Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Qui étaient les cagots ?

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31350

Qui étaient les cagots ?

Message par Schattenjäger le Sam 11 Déc - 3:24

Kepa Olaizola assure avoir percé leur mystère. « Ils étaient Cathares », affirme-t-il.


Kepa Olaizola sur les hauteurs de Bordagain. PHOTO SUD OUEST

Qui donc étaient les cagots ? On les appelait « agoteak » au Pays basque, « crestiaas » en Béarn, « gézitains » dans les Landes, « capots » en Armagnac, « cascarots » à Toulouse… Kepa Olaizola s’est penché sur l’histoire de ces êtres dont l’origine mystérieuse a alimenté d’innombrables écrits.

Ces hommes et femmes étaient-ils des Bohémiens, des descendants de Maures, de Goths ? Quels malheurs avaient donc bien pu conduire jusqu’ici ces incarnations de l’« étranger » affublé de tous les défauts, porteur de la lèpre (on assurait que la maladie était héréditaire) qu’il fallait absolument tenir à l’écart ?

Kepa Olaizola pense avoir trouvé la clef du mystère. Ce qu’il développe dans un ouvrage intitulé « Cagot. Secret dévoilé ». Selon lui, ces déracinés étaient des Cathares victimes de l’Inquisition au XIIIe siècle. Plusieurs centaines d’entre eux périrent sur le bûcher au château de Monségur, d’autres prirent la fuite.

Beaucoup connurent un destin misérable. Mais pas tous, car certains étaient issus de lignées aristocratiques.

« Agorreta »

L’auteur, ancien ingénieur ayant fait carrière à l’étranger, vit sur la colline de Bordagain, à Ciboure où il occupe une maison de famille. Sa ville, comme d’autres (Saint-Etienne-de-Baïgorry en Basse-Navarre, Montaner en Béarn, Cauterets en Bigorre, Fontarabie en Guipuzcoa…), abrite des descendants de cagots. Kepa Olaizola explique s’être livré à de patientes recherches qui l’ont aussi conduit à Agorreta, village de Navarre.

« Agorreta », un nom que l’on retrouve aussi à Ciboure. Au dire de certains linguistes, il signifierait « période sèche de l’année ». Pour Kepa Olaizola, il signifie que les lieux portant ce nom ont été habités par des « agots ». L’auteur aime à raconter qu’une certaine Gracy de Monségur épousa le meilleur parti que Saint-Jean-de-Luz pouvait lui offrir, en la personne de Pernaton de Haraneder. Sa famille liée à l’histoire du château de Monségur, haut lieu de l’histoire cathare, s’était établie sur les bords de la Nivelle… Kepa Olaizola souligne à ce propos que l’on retrouve une maison « Monsegurenea » à Ciboure.

http://newsoftomorrow.org/spip.php?article9399
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8361

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par casseron le Sam 11 Déc - 18:48

C'est idiot, et j'expliquerai pourquoi.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31350

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par Schattenjäger le Dim 12 Déc - 2:16

@casseron a écrit:C'est idiot, et j'expliquerai pourquoi.
Je me doute déjà de ce que tu vas répondre. J'y repondrais albino
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par Macha le Dim 12 Déc - 13:46

D'autres hypothèses :
-Lépreux
-Wisigoths
-Sarrasins
-Réfugiés chrétiens d'Espagne
-Gitans et Bohémiens
-Cathares
-Juifs
-Excommuniés
-Exclus du système féodal
-Un agrégat d'exclus d'origines diverses

Autre lien intéressant
http://www.patdebigorre.org/article-20166521.html :
Voir les commentaires de descendants des cagots

Celui-ci aussi :
http://ccrh.revues.org/index2523.html

Article intéressant par l'hypothèse émise pas forcément juste, mais qui donne en partie certaines informations.
Les "Jacques" et leur chemin des étoiles

Traditionnellement, Jacques signifie "savant".


Vous devez vous en douter, ce dossier va être totalement orienté. J'en suis ravi.

