Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Italie : un soldat lépreux dans un cimetière d'époque lombarde

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Italie : un soldat lépreux dans un cimetière d'époque lombarde

Message par Apollyôn le Lun 11 Avr - 17:14

"Les os d'un soldat atteint de la lèpre qui a pu avoir trouvé la mort au combat ont été trouvés dans un cimetière médiéval italien, ainsi que des squelettes d'hommes qui ont survécu à des coups à la tête, coups donnés avec des haches et des massues...
"La découverte a également révélé les habitudes guerrières du peuple semi-nomade qui vivait dans la région entre le sixième et huitième siècle", a déclaré Mauro Rubini, étudiant chercheur anthropologue à l'Université de Foggia en Italie. Les blessures de guerre, qui présentaient des signes d'une intervention chirurgicale, fournissent un aperçu des capacités médicales des habitants de l'Italie médiévale.

"Ils connaissaient aussi bien l'art de la guerre que celui de traiter les blessures de guerre," précise Rubini.

Le cimetière de Campochiaro est près de la ville de Campobasso au centre de l'Italie.
Entre les années 500 et 700, lorsque le cimetière a été utilisé, la région était sous le contrôle des Lombards, peuple germanique qui s'est allié avec les Avars, un groupe multiethnique composés de Mongols, Bulgares et Turcs. Aucun signe d'une occupation stable n'a été trouvé près de Campochiaro, ce qui laisse à penser que le cimetière a pu être utilisé comme un avant-poste militaire des Lombards et des Avars, en protection contre la reconquête byzantine plus au Sud.

Jusqu'à présent 234 tombes ont été fouillées, nombre d'entre elles contenant à la fois les restes d'un homme et d'un cheval. Enterrer un homme avec son cheval est une tradition qui est originaire de la Sibérie, la Mongolie et de certains pays des régions d'Asie centrale; ce qui suggère que les Avars ont apporté leurs rituels mortuaires avec eux en Italie.

Rubini et son collègue Paola Zaio se sont penchés plus particulièrement sur trois de ces corps.
Le premier homme, était âgé d'environ 55 ans lorsqu'il est mort. Les archéologues ne sont pas sûr de ce qui l'a tué, mais ils savent à quoi il a pu survivre: un coup à la tête qui a fait un trou de 6 cm dans son crâne. La forme de la plaie et la taille du trou suggèrent une masse byzantine. L'homme est sans doute passé par l'équivalent médiéval de la chirurgie du cerveau: les bords de la plaie sont lisses et exemptes de fragments, constate Rubini, "les bords ont probablement été polis avec un instrument abrasif".

Dans tous les cas, l'homme a survécu à sa blessure. L'os avait commencé à guérir et grandir avant que l'homme ne meure.

Le deuxième corps est celui d'un autre homme de 50 ou 55 ans, est tout aussi "marqué": "à en juger par la blessure en forme de coin dans le crâne, il a sans doute reçu un coup de hache byzantine. Comme son camarade avec le trou dans la tête, cet homme a survécu pendant une longue période après avoir été blessé.

Le troisième soldat n'a pas été aussi chanceux: tout d'abord, ses os montrent une usure due à la lèpre. Dans les temps anciens, les lépreux étaient souvent banni de la société. Apparemment, les Lombards et les Avars avaient adopté une approche plus tolérante, car cet homme, qui mourut vers l'âge de 50 ans, a été enterré dans le cimetière avec les autres morts.

Le crâne de la victime de la lèpre porte la marque de ce que Rubini et Zaio ont identifié comme une entaille faite par une épée. La plaie ne montre aucun signe de guérison, ce qui suggère que l'homme est mort quelques heures après avoir reçu le coup.


«La société Avar était militairement inflexible, et dans des situations particulières, tous sont appelés à contribuer à la cause de la survie: les biens-portant comme les malades», a ajouté Rubini, "il se peut que cette personne était réellement un guerrier lépreux mort au combat pour défendre son peuple contre les soldats byzantins."

Quel qu'il fût, ce lépreux mystérieux va pouvoir peut aider les chercheurs à comprendre comment la maladie a évolué au fil du temps.
Rubini et d'autres chercheurs travaillent à extraire l'ADN de la bactérie qui cause la lèpre à partir d'os trouvés dans le cimetière. L'objectif est de comparer la version médiévale de la maladie de la bactérie vivante aujourd'hui.


source : http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2011/04/italie-les-os-d-un-soldat-lepreux.html


Dernière édition par Apollyôn le Sam 17 Sep - 16:26, édité 1 fois
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

ITALIE: LES OS D'UN SOLDAT LÉPREUX TROUVÉS DANS UN CIMETIERE MÉDIEVAL

Message par Robot U&P le Sam 16 Avr - 19:32

ITALIE: LES OS D'UN SOLDAT LÉPREUX TROUVÉS DANS UN CIMETIERE MÉDIEVAL

Les os d'un soldat atteint de la lèpre qui a pu avoir trouvé la mort au combat ont été trouvés dans un cimetière médiéval italien, ainsi que des squelettes d'hommes qui ont survécu à des coups à la tête, coups donnés avec des haches et des massues...



