Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Monstres et créatures légendaires

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Monstres et créatures légendaires

Message par Robot U&P le Mar 21 Sep - 19:21





Les changements de formes, également connu sous le nom de transformation et de métamorphose. Chaque culture dans le monde a ces légendes sur les créatures qui peuvent se transformer en animaux ou d’autres en hommes. Habituellement, l’animal en cause dans la transformation est indigène ou est répandu dans la région d’où provient l’histoire. Il est intéressant de noter que si l’idée populaire d’un métamorphe est un être humain qui se transforme en autre chose, il existe de nombreux mythes au sujet des animaux qui peuvent se transformer ainsi.
Ci-dessous, j’ai énuméré quelques-unes des métamorphes les plus connues au monde.

Léchi



Le Léchi (ou Lechiï, ou Lesovik, en russe : Леший, mot-à-mot sylvain), est dans la mythologie slave, un esprit de la forêt. Il est le gardien de la forêt et de ses habitants. Le Léchi a l’apparence d’un homme de grande taille, mais il a le pouvoir de devenir aussi petit qu’une souris ou aussi grand qu’un arbre. Sa barbe et ses cheveux sont faits de mousse, et ses vêtements de fourrure. Il est capable de se transformer en n’importe quel animal ou n’importe quelle plante de la forêt et peut apparaître et disparaître à sa guise. Tous les animaux lui obéissent.
Le Léchi aime égarer les voyageurs et les chasseurs dans la forêt. Cependant, il est possible de s’attirer ses faveurs en respectant la forêt. De même, il sera très content si on lui laisse un cadeau sur une souche.
Chaque 17 octobre, il se met dans une sorte d’hibernation, disparaissant de la forêt jusqu’au printemps suivant.

Selkies



Les selkies sont des créatures imaginaires issues principalement du folklore des îles Shetland. Elles y sont décrites comme de superbes jeunes filles (ou assez exceptionnellement comme de beaux jeunes hommes) qui revêtent une peau de phoque, à la manière de certains loups-garous, dans le but de se changer en cet animal marin et de plonger dans la mer. Une fois sortie de l’eau, ce qu’elle fait toujours la nuit, et le plus souvent durant celle de la Saint-Jean, la selkie quitte sa peau et danse à la lueur de la Lune.

Si un homme découvre alors son accessoire ensorcelé et le dérobe, la selkie devra lui obéir tant qu’elle ne l’aura pas retrouvé. Dans cette situation, il arrive parfois que la femme-phoque et l’homme qui la tient sous sa coupe finissent par s’attacher l’un à l’autre, se marient et aient des enfants, mais si la peau n’est pas détruite par le feu et que la selkie la retrouve, elle plongera dans les profondeurs de l’Océan pour ne jamais revenir, laissant mari et enfants, tout comme certaines sortes de sirènes.

Berserkers



Dans la mythologie, les berserkers au sens large seraient des guerriers prêtres d’Odin, et l’équivalent vivant des Einherjar. Leur façon de combattre très brutale les rapprocherait cependant davantage de Thor que d’Odin. Les Berserkers combattent dans un état de transe provoqué par l’esprit animal du guerrier (Ours, loup ou sanglier), c’est le loup ou l’ours qui choisit ceux qu’il estime dignes de son don et de sa fureur. Cette fureur serait liée à l’animal totem de la personne. Les berserkirs ne sont pas uniquement des guerriers, ils sont aussi une fonction de prêtres des dieux nordiques et particulièrement d’Odin, de là viendrait leur nom de Guerriers d’Odin (mentionné, par exemple, par Edouard Brasey). Les berserkers étaient censés former la garde rapprochée des rois scandinaves par troupes de 12 guerriers.

Les guerriers d’Odin étaient réunis en confréries et chaque aspirant devait passer une initiation dont certains détails nous sont parvenus grâce à la Hrolfs Saga Kraki : L’aspirant Berserker devait tuer rituellement l’image de l’ours, puis boire son sang afin que le pouvoir de la bête se répande en lui. Il devenait alors un berserker et obtenait en plus de sa fureur le don de Hamrammr, c’est-à-dire le pouvoir de métamorphose qui lui permettait de modifier la perception que les autres ont de lui, mais aussi d’apparaitre sous forme animale. Lors de leurs crises de fureur, les berserkirs laissaient s’effacer leur esprit humain pour laisser l’esprit animal prendre le contrôle.

