Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

VISITEUR


Free counters!

PUB


Attaque d’une créature surnommée « La Gargouille »

Partagez
avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Attaque d’une créature surnommée « La Gargouille »

Message par Mikerynos le Mer 1 Sep - 16:45

Attaque d’une créature surnommée « La Gargouille » à Puerto Rico.
Le 29 Août 2010.

Synthèse et traduction Mikerynos

Une créature étrange avec des ailes ressemblant à celles d'une chauve-souris a attaqué plusieurs animaux et un homme selon des témoignages des résidents de Guánica sur l’île de Puerto Rico, cette créature est surnommée « La Gargouille » par les habitants de la région. Les attaques de cette créature ressemblent à celles du mythique Chupacabras jusqu’a un certain degré, puisqu’elle opère à l’abri de l'obscurité et exsangue ses victimes. Quelques personnes déclarent qu’il s’agit du Chupacabras, cependant des avis différents déclare qu’elle est une créature différente. La tanière de celle-ci serait au lieu-dit « Barrio Ensenada » une usine en ruine de canne à sucre comportant de nombreux tunnels, ou des squelettes de ses victimes ont été retrouvés.

« La Gargouille » à déjà de nombreux exploits à son actif depuis de nombreuses années, surtout dans la région de Guánica, mais aussi dans celle du Lajas et de San Germán. Les personnes qui ont vu la créature évitent de témoigner officiellement à la police, par peur du ridicule ou d’être prisent pour des déséquilibrés.
Car « La Gargouille » est une créature mythique, un mélange d'homme et d'oiseau, représenté par des statues en pierre sur les corniches des cathédrales ou d’autres constructions.

Pourtant, un homme dénommé Valdo à été attaqué par cette créature, sur son bas ventre la blessure est encore visible, elle ressemble à des griffures. Le témoin soulève son t-shirt sobrement et exhibe les marques. Il déclare que la créature l’a surpris alors qu’il était dans l’arrière cour sa maison, elle l’a ensuite agressé. Celui-ci a aussitôt alerté les policiers qui patrouillaient dans le secteur. Ce témoignage date du milieu des années 1990 et à eu lieu près de la lacune de Guánica.

L’officier de policier Miguel Negrón déclare lui aussi qu’il a vu cette créature, mais il y a seulement deux mois, lors d’une patrouille dans le secteur de « Barrio Ensenada ». Il était accompagné d’un autre officier, lorsqu’ils ont entendu un puissant battement d'ailes provenant du toit d’une des grues de l’usine. Miguel Negrón indique que certains témoins décrivent « La Gargouille » comme un très grand oiseau, émettant une forte odeur d’œuf pourrie (Sulfure d'hydrogène) « La Gargouille » chasse la nuit et attaque des animaux sains, à la différence d'un prédateur qui recherche des animaux malades ou faibles. Elle s’alimente sur des animaux vivants, comme des chats, des chiens, des chevaux ou des chèvres en drainant leurs sangs, les laissant morts et exsangues. Elle disparait aux premières heures du jour, et c’est pour cette raison qu’il n’y a aucune photographie ou de vidéo de celle-ci. « La Gargouille » chasse la nuit et attaque des animaux sains, à la différence d'un prédateur qui recherche des animaux malades ou faibles.


___________________


avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Attaque d’une créature surnommée « La Gargouille »

Message par Mikerynos le Ven 1 Oct - 18:21

Campo Viera (Argentine) Le 30 Septembre 2010.
Attaque de Chupacabras ?

Synthèse & Traduction Mikerynos.

Dix moutons ainsi que des brebis ont trouvé la mort lors d’attaque ses dernières semaines dans le pâturage d'un agriculteur proche de la ville de Campo Viera (1) Les attaques ont eu lieu à deux reprises et toujours de nuit. Les éleveurs et la police restent en alerte, la possibilité qu’un animal étrange erre dans la région inquiète les habitants des zones rurales. En effet, l’animal a laissé des traces assez claires pour jeter la suspicion, que pour l’instant la police ne préfère pas commenter. José Fraga est le propriétaire des animaux qui ont été tués. C’est lui qui a alerté la police, cette dernière lui a conseillé de porter plainte de façon à ouvrir une enquête. Fraga déclare qu’il a découvert dans son enclos l’empreinte d'un pied avec trois doigts longs et profonds, comme s'il s'agissait d'un oiseau, mais quelque chose de beaucoup grand. Il dit aussi, que tous les animaux ont été mordus au cou. Un autre élément observé par José Fraga est le comportement étrange des fourmis qui ont envahi le corps, avant de venir mourir à la hauteur de la blessure de la tête. Le terrain de José Fraga est situé à environ 4 km de la station balnéaire dans le centre de la province, pratiquement collé à la localité de Oberá.



