Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Une nécropole mérovingienne à Bruch

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Une nécropole mérovingienne à Bruch

Message par Apollyôn le Sam 6 Aoû - 1:43

Les fouilles archéologiques au lieu dit «Saint-Martin» sur la commune de Bruch ont débuté ce mois-ci.

Elles avaient été annoncées en conseil communautaire dernièrement. La chapelle Saint-Martin-de-Lauzet est en ruines et se situe aux alentours du XIIIe siècle ; sur le cadastre napoléonien, elle apparaît encore comme édifice religieux.

Au début des années 1960, des sondages archéologiques sur l'actuelle propriété ont révélé la présence d'une dizaine de sarcophages d'époque mérovingienne (VIe, VIIe siècle) dont deux ont fourni un riche mobilier funéraire.

Fin 2004, un diagnostic archéologique est réalisé. En 2005, l'INRAP (Institut national de recherche en archéologie préventive) confirme la nécropole d'époque mérovingienne par la présence de quatre sarcophages s'organisant autour de murs plus anciens d'époque romaine.

Les agents du service régional de l'archéologie ont repéré un massif de maçonnerie indubitablement d'origine antique; cette maçonnerie représente probablement le contrefort situé à l'angle d'un très important bâtiment ; la fonction de celui-ci est pour l'instant inconnue (villa, entrepôt, monument funéraire...). Les dimensions de la maçonnerie conservée: 1,70 m de large pour 4 m de hauteur et l'emprise du ou des bâtiments encore visibles au sol font de ces vestiges un ensemble exceptionnel... C'est dire la qualité des vestiges de Saint-Martin tant en termes d'intérêt scientifique que de son état de conservation... La tâche des fouilles actuelle est donc d'un grand intérêt archéologique. C'est une dizaine d'étudiants de Bordeaux, motivés et encadrés par deux professeurs, qui œuvrent sur le terrain.Les fouilles doivent avoir lieu jusqu'au 29 juillet.
source : http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/22/1132507-bruch-des-fouilles-a-saint-martin.html

C'est un site archéologique remarquable qui fait actuellement l'objet de fouilles sur la commune de Bruch, au lieu dit Saint-Martin. Effectuées par une dizaine d'étudiants en anthropologie et archéologie dans le cadre d'un chantier école, ces fouilles sont placées sous la direction d'Isabelle Carton, archéologue à l'université de Bordeaux 3, et Dominique Castex, anthropologue biologiste à l'université de Bordeaux 1 et chercheuse au Centre nationale de la recherche scientifique (CNRS).

Ce chantier a mis au jour une dizaine de sarcophages en très bon état qui constituaient une nécropole mérovingienne. Ce cimetière des VIe et VIIe siècles, antérieur à la création du village bruchois au XIIIe siècle, et les inhumations qui y ont été pratiquées, représentent un objet d'étude de première importance.

Dès l'ouverture des tombes qui hébergent parfois plusieurs ossements de squelette [sic], archéologues et anthropologues travaillant en binôme essaient de comprendre les gestes funéraires.

Il s'agit de déterminer si plusieurs générations sont concernées, quel est le corps qui fait l'objet de la première inhumation, quel intervalle a-t-il existé entre deux inhumations, s'agit-il de femmes, d'hommes, d'enfants de la même famille ou pas, quel âge avaient-ils, la maladie est-elle la cause de leur mort ?

Pour cela, des prélèvements ADN sont effectués et envoyés pour analyse au laboratoire du CNRS. En multipliant les données, les chercheurs tentent de définir le mode de peuplement, de reconstituer l'histoire locale et de la région afin de pouvoir étudier l'évolution jusqu'à aujourd'hui.

En l'état actuel des fouilles, seules des hypothèses peuvent être émises. Des murs ont également été découverts. Ils pourraient appartenir à un habitat gallo-romain réutilisé pour servir d'enclos au cimetière. Ils auraient pu aussi être réutilisés pour construire une église pour abriter les sarcophages.

