Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

3AF sigma : intervention du commandant Greslet aux repas ufologiques de Toulouse.

Partagez
avatar
combaak
Membre - Niveau 2
Membre - Niveau 2

Nombre de messages : 148

3AF sigma : intervention du commandant Greslet aux repas ufologiques de Toulouse.

Message par combaak le Sam 8 Jan - 14:09



Jean-Gabriel Greslé
, membre de la commission SIGMA de la société savante 3AF (Association Aéronautique et Astronautique de France) est intervenu au repas ufologique de Toulouse le 8 décembre dernier.
Il a quarante ans de carrière aéronautique derrière lui, avec plus 17.500 heures de vol, notamment en tant que Commandant de Bord pour Air France de 1970 à 1990. Il rencontre le Maître fondateur de l'Aïkido, Morihei Ueshiba au début 1965 et devient son élève. Le métier de Pilote de ligne, lui permet de nombreux séjours au Japon jusqu’à la disparition du Fondateur en avril 1969.


En 1952, alors qu'il est élève-pilote de chasse à l’Académie de l’USAF en Caroline du Nord, il entend la radio annoncer que les émissions sont arrêtées dans tout le territoire des USA car des échos non identifiés viennent d'être détectés au-dessus de la Maison Blanche et du Pentagone. Il est demandé aux auditeurs de ne pas quitter l'écoute, mais au bout d'une demi-heure, l’alerte est levée en quelque sorte. Le même scénario se reproduit le samedi suivant à la même heure.
A la même époque, un instructeur et son élève en vol de nuit décrivent une expérience de croisement d'un engin sans ailes avec des hublots très lumineux, au cours d’un vol de nuit. 

En Septembre 1955, à Cap Saint Jacques (Vietnam) avec un ami pilote de chasse également, il aperçoit une énorme boule jaune ressemblant à un météore, qui descend à 45° vers l'horizon puis semble rebrousser chemin en laissant derrière elle une traînée lumineuse d'un vert intense.

En 1968, pilote de ligne aux commandes d'un Boeing 707, entre Rio de Janeiro et Florianópolis au Brésil, à 10800 m d'altitude, il remarque sur l'écran de son radar un écho rapide (en forme de goutte d'eau). Au cockpit, quatre témoins confirment l’observation. La vitesse de l’engin sera mesurée la vitesse de l'engin à près de 5300 km/h, mais aucun contact visuel ne sera établi car l’engin détecté se déplaçait dans une couche nuageuse située sous le Boeing.
Ci-pilote à Air France, il a à l'occasion de lire le rapport Condon à l'époque sa parution à New York au début de 1969. La lecture est ardue, mais les annexes le convainquent que l'Armée de l'Air et le projet Blue Book ne sont pas sincères. Il est encouragé dans cette conviction par d'autres documents, tels les AFR-200-2 ou le JANAP-146, qui démontrent l'intérêt de l'Armée américaine et des services de renseignement pour ce sujet.

Le 27 juillet 1984 à 23 h 50, Commandant de Bord sur un Boeing 747-Combi (vol Air France AF 6842 reliant Los Angeles à Montréal) ; la nuit est parfaitement claire et la visibilité excellente tandis que l’avion survole la ville de Détroit. L’avion est en croisière à 11500 m d'altitude et le début de descente approche. Dans la glace latérale droite, derrière la tête du copilote, il observe une épaisse traînée lumineuse qui dépasse l'avion à grande vitesse. Elle est attachée à un groupe serré de 3 sphères d'apparence métallique et la trajectoire suivie par ce phénomène est rigoureusement parallèle à notre route. Son altitude est légèrement au-dessus de l'horizon. Le contrôleur de la navigation aérienne appelle l’avion d’Air France et lui demande de décrire ce qui vient de le dépasser. Après la description par radio, deux autres vols commerciaux, un Olympic Airways et un Lufthansa, interviennent sur la même fréquence pour confirmer cette observation. Cet incident est décrit avec les calculs effectués dans « OVNI, un pilote de ligne parle »

Après 39 ans d'aviation et 17500 h de vol, le Commandant Greslé prend sa retraite et écrit divers livres décrivant ses enquêtes et ses expériences personnelles. Il continue de s'interroger, non pas sur la matérialité d'un phénomène qu'il considère comme amplement prouvée, mais sur son origine. Il déclare : « Pour moi, prises dans leur ensemble, les observations se rapportent peut-être – en partie – à des technologies humaines gardées secrètes par les états-majors militaires, mais plus probablement à des engins relevant d'une science que l'humanité ne possède pas encore. »

Le soir du 5 novembre 1990 à Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne), en sortant d'un cours il aperçoit avec des amis une structure rectangulaire se déplaçant vers l'est et balisée de nombreuses lampes rouges. Elle a la forme d'une flèche de grue avec, à l'avant, deux phares projetant une lumière blanche. La longueur apparente de l'objet est estimée à 400 m et son épaisseur à 80 m environ, soit des dimensions un peu plus grandes que celles de la Tour Eiffel. La vitesse de l'objet est assez faible (entre 150 et 300 km/h) mais le plus impressionnant est le silence avec lequel il se déplace.

http://www.les-repas-ufologiques.com
http://www.repasufologiques-toulouse.org/
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 18:17