Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Bordeaux : nouvelles fouilles au Palais Gallien

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Bordeaux : nouvelles fouilles au Palais Gallien

Message par Apollyôn le Lun 25 Juil - 14:32



Amphithéâtre romain, de forme elliptique, mesurant 130 mètres sur 110 mètres, classé monument historique depuis 1840, le Palais-Gallien est le seul vestige encore visible de l’antique Burdigala gallo-romaine. Situé à la lisière de la ville de Burdigala, l’amphithéâtre n’offre plus aujourd’hui que le spectacle de sa porte monumentale nord et des amorces des murs elliptiques qui supportaient les gradins de bois de la cavea orientale.



Burdigala est une agglomération portuaire dès le VIe siècle av. J.-C., mais c'est la Conquête romaine qui en fait un pôle administratif et économique de premier ordre. En effet, vers 50 av. J.-C., Rome établit sa domination sur l’Aquitaine et y installe les Bituriges Vivisques, peuple gaulois originaire de la région de Bourges. Burdigala devient alors le plus important centre administratif du Sud-Ouest. Libre de toute enceinte, Burdigala s’étend rapidement sur la rive gauche de la Garonne et finit par devenir, au IIe siècle ap. J.-C., une des villes les plus opulentes de la Gaule. De nombreux édifices sont construits (aqueducs, thermes, forum, temple…), dont les seuls vestiges encore visibles aujourd’hui sont les ruines de l’amphithéâtre du Palais-Gallien, situé loin des remparts de la ville tardive.

Son nom actuel provient de deux interprétations anciennes erronées. Au Moyen Âge, on considérait que le Palacium Galiane abritait les restes d’un palais que Charlemagne aurait fait construire pour sa concubine légendaire Galiène. Cette légende est abandonnée dès la fin du XVIe siècle au profit d’une réalité plus historique. Les ruines sont identifiées avec raison à celle d’un amphithéâtre antique, mais elles sont alors, à tort, associées à Gallien, empereur des années 250/260 ap. J.-C.

Malgré le bon état de conservation du monument – certaines parties du mur périphérique sont conservées sur une hauteur de près de 20 m –, l’histoire de cet amphithéâtre reste mal connue. Généralement datée vers 200 ap. J.-C., à l’époque où on a longtemps supposé que Burdigala deviendrait capitale de la province romaine d’Aquitaine, sa construction pourrait en fait être plus ancienne. Les fouilles de 2010 permettent en effet de penser qu'il pourrait remonter à la première moitié du IIe siècle ap. J.-C.

Implanté en bordure de la ville antique, il servait d’arène aux combats de gladiateurs. Long d’environ 132 m et large de plus de 110 m, il pouvait accueillir quelque 22 000 spectateurs, avec des gradins aménagés en bois.

Dès le début du Moyen Âge, le site est abandonné. Ses ruines s’élèvent au milieu des vignes dépendant de l’église Saint-Seurin, toute proche. Quelques siècles plus tard, à l’époque moderne, il devient un lieu de promenade, mais aussi de débauche. Il sert alors de repères aux duellistes et aux prostituées, avant d’être transformé en dépotoir.



Dès 1793, la Municipalité, endettée, décide de lotir le Palais-Gallien et d’en vendre les terrains. C’est de cette époque que date la construction du quartier. Pourtant, les risques de destruction encourus par l’amphithéâtre conduisent à l’édiction de deux arrêtés préfectoraux, en 1800 et 1807. Dès lors, les vestiges font l’objet d’une attention scientifique accrue.



Après un classement au titre de Monument historique en 1840, confirmé en 1911, le Palais-Gallien fait l’objet de fouilles officielles en 1864, puis de travaux de consolidation et de mise en valeur par l’architecte Charles Durand, entre 1886 et 1889. L’édifice demeure cependant mal connu et les dernières fouilles archéologiques, dirigées par le professeur Robert Etienne, ont été menées entre1953 et 1964.

Architecture


L’amphithéâtre de Bordeaux est bâti sur une structure creuse. La façade de la porte principale nord-ouest est en grande partie conservée. On rentrait dans son enceinte par deux portes, les gradins en bois supportés par une ossature en bois prenaient place dans un ensemble de 7 ellipses concentriques composées de 64 travées. Les parois verticales étaient bâties en opus vittatum mixtum où alternent sept rangs de moellons avec trois arases de brique. Le sol au rez-de-chaussée est au niveau de l’esplanade extérieure et toutes les galeries supérieures, tous les escaliers d’accès aux étages étaient en bois.

L’état des vestiges permet de restituer approximativement la surface de l’édifice : d’une longueur d’environ 132,30m et d’une largeur de 110m, il pouvait accueillir jusqu’à 22 000 spectateurs. L’arène quant à elle mesurait environ 70m de longueur pour 47m de largeur. Les vestiges présentent des éléments intéressants du bâtiment : l’arrondi du mur extérieur et son élévation en arcade sur trois niveaux. L’ensemble est construit en brique et en pierre.



source : http://www.aquitaineonline.com/tourisme-sud-ouest/histoire-traditions/le-palais-gallien-de-burdigala-a-bordeaux.html



edit : ceci est mon message numéro 666 Evil or Very Mad


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 17 Aoû - 1:16