l'univers n'est pas en réalité plus grand qu'il n'y parait actuellement.


___________________



Mehdi
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 298

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Mehdi le Sam 24 Sep - 13:09

dranozir je voulais soulever la question aussi.
J'ai entendu cette info aux infos matinale hier matin!
Bon, si les neutrinos sont capables de se déplacer plus vite que la lumière, alors il pourrait apparaître que les prochaines découvertes peuvent toucher aux tachyons, non ?

En ce qui concerne la vitesse, c'est 6km/s, et même si c'était que 6km/h, là, on est à l'échelle quantique, donc c'est énorme !
J'attends de voir les suites de cette découverte... Mais c'est dommage qu'on en parle pas plus dans les médias, c'est quelque chose de très intéressant..
avatar
KANT
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 67

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par KANT le Sam 24 Sep - 15:32

Le petit grain qui fout le grand bazar...
http://www.itele.fr/video/einstein-sest-il-trompe
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30103

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Schattenjäger le Sam 24 Sep - 15:35

Finalement, l'information ne me choque pas, la science doit être une remise en cause constante pour avancer. Smile
avatar
KANT
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 67

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par KANT le Sam 24 Sep - 15:59

Cela nous prouvent que les découvertes ne sont pas fini...

Albert Einstein Rien n'est établi
avatar
Flycrusher
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 760

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Flycrusher le Sam 24 Sep - 23:24

La science ce n'est pas la bible, ce ne sont pas des dogmes coulés dans le bronze.
La mécanique traditionnelle était une approximation du réel valable dans certaines conditions, la mécanique quantique a ajouté une nouvelle approximation pour les très grandes vitesses, mais ça ne veut pas dire qu'il n'y ait pas une nouvelle couche d'approximation à ajouter pour certaines conditions.
Dans la science on a souvent trop tendance à penser que parce que ça se tient du point de vue mathématique, c'est une connaissance définitive.
Les mathématiques sont un outil qui sert à décrire un phénomène en utilisant des paramètres connus, si d'autres paramètres doivent être pris en compte, il faut reconstruire une nouvelle formulation.
Le fait que ces neutrinos SEMBLENT plus rapide que la lumière ne rend pas caduque tout ce qu'on sait, mais signifie qu'il faut prendre en compte d'autres paramètres et que la physique quantique actuelle nécessite un réajustement.
Mais n'allons pas trop vite, il se peut très bien que cette vitesse mesurée soit erronée, il suffit d'une erreur microscopique dans la construction de l'expérience et dans les mesures pour engendrer une telle erreur.
C'est pourquoi avant de se prononcer il faudrait reproduire la même expérience dans d'autres endroits avec d'autres personnes pour voir si le fait est têtu.
avatar
titane
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 505

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par titane le Dim 25 Sep - 16:19

la fiction de demain est la realité d aujourd hui


___________________


un ali mat zo mat bepred ha pa ve digant ur sot e ve !!!!
avatar
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3514

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par sergent garcia le Dim 25 Sep - 17:41

Suspect



C'est pas le contraire ??


___________________


Sergent Garcia; PZychotérapeute animal et éleveur de blaireaux. Reçoit à toute heure, sans rendez-vous.
N°d'agrémentation Miviludes 666 Z 07-59; Facilités de paiement pour les cas les plus désespérés. Permi d'euthanasier
avatar
KANT
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 67

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par KANT le Dim 25 Sep - 18:16

@sergent garcia a écrit:Suspect



C'est pas le contraire ??

Vui un "retour vers le futur" est passé pas là.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Apollyôn le Ven 4 Nov - 17:14


Toujours pas de signes du boson de Higgs ni des particules supersymétriques dans les collisions au LHC. Le seul signe potentiel d’une nouvelle physique est pour le moment l’observation de neutrinos apparemment transluminiques avec Opera. Un test avec de nouveaux faisceaux de neutrinos est en cours pour éliminer un maillon faible de la chaine de mesures des physiciens.

