Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Les banques prêtent 70 fois plus d'argent qu'elles en ont ???

Partagez
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Les banques prêtent 70 fois plus d'argent qu'elles en ont ???

Message par Gaiya le Mar 26 Juil - 20:11

Les banques prêtent 70 fois plus d'argent qu'elles en ont
Les banques créent l'argent qu'elles prêtent

Elles ne prêtent pas l'argent de leurs déposants
95% de l'argent dans le pays est créé par les banques privées

____________________

Voilà la cause réelle de la grande misère dans le monde!

Tous devraient maintenant savoir que lorsque les banques prêtent de l'argent, elles ne se départissent de rien, elles créent tout simplement l'argent qu'elles prêtent, sans que cela ne leur en coûte un seul sou. Elles n'ont pas besoin d'imprimer de papier-monnaie, elles ne font qu'inscrire des chiffres dans des comptes de banque, qui circulent sous forme de chèque, et ces chiffres sont tout aussi bons que le papier-monaie. Car il existe deux sortes d'argnet: le numéraire (billets de banque et pièces de monnaie), et l'argent scriptural (les chiffres inscrits dans les comptes de banque). Cet argent "scriptural", créé par les banques, forme plus de 95% de tout l'argent du pays; l'autre sorte, le papier-monaie et les sous, constitue moins de 5%.

L'orfèvre devenu banquier

Cette façon de faire des banques remonte au Moyen-Age, alors que l'or était la seule forme de monnaie existante. Ceux qui possédaient de l'or, de peur de se le faire voler, déposaient cet or dans les coffres-fors des orfèvres. Ces derniers leur remettaient un reçu certifiant que les individus en question possédaient bel et bien tel montant d'or dans le coffre-fort de l'orfèvre. Au lieu de payer en or pour obtenir des produits, ces individus payaient avec ces reçus émis par l'orfèvre, et celui qui devenait le nouveau propriétaire de ces reçus, devenait ainsi le propriétaire du montant d'or inscrit sur le reçu, et était libre de se présenter en tout temps chez l'orfèvre pour retirer cet or.

L'orfèvre remarqua que la plupart des gens préféraient s'échanger ces reçus, au lieu de se présenter chez lui et réclamer leur or. Par exemple, pour une personne qui venait réclamer son or, dix personnes ne venaient pas, et préféraient s'échanger les reçus émis par l'orfèvre. L'orfèvre réalisa qu'il pouvait émettre ainsi sans risque dix fois plus de reçus qu'il avait d'or en réalité dans son coffre-fort. Tant qu'une proportion de dix personnes sur onze ne se présentent pas chez l'orfèvre pour réclamer leur or, alors là tout son système s'écroule et sa fraude est dévoilée, car il ne peut rembourser tout le monde, puisqu'il a dix fois moins d'or qu'il prétendait en avoir.

Les banques font exactement la même chose aujourd'hui. Elles ont remarqué que pour une personne qui venait à la banque et désirait être payée en argent liquide (papier-monnaie), environ dix personnes ne font que transférer des chiffres d'un compte à un autre, sans qu'il n'y ait aucun usage de papier-monnaie. C'est ce qui permet aux banques de "prêter" plus d'argent qu'elles en ont en réalité. Par exemple, une banque qui a $1 million en dépôt en argent liquide, peut ainsi prêter dix fois plus d'argent de comptabilité. La seule crainte du banquier, c'est qu'un nombre trop élevé de déposants viennent en même temps retirer leur argent de la banque, car il ne peut fournir qu'un déposant sur dix. Une des manières pour le banquier de se protéger contre un tel risque, c'est d'encourager les épargnants à laisser leur argent à la banque le plus longtemps possible (placements ou obligations), en leur accordant un taux d'intérêt plus élevé.

70 fois

Depuis des années, l'usage d'argent de comptabilité a augmenté, et le banquier a pu ainsi créer un plus grand poucentage d'argent de chiffres. Ansi, pour le troisième trimestre de 1995, il existait 3,1 milliards de dollars en billets de banque et pièces de monnaie, et le total des prêts non-hypothécaires, pour période, était de 216 milliards $, soit 70 fois le montant d'argent liquide existant dans le pays!

