Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Nécropole mérovingienne à Villeneuve-d'Ascq

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Nécropole mérovingienne à Villeneuve-d'Ascq

Message par Apollyôn le Lun 4 Avr - 14:39

"Les fouilles sur le chantier de Marc-Sautelet se sont terminées mercredi et ont permis de mettre au jour une nécropole mérovingienne. L'Inrap a préféré attendre la fin de l'opération pour communiquer afin d'écarter toute menace de pillage
Ça a débuté par un simple diagnostic d'investigations préalables. Un contrôle de routine pour vérifier les éventuels vestiges archéologiques avant la prochaine phase de travaux de l'IEM Marc-Sautelet. Et la découverte s'est révélée passionnante : une nécropole de la fin du IVe siècle. Trois tombes ont ainsi livré du mobilier, d'autres ont simplement été testées et il s'avère qu'elles ont été probablement pillées il y a plusieurs siècles. « Ce n'était qu'un diagnostic, on a testé quelques structures, certaines sont des structures d'inhumation », explique Carole Quérel, archéologue à l'Inrap (Institut national de recherches et d'archéologie préventive), responsable du chantier.

Sépultures et pillages ont été examinés par des anthropologues. Et vu l'ampleur du diagnostic, l'Inrap a fait appel à quatre archéologues - au lieu des deux habituellement requis sur ce type de fouilles - « pour sortir un maximum d'infos. C'est un super secteur et une super découverte, on a prélevé toute l'information nécessaire. C'est le principe : on prend ce qu'il y a à prendre pour la science et on essaie de faire vite. Le but n'est pas de bloquer le chantier ».
Même si la découverte est de taille, elle ne constitue pas vraiment une surprise. À ce même endroit, l'été 1969, l'abbé Tieghem (qui a fouillé une large partie de Villeneuve d'Ascq au moment de la construction de la ville nouvelle) avait mis au jour des tombes dispersées, lors de la construction du premier centre. Un squelette entier avait alors été retrouvé, ainsi que du matériel, aujourd'hui stocké au Musée du terroir (lire ci-dessous). « Il y avait deux céramiques derrière la tête. L'une d'elles contenait des os de poulet, l'autre était une superbe sigillée très particulière, fabriquée dans la région de l'Argonne (est), de la fin de l'Empire romain », se souvient Sylvain Calonne qui a longtemps fouillé avec l'abbé.
« La nécropole est plus vaste que ce que révèle le diagnostic. Elle s'étendait en limite de la rue de la Liberté, au-delà du quartier Saint-Sauveur, vers Grafteaux et apparemment vers la rue du Bois. Elle couvre une période qui s'étale du Bas empire romain aux Mérovingiens », confie Carole Quérel, même si elle préfère rester prudente sur la découverte en rappelant qu'il ne s'agit que d'« un diagnostic, c'est une ouverture en tranchées, on a donc une vision tronquée ».

La construction du nouveau centre de motricité pourrait donc être décalée. Pour l'instant, l'Inrap rédige son rapport de fouilles, puis après un passage du dossier en Commission interrégionale de la recherche archéologique (Cira), qui a un rôle consultatif, l'État devra se prononcer sur l'opportunité ou non de nouvelles fouilles. Décision au plus tard d'ici deux mois et demi-trois mois."

source : http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2011/04/04/sous-les-paves-une-necropole.shtml


Dernière édition par Apollyôn le Ven 14 Oct - 16:16, édité 1 fois
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Nécropole mérovingienne à Villeneuve-d'Ascq

