Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Derniers sujets

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

SE SOIGNER AUX NITRATES

Partagez
avatar
OLOVNI
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 1952

SE SOIGNER AUX NITRATES

Message par OLOVNI le Mer 6 Avr - 21:45

A contre-courant du dogme actuel sur la prétendue toxicité des
nitrates, de nombreuses communications médicales présentées jeudi à
l'Hôpital de La Pitié-Salpêtrière ont montré qu'il faut poser un autre
regard sur les rapports entre cette molécule, les nitrites, l'oxyde
nitrique, et la santé.

La plupart des contributions ont en effet mis en avant des effets
bénéfiques avérés émanant des nitrates. Ces interventions avaient lieu
dans le cadre d'un colloque médical organisé par l'association Adicare
(présidée par le cardiologue Christian Cabrol), sous le patronage de
l'Académie nationale de médecine.

De l'eau a en effet coulé sous les ponts depuis un premier colloque
scientifique organisé en 2000 sur cette question, où il avait déjà été
démontré que la norme de 50 mg/l reposait sur du sable. Les conséquences
du rôle fondamental du NO dans la physiologie, qui a donné lieu au prix
Nobel de médecine en 1998, donnent lieu ces dernières années à de
nombreuses publications, qui bouleversent les croyances anciennes.

A l'époque, le docteur Jean-Louis L'Hirondel, à partir des travaux de
son père (pédiatre), avait démonté « l'affaire ». Il est revenu jeudi
sur cette fameuse méthémoglobinémie du nourrisson (maladie bleue),
pathologie invoquée à l'origine aux USA pour justifier une norme en
1962, sur laquelle s'était ensuite calée à peu de choses près l'Union
européenne en 1980.Jean-Louis L'Hirondel a rappelé qu'il fallait une prolifération
bactérienne considérable, d'au moins 1.000.000 germes/ml d'eau, et un
certain délai d'action, pour permettre la transformation des nitrates en
nitrite dans le biberon (il faudrait par exemple laisser une soupe de
carottes 48 heures à température ambiante pour atteindre ce seuil)
et provoquer la maladie après l'ingestion.

Un déni d'hygiène qu'on ne rencontre heureusement plus dans les pays
développés. Pour preuve, cette maladie propre chez les humains aux seuls
nourrissons a complètement disparu du paysage européen depuis des
lustres. Et ce, d'autant plus que l'eau d'adduction publique doit être
servie à moins de 100 germes/ml.

Aujourd'hui les nouvelles études sorties montrent au contraire le
caractère essentiellement positif sur l'organisme du complexe
nitrates-nitrites-oxyde d'azote.

Dans son intervention, le professeur Nathan Bryan (Université
d'Austin, Texas) a souligné « qu'il y a nombres d'études – sans
controverse – qui montrent l'effet protecteur des nitrates et des
nitrites vis-à-vis des risques cardio-vasculaires ».

Andrew Jones (Université d'Exeter, Grande-Bretagne) a montré l'impact
favorable sur les performances physiques et sportives d'une
supplémentation en nitrate alimentaire (via du jus de betterave
rouge) sur la puissance musculaire, la résistance à la fatigue et la
propension à consommer moins d'oxygène. Une découverte utile pour les
personnes âgées, les insuffisants respiratoires, et tous les sportifs
quel que soit leur niveau, etc.

Le professeur Nigel Benjamin (Universités d'Exeter et Plymouth,
Royaume-Uni) a insisté sur le rôle protecteur des apports de nitrates,
vis-à-vis des agents pathogènes. La transformation des nitrates en
nitrite dans la cavité buccale sous l'effet de la microflore est
essentielle ; c'est une étape fondamentale avant la production de NO
dans l'estomac au contact du suc gastrique. C'est l'action de ce NO qui
explique la protection de l'appareil digestif des agents pathogènes (Escherichia coli, salmonella, Helicobacter pilori...).
Il estime que le maintien en bonne santé tout au long de la vie
suppose une forte consommation de nitrates, au moyen des légumes riches
en nitrates ou au moyen de suppléments alimentaires extraits des plantes
les plus riches en nitrates.

Le professeur Jean-Claude Dussaule (hôpital Saint-Antoine) a expliqué
que certains travaux expérimentaux montrent que l'apport en nitrites et
nitrates, en favorisant la synthèse d'oxyde nitrique, a un rôle
protecteur contre les maladies rénales chroniques.

L'équipe du professeur Jon Lundberg (Karolinska Institute, Suède) a
mis en évidence sur des souris et des rats l'effet fortement protecteur
des nitrates contre l'hypertension et les dysfonctionnements rénaux.
avatar
Flycrusher
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 760

Re: SE SOIGNER AUX NITRATES

Message par Flycrusher le Mer 6 Avr - 22:57

Si on se fait un bon cocktail avec un mélange de nitrate de potassium et de sucre en poudre, on va péter le feu ça c'est sur!
Et on vous dira "C'est étonnant ce que vous être détonnant" à la première étincelle qui passe.
avatar
OLOVNI
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 1952

Re: SE SOIGNER AUX NITRATES

Message par OLOVNI le Jeu 27 Sep - 22:53

Compte tenu de la présence naturelle de nitrate dans les légumes
(plus de 1000 mg par kilo dans les épinards, la betterave, les radis, le
navet, les salades), on a fixé une limite de précaution de 50 mg/litre
dans l'eau de boisson pour protéger les personnes sensibles
(nourrissons, femmes enceintes...).

Les connaissances scientifiques ont évolué depuis et les recherches
les plus récentes mettent en évidence l'innocuité du nitrate dans notre
alimentation.

On peut donc manger des légumes et boire de l'eau du robinet sans avoir peur des nitrates.




De nombreux médicaments à base de dérivés nitrés existent depuis fort
longtemps pour le traitement de l’hypertension. Dans le même esprit,
les travaux récents de différentes équipes de chercheurs ont démontré
l’intérêt d’une alimentation riche en légumes (salades, épinards,
betteraves, etc.) apportant du nitrate dans la réduction du risque de
maladies cardio-vasculaires.

De même, d’autres publications scientifuques (Benjamin N.,
McKnight G. Metabolism of nitrate in humans-implications for nitrate
intake. Conference organised by the Agriculture sector and Toxicology
Group of the Royal Society of Chemistry on Managing Risks of Nitrates to
Humans and the Environment at the University of Essex on 1-2 September,
1997
) ne mentionnent plus la toxicité des nitrates mais font état
d’un rôle préventif des nitrites, leurs dérivés : des agents pathogènes
présents dans l’estomac et qui résistent à la très forte acidité du
milieu sont détruits en présence de nitrites à des doses rencontrées
normalement dans la salive humaine. Cette fonction antiseptique des
nitrites diminuerait les risques d’infection gastrique.




http://www.unifa.fr/sante-a-alimentation/nitrates-a-sante.html
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 17 Jan - 6:17