Jusqu'à tout récemment, les banquiers devaient, selon la loi des banques, détenir une réserve de 4% en argent liquide. Mais en décembre 1991, le Parlement canadien a voté qu'à partir du 1er janvier 1994, cette réserve serait de zéro pour cent!

En d'autres mots, il n'y a plus aucune limite prescrite par la loi. La seule limite à la création d'argent par les banques, c'est le fait que des individus désirent encore être payés avec du papier-monnaie. Alors, on comprend que les banques vont faire tout leur possible pour éliminer tout simpliment l'usage de papier-monnaie, en encourageant l'utilisation des cartes de débit, paiement direct, etc, pour en venir éventuellement à l'élimination de l'argent liquide. Elles prêcheront l'existence d'une seule forme d'argent, l'argent électronique. Les citoyens doivent tout faire pour empêcher que cela arrive, car l'élimination du papier-monnaie serait la plus grande fraude qui pourrait arriver dans le pays - elle donnerait aux banques le contrôle absolu de l'économie et de tous les individus.

Alain Pilote

Source:
http://www.prolognet.qc.ca/clyde/70.htm


___________________


"La grande révolution dans l'histoire de l'homme, passée, présente et future, est la révolution de ceux qui sont résolus à être libres."
avatar
Mirmi
VIP
VIP

Nombre de messages : 1957

Re: Les banques prêtent 70 fois plus d'argent qu'elles en ont ???

Message par Mirmi le Mar 26 Juil - 20:49

Il y a eu, une époque ancienne où les banques n'avaient pas le droit de prêter plus de 100 % de l'or qu'elles avaient en réserve (sous peine de mort du banquier) !
C'était une belle époque, bien nostalgique ou la peine de mort faisait peur !


Dernière édition par Mirmi le Mar 26 Juil - 20:51, édité 1 fois
avatar
Gaiya
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1005

Re: Les banques prêtent 70 fois plus d'argent qu'elles en ont ???

Message par Gaiya le Mar 26 Juil - 20:50

ÉCONOMIE 12/07/2011 À 00H00

«Pile, les banques gagnent; face, les Etats perdent»

L’économiste Eric Briys dénonce le pouvoir exorbitant des marchés, qui échappe de fait au politique :

Par VITTORIO DE FILIPPIS


Après avoir été professeur de finance à HEC pendant dix ans, Eric Briys a travaillé plusieurs années chez Lehman Brothers, Merrill Lynch et Deutsche Bank. Il est aujourd’hui professeur associé de finance à l’Université des Antilles et de la Guyane. Il est co-auteur, avec Henri Bourguinat, de deux récents ouvrages : l’Arrogance de la finance (La Découverte) et Marchés de dupes (Maxima, Laurent Du Mesnil).

Les marchés financiers ont-ils gagné face à la souveraineté des Etats?
Ce qu’on attend des marchés financiers, c’est qu’ils fassent leur boulot et qu’ils nous disent quand les choses vont mal. Les marchés financiers devraient être ce boulier qui tient les comptes, capables de nous avertir sur une addition que nous ne pourrions pas honorer en temps et en heure. Mais ils sont bien plus que cela. Ils sont un animal extrêmement complexe et qui échappe à ses créateurs : les responsables politiques.

C’est-à-dire ?
Si on plonge dans les détails de la crise, nous voyons un marché financier à travers l’omnipuissance des banques. Ce sont elles qui parviennent à faire plier les Etats. Pour filer la métaphore, nous pourrions dire que ce n’est plus le chien qui remue la queue, mais la queue qui remue le chien. Tout s’est inversé, au profit d’une hyperfinance, sous le prétexte que les marchés savaient mieux que quiconque mesurer les risques.

