Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Partagez
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Apollyôn le Lun 14 Mar - 22:09

"A Poitiers, les travaux de Coeur d'agglo font des dégâts dans le patrimoine. Hier en fin de journée, un riverain du centre-ville, Arnaud Clairand, a déposé plainte contre X au commissariat pour «destruction de site archéologique»: ce passionné avait dénoncé le découpage à la pelleteuse de huit sarcophages sous la place Leclerc. Cette fois, c'est le chantier sur le réseau souterrain de gaz de la rue des Arènes-Romaines qui est à l'origine de sa colère: «Cette tranchée passe sur les restes enterrés des murs des assises de ces arènes de 20.000 places, détruites en 1852... J'ai alerté le Service régional d'archéologie qui a depuis stoppé ce chantier autorisé par la Ville: il s'est déroulé sans surveillance archéologique alors que ce site est parfaitement connu. La destruction de site archéologique est punie par la loi.»
Bernard Cornu, adjoint au maire chargé de l'urbanisme, a ouvert le parapluie et rejeté le «dysfonctionnement» sur le maître d'ouvrage: «J'ai appris cette très mauvaise nouvelle dans la nuit de mercredi. Nous n'avons jamais autorisé la destruction de ces vestiges. La mairie a délivré une autorisation de travaux à GRDF: c'était au maître d'ouvrage de s'assurer que les dispositions en matière de préservation archéologique aient été prises. Quant à l'entreprise qui réalise les travaux [Bonmort Réseaux, NDLR], elle n'a pas réalisé à temps. Nous allons dialoguer avec la Drac [Direction des Affaires culturelles] pour renforcer la procédure en ce domaine.»"

source : http://www.charentelibre.fr/2011/03/11/poitiers-les-travaux-mettent-a-mal-le-patrimoine,1025302.php


Dernière édition par Apollyôn le Sam 17 Sep - 16:10, édité 2 fois
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 5062

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Achim le Mar 15 Mar - 19:17


Mardi, sur une petite place en travaux où on a découvert un mur enterré, j'ai rencontré une belle archéologue avec qui j'ai - aussitôt - engagé la conversation ; elle me disait que 20 % des découvertes seulement ne finissent pas prématurément sous la dent des pelleteuses.
Et sur ces 20 %, on ne fouille que 5 % !!! Crying or Very sad
avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par FLAM le Mar 15 Mar - 20:08

@Achim a écrit:j'ai rencontré une belle archéologue avec qui j'ai - aussitôt - engagé la conversation ;
Bah voyons ! ...


___________________


avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Apollyôn le Mar 15 Mar - 20:23

Il se trouve que la situation de l'archéologie est un peu compliquée et la façon dont on décide d'effectuer des fouilles ou non est un un crêve-coeur, mais je vais essayer de résumer ça vite fait.
L'archéologie française n'a presque pas un rond et ne pratique plus que des fouilles de sauvetage, c'est à dire avant des travaux, une grande réflexion nationale avait été lancée sur le sujet dans les années 70 avec les grands travaux de rénovation urbaines qui avaient menés à la destruction du forum romain de la rue Soufflot à Paris, entre autres choses, tant et si bien que l'état décida de soutenir les archéologues en leur versant des subsides par le biais d'une association loi 1901, l'AFAN, ancêtre de l'INRAP, et fit voter quelques lois rendant obligatoire la réalisation de diagnostics et le cas échéant de fouilles avant d'effectuer des travaux. Les fouilles étaient payées par les aménageurs mais de façon par forcément légale puisque les aménageurs donnaient l'argent à l'AFAN qui ensuite le redistribuait aux archéologues. Dans les années 90 on décida de mettre à plat tout ça et en 2001 naquit l'INRAP, le seul organisme public habilité à effectuer des fouilles en théorie, bien que cette missions soit accordée par l'état à diverses collectivités territoriales, comme les services archéologiques régionaux. Mais toutes les associations de fouilles bénévoles qui effectuaient une grosse partie du boulot se sont vont retirer leurs licenses de fouille.

Bref, l'INRAP est financé en partie par l'état et en partie par les taxes versées par les aménageurs. L'INRAP est le seul organisme habilité à effectuer des diagnostics archéologiques et donc, d'une certaine façon, en l'absence de diagnostic, l'INRAP peut indéfiniment bloquer un chantier de construction. Pour alléger la tâche les diagnostics ne sont pas systématiques, les terrains trop remaniés sont oubliés, de même ceux trop pollués et ceux dont l'envirronement archéologique n'est pas estimé assez intéressant, c'est à ça que sert la Carte Archéologique de la Gaule.
Les diagnostics en eux-mêmes consistent à prendre une pelle mécanique et à creuser des tranchées dans le terrain, en général sur 10% de la surface, il existe donc un risque non négligeable de passer à côté des vestiges.