En plus de la dizaine de moutons tués, une vache, deux moutons et une brebis ont survécu à l'attaque. Dans ce domaine de terrain rocailleux de 175 hectares, vivent actuellement 18 moutons et brebis, 50 vaches et leurs veaux. C’est pourquoi des rondes, avec des policiers provinciaux, sont organisées toutes les nuits. Le commissaire de police Andrés González confirme les deux attaques. Il précise aussi que les animaux n’ont pas été dévorés, qu’ils ont des morsures au cou et qu’ils sont exsangues. Il indique, que lui-même et un vétérinaire professionnelle de Campo Viera, se sont rendu sur place pour faire les constations et prendre des d’échantillons (traces de mucus retrouvé sur le corps des moutons) les analyses détermineront la race du prédateur responsable. Le vétérinaire M. Arno Stockmanns, qui a pratiqué une autopsie sur un des moutons confirme qu’il n’y a plus une goutte de sang dans le corps. La plupart des brebis qui sont mortes étaient enceintes. La plupart des blessures nettes et précises ont été trouvées dans le cou ( jugulaire) ou derrière la tête. La vache a été mutilée au niveau de ses mamelles.

Sur l’un des animaux restés vivant, le vétérinaire a injecté différents antibiotiques pour une durée de 48 heures, sans succès contre le processus d’infection (antibiotiques IRONDEL LA et IRONDEL PLUS (2) Un autre vétérinaire M. Penz de la localité d'Oberá a essayé d’autres antibiotiques, mais le résultat n’a pas varié.

Observation sur le terrain.
Les corbeaux et les vautours survolent les carcasses, sans s'approcher des zones des blessures liées à l’attaque, comme si quelque chose les éloignait. Cependant, Ils ont mangé dans d'autres parties des carcasses. Les fourmis sont aussi venues sur les cadavres des brebis ou moutons, mais après être arrivé à la zone du cou, elles sont subitement mortes, et n'ont plus avancé. Dans la même zone, sur le sol, des empreintes à trois doigts a été découvertes. De nombreuses photographies ont été prises.

Blessures découvertes chez les moutons.
- Coupe de la chair jusqu’au niveau de l'os maxillaire avec disparition des tissus, des tendons et des ligaments.
- Coupe dans la région du larynx, sans déplacement de l'os hyoïde.
- Incision dans le nez de l’animal.
- Trace sur le dos avec disparition de la laine.
- Incision circulaire profonde dans le cou et extraction de la totalité du sang.
- Lacération de la zone du visage sur un des moutons.
- Coupe circulaire le nez d’un autre animal.
- coupe avec Incision dans le pavillon auriculaire.

Traces ou empreinte.
Près des carcasses ont été retrouvées des empreintes, bien défini, avec trois doigts se terminant comme des griffes d’une longueur approximative de 18 cm. Ces empreintes ressemblent à celles laissées par des oiseaux. Ces traces ont été découvertes sur différents sols (sable, boue) Ce type de trace a déjà été découvert dans trois cas : celui du porc retrouvé vivant à Victoria (Entre Ríos), de Rosario (enquête de Elías Kolev) et d’un cas de mutilation dans la Pampa (enquête de Salvatore Carta)





Début d’enquête.
Andrea Perez Simondini et son équipe de « Visión Ovni » a contacté les autorités locales, elle a été reçut très aimablement par M. Juan Carlos Ríos, le maire de la ville, qui a donné quelques détails concernant les faits. Rarement dans nos recherches, nous avons eu l’occasion d’avoir tous les éléments en main qui puissent apporter des réponses, et finalement un début de conclusion concernant ce phénomène. Rapidement, nous avons été en contacte avec l’éleveur José Fraga qui a fait une description détaillée des événements.

Le point important de cette affaire, est naturellement l'animal qui resté vivant, et c'est pourquoi nous faisons de grands efforts le déplacer à l'Université Nationale de la Pampa, où le Dr Albert Pariani nous a offert de mener une étude sur les blessures. Mais comment travailler avec un animal vivant et qui est atteint d’un processus infectieux, qui malgré les tentatives faites par le vétérinaire, ne peut être contrôlé ? Celui suggère un nouvel antibiotique et nous attendons les résultats de cette action.

Il faut noter que les autorités locales agissent timidement et nous pensons qu’elles sont dans l’incapacité de fournir des conclusions satisfaisantes sur les événements. Nous sommes aussi en attente du résultat des analyses menées par le centre médico-légal de Oberá.
_________________________
(1) Campo Viera – Sección 9º - (Departamento de Oberà, Pcia. de Misiones)
(2) http://www.proveturuguay.com/index.php/pequenos-animales/antibioticos-inyec…


___________________



    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 17:40