Maître Jacques, dans l'antique tradition des compagnons passants de la fraternité dite des "enfants de Maître Jacques", et chez les actuels "Compagnons passants des devoirs" est un pyrénéen, originaire de Carte. Il fut mandé par Hiram de Tyr, pour le compte du roi Salomon, afin de construire le temple de Jérusalem. C'était aux alentours de 900 avant Jésus Christ. Il est de la race qui à couvert l'occident de mégalithes et de dolmens. C'est un jars, un Maître Jars. Maître, il est initié à la nature de la pierre et la légende note bien qu'il taillait la pierre depuis l'âge de quinze ans.

Cette même légende donne Maître Jacques comme responsable de la colonne Jakin et peut-être également de la colonne Boaz du premier temple de Jérusalem.

Les traducteurs de la bible donnent généralement comme signification à Jakin : "il affermira", mais en langue basque ce mot signifie : savant ou le savant. Quant à Boaz, la traduction habituelle est : "en lui est la force".

Certains légendaires le font assassiner à la Sainte-Baume par la fraternité des "enfants du Père Soubise", c'est à dire : Cluny.

Jacques est le nom générique de ce peuple de constructeurs et de paysans, ce peuple de la pierre et de la terre, pré celte, et qui circulait partout dans le monde occidental et méditerranéen. On leur doit les menhirs et dolmens, de très nombreux temples sur le pourtour méditerranéen, le "gallo-romain", et les innombrables bâtiments sacrés de l'époque chrétienne.

Leur Université, c'est le " Chemin des étoiles". La langue qu'ils pratiquaient était l'argot, la langue des oisons, que le français du XIXème dénaturera en langue des oiseaux, et art goth.

Dans les nids d'aigles perdus de la sierra de Jaca, des vieux maîtres se chauffaient les os au soleil du versant sud des Pyrénées. Leur porte était ouverte et ils enseignaient, dans leur métier, dans leur corporation. Les jeunes marchaient d'ermitage en ermitage, de maître à la retraite en maître à la retraite. L'errance était leur université et ensuite, ils allaient de chantier d'église ou de temple en chantier de pont ou de château.

La société des Jacques se composait de quatre corporations :
-paysans et artisans,
-marchands et financiers,
-guerriers et princes,
-savants et guérisseurs,

que le moyen âge chrétien mettra sous la bannière de Saint Jacques : Saint Jacques du bâton, Saint Jacques de la coupe (voir le saint Graal plus bas), Saint Jacques des deniers (partout sur le chemin), et bien sûr, l'ordre de chevalerie qui assura au début la protection des pèlerins : l'ordre de Saint Jacques de l'Épée.

Vers la fin du 13ème siècle, avec l'arrivée sur la scène occidentale de l'Inquisition, la croisade contre les cathares, puis au début du 14ème siècle la fin de l'ordre du Temple et le retour des émigrés venus des royaumes francs du moyen orient, le peuple des Jacques entra dans la clandestinité, et, dans le sud ouest furent nommés les "cagots".

Blonds aux yeux bleus et bruns olivâtres, les cagots étaient dans la situation des intouchables de l'Inde, des juifs en ghetto... Ils vivaient en communautés à l'extérieur des villes et villages, et bien sûr se marient entre eux. Ils sont tailleurs de pierre, charpentiers, chirurgiens et guérisseurs, leurs femmes tisserandes et sages-femmes. Ils portaient cousu à l'épaule gauche la patte d'oie, la pé d'auque. Malgré l'ostracisme, ils furent toujours protégés par les seigneurs car eux seuls avaient l'art du trait et savaient balancer un pont sur une rivière ou réparer la charpente du château. Ils se sont faits de mauvaises réputations au fil des siècles. Vers l'époque de leur intégration, 1730 environ, ils étaient dits "crestins", lépreux, déicides puisqu'à cette époque, il était de notoriété publique qu'ils avaient fait la croix du Christ, et qu'ils étaient responsables des problèmes et du désastre du temple de Jérusalem car ils y auraient fait du mauvais boulot. On ne prête qu'aux riches, j'aurais l'occasion de revenir sur la question.