Un exemple de cette souveraineté perdue ?
Prenons le cas de la Grèce. La France a sorti un plan de restructuration de la dette grecque, dans lequel les Grecs devront payer quoi qu’il advienne. Mais ce plan vise surtout à protéger les banques étrangères qui détiennent de la dette souveraine émise par l’Etat grec, au premier rang desquelles figurent les banques françaises avec une soixantaine de milliards d’euros de créances sur la Grèce. Finalement, le plan français vise à faire en sorte que les banques hexagonales n’enregistrent pas dans leurs comptes une perte sur la Grèce.

Ce qui entraînerait une recapitalisation des fonds propres de ces banques…
Oui. Mais ce qui importe c’est de voir à quel point est puissant le lobby bancaire. Il l’est tellement qu’il est capable de maintenir un garrot sur les Etats débiteurs. Il y a dans tout cela une formidable hypocrisie, car on fait comme si on venait de découvrir la réalité. On se moque du monde.

Vous visez les responsables politiques ?
Oui, car personne ne pouvait ignorer la situation de l’Italie ou de la Grèce. Or, les politiques ont fermé les yeux, préférant avancer dans la construction de l’euro. Ce fut chose faite mais cette maison est bâtie sur un sol mouvant. Aujourd’hui, nous n’avons aucune solidarité économique au niveau européen, pas de réel pouvoir fédéral. Tout reste extrêmement fragmenté. Résultat : c’est un peu comme pour la centrale nucléaire de Fukushima, l’accident est là et nous ne savons pas réparer. Or, nous savions que tout ce qui est fragmenté au niveau de l’Europe finirait par être source d’arbitrage et de profit pour la finance. Et c’est ce que nous payons aujourd’hui. Les marchés occupent le vide créé par l’impuissance des responsables politiques européens et des institutions européennes…

Nous n’avons donc rien appris de la crise ?
Nous n’avons pas reconsidéré le système. La crise actuelle montre la montée en puissance de la force des banques. Or, au lendemain de la crise de 2008, tout le monde expliquait qu’il fallait revoir à la baisse la taille des banques et autres institutions financières. Histoire de les désarmer.

Qu’en est-il aujourd’hui ?
Elles n’ont jamais été aussi grosses, puissantes et arrogantes. Ce sont elles qui brandissent la menace de contagion en disant aux Etats : «Si vous nous laissez tomber, c’est tout le système qui explose.» On a donc institutionnalisé ce que les économistes qualifient d’«aléa moral». C’est-à-dire, donner aux banques la garantie qu’elles seront toujours sauvées. Finalement, elles sont capables de faire du chantage aux Etats, qui ont plié.

Comment est-ce possible ?
Pas besoin d’être diplômé de Polytechnique pour comprendre que si vous instaurez une garantie gratuite, tous les gens la prendront. Pire, ils feront tout pour que la probabilité que cette garantie joue en leur faveur. Quitte à prendre un maximum de risque via la spéculation. Pile, ce sont les marchés et les banques qui gagnent; face, ce sont les Etats qui perdent.

Nous en sommes là aujourd’hui ?
Sans l’ombre d’un doute. Les banques se sont engouffrées dans la brèche des Etats qui n’arrivent pas à réagir vite. Ceci ne veut pas dire qu’il n’existe pas de problèmes financiers en Grèce ou ailleurs. Mais dans ce rapport de force, favorable aux marchés, si les Etats lâchent, tout le monde y perdra. Car finalement, ce ne sont pas des plans d’austérité qui vont s’additionner, mais des plans qui vont se multiplier. L’austérité se fera, ici et là, avec une démultiplication négative au niveau de l’Europe.

Alors que faire ?
Réduire les coûts de coordination de ce petit monde des gouvernements européens, de la BCE, de la Commission, chacun ayant d’ailleurs un agenda divergent. On a coutume de dire «la vieille Europe» et «la jeune Amérique». Sur le plan politique et économique, nous devrions dire «la jeune Europe» et «la vieille Amérique».

Source: http://www.liberation.fr/economie/01012348554-pile-les-banques-gagnent-face-les-etats-perdent


___________________


"La grande révolution dans l'histoire de l'homme, passée, présente et future, est la révolution de ceux qui sont résolus à être libres."
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 23 Sep - 5:53