Le 23 septembre 2011, les physiciens de la collaboration Opera annonçaient qu’après de multiples vérifications d’erreurs possibles dans leurs instruments ou dans l’interprétation des mesures, il apparaissait que des neutrinos avaient voyagé plus vite que la lumière sur une distance d’environ 730 km entre les accélérateurs du Cern à Genève et un détecteur enfoui sous le Gran Sasso en Italie.

En fait, parmi les 160 membres de la collaboration Opera, certains étaient en désaccord avec cette annonce ainsi qu'avec la publication sur arxiv, la veille, d’un article faisant état de tout le processus de mesure. L'article discutait aussi des éventuels sources d’erreurs systématiques qui auraient pu expliquer l’avance de 60 nanosecondes des neutrinos muoniques par rapport à des photons qui auraient parcouru la même distance en 2,4 millisecondes.

Surtout, le résultat semblait bien peu crédible si on le comparait à un désaccord de ce genre observé en 1987 lors de l’explosion de la supernova SN 1987A, mais bien expliqué dans le cadre de l'astrophysique standard. Si la vitesse de ces neutrinos avait été celle mesurée par Opera, on aurait dû détecter leur arrivée sur Terre plusieurs années avant les photons observés par les télescopes. Or leur avance n'était que de quelques heures. Certes, l’énergie des neutrinos produits au Cern est bien supérieure à celle des neutrinos mesurés provenant de la supernova. On pouvait donc invoquer un effet de variation de la vitesse avec l’énergie des particules, les rendant plus rapides que la lumière qu'à des énergies élevées.

La majorité des théoriciens se sont montrés très sceptiques mais beaucoup n’hésitaient pas simultanément à spéculer sur d’éventuels changements plus ou moins profonds des fondements de la physique et de la cosmologie, au cas où l’effet mesuré soit bel et bien la manifestation d’une nouvelle physique.

Il faudrait peut-être se résoudre à admettre que le groupe de Lorentz, au fondement de la théorie de la relativité restreinte, ne décrit en fait qu’une symétrie approchée de l’espace et du temps. Une telle possibilité a été étudiée à plusieurs reprises et notamment par Sydney Coleman et l’un des pères de la théorie du modèle électrofaible des neutrinos, le prix Nobel Sheldon Glashow.

Celui-ci a d’ailleurs réagi très rapidement aux résultats d’Opera dans un article avec un collègue. Se basant sur des considérations théoriques qu’il avait déjà explorées avec Coleman, Glashow pense que leurs calculs prouvent que si un neutrino allait effectivement plus vite que la lumière, il faudrait tout de même en conclure qu’il devrait rayonner et perdre son énergie sous forme de paires de positron et d’électron, à la façon dont un électron le fait sous forme de photons lorsqu’il se déplace plus vite que la vitesse de la lumière dans un milieu matériel (mais pas dans le vide). Il s’agit donc de l’analogue de l’effet Cerenkov.

Or, ce processus se traduirait par une modification bien particulière de la distribution en énergie des neutrinos détectés au Gran Sasso. Une autre expérience, Icarus, qui se déroule au même endroit, a annoncé les résultats de ses mesures de cette distribution en énergie des neutrinos, au cours du mois dernier justement.

Aucun signe du phénomène prédit par Glashow et son collègue Andrew Cohen. Pour certains, comme le physicien Gilles Cohen-Tannoudji, c’est un argument fort contre l’hypothèse des neutrinos supraluminiques.

Une façon d’y voir plus clair, afin d’éliminer des sources possibles d’erreurs systématiques liées aux instruments, et d’en changer. Mais comme le signale un autre prix Nobel (le découvreur du lepton tau dont l’expérience Opera chassait le neutrino associé), le physicien Martin Perl qui vient de rejoindre la blogosphère, il faudra attendre au moins un an pour cela. Il mentionne ainsi les expériences Minos et T2K, analogues à celle d’Opera.