Le chemin des étoiles et des ermitages

Le chemin des hommes de métiers n'a jamais été mélangé avec le chemin pèlerin. L'un passe par une région, celle de Jaca et ses ermitages, l'autre par un réseau d'hôtelleries. Les motivations de voyages sont essentiellement différentes. Par Roncevaux et le camino francès, les motivations sont de type religieuses : expiation, pénitence, demandes de tout ordre, vœux... Par le col du Somport, c'est l'université, et on séjourne pour apprendre. On passe de vieux maître en vieux maître, d'ermitage civil en ermitage religieux, et en suivant l'antique chemin des étoiles, au plus proche de la wouïvre, on arrivait à La Noïa au Finistère de Galice.

Traditionnellement, le chemin commence, dès la porte de la maison franchie, passe à Compostelle et termine la porte de la maison refermée. Il y a quatre points de rassemblements, Paris/Chartres, Vézelay, Le Puy et Saint-Gilles (Arles). Ils finissent de se rencontrer à Ostabat, en pays basque du nord et forment à eux tous le "camino francès", le chemin pèlerin.

Les hommes de métier, ne vont qu'une fois à la Noïa, mais reviennent souvent dans les Pyrénées voir leurs vieux maîtres, apprendre de nouvelles techniques, entrer dans de nouvelles connaissances. De ces constructeurs pyrénéens, nous avons reçu entre de nombreux autres le style "wisigoth", "mozarabe" et cette merveille d'Eunate!

San Juan de la Pena ... se trouvait le saint Graal : un saint bol !!!

Chez les Jacques, sur le chemin pyrénéen des étoiles, la légende de la naissance du Graal est intéressante :

Lucifer, alors qu'il était encore au Paradis, ange porteur de lumière, avait en son front une grosse émeraude. Lors de sa chute sur terre, il la perdit. Elle fut récupérée et dedans fut taillé le saint Graal.

Il s'agit bien sûr de la christianisation et de l'ambivalence, de Lug et son chaudron. Ancien porteur de lumière déchu, telle était la situation de Lug en période chrétienne. Il fallait donc que les Jacques aient sur les chemins de leurs universités un haut lieu dédié (secrétement) à Lug, ce fut San Juan de la Pena.

Dans le trésor de la cathédrale de Valence, en Espagne, est conservé un calice taillé dans une agate orientale verte (cornaline), qui aurait été fabriqué entre le IV ème s. av. J.-C. et l'an 1. Ce calice aurait recueilli le sang du Christ, et aurait été emporté par St Pierre dans les catacombes. Il se transmettra de pape en pape jusqu'à Sixte II qui, craignant les persécutions de l'empereur Valérien, le confia en 258 à son diacre Laurent qui l'expédia dans son village près de Huesca. Envoyé en 713 à San Juan de la Pena, ce calice fut donné en 1437 par Alphonse V d'Aragon à la cathédrale de Valence.

Sur le chemin du Finistère d'Armorique, l'antique chemin des enchanteurs, des mages et magiciens, en Brocéliande, le légendaire de l'époque chrétienne oublie l'aspect luciférien et insiste sur l'aspect "calice", porteur du sang du Christ, et de sa venue en occident par les services de Joseph d'Arimathie. Il reste néanmoins de couleur verte.

Quant au Finistère gallois de Glastonbury, détenteur lui aussi d'une tradition du Graal, et inspirateur du cycle arthurien il semblerait que les légendes soient toutes aussi anciennes. La christianisation nous a laissé un puit du Graal, et, un vase/chaudron en bronze.

Le chaudron ou le Graal sont les creusets de la transformation intérieure. Il est donc logique et normal qu'ils soient présents sur tout les chemins et hauts lieux traditionnels d'initiation.

Au pays de la Reine Pédauque


Si nous souhaitons sérier les diverses traditions dont nous sommes issus, il faut envisager les périodes proto historiques. Il semblerait que la wouïvre se réveille de manière cyclique. 300 / 400 ans d'activité, 700 / 800 de sommeil. Ce processus semblait connu des pédauques, ils l'ont décrit avec le conte de "la belle au bois dormant".

