Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Plus d'une centaine de "possédées" au XIXème siècle en Haute-Savoie

Partagez
avatar
Bat
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 732

Plus d'une centaine de "possédées" au XIXème siècle en Haute-Savoie

Message par Bat le Sam 20 Nov - 19:00

Bonjour,

le topic récent sur des cas de "possessions" diaboliques au sein d'une école m'a rappelé une histoire toujours empreinte d'un certain tabou ici en Haute-Savoie.
L'affaire se passe donc à Morzine (certains connaissent peut-être en tant que station de ski) et en voici un résumé succès extrait d'ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Morzine

Ce que je ne savais pas c'est que le fameux Allan Kardec a tenté d'intervenir à l'époque.

Les possédées de Morzine

Pendant environ 13 ans, de 1857 à 1870, plusieurs dizaines de femmes de Morzine furent prises de convulsions, d’hallucinations, de crises de somnambulisme. Elles se disaient possédées par des diables. Le docteur Augustin Constans, inspecteur général des asiles et un des médecins qui examinèrent les malades, qualifia ces faits d’"épidémie d’hystéro-démonopathie". La psychiatrie contemporaine pourrait qualifier ces crises « d’hystérie de conversion».

Cette affaire eut, à une époque où la psychiatrie était une spécialité balbutiante, une grande publicité. Des revues scientifiques se firent écho des faits [4], des sommités du monde médical vinrent examiner les Morzinoises. Magnétiseurs et spirites firent aussi le déplacement. [5] Le spirite Allan Kardec se rendit à Morzine avant d’être refoulé par les gendarmes.

Cette lettre du sous-préfet de Thonon adressée au préfet de la Haute-Savoie et datée du 4 mai 1864 est particulièrement éloquente. Elle fut rédigée après la cérémonie de confirmation opérée par l’évêque d’Annecy, un des pics de la crise. Le prélat fut agressé dans l'église bondée lors de la cérémonie de confirmation.
Les possédées de Morzine lors de la cérémonie de confirmation de 1864. Tableau de Laurent Baud, artiste-peintre et ancien maire de Morzine

« Le brigadier Fourcade s’est distingué : il souffre de nombreuses blessures occasionnées en voulant secourir l’évêque. Il y a 120 ou 130 malades. Des jeunes fille guéries depuis 5 ans n’ont pu supporter cet effrayant spectacle et sont de nouveau atteintes ; trois enfants de 5 et 6 ans sont tombés en crise (...). La consternation et la peur n’ont jamais été si grandes à Morzine. C’est la population entière qui est malade. Les femmes seules ont des crises, mais tout le monde est frappé, et les esprits ébranlés ne peuvent être rassurés par le fait d’un seul et par le travail d’une année. C’est l’éducation morale de la commune qu’il faut refaire, en même temps que l’on devra appliquer des mesures rigoureuses ». Il faut couper nette l’influence religieuse. Les exercices religieux, les cérémonies, tout ce qui se rattache d’un point de vue moral ou matériel, la vue d’un prêtre, le son des cloches, sont des causes qui déterminent presque exclusivement les accès des malades. »


___________________


Heureux les fêlés, ils laisseront passer la lumière.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 20 Aoû - 22:37