On aura peut-être une réponse bien avant…

Les chercheurs du Cern sont en effet en train de répondre à une critique souvent émise à l’encontre de leurs mesures du temps de vol des neutrinos muoniques. Ceux-ci sont des paquets produits à partir de la désintégration de particules elles-mêmes créées par des paquets de protons entrant en collision avec une cible en graphite. Chaque impulsion dure environ 10.500 nanosecondes, ce qui est beaucoup si on la compare à l’avance de 60 nanosecondes mesurée pour les neutrinos. Les caractéristiques de cette impulsion ont fait l’objet d’une évaluation statistique et c’est justement là où le problème pourrait se trouver selon certains. Une petite erreur dans l’évaluation des caractéristiques de ces impulsions pourrait expliquer les résultats d’Opera.

C’est pourquoi des impulsions durant seulement de 1 à 2 nanosecondes sont maintenant employées, séparées par 500 nanosecondes. Selon les chercheurs, on devrait ainsi pouvoir relier le temps de vol d’un seul des neutrinos mesurés au Gran Sasso à un seul paquet de protons créé au Cern. Si une erreur systématique sur l’évaluation du temps de vol se trouve à ce niveau, on devrait le savoir très prochainement !

source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/dernieres-nouvelles-des-neutrinos-transluminiques_34377/


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Apollyôn le Ven 18 Nov - 14:33

Nouveau test sur les neutrinos : la vitesse de la lumière à nouveau dépassée

Des neutrinos, particules élémentaires de la matière, ont encore semblé plus rapides que la lumière lors de nouveaux tests réalisés sur 730 km entre la Suisse et l'Italie, a indiqué vendredi le Centre national français de la recherche scientifique (CNRS).

Pour tenter d'éliminer une possible source d'erreur lors de la précédente mesure, l'équipe de l'expérience internationale Opéra a utilisé un nouveau faisceau de protons pour produire les neutrinos passe-murailles qui sont envoyés à travers l'écorce terrestre en direction du laboratoire souterrain du Gran Sasso (Italie centrale).

"Avec le nouveau type de faisceau produit par les accélérateurs du Cern (Centre européen de recherches nucléaires), nous avons été capables de mesurer avec précision le temps de vol des neutrinos, en les prenant un par un", explique Dario Autiero, chercheur à l'Institut de physique nucléaire de Lyon (France) et responsable de l'analyse des mesures d'Opéra.

Lors de ce nouveau test entamé fin octobre, vingt neutrinos ont pu être détectés au Gran Sasso. Ces nouvelles mesures "ne changent en rien la conclusion tirée initialement, à savoir que les neutrinos semblent arriver plus vite qu’ils ne le devraient", a précisé le CNRS.

Le 22 septembre, l'équipe Opéra avait annoncé que des neutrinos avaient parcouru les 730 km en dépassant légèrement (de 6 km/s), la vitesse de la lumière dans le vide (près de 300.000 km/s), jusqu'alors considérée comme une "limite infranchissable".

"Les vingt neutrinos que nous avons enregistrés fournissent une précision comparable aux 15.000 autres à partir desquels notre mesure initiale était fondée", a relevé M. Autiero, précisant que l'analyse était cette fois "plus simple".

Les impulsions de protons servant à produire les neutrinos étaient ultracourtes (trois nanosecondes ou milliardièmes de seconde) et espacées chacune de 524 nanosecondes, ce qui a permis d'accroîre la précision des mesures.

Pour M. Autiero, "des examens complémentaires" et des "mesures indépendantes" doivent encore être faits avant que "l'anomalie de temps de vol" des neutrinos, c'est-à-dire leur vitesse supérieure à celle de la lumière dans le vide, puisse "être confirmée ou réfutée".

Si elle était confirmée, cette vitesse supraluminique obligerait à repenser la physique actuelle, y compris la théorie d'Einstein. Incrédules, les chercheurs avaient tenté pendant des mois de vérifier leurs résultats avant de les annoncer en septembre.

L'article de la collaboration Opéra présentant les résultats du nouveau test est accessible vendredi sur le site de prépublication ArXiv.

Le neutrino est très difficile à détecter, car il est dépourvu de charge électrique et traverse généralement la matière sans s'y arrêter.