La Saga des Ynglingars mentionne que : Ses hommes (Ceux d’Odin) allaient sans cotte de mailles, enragés comme des chiens ou des loups, mordant leurs boucliers, forts comme des ours ou des taureaux. ils tuaient les gens, mais eux, ni fer ni feu ne les navraient. C’est ce que l’on appelle la fureur des berserkirs.

Tout les jeunes guerrier devaient passer un rituel important auprès de leur sorcier : le rituel de l’éveil. Ce rituel était la signification même de leurs colère sacrée ; soit ils survivaient ; soit ils mourraient à ce rituel. Si ils survivaient au rituel il devaient porter une sorte de tatouage en forme de loup ainsi qu’un serpent se mordant la queue et le signe du clan auxquel ils appartenaient.

Kitsune



Dans le folklore japonais, le kitsune (狐, kitsune? renard) est un esprit magique (yōkai) animal polymorphe, tout comme le tanuki (狸, tanuki? chien viverrin).

Dans le Japon ancien, les renards et les êtres humains vivaient côte à côte ; cette relation a donné naissance aux légendes antiques. Le kitsune a souvent été associé à Inari, une divinité shintoïste ou esprit, comme étant son messager. Ce rôle a renforcé l’esprit surnaturel que l’on attribuait au renard.

Les noms qu’on leur donne sont souvent féminins, ce qui signifie que les kitsune sont perçues comme une notion féminine, on parle alors de femme-renarde (妖狐, yōko?). Elles sont rusées, jouent des tours et sont douées de pouvoirs magiques.

N’importe quel renard est censé devenir capable de changer de forme quand il atteint un âge avancé (souvent une centaine d’années), et ses pouvoirs ne cessent de croître avec le temps et parallèlement de nouvelles queues lui poussent.

Les kitsune sont souvent associées avec la divinité du riz Inari. Au départ les kitsune étaient les messagères d’Inari, mais les deux notions ont été assimilées au fil du temps l’une à l’autre. On trouve des kitsune à l’entrée des sanctuaires d’Inari. Les kitsune sont reliées tant aux rites shintos, taoïstes que bouddhistes.

Il y a plusieurs type d’esprits kitsune, tels que les kitsune spectrales (Les bakemono kitsune de trois types : reiko, kiko ou koryo), ou les kitsune célestes (tenko, les renards à neuf queues, âgés de 1000 ans). Les kitsune sont selon leur type, diaboliques (comme genko le renard noir) ou de bon augure (comme kuko, le renard aérien)[réf. nécessaire].
Les kitsune sont souvent dotés de pouvoirs magiques important, comme la possession, la capacité de souffler du feu, ou d’ignition en frottant leurs queues les unes contre les autres.

Le plat japonais « kitsune udon » est une soupe udon qui contient du tofu cuit, dont les kitsune sont réputés friands.

Puck



Le puck (ou Puck avec la majuscule lorsque l’on parle du personnage de Shakespeare dans Le Songe d’une nuit d’été[1]), (possiblement à l’origine púca, signifiant « fantôme » en vieil irlandais ; aussi appelé pwwka, pooka, puka, phouka, púka, pwca en gallois, bucca en cornique, pouque en guernesiais, puca ou puck en anglais) est une créature féerique du folklore celte, notamment en Irlande, dans l’ouest de l’Écosse et au Pays de Galles.
Sorte de lutin, nain[1] ou farfadet malin et espiègle, il joue des tours aux voyageurs, se transforme, effraie les jeunes filles et bouscule les vieilles dames.

Il a la capacité de prendre de nombreuses formes mais ne prend généralement celle d’une homme. Il est capable de prendre autant des formes terrifiantes que plaisantes, par exemple : un cheval, un lapin, une chèvre, un gobelin ou un chien. Peu importe laquelle, sa fourrure est presque toujours foncée. Il prend souvent l’apparence d’un grand cheval noir aux yeux jaunes et enflammés, avec une longue crinière sauvage. Sous cette forme, il parcourt un large territoire pendant la nuit en forçant les portails et en terrorisant les habitants des fermes isolées[6]. Si un humain est attiré sur le dos d’un púca, il doit se préparer à une chevauchée endiablée, même si, à la différence du Kelpie qui amènera directement son cavalier dans le cours d’eau ou le lac le plus proche pour le noyer afin de le dévorer, le púca ne lui fera pas vraiment mal.