Message par Apollyôn le Ven 14 Oct - 16:15

La découverte en mars dernier d'une nécropole du IVe siècle chamboule les plans du projet d'extension du centre pour personnes handicapées. Vu l'ampleur de la découverte, la préfecture a sanctuarisé un tiers de la parcelle et demandé la fouille du reste.
Du 21 au 29 mars dernier, une équipe d'archéologues menait un diagnostic dans le cadre du projet de reconstruction de l'IEM Marc-Sautelet. Quelle ne fut pas sa surprise de tomber sur une découverte majeure : une nécropole de la fin du IVe siècle.
Certes, les archéologues savaient bien qu'ils se trouvaient en terre largement occupée au cours des siècles puisqu'un squelette avait été mis au jour dans le secteur en 1969. Ces résultat ont conduit la Cira (Commission interrégionale de la recherche archéologique) à préconiser à la fois des mesures de conservation (pour la nécropole) et d'investigation pour le reste de la parcelle. Autrement dit sur les 6 000 m² de la parcelle concernée, un tiers sera sanctuarisé en vue de fouilles ultérieures plus approfondies, le reste doit faire l'objet d'une fouille préventive avant travaux. Pour la première partie, aucune échéance n'a été fixée, il s'agit d'une mesure de préservation car la fouille coûtera très cher, les archéologues estimant être potentiellement confrontés à plusieurs centaines de tombes. Pour la deuxième partie, il pourrait s'agir de fouilles plus « classiques », les diagnostics ne laissent pas supposer de découvertes majeures. Il n'empêche, cette opération aura un coût à la charge du propriétaire, comme le prévoit la législation, à savoir l'IEM Marc-Sautelet.

Nous n'avons pu avoir le sentiment de Philippe Durietz, le directeur de l'établissement, qui s'est refusé à répondre à nos questions. Mais dans les colonnes de nos confrères de La Voix du Nord, il avançait l'hypothèse d'un coût de « plusieurs milliers d'euros. » Sachant que le projet initial coûtait déjà 10 millions d'euros à l'établissement qui accueille des jeunes handicapés en accueil de jour au château et a installé les soins de suite et de réadaptation pédiatrique dans ses nouveaux locaux du Petit boulevard. L'IEM aurait donc lancé une nouvelle étude, pour les 4 000 m² restants de la parcelle. Celle-ci devrait afficher ses premiers résultats en janvier.
Du côté de la ville, on se veut rassurant. En effet, dans le projet initial, lancé en 2006, sous l'ancienne municipalité, il était question que cette fameuse parcelle à fouiller appartenant à la ville serait échangée avec le château, le parc et une partie des bâtiments qui longent le dit parc. L'échange aurait dû se faire début 2010, mais le chantier avait alors déjà pris du retard. Les bâtiments construits sur la nouvelle parcelle devaient permettre de libérer le château et aux résidants d'être moins à l'étroit.
La découverte de la nécropole et les retards de chantier conséquents vont bouleverser cet échange. « J'ai proposé au directeur de Marc-Sautelet de garder le terrain et de nous payer le nouveau au prix des Domaines, dans la fourchette basse de l'estimation, sachant qu'on donnera des délais de paiement, indique Gérard Caudron. Je ne peux pas faire autrement, sinon j'aurais des ennuis avec la cour des comptes. » Le terrain, au moment du lancement du projet, avait été estimé à un million d'euros. « Il faudra refaire de nouvelles estimations » , précise le maire.
Reste à savoir qui réalisera les nouvelles fouilles, le dossier n'est plus entre les mains de l'INRAP (Institut national de recherches et d'archéologie préventive), mais du service régional de l'archéologie à la DRAC. « Après diagnostic et fouilles, l'archéologue a émis un rapport administratif à la DRAC pour expliquer ce qui a été trouvé », raconte Élisabeth Justhom, responsable de la communication à l'INRAP. L'archéologie préventive est soumise à concurrence, un appel d'offres sera donc lancé auprès d'un opérateur public ou privé. Mais en attendant, le service régional de l'archéologie est toujours en recherche de solutions techniques avec Marc-Sautelet pour pouvoir assurer la protection de ces vestiges.

source : http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2011/10/14/les-fouilles-contrarient-le-projet-d-ext.shtml


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 20 Mai - 15:47