AFP


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4508

La vitesse de la lumière à nouveau dépassée

Message par Robot U&P le Mer 23 Nov - 15:56

La vitesse de la lumière à nouveau dépassée



Des neutrinos, particules élémentaires de la matière, ont encore semblé plus rapides que la lumière lors de nouveaux tests réalisés sur 730 km entre la Suisse et l’Italie, a indiqué vendredi le Centre national français de la recherche scientifique (CNRS).

Laboratoire souterrain du Gran Sasour tenter d’éliminer une possible source d’erreur lors de la précédente mesure, l’équipe de l’expérience internationale Opéra a utilisé un nouveau faisceau de protons pour produire les neutrinos passe-murailles qui sont envoyés à travers l’écorce terrestre en direction du laboratoire souterrain du Gran Sasso (Italie centrale).

« Avec le nouveau type de faisceau produit par les accélérateurs du Cern (Centre européen de recherches nucléaires), nous avons été capables de mesurer avec précision le temps de vol des neutrinos, en les prenant un par un », explique Dario Autiero, chercheur à l’Institut de physique nucléaire de Lyon (France) et responsable de l’analyse des mesures d’Opéra. Lors de ce nouveau test entamé fin octobre, vingt neutrinos ont pu être détectés au Gran Sasso. Ces nouvelles mesures « ne changent en rien la conclusion tirée initialement, à savoir que les neutrinos semblent arriver plus vite qu’ils ne le devraient », a précisé le CNRS.

Le 22 septembre, l’équipe Opéra avait annoncé que des neutrinos avaient parcouru les 730 km en dépassant légèrement (de 6 km/s), la vitesse de la lumière dans le vide (près de 300.000 km/s), jusqu’alors considérée comme une « limite infranchissable ». « Les vingt neutrinos que nous avons enregistrés fournissent une précision comparable aux 15.000 autres à partir desquels notre mesure initiale était fondée », a relevé M. Autiero, précisant que l’analyse était cette fois « plus simple ». Les impulsions de protons servant à produire les neutrinos étaient ultracourtes (trois nanosecondes ou milliardièmes de seconde) et espacées chacune de 524 nanosecondes, ce qui a permis d’accroîre la précision des mesures.

Pour M. Autiero, « des examens complémentaires » et des « mesures indépendantes » doivent encore être faits avant que « l’anomalie de temps de vol » des neutrinos, c’est-à-dire leur vitesse supérieure à celle de la lumière dans le vide, puisse « être confirmée ou réfutée ».

Si elle était confirmée, cette vitesse supraluminique obligerait à repenser la physique actuelle, y compris la théorie d’Einstein.

Incrédules, les chercheurs avaient tenté pendant des mois de vérifier leurs résultats avant de les annoncer en septembre. L’article de la collaboration Opéra présentant les résultats du nouveau test est accessible vendredi sur le site de prépublication ArXiv.

Le neutrino est très difficile à détecter, car il est dépourvu de charge électrique et traverse généralement la matière sans s’y arrêter.

Source AFP
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Apollyôn le Mar 27 Déc - 12:53

Neutrinos transluminiques : le coup de froid d'IceCube

Personne n’a encore trouvé d’erreur dans l’analyse des mesures de la collaboration Opera qui avaient conduit à la conclusion que les neutrinos peuvent se déplacer plus vite que la lumière. Mais ces neutrinos transluminiques ne sont pas compatibles avec des variantes du modèle standard, autorisant de légères violations de l’invariance de Lorentz. Après l’expérience Nomad et Icarus, c’est au tour de IceCube de fournir des résultats peu compatibles avec Opera.

Les observations d’Opera, faisant état de neutrinos arrivant avec 60 nanosecondes d’avance sur des photons qui auraient parcouru la même distance entre les accélérateurs du Cern et le détecteur enfoui sous le Gran Sasso en Italie, continuent de défier Einstein. Il est tout aussi vrai qu’il est encore trop tôt pour que s'impose une révision sérieuse des fondations de la théorie de la relativité restreinte. Ainsi, même dans l’hypothèse où ces observations seraient confirmées par une autre expérience, il existe différentes façons de conserver la théorie d’Einstein.