Une construction pourrait exister à proximité sur un site qui s'étendrait bien au-delà des 150 m² ouverts à ce jour. Les chercheurs souhaiteraient qu'un organisme public rachète le site qui pourrait donner lieu à des fouilles plus larges et permettre le déroulement d'un chantier école interdisciplinaire sur dix ans dans le cadre de la préparation à des doctorats en anthropologie et archéologie.

Entre les centres universitaires de Bordeaux et Toulouse, le Lot-et-Garonne, riche en sites de toutes les époques, pourrait devenir un lieu de recherche et d'échanges privilégié. C'est aussi ce que souhaite Bernard Faucon-Lambert, président de la Communauté de communes du Val d'Albret (CCVA), première collectivité locale à avoir « embauché » une archéologue. La Communauté pourrait se porter acquéreur de la propriété privée accueillant le site « au juste prix, de façon amiable en priorité », précise Bernard Faucon-Lambert. Il explique : « Le territoire recèle de trésors que nous devons retrouver et mettre en valeur. En contribuant à la réhabilitation de ces vestiges, la CCVA prépare l'avenir et inscrit du même coup l'identité du territoire dans une fresque historique ouvrant de nouvelles perspectives culturelles et touristiques. »

C'est ce site que le public est invité à découvrir aujourd'hui, à partir de 15 heures. En venantde Feugarolles, il est situé sur la gauche de la route à deux kilomètres avant l'entrée du village de Bruch.
source : http://www.sudouest.fr/2011/07/26/les-tresors-de-la-necropole-merovingienne-460204-3641.php


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Une nécropole mérovingienne à Bruch

Message par Apollyôn le Lun 23 Juil - 13:30

Le devenir du site mérovingien de Saint-Martin-de-Bruch est incertain. La deuxième campagne de fouilles archéologiques se poursuit . Vingt étudiants en archéologie et anthropologie participent à ces fouilles.

Pelles, excavatrice, brouettes sont manipulées en une noria de gestes précis depuis le début du mois sur le chantier-école archéologique de Saint-Martin, à une encablure de Bruch. Coordonné par Isabelle Cartron, archéologue à l'université de Bordeaux III et de Dominique Castex, anthroplogue, biologiste à l'université de Bordeaux I et chercheuse au Centre national de la recherche scientifique, ce chantier était ouvert au public samedi après-midi afin que la population puisse prendre la pleine mesure de ces découvertes.

Apparu fortuitement lors de la construction d'une… fosse septique dans les années 60', le site, situé en bordure de la route, a été prospecté de nouveau l'an dernier. Une dizaine de sarcophages bien conservés, de la céramique ainsi que du verre sont apparus aux archéologues, témoignages de la présence d'une nécropole mérovingienne, implantée dans une construction gallo-romaine dont les murs en tracent les contours.

«Nous sommes probablement dans une cour» avance Isabelle Cartron. Les squelettes d'hommes, de femmes et ainsi que d'enfants témoignent de l'implantation de générations de francs. Les pierres tombales proviennent des alentours et de plus loin sans doute transportées jusqu'à destination par la Garonne.

Les quelque 400 m2 dégagés à ce jour semblent n'être qu'une partie d'un ensemble qui pourrait comprendre une église et une villa. Pour le savoir, «des fouilles sur une durée de dix ans permettraient d 'aller au bout de l'étude» prévient l'archéologue, persuadée que Le Lot-et-Garonne dispose d'un patrimoine à mettre en valeur, entre les centres universitaires de Bordeaux et de Toulouse. Le président de la communauté de communes du Val d'Albret (CCVA), Bernard Faucon-Lambert, était prêt à signer l'acte d'acquisition par cette collectivité des parcelles composant le site quand il a démissionné de ses fonctions.

Présents sur les lieux, ni Étienne Gauteron (Lavardac), ni Jean-Pierre Vicini (Thouars-sur-Garonne), membres de la CCVA, n'ont évoqué un quelconque avancement du dossier. Une bonne nouvelle toutefois : le site ne se trouve pas sur l'emprise de la LGV…
source : http://www.ladepeche.fr/article/2012/07/23/1405403-les-tombes-revelent-leurs-secrets.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 28 Mai - 1:42