Si on trouve un truc au diag on peut soit estimer que le site n'en vaut pas la peine, genre deux pauvres fossés avec trois morceaux de tuiles qui se battent en duel, soit décider d'y effectuer une fouille préventive. Et c'est là que les choses se corsent car les fouilles coûtent quand même assez cher, elles mobilisent du temps et de la main-d'oeuvre et donc il faut faire des choix. Et là on se dit "ben, y'a qu'a embaucher plus de monde" sauf qu'en 2003 une bande de sombres connards marchands se sont dit qu'il y avait moyen de se faire du fric avec l'archéologie, ont montés des boîtes de fouilles et ont déposés un recours auprès de l'état pour faire annuler le monopole de l'INRAP sur les fouilles en vertu de la loi sur la libre concurrence, et ils ont gagné. Et pour que l'INRAP ne soit pas trop favorisée l'état a tout simplement réduit les subventions et imposé des plafonds d'embauche afin de maintenir artificiellement l'INRAP en sous-effectif et avec un budget absolument ridicule.

Bref, si il paraît nécessaire d'effectuer une fouille préventive la DRAC en informe l'aménageur qui va alors lancer un appel d'offre auprès des différents opérateurs de fouilles et il choisi entre ceux qui se manifestent. Sauf que... il arrive que la fouille n'intéresse personne, auquel cas le bonhomme est libre de construire son immeuble sans qu'il y ait de fouilles. Ou alors un opérateur privé écope du chantier, il présente un devis, comme avant tout travaux, sauf que la boîte privée elle veut se faire du pognon et donc quand elle arrive au bout de sa ligne budgétaire, allouée par l'aménageur, ben soit elle arrête purement et simplement la fouille en disant que c'est fini, y'a plus rien à trouver, soit elle réclame plus de fric en arguant que l'INRAP a mal fait le diagnostic ou une autre excuse vaseuse, bref, la plupart du temps ces fouilles sont bâclées. Et surtout ces entreprises privées ne sont pas tenues de rendre de rapports de fouilles, et la plupart ne s'en préoccupent même pas, donc on ne sait pas ce qu'ils ont pu trouver, à ce niveau c n'est même plus de l'archéologie, c'est du déblayage de terrain...

Les dieux de l'archéologie en soient remerciés, l'INRAP ou les collectivités territoriales récupèrent quand même encore la majorité des chantiers, donc pour le coup c'est du travil sérieux, publiés, les résultats sont disponibles pour les autres archéologues et le public s'il en fait la demande.

Navré si j'ai été un peu long mais c'est ainsi. Je tiens en outre à préciser que je râle contre les tenanciers de ces boîtes privées, pas contre les archéologues qui y travaillent et qui tentent malgré tout de faire leur boulot.

Bordel, comme si la culture était à vendre
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Macha le Mar 15 Mar - 20:31

Je suis complètement d'accord avec toi !

C'est d'autant plus navrant que dans les cas de grands travaux la région, et la collectivité, et parfois les maires sont partis prenantes et ont bien entendu intérêt à ce que tout se fasse vite et n'importe comment ... la raison étant toujours le côté financier !

Ca me fout en l'air. J'ai suivi de près cette fameuse loi sur l'archéologie préventive ... connerie monumentale et je te dis pas les discussions avec une collègue qui elle trouve ça normale ! Evil or Very Mad

Comme tu dis il faut faire vite et on risque de passer sur de belles découvertes qui nous en dirait long sur notre histoire ou notre passé, mais à part les archéos et les passionnés qui cela intéresse-t-il vraiment ?
avatar
Achim
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 5062

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Achim le Mar 15 Mar - 20:58

Captain Future a écrit:
@Achim a écrit:j'ai rencontré une belle archéologue avec qui j'ai - aussitôt - engagé la conversation ;
Bah voyons ! ...

Qui a dit que les ufologues étaient asexués ??
avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par FLAM le Mar 15 Mar - 21:03

@Achim a écrit:
Captain Future a écrit:
@Achim a écrit:j'ai rencontré une belle archéologue avec qui j'ai - aussitôt - engagé la conversation ;
Bah voyons ! ...

Qui a dit que les ufologues étaient asexués ??
Certainement pas moi...