Bien que cette explication ne tienne finalement pas pour diverses raisons, les neutrinos d’Opera auraient pu être des tachyons, c'est-à-dire des particules qui se déplacent toujours plus vite que la lumière. Toute limite ayant deux côtés, de telles particules peuvent exister sans violer l’invariance de Lorentz au cœur de la théorie de la relativité.

On pourrait supposer aussi que la véritable vitesse limite de la théorie de la relativité n’est finalement pas celle de la lumière, sans changer la théorie d’Einstein. Il suffit de modifier les équations de propagation des ondes de manière à avoir diverses vitesses limites pour les particules de forces et de matière. Au final, la vitesse de propagation maximale serait celle des ondes de gravitation, qui serait légèrement supérieure à celle de la lumière et des neutrinos.

Toutefois, depuis longtemps, des physiciens comme Sheldon Glashow et Sidney Coleman ont étudié des variantes du modèle standard autorisant de légères violations de l’invariance de Lorentz, et donc remettant en cause la théorie de la relativité d’Einstein. Ces théories sont effectives, ce qui veut dire qu’elles doivent représenter une approximation générique de théories plus fondamentales. Les conclusions que l’on peut en tirer sont donc plutôt robustes car elles ne dépendent pas vraiment de la forme de ces théories dont la nature exacte doit émerger à très hautes énergie, de la même façon que la forme de l’équation de la mécanique des fluides ne dépend pas de la nature atomique précise du fluide considéré à grande échelle.

Ramanath Cowsik est considéré comme l’un des plus importants pionniers d’une jeune science, celle des astroparticules. Sortie de l’école secondaire à 13 ans et ayant décroché un master à seulement 19 ans, il fut l’un des premiers, au début des années 1970, à proposer que les neutrinos pouvaient être suffisamment massifs pour fermer l’Univers. Plus tard, il explorera la nature de la matière noire sous l’hypothèse qu’il s’agit de neutrinos et plus généralement des wimps. On le crédite même parfois de l’introduction de ce concept en astrophysique.

Autant dire que lorsque Cowisk publie un article sur arxiv avec des collègues, explorant l’hypothèse des neutrinos transluminiques d’Opera, on a tendance à l’écouter attentivement...

Les astrophysiciens se basent sur les mesures concernant les rayons cosmiques obtenues avec le détecteur géant de neutrinos en Antarctique IceCube, qui succède à Amanda.

Les neutrinos d’Opera sont des neutrinos muoniques, c’est-à-dire qu’ils sont produits en même temps que des muons à la suite de la désintégrations de pions eux-mêmes créés par la collision de protons à hautes énergies avec des noyaux d’atomes. Or c’est exactement ce qui se produit à la frontière de l’atmosphère terrestre avec des protons présents dans les rayons cosmiques à des énergies parfois bien plus hautes.

D’après les calculs des chercheurs, si des neutrinos muoniques pouvaient aller plus vite que la lumière, il faudrait en conclure que le temps de désintégration des pions devrait augmenter avec l’énergie des neutrinos muoniques. Comme ceux observés avec IceCube sont parfois 10.000 fois plus énergétiques que ceux d'Opera, cela impliquerait que le temps de désintégration des pions est tellement grand qu’ils traverseraient l’atmosphère sans se désintégrer. Ces neutrinos ne devraient donc pas être observables, à moins de violer non seulement la théorie de la relativité mais aussi les lois de la conservation de l’énergie et de la quantité de mouvement.

Il faut bien sûr rester très prudent. Au début du XXe siècle, par exemple, des arguments de Lorentz à propos de photographies de lointaines étoiles obtenues derrière des télescopes et qui semblaient incompatibles avec l’hypothèse des quanta de lumière d’Einstein.

Tout de même, il s'agit là d’une troisième expérience dont les résultats ne sont pas compatibles avec l’idée que des neutrinos peuvent se déplacer plus vite que la lumière. Surtout, les mesures se font avec des neutrinos à de très hautes énergies, ce qui rend plus difficile d’admettre que l’on peut réconcilier Opera et toutes les observations standards sur la physique des neutrinos en faisant intervenir des effets transluminiques d’autant plus importants que les neutrinos sont plus énergétiques.