La perte osseuse du propriétaire de ce crâne montre qu'il souffrait de la lèpre. Une balafre cicatrisée sur le front suggère que l'homme est décédé de mort violente, peut-être au cours d'une bataille.

"La découverte a également révélé les habitudes guerrières du peuple semi-nomade qui vivait dans la région entre le sixième et huitième siècle", a déclaré Mauro Rubini, étudiant chercheur anthropologue à l'Université de Foggia en Italie. Les blessures de guerre, qui présentaient des signes d'une intervention chirurgicale, fournissent un aperçu des capacités médicales des habitants de l'Italie médiévale.

"Ils connaissaient aussi bien l'art de la guerre que celui de traiter les blessures de guerre," précise Rubini.

Le cimetière de Campochiaro est près de la ville de Campobasso au centre de l'Italie.

Entre les années 500 et 700, lorsque le cimetière a été utilisé, la région était sous le contrôle des Lombards, peuple germanique qui s'est allié avec les Avars, un groupe multiethnique de Mongols, Bulgares et Turcs. Aucun signe d'une occupation stable n'a été trouvé près de Campochiaro, ce qui laisse à penser que le cimetière a pu être utilisé comme un avant-poste militaire des Lombards et des Avars, en protection contre l'invasion de la population byzantine plus au Sud.

Jusqu'à présent 234 tombes ont été fouillées, nombre d'entre elles contenant à la fois les restes d'un homme et d'un cheval. Enterrer un homme avec son cheval est une tradition qui est originaire de la Sibérie, la Mongolie et de certains pays des régions d'Asie centrale; ce qui suggère que les Avars ont apporté leurs rituels mortuaires avec eux en Italie.


Rubini et son collègue Paola Zaio se sont penchés plus particulièrement sur trois de ces corps.
Le premier homme, était âgé d'environ 55 lorsqu'il est mort. Ils ne sont pas sûr de ce qui l'a tué, mais ils savent à quoi il a pu survivre: un coup à la tête qui a fait un trou de 6 cm dans son crâne. La forme de la plaie et la taille du trou suggèrent une masse byzantine (ressemblant à la photo ci-contre).
L'homme est sans doute passé par l'équivalent médiéval de la chirurgie du cerveau: les bords de la plaie sont lisses et exemptes de fragments, constate Rubini, "les bords ont probablement été polie avec un instrument abrasif".

Dans tous les cas, l'homme a survécu à sa blessure. L'os avait commencé à guérir et grandir avant que l'homme ne soit mort.

Le deuxième corps est celui d'un autre homme de 50 ou 55 ans, est tout aussi "marqué": "à en juger par la blessure en forme de coin dans le crâne, il a sans doute reçu un coup de hache byzantine (telle celle de la photo ci-dessus). Comme son camarade avec le trou dans la tête, cet homme a survécu pendant une longue période après avoir été blessé.

Le troisième soldat n'a pas été aussi chanceux: tout d'abord, ses os montrent l'usure due à la lèpre. Dans les temps anciens, les lépreux étaient souvent banni de la société. Apparemment, les Lombards et les Avars avaient adopté une approche plus tolérante, car cet homme, qui mourut vers l'âge de 50 ans, a été enterré dans le cimetière avec les autres morts.

Le crâne de la victime de la lèpre porte la marque de ce que Rubini et Zaio ont identifié comme une entaille faite par une épée. Il peut ne pas avoir été tué, mais la plaie ne montre aucun signe de guérison, ce qui suggère que l'homme est mort quelques heures après avoir reçu le coup.

«La société Avar était militairement inflexible, et dans des situations particulières, tous sont appelés à contribuer à la cause de la survie: les biens portant comme les malades», a ajouté Rubini, "il se peut que cette personne était réellement un guerrier lépreux mort au combat pour défendre son peuple contre les soldats byzantins."

Quel qu'il fût, ce lépreux mystérieux va pouvoir peut aider les chercheurs à comprendre comment la maladie a évolué au fil du temps.
Rubini et d'autres chercheurs travaillent à extraire l'ADN de la bactérie qui cause la lèpre à partir d'os trouvés dans le cimetière. L'objectif est de comparer la version médiévale de la maladie de la bactérie vivante aujourd'hui.

Source:
Live Science: "Bones of Leper Warrior Found in Medieval Cemetery"
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 21 Fév - 4:42