___________________


avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Apollyôn le Mar 15 Mar - 21:38

@Macha a écrit:mais à part les archéos et les passionnés qui cela intéresse-t-il vraiment ?

Et bien en fait, aussi curieux que ça puisse paraître, l'archéologie intéresse beaucoup de monde, le tout c'est de bien le présenter et de bien communiquer. Certes, ce n'est pas pour autant que le public va se précipiter en masse dans les musées ou développer une soudaine tendance "indiana jones". Après il faut bien sûr que ce qu'on lui présente en vaille la peine, un site comme celui-là http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Actualites-des-decouvertes/Les-dernieres-decouvertes/2010/p-12786-Une-ferme-fortifiee-gauloise-en-Poitou-Charentes.htm, vu du sol c'est terrible, on ne voit rien à part des tranchées plus ou moins régulières, c'est barbant, pénible, à faire regretter ses cours de maths. Mais si on prend une bonne vieille nécropole le public afflue, j'étais sur un site comme ça près de Paris, le chef a organisé deux journées portes ouvertes, on avait une sorte de passerelle au-dessus des fouilles pour le public, 2500 personnes sont venues voir, c'était hallucinant, ça débordait. Le festival de Marle, un truc de reconstitution paumé au fin fond de l'Aisne attire chaque année 5000 visiteurs (http://www.museedestempsbarbares.fr/). Lors des journées de l'archéologie Arte diffuse 7 heures de programmes sur le sujet et double son audience... et parfois même une découverte archéologique comme le trésor du Staffordshire fait les gros titres.
Il faut sortir l'archéologie de son carcan poussiéreux, lui enlever ses toiles d'araignées et rendre ça un peu vivant, certes, mais même en l'état actuel cette vieille momie peut passionner les foules, seulement il faudrait autre chose que des magouilles politico-financières, des bidouillages internes abscons et des vieux bouts de vases alignés dans des vitrines sordides... refaites-nous une expo sur Toutankhamon et vous verrez si l'archéologie n'intéresse personne !
(sinon, oui, on peut aussi embaucher des archéologues sexy )

D'ailleurs pour ceux qui seraient dans la région parisienne je signale l'existence d'un petit musée assez sympa à Louvre-en-Parisi, avec de jolis objets, une présentation claire et pas surchargée, des comparaisons assez rigolotes, quelques jeux pour les gosses. Et l'ouverture prochaine (du 27 avril au 20 mai) d'une expo sur une nécropole mérovingienne à Noisy-le-Grand à l'espace Michel Simon, mais j'en reparlerai sûrement d'ici là.
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Apollyôn le Dim 15 Mai - 17:50

Deux mois plus tard...

Pour les Journées de l’Archéologie 2011 , l’Inrap a commandé à l’institut Ipsos un sondage sur la perception de la discipline par le public. Effectué en « face à face à domicile », en décembre 2010, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes de 15 ans et plus représentatif de la population française, ce sondage permet de mieux saisir sa perception de l’archéologie et de préciser les données des enquêtes 1997 et 2008 sur les pratiques culturelles des Français. Faisant suite à une première mesure effectuée par Ipsos en décembre 2005, il permet également de mesurer d’évaluer l’évolution de la perception des Français en liaison avec le développement récent de l’archéologie préventive.

43 % des Français intéressés par l’histoire « de la Préhistoire à nos jours »

La proportion des Français intéressés stricto sensu par l’archéologie est de 19 %, un niveau analogue à celui de l’astronomie (18 %) ou de la philosophie (21 %). Mais les sondés intéressés par l’histoire, « de la Préhistoire à nos jours », sont 38 %, et le cumul des centres d’intérêt « histoire » et « archéologie » s’établit à 43 %, en hausse de cinq points par rapport à 2005 (question 1).

Une familiarité en progression
Au sein de ce public « intéressé », « 38 % des sondés apparaissent plutôt comme des « néophytes » (ils étaient 41 % en 2005), alors que 54 % peuvent être considérés comme des « connaisseurs relatifs » (ils étaient 49 % en 2005), et 6 % pourraient être assimilés à des « experts », ayant une connaissance poussée de certains aspects, domaines ou époques (question 2). On constate donc là aussi une progression du public s’estimant « connaisseur », ce qui dénote une familiarité accrue avec la discipline.