Le mystère d’Opera reste entier…

source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/neutrinos-transluminiques-le-coup-de-froid-dicecube_35550/


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Apollyôn le Jeu 9 Fév - 22:36

Les collaborations Atlas et CMS viennent de publier deux articles confirmant ce qui avait été annoncé lors de séminaires au Cern en décembre 2011 : il y aurait bien des signaux favorables à l’existence d’un Higgs avec une masse d’environ 125 GeV, observés dans les deux détecteurs. En portant l’énergie des prochaines collisions à 8 TeV, les chercheurs du LHC pensent que la question de l’existence ou non du boson de Higgs standard sera réglée en 2012.
Début décembre 2011, la tension montait au Cern. Les chercheurs traquant le boson de Higgs au LHC annonçaient finalement qu'à défaut d'avoir découvert la dernière pièce manquante du modèle standard, ils étaient sur le point de montrer son existence ou de la réfuter. Selon eux, le mystère du boson de Higgs standard, mythique particule dont le champ devrait être à l'origine des masses des particules fondamentales de l'univers, serait probablement levé en 2012.

Les détecteurs Atlas et CMS, consacrés à la chasse au célèbre boson introduit dans le bestiaire de la physique des particules par Peter Higgs, François Englert, Robert Brout et quelques autres physiciens, semblaient bel et bien voir quelques-unes de ses signatures. Plusieurs canaux de désintégration associés au Higgs permettaient même d'obtenir une estimation de sa masse qui dans les deux cas serait d'environ 125 GeV.

Mais la prudence s'imposait, d'autant plus que les deux collaborations utilisant les détecteurs géants du LHC n'avaient encore rien publié sur arxiv, preuve qu'il restait encore du travail pour consolider les analyses des données enregistrées avec les collisions de faisceaux de protons.

Ces mêmes collisions avaient cessé depuis quelque temps pour être remplacées temporairement par des collisions d'ions lourds. Actuellement, le LHC est à l'arrêt pour sa maintenance annuelle. En février, la décision a été prise d'augmenter l'énergie des collisions de protons qui devraient reprendre fin mars. Initialement à 7 TeV, les collisions devraient se faire en 2012 à 8 TeV, ce qui facilitera la découverte d'éventuelles particules, dont le boson de Higgs.

En tout état de cause, le nombre de collisions par seconde devrait encore augmenter et plus que jamais les ordinateurs de la grille de calcul seront nécessaires pour enregistrer, trier et analyser les données fournies par les détecteurs qui sont les descendants de la chambre à fils de Georges Charpak.

En attendant, Atlas et CMS viennent enfin de mettre en ligne les articles détaillant les résultats de leur chasse au boson de Higgs. L'un des membres de CMS, le physicien Tomasso Dorigo, commente ces résultats sur son blog en ces termes : « Je trouve l’accord entre les deux expériences impressionnant, et comme je l’ai déjà dit, je crois que nous observons dans les données d’Atlas et de CMS les produits des désintégrations du boson de Higgs ».

Rien n'a fondamentalement changé par rapport aux déclarations de décembre 2011 si ce n'est que les analyses faites sont probablement plus solides et la signification du signal enregistré un peu plus forte. La collaboration CMS exclut l'intervalle de masse 129-525 GeV à 99 % pour le boson de Higgs, en lui donnant une masse probable de 124 GeV, alors que celle d'Atlas estime qu'il a probablement une masse de 126 GeV.

Il y aura peut-être du nouveau début mars 2012 avec les Rencontres de Moriond qui se tiendront à La Thuile, dans la vallée d'Aosta. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/boson-de-higgs-les-racsultats-datlas-et-cms-enfin-en-ligne_36645/


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
TrustNo1
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 3167

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par TrustNo1 le Ven 10 Fév - 14:18

C'est Einstein qui doit se retourner dans sa tombe Smile

avatar
CATHARE
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 156

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par CATHARE le Ven 10 Fév - 16:57