Wendigo



Le wendigo (pluriel : wendigowak) est une créature surnaturelle, maléfique et cannibale, issue de la mythologie des amérindiens algonquins du Canada, qui s’est étendue à tout le folklore d’Amérique du Nord. Cette légende est partagée par plusieurs tribus amérindiennes et peut désigner la transformation physique d’un humain après la consommation de viande humaine comme une possession spirituelle. Le wendigo a aussi renforcé le tabou autour de la pratique du cannibalisme chez ces peuples. Les wendigowak vivent dans les profondeurs de la forêt et apparaissent dans des contes où le surnaturel côtoie des choses inhumaines et atroces. Parmi les histoires qui circulent, ils sont solidement ancrés dans les légendes indiennes où ils tiennent une place importante. De nombreux lieux et lacs portent ce nom, tel le parc national du wendigo, et de nombreuses œuvres modernes s’en inspirent dans la littérature comme au cinéma, bien que ces wendigowak puissent avoir des caractéristiques différentes de ceux des légendes originelles.

Origines du mythe

On suppose que cette légende daterait du temps où certaines tribus pratiquaient encore le cannibalisme. Parmi les tribus d’algonquins, le cannibalisme, même pour sauver sa propre vie, est considéré comme un tabou. Les réponses à la famine sont le suicide ou l’abandon à la mort[10]. Ce mythe aurait peut être servi d’avertissement pour les tribus nordiques dont les hivers étaient longs et rudes, et qui risquaient de ne rien rapporter de leurs chasses durant cette saison. C’était un moyen d’éviter qu’en cas de famine, ils ne s’en prennent aux membres de leur propre clan. Cette supposition est basée sur les déformations physiques du Wendigo (corps squelettique et déformé, sans lèvres, ni orteils) qui font penser aux lésions dues à la famine et aux engelures. Le Wendigo serait un mythe basé sur la personnification des difficultés de l’hiver et le tabou du cannibalisme.

Encantado



Un Encantado est une créature légendaire brésilien. Ils vivent dans un royaume sous-marin profond nommé Encante. Encantados sont le plus souvent considérée comme un type de dauphin d’eau douce ou de mer serpent qui a la capacité de changement de forme dans une forme humaine. Ils sont caractérisés par la capacité musicale supérieure, séduction et d’attraction pour les parties. transformation de la créature dans une forme humaine semble être rare, et se produit habituellement la nuit. Alors que dans la forme humaine de la Encantado portera un chapeau pour cacher son front bombé. Elle ne disparaît pas tout changement de forme et affiche souvent des capacités magiques, comme le pouvoir de contrôler les tempêtes et les hantent les humains. Ils utilisent diverses techniques de contrôle de l’esprit et peut infliger de la maladie, la folie, et même la mort. Les créatures sont connues pour l’homme d’enlèvement. Beaucoup de villageois ne vais pas près de la rivière Amazone à la nuit pour cette raison. Beaucoup de Sud-Américains croient en l’existence de la Encantado et affirment avoir vu et ont interagi avec les espèces.

Les histoires les plus communs impliquent un type de dauphin d’eau douce qui vit dans le fleuve Amazone appelé Boto. Il est plus grand et plus primitive que l’avenir de l’autre type de dauphin de l’Amazone et aurait la capacité de transformer l’homme. Il y avait une demande récente qu’une Encantado imprégnés d’une femme péruvienne. Les histoires aussi impliquer les serpents, dont les types peuvent varier d’un type commun aux serpents corail.

Aswang



Un aswang est une créature mythique dans le folklore Filipino. La légende de la aswang est bien connu à travers les Philippines, sauf dans la région IIocos. La créature est décrite comme une combinaison de vampires et sorcières et est presque toujours des femmes. Le aswang est un mangeur de morts et un cannibale. Ils sont capables de se transformer en soit un grand chien noir ou un sanglier noir. Les créatures tige et de manger des êtres humains dans la nuit. bulbes d’ail, eau bénite, et d’autres objets sont censés repousser aswang. Beaucoup d’histoires tournent autour de ces créatures de manger les enfants et les fœtus à naître. En forme humaine, ils semblent normales, et calme, timide, et insaisissables. La nuit, ils se transforment en la bête meurtrière. Un élément clé de la aswang est ses yeux injectés de sang. Au Moyen Age, le aswang était la plus redoutée parmi les créatures mythiques aux Philippines.