3500 / 3100 av Jc période dolménique + pétroglyphes et signes lapidaires (?)

2200 / 1800 av JC période dolménique + pétroglyphes et signes lapidaires, les pré celtes, les fils de Lug le dieu solaire au chaudron, la tradition des enchanteurs et magiciens, des "Loups", des "Mages"(?) Probablement déjà les pédauques?

1000 / 600 av JC période celte, peu de constructions en France, le Temple de Jérusalem, la tradition des "dru", les sangliers, le chêne, les pédauques et les Jacques!

100 av JC / 100 après JC, période "gallo-romaine", même la langue va disparaître en Gaule continentale, la celte comme la bascoïde agglutinante des Ligures.

850 / 1250 période chrétienne.

De "Jacques" nous avons conservé l'expression populaire de : "cesse de faire ton Jacques", le jeu de "Jacques a dit", le terme de "Jacquaires" pour désigner les pèlerins de Compostelle, les Jacqueries paysannes des XVIIème, et certainement d'autres choses qui ne me viennent pas à l'esprit.

De savant au moyen âge du chemin des ermitages, le sens de Jacques s'est dégradé au fil des persécutions pour prendre tardivement celui d'idiot. La période sacrée était définitivement morte.

En 1990, 800 personnes ont parcouru, selon les estimations, le chemin de Compostelle. En 1996 elles étaient 12000, en 2000 déjà 40000. En 2010, année "Jacquaire" (la Saint-Jacques tombe un dimanche), ils étaient 200 000 à Compostelle! A ce rythme, il faudra bientôt une autoroute piétonne!!!

A quel légendaire s'attache le pèlerin d'aujourd'hui? Aux "loups" du dieu Lug et à son chaudron, à Mydrynn (Merlin) et aux enchanteurs, au calice du Graal, aux pédauques? Certainement rien de tout ça!

Anotation amusante :

Les français de Lousianne se sont appelés les "Cajuns" ...
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par canon le Dim 12 Déc - 21:29

les cagot etaient un peuple pyreneen.
de petite taille ( 1.40 environ) il avait la particularité d'avoir une sorte de " crete de coq" su le front et possedais des oreilles tres fine style " elfe ".ils etaient particulieremnt meprisé et la ou il fallait un temoin " normal" a la justice, il fallait 7 cagots pour contrebalancer le temoignage.ce peuple n'existe plus aujourd'hui du fait du brassage genetique.
avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par FLAM le Dim 12 Déc - 21:58

@canon a écrit:les cagot etaient un peuple pyreneen.
de petite taille ( 1.40 environ) il avait la particularité d'avoir une sorte de " crete de coq" su le front et possedais des oreilles tres fine style " elfe ".ils etaient particulieremnt meprisé et la ou il fallait un temoin " normal" a la justice, il fallait 7 cagots pour contrebalancer le temoignage.ce peuple n'existe plus aujourd'hui du fait du brassage genetique.
Cot-cot-cot-cooot-coôôôt !!!

Je ne crois absolument pas à cette version...


___________________


avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par canon le Dim 12 Déc - 22:27

j'habite dans les pyrénés, cela fait partie de l'histoire!
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par Macha le Dim 12 Déc - 23:38

Histoire complètement "romancée" Smile

Va voir sur le site où il y a les commentaires de descendants des cagots ...

Déjà la description est à tendance variable puisqu'on les décrit "cheveux foncés au yeux marrons" selon les histoires colportés ou bien "blonds aux yeux bleus" ...

Qu'il y ait une une population "rejetée" je veux bien le croire, ce n'est d'ailleurs pas propre aux régions du Béarn, Pays Basques, et Aquitaine. Tu en trouves dans le Lyonnais et m'est avis qu'en cherchant plus à fond on découvrira des "cagots" dans bien d'autres régions sous d'autres appellations. Smile
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par canon le Lun 13 Déc - 11:06

cependant leur particularité physiques : petite crete sur la tete et oreille pointu est indeniable ! et c'est justement a cause de cette difference qu'ils furent " rejete"
avatar
TrustNo1
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 3167

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par TrustNo1 le Lun 13 Déc - 16:18

@Macha a écrit:Histoire complètement "romancée" Smile

Va voir sur le site où il y a les commentaires de descendants des cagots ...