@TrustNo1 a écrit:C'est Einstein qui doit se retourner dans sa tombe Smile

Pour ce qui est du possible "dépassement " de la vitesse de la lumière, c'est pas encore pour tout de suite...il n est toujours pas exclu qu'il y ai une erreur de mesure dû au protocole mis en place.
Mais si un jour cela se vérifiai (à bien mettre au conditionnel...), cela conduirait peut être à de nouvelles perspectives scientifiques.
Pour ce qui est du boson de Higgs, les calculs sont très lourds..ce que font actuellement les 2 équipes de physiciens du CERN est phénoménal !!
avatar
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3514

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par sergent garcia le Ven 10 Fév - 18:18

@TrustNo1 a écrit:C'est Einstein qui doit se retourner dans sa tombe Smile



Il y a quand même pas mal d'applications issue de sa théorie, comme le GPS

Einstein savait qu'elle était sous certains aspects incomplète et étudiait la théorie des champs qui aurait pu nous mener plus loin.


___________________


Sergent Garcia; PZychotérapeute animal et éleveur de blaireaux. Reçoit à toute heure, sans rendez-vous.
N°d'agrémentation Miviludes 666 Z 07-59; Facilités de paiement pour les cas les plus désespérés. Permi d'euthanasier
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7230

Re: Plus rapide que la lumiere.

Message par Apollyôn le Jeu 23 Fév - 13:43

Neutrinos plus rapides que la lumière : une source probable d’erreur identifiée

Une erreur liée aux systèmes GPS pourrait expliquer l’inexplicable : des particules qui voyagent plus vite que la lumière.

Fin septembre 2011, un séisme a secoué le milieu des physiciens : l’expérience OPERA menées sur les neutrinos aurait montré que ces particules fantômes –qui traverse la matière sans interagir avec elle- pouvaient voyager plus vite que la lumière.

En mesurant la vitesse d’un faisceau de neutrinos entre le Cern à Genève et le laboratoire du Gran Sasso en Italie, les physiciens d’OPERA concluaient que les neutrinos avaient 60 nanosecondes d’avance sur ce qui serait le temps de vol d’un faisceau de photons sur le même parcours.

Aujourd’hui, les chercheurs de la collaboration OPERA annonce avoir identifié deux sources possibles d’erreur, liées au système GPS (Global Positioning System) utilisé pour synchroniser les mesures. Un élément clef des calculs. D’après un court texte posté ce matin sur le compte twitter du Cern, deux problèmes ont pu se poser, avec des effets différents.

Première possibilité : le problème vient d’un oscillateur utilisé pour synchroniser les deux horloges atomiques placées au Cern et au détecteur d’OPERA, pour établir avec une très grande précision le départ et l’arrivée des neutrinos. Dans ce cas, le temps de vol des neutrinos serait surestimé, précise le texte posté par le groupe OPERA.

Seconde possibilité : le connecteur de fibre optique qui permet au signal GPS externe d’arriver jusqu’à l’horloge atomique d’OPERA a mal fonctionné au moment des mesures. Un problème de branchement évoqué dès hier soir par le site de la revue Science (ScienceNews). Dans ce cas, le temps de vol des particules fantômes aurait été sous-estimé.

«L’impact potentiel de ces deux effets est en cours d’étude par la collaboration OPERA», précise le court texte. De nouvelles mesures sont programmées pour le mois de mai.



L'objectif premier de la collaboration internationale OPERA, qui regroupe 160 chercheurs de 11 pays différents, est d'étudier l'oscillation des neutrinos, c'est-à-dire leur capacité à changer d'état. c'est pour cela qu'un faisceau de neutrinos fabriqué au Cern est envoyé vers le détecteur du Gran Sasso, situé dans les Abruzzes, à 732 km.