Dans la partie sud des Philippines le Aswng sont classées en cinq types distincts. 1.Le Sucker sang (Vampire) 2. Le Barangan (vindicatif Hexer … Voodoo, etc) 3. Mananangal (Self Segmenter) une créature qui peut voler à travers la nuit en utilisant uniquement la partie supérieure du torse avec ses entrailles pendantes ci-dessous. 4. Le mangeur de Corpse – C’est le Aswang qui essayer de changer le cadavre réel avec un faux cadavre à partir du tronc d’un bananier. 5. La Bête Faux – Un aswang qui a la capacité de passer d’un homme dans un cochon sauvage, ou un chien ou quelque forme lui convient.

Vampire



Un vampire est une créature chimérique ni morte et ni vivante qui, suivant divers folklores et superstitions populaires, se nourrit du sang des vivants afin d’en tirer sa force vitale. La légende des vampires puise ses origines dans des traditions mythologiques anciennes et diverses. Le mythe du vampire, ou d’êtres légendaires dotés de caractéristiques proches de celles des vampires, se retrouve ainsi dans toutes sortes de cultures à travers le monde.

Le personnage du vampire fut popularisé en Europe au début du XVIIIe siècle et sa figure surnaturelle et fantastique émergea plus spécifiquement en Europe orientale, particulièrement dans les Balkans : dans les traditions folkloriques locales, les vampires étaient dépeints comme des revenants en linceul qui, visitant leur aimée, causaient mort et désolation dans le voisinage. C’est en Serbie, vers 1725 que le mot « vampire » fait son apparition. À la même époque, le bénédictin lorrain Augustin Calmet, décrit le vampire comme un « revenant en corps », se distinguant ainsi des revenants immatériels tels que les fantômes ou les esprits.

Le personnage plus charismatique et sophistiqué du vampire des fictions modernes est apparu avec la publication en 1819 du livre The Vampyre de John Polidori dont le héros mort-vivant fut inspiré par Lord Byron, dont Polidori était le médecin personnel. Le livre remporta un grand succès mais c’est surtout l’ouvrage que Bram Stoker écrivit en 1897, Dracula, qui reste la quintessence du genre, établissant une image du vampire toujours populaire de nos jours dans les ouvrages de fiction, même s’il est assez éloigné de ses ancêtres folkloriques avec lesquels il ne conserve que peu des spécificités originelles.

Lycanthrope



Un lycanthrope [li.kɑ̃.tʁɔp], plus connu en français sous le nom de loup-garou [lu.ɡa.ʁu], est, dans les mythologies, les légendes et les folklores du monde entier, un humain qui a la capacité de se transformer, partiellement ou complètement, en loup ou en créature anthropomorphe proche du loup.

Cette transformation peut être due à plusieurs causes, comme la morsure d’un loup ou d’un autre lycanthrope, une malédiction ou un rituel volontaire. Elle se déclenche généralement durant la nuit et à chaque pleine Lune, condamnant le lycanthrope à errer sous forme de loup en poussant des hurlements jusqu’au matin. Les histoires de lycanthropes sont mentionnées depuis la mythologie grecque, puis se sont étendues à de nombreux pays européens et plus récemment, au monde entier. Les lycanthropes sont majoritairement décrits comme des hommes-loups maléfiques possédant les capacités du loup et de l’humain à la fois, une force colossale, et une grande férocité puisqu’ils sont capables de tuer de nombreuses personnes en une seule nuit. Ils ne se rappellent généralement plus leurs méfaits nocturnes après avoir repris forme humaine. La transformation physique d’hommes en loups étant, hormis les problèmes de différence génétique le recours à la chirurgie et l’utilisation de déguisements, totalement impossible, il y a fort peu à croire que ces créatures aient existé réellement tel qu’elles sont décrites. Cependant, le peuple y a cru pendant longtemps, et continue parfois à y croire.

Aujourd’hui, la lycanthropie n’est scientifiquement reconnue que comme un symptôme de maladie mentale : on parle alors de lycanthropie clinique.
Le thème de la lycanthropie est devenu un sujet de fiction moderne fréquent, abondamment repris par les arts, la littérature fantasy et fantastique ainsi que l’audiovisuel où il est au centre d’un très grand nombre de film d’horreur et de sagas, bien que ces lycanthropes modernes puissent avoir des caractéristiques différentes des anciens, notamment leur vulnérabilité aux balles en argent.

Source : http://www.zone-ufo.com/?p=6755
avatar
Johnny Guoyot
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 8561

Re: Monstres et créatures légendaires

Message par Johnny Guoyot le Mar 21 Sep - 20:50

un jour, si vous êtes sages, je vous raconterai une vraie histoire de vampire... promis! Very Happy
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 9:12