Déjà la description est à tendance variable puisqu'on les décrit "cheveux foncés au yeux marrons" selon les histoires colportés ou bien "blonds aux yeux bleus" ...

Qu'il y ait une une population "rejetée" je veux bien le croire, ce n'est d'ailleurs pas propre aux régions du Béarn, Pays Basques, et Aquitaine. Tu en trouves dans le Lyonnais et m'est avis qu'en cherchant plus à fond on découvrira des "cagots" dans bien d'autres régions sous d'autres appellations. Smile


Alors je serais peut etre cagot j'ai les yeux marrons et et cheveux foncés

avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8361

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par casseron le Lun 13 Déc - 16:40

Macha a donné les liens nécessaires, inutile donc que j'y mette mon grain de sel. Cette explication "cathare" existait déjà, ce n'est donc pas une nouveauté.
La version de Canon est bizarre, bien qu'il existe des photos de cagots pyrénéens les montrant comme des personnes "dégénéres". Mais jamais avec des crêtes de coq. C'est bien la première fois que je lis une telle chose.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 31350

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par Schattenjäger le Lun 13 Déc - 19:29

Je me suis fait avoir, j'ai un instant cru que tu nous dirais que les Cathares n'ont jamais existé, Casseron.
avatar
canon
Membre VIP Argent
Membre VIP Argent

Nombre de messages : 1637

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par canon le Lun 13 Déc - 19:54

je cite ma source :

olivier de marliave, " tresor de la mythologie pyreneene " edition sud ouest/
cette " crete de coq ' etait peu proeminente! mais leur petite taille ainsi que leurs oreilles ne sont pas à oublier. il existe également des ecrits juridique relatant des procés dans lequel sont cité des cagots, car il fallait 7 cagots pout contredire 1 temoin "normal" !
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8361

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par casseron le Lun 13 Déc - 20:08

Je me suis fait avoir, j'ai un instant cru que tu nous dirais que les Cathares n'ont jamais existé, Casseron.

C'est hors-sujet, mais tu connais Napoléon Peyrat ? Quelqu'un peut-il citer un seul texte cathare authentifié ?

Je viens de trouver ceci. Crête, chrestien, n'y aurait-il pas eu confusion ?

http://books.google.com/books?id=aiZCAAAAcAAJ&pg=PA183&lpg=PA183&dq=cagots+et+cr%C3%AAte+de+coq&source=bl&ots=BRQ0As3hj6&sig=8aUOMaSt85UMp2l-PTbMsBv9zTY&hl=fr&ei=aG8GTYCXHsyZOqHU9NoB&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CBYQ6AEwAA#v=onepage&q=cagots%20et%20cr%C3%AAte%20de%20coq&f=false
avatar
ethane
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 562

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par ethane le Mar 14 Déc - 1:42

Alors je serais peut etre cagot j'ai les yeux marrons et et cheveux foncés
salut cousinnnn 🐰
reportage de roger Picard et Michel Algret sur les "derniers cagots" dans l'hebdo "Point de vue, Images du Monde" de ......1962:
http://loucrup65.fr/pgie2821.htm

p.s: quelle taille Trust? Laughing
avatar
FLAM
Animateur
Animateur

Nombre de messages : 6612

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par FLAM le Mar 14 Déc - 4:14

Etonnant ! Ils me font un peu penser aux Hobbits de Tolkien...


___________________


avatar
MAGALI CATHARE
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 72

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par MAGALI CATHARE le Mar 25 Jan - 11:58

non,je ne suis pas une "Cagette"!!!

Contenu sponsorisé

Re: Qui étaient les cagots ?

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 26 Mai - 15:49