Au cours de ces expériences que les physiciens mesurent le temps de vol des neutrinos et c'est ainsi que Dario Autiero (Institut de physique nucléaire de Lyon/ CNRS) et ses collègues ont détecté "l'excès de vitesse" des neutrinos par rapport à la lumière. Or, d'après la théorie de la relativité générale d'Einstein, socle de la physique moderne, la vitesse de propagation de la lumière est indépassable. Les résultats de l'expérience OPERA ont donc jeté le trouble. Au sein même de la collaboration tout le monde n'était pas d'accord pour les rendre publics. De nouvelles mesures présentées en novembre par Dario Autiero ont confirmé les premiers calculs. Cependant beaucoup de physiciens restaient persuadés qu'une erreur encore non détectée expliquait cette anomalie.
source : http://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/20120223.OBS2099/neutrinos-plus-rapides-que-la-lumiere-une-source-probable-d-erreur-identifiee.html

Albert Einstein n'est peut-être pas encore dépassé : l'expérience Opera qui avait ébranlé le monde scientifique en mesurant des neutrinos allant plus vite que la lumière, ne serait peut-être que le résultat d'un "petit décalage" au sein d'une connexion en fibre optique.

"Les physiciens ont vérifié, continuent de vérifier et vont revérifier", a déclaré jeudi Arnaud Marsollier, porte-parole du Centre européen de recherches nucléaires (Cern), évoquant un "petit décalage" possible à cause d'un cable.

L'annonce fin septembre de résultats en contradiction avec la théorie de relativité d'Einstein avait secoué les physiciens, toujours nombreux à douter de leur validité.

Sur une "course de fond" de 730 km entre les installations du Cern à Genève et le laboratoire souterrain de Gran Sasso (Italie), les neutrinos, des particulaires élémentaires, franchissaient la ligne d'arrivée avec près de 20 mètres (ou 60 nanosecondes) d'avance sur la lumière, selon les mesures effectuées.

Selon des informations publiées mercredi sur un blog de la revue scientifique américaine Science, "une mauvaise connexion entre un GPS et un ordinateur est sans doute à l'origine de l'erreur".

"C'est un effet qui est lié à la transmission du signal" parce que le GPS ne peut pas être capté sous terre, a précisé jeudi à l'AFP le responsable de l'analyse des mesures de l'expérience Opera, Dario Autiero.

Le signal GPS est réceptionné à 8 km du laboratoire souterrain où il est acheminé via un cable en fibre optique. A l'arrivée, le signal lumineux, converti en signal électrique, sert à synchroniser l'horloge interne du détecteur de neutrinos du laboratoire de Gran Sasso.

"Expérience compliquée"

Au sein du laboratoire souterrain, le délai pour détecter le signal du GPS pourrait dépendre de la "quantité de lumière" acheminée par la fibre optique, et "cette quantité de lumière dépend de l'état des branchements des connecteurs", précise M. Autiero.

Pour "enlever rapidement tous les doutes", il faut reprendre les mesures dans des conditions précises, dit-il, espérant que ces vérifications pourront être faites "dès la fin mars" quand les accélérateurs de particules du Cern reprendront du service après l'hiver, période où, en raison de leur énorme consommation d'électricité, les expériences sont stoppées.

Les tests doivent également porter sur un oscillateur qui permet d'avoir une bonne mesure de la synchronisation du temps. Cet oscillateur pourrait affecter la mesure du "temps de vol" du neutrino dans un sens opposé à l'effet possible de la transmission du signal GPS.

C'est "une expérience compliquée, il y a une multitude de câbles, de dispositifs", souligne M. Marsollier, notant qu'il "n'est pas prévu, au moins jusqu'à présent, d'avancer les tests complémentaires sur Opera" prévus en mai.

Les résultats publiés en septembre par Opera, fruits de trois ans de données et de l'observation de plus de 15.000 neutrinos, ont déjà fait l'objet d'une première série de tests complémentaires fin octobre.

Pour tenter d'éliminer une possible source d'erreurs, un nouveau faisceau de protons avait été utilisé pour produire les neutrinos passe-murailles envoyés à travers l'écorce terrestre en direction du Gran Sasso. L'objectif était de mesurer avec précision le temps de vol des neutrinos, en les prenant un par un.

Ils semblaient toujours plus rapide que la lumière, selon de nouveaux résultats annoncés en novembre.

Les nouveaux tests du printemps prochain devraient dire s'il s'agissait d'un simple problème de connexion ou s'il y a lieu de repenser toute la physique actuelle.
AFP


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.

    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 15:56