Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

Derniers sujets

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Psychothérapie : comment séparer le bon grain de l'ivraie

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Psychothérapie : comment séparer le bon grain de l'ivraie

Message par Macha le Mar 1 Juin - 10:33

Psychothérapie : comment séparer le bon grain de l'ivraie
Par Anne Jeanblanc


45.000 praticiens en psychothérapie n'ont aucune formation reconnue © Rolf Bruderer/Corbis

Sur 12 millions environ de Français ayant recours à la psychothérapie, 2 millions sont exposés à un risque d'emprise mentale et d'abandon de soins conventionnels. C'est le chiffre avancé par Georges Fenech, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les tendances sectaires (Miviludes). Dans ses derniers rapports, cet organisme attire l'attention sur les dérives observées dans le domaine de la psychothérapie. Il ajoute que sur les 15.000 praticiens de la psychothérapie, environ 4.500 ne justifient d'aucune formation reconnue.

Outre ce constat, les travaux de la Miviludes dénoncent l'immobilisme des pouvoirs publics dans ce domaine, notant les retards répétés concernant l'application des législations destinées à réglementer l'utilisation du titre de psychothérapeute. Le député UMP, Bernard Accoyer (président de l'Assemblée nationale), a pourtant tenté, depuis 1999, de faire adopter une réglementation pour stopper ces pratiques dangereuses, rappelle le Journal international de médecine . Il pensait y être parvenu en 2004 avec l'adoption d'un amendement à la loi de santé publique, mais il n'a donné lieu à aucun décret. Il faut dire que certains spécialistes de la psychothérapie avaient fait pression sur les gouvernements qui se sont succédé pour que la situation n'évolue pas. Bernard Accoyer s'en souvient : "J'ai été personnellement l'objet d'attaques inimaginables. Nous sommes dans le monde de la manipulation."

Un texte qui encadre précisément l'utilisation du titre de psychothérapeute a enfin été publié, la semaine dernière, au Journal officiel. Il précise que toute personne souhaitant exercer la profession de psychothérapeute devra se faire dûment inscrire "sur un registre national", en justifiant d'une formation en psychopathologie clinique de 400 heures au minimum et d'un stage pratique d'une durée minimale de cinq mois. Ces "formations" seront assurées par des établissements publics et privés agréés par l'État. L'accès à cette formation sera réservé aux titulaires d'un doctorat en médecine ou aux personnes ayant effectué un master de psychologie ou de psychanalyse, même s'il existe des dispenses. Enfin, des mesures transitoires concernant les personnes utilisant depuis cinq ans le titre de psychothérapeute sont aménagées.

Source : Le Point.fr
avatar
dranozir
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 2454

Re: Psychothérapie : comment séparer le bon grain de l'ivraie

Message par dranozir le Mar 1 Juin - 13:03

C'est vrais que si un psychothérapeute a appris sur le tas et a réussi a soigner un grand nombre de patients je vois pas pourquoi on lui retirerai son titre .

Maintenant je pense qu'il faut nettoyer la profession des charlatans qui profitent du malheur des gens .
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Lun 11 Déc - 8:30