Une fréquentation importante des sites archéologiques français
15 % des sondés déclarent avoir visité au moins un site archéologique en France au cours des 12 derniers mois et 70 % au cours de leur vie (question 7). Ce qui situe la fréquentation des sites à un niveau comparable à celle des musées (77 %). Ils ne sont plus que 9 % à avoir visité un site à l’étranger, au cours des 12 derniers mois, ce qui s’explique évidemment par le fait que tous les Français ne voyagent pas hors des frontières et démontre, contrairement aux idées reçues, que l’intérêt du public pour l’archéologie concerne tout autant les sites de l’Hexagone que les grands sites à l’étranger.

Une activité d’utilité publique
24 % des sondés jugent la recherche archéologique « très utile » et 62 % « plutôt utile », soit l’opinion de plus de 8 personnes sur 10 en cumul : un chiffre très important eu égard au scepticisme souvent rencontré quant aux découvertes réalisées en France et aux polémiques sur l’utilité de la discipline (question 9).

Une recherche féconde
Dans le même ordre d’idées, 24 % des sondés considèrent que « en France, l’archéologie fait encore de nombreuses découvertes » et 59 % qu’elle fait « encore quelques découvertes » (question 10), portant donc là aussi un jugement positif sur cette activité de recherche.

L’archéologie préventive : une activité reconnue
54 % des « intéressés » (question 3) estiment que l’activité la plus importante est « la fouille de sites menacés par l’aménagement du territoire (autoroutes, parkings, voies ferrées, bâtiments) », devant « la fouille de sites historiques ou préhistoriques connus » (30 %) et « la fouille de vestiges découverts par hasard » (12 %).

Une familiarité avec l’archéologie de proximité
18 % des « intéressés » déclarent avoir eu connaissance d’un chantier de fouille conduit à proximité de chez eux (question Cool, un chiffre très important qui peut s’expliquer par la diversité des sites archéologiques fouillés en ville et en zone rurale (concernant près de 300 communes différentes chaque année) et par l’effort de médiation conduit depuis 2005 sur ces chantiers.

Une forte attente d’information
Toutefois, seuls 21 % des « intéressés » s’estiment suffisamment informés sur les fouilles conduites près de chez eux (question 4), mais ce chiffre est en forte augmentation puisqu’ils n’étaient que 13 % à s’estimer suffisamment informés en décembre 2005. Corollairement 77 % s’estiment encore insuffisamment informés.

Une discipline populaire
Ces données confortent celles de l’expérience de terrain où l’on constate un très vif intérêt du public pour l’archéologie. Les « portes ouvertes » sur les chantiers de fouilles notamment suscitent une fréquentation importante et attirent un public souvent éloigné de la « culture savante », intéressé par la mise au jour de vestiges dans son environnement proche. De fait, ces découvertes sont souvent perçues par les visiteurs comme appartenant à « leur passé », et contribuent à inscrire chacun dans un territoire et son histoire. En outre, la dispersion géographique des chantiers contribue à la sensibilisation de riverains nombreux, en renouvellement chaque année, et ne fréquentant pas nécessairement de lieux culturels. La médiation de l’archéologie est donc un important levier de démocratisation culturelle.

L’évolution favorable d’un certain nombre d’indicateurs démontre en particulier l’intérêt de la présentation des vestiges in situ, lors de leur mise au jour, d’autant que ces témoignages sont voués à disparaitre du site fouillé, voire à être détruits par la fouille elle-même.
Cependant, le pourcentage très important des sondés s’estimant insuffisamment informés rappelle que les efforts d’ouverture au public doivent être maintenus, que les vestiges sont le plus souvent un rébus impossible à déchiffrer par le profane et qu’ils doivent susciter des efforts d’explication importants, à l’instar de ceux déployés pour les autres sciences.

source : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communiques-de-presse/Les-derniers-communiques/Communiques-nationaux/p-12888-Les-Francais-et-l-archeologie-un-sondage-d-Ipsos-sur-l-image-de-l-archeologie.htm

Comme quoi, ça doit bien être une preuve que tout n'est pas foutu.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Macha le Dim 15 Mai - 19:45

Merci Appolyon pour ce sondage ! Y a de l'espoir ! Smile



avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Apollyôn le Dim 15 Mai - 19:48

En fait c'est l'INRAP qu'il faut remercier, mais de rien

[si tu estimes que ça mérite un nouveau topic plutôt que d'être placé ici ne te gêne pas pour éditer]


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Macha le Dim 15 Mai - 19:59

Merci à toi de l'avoir posté.

Cet article a toute sa place ici Smile


Contenu sponsorisé

Re: Poitiers: les travaux mettent à mal le patrimoine

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 21 Aoû - 21:31