Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


Une carte pour décrypter l'histoire de la Ville Rose

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Une carte pour décrypter l'histoire de la Ville Rose

Message par Robot U&P le Sam 1 Mai - 16:27

Une carte pour décrypter l'histoire de la Ville rose



«Hormis les travaux des lignes de métro, il y a très peu d'occasions de fouiller le centre-ville».

Olivier GAIFFE, responsable de la carte archéologique de Toulouse au sein de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC)

Sous les rues, les immeubles, et les places de la Ville rose, les vestiges du passé dorment patiemment. Qu'ils datent de l'Âge du bronze, de l'Antiquité, ou du Moyen Âge, ils ne se dévoilent que lorsqu'un chantier permet aux archéologues de troubler leur tranquillité. Mais au fil des années et des fouilles, les chercheurs ont recueilli de nombreuses données, et parviennent aujourd'hui à reconstituer l'évolution de la Ville rose à travers les siècles. Et si l'accès à cette histoire est encore difficile pour le grand public, les barrières à la connaissance devraient bientôt être levées. Car fin 2010, la carte archéologique de Toulouse sera mise en ligne sur le site «urban-hist» des archives municipales (www.urban-hist.toulouse.fr). Il reste donc un peu de temps à la mairie et à la direction régionale des affaires culturelles (DRAC), coproducteurs du projet, pour peaufiner leur bébé. Une fois terminé, il donnera la possibilité aux curieux de faire le tour en quelques clics des grands ensembles locaux de l'Antiquité et du Moyen Âge.

Comprendre l'organisation de la ville selon les époques

«Les internautes navigueront sur la carte, pourront zoomer, et cliquer sur les sites qui les intéressent pour accéder à une fiche détaillée. Tous les endroits qui ont été fouillés par le passé seront présents sur l'application», explique Olivier Gaiffe, responsable de la carte archéologique à la DRAC. En baladant leurs souris sur les remparts gallo-romains, ou en visualisant le château narbonnais du XIIIe siècle, les Toulousains pourront donc comprendre l'organisation de la ville selon les époques. Et comme les chercheurs sont encore loin d'avoir tout découvert, des informations sur les fouilles en cours, comme celles de l'ancienne caserne Niel (voir en bas de page), seront également disponibles sur la carte virtuelle.

Fouilles

Site de Niel : un trésor Gaulois

Le centre de la ville antique n'a pas toujours été situé près d'Esquirol. Avant que les Romains ne transforment la région de Toulouse en province, aux alentours de 120 avant Jésus-Christ, les Gaulois étaient installés dans l'actuel quartier Saint-Agne de la Ville rose. C'est ce que nous apprennent les fouilles archéologiques en cours sur le site de l'ancienne caserne Niel. Débutées en octobre 2009, elles mettent progressivement au jour les vestiges de nos lointains ancêtres. En plus des outils et des structures de bâtisses, ou des ossements d'hommes et d'animaux, ce sont surtout des dizaines de milliers d'amphores de v in qui sont sorties de terre. Et le fait qu'aucune d'entre elles n'aient été retrouvées fermées autorise les archéologues à penser que la consommation s'est faite sur place. «Même si rien n'est sûr, on peut supposer que le site était un lieu de fêtes ou de grands rassemblements pour les Gaulois de la région. En tout cas, au IIe siècle avant notre ère, faire venir autant d'amphores jusqu'à Toulouse impliquait des coûts de transport monstrueux. Elles devaient arriver de l'étranger par bateau, et être déchargées à Narbonne », expliquait récemment Peter Jud, le responsable des fouilles. Mais l'ancienne caserne Niel abrite aussi, sous les vestiges de l'époque gauloise, d'autres traces humaines beaucoup plus anciennes. Au IXe siècle avant Jésus-Christ, à la fin de l'âge du bronze, les populations locales venaient en effet enterrer leurs morts dans le quartier. «C'est vraiment un site hors du commun, ce qu'on trouve ici dépasse toutes nos espérances. En quarante ans d'archéologie, je n'ai jamais vu ça », se réjouit Peter Jud. Les fouilles devraient s'achever en janvier 2011, pour laisser place à un ensemble immobilier.

Toulouse, de l'Antiquité au Moyen-Âge

De par sa situation géographique, Toulouse se trouve dès l'Antiquité sur la route reliant la mer Méditerranée à l'océan Atlantique. «Ce rôle de carrefour explique l'importance de la ville autour du Ier siècle après Jésus-Christ, à l'époque gallo-romaine», souligne Olivier Gaiffe, responsable de la carte archéologique à la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Pour protéger la cité, baptisée Tolosa, les Romains édifient un rempart de trois kilomètres de long, qui part de l'actuelle place Saint-Pierre pour rejoindre, en arc de cercle, le palais de justice (voir carte ci-contre). Sous l'occupation romaine, la ville s'étend ainsi sur près de 90 hectares. «Une superficie non négligeable pour l'époque. Mais ce qui souligne surtout son importance, c'est que très peu de villes gauloises ont eu le privilège d'être fortifiées», précise Olivier Gaiffe. Et si, avant l'arrivée des Romains dans la région toulousaine, le centre de la cité gauloise est situé dans le quartier Saint-Agne (voir encadré ci-dessous), il est très rapidement déplacé vers Esquirol, où un forum voit le jour. Pour acheminer l'eau depuis le Mirail, les architectes impériaux construisent également un aqueduc au sud de l'actuel Pont-Neuf.
Autre époque, autre organisation géographique. Au XIIIe siècle après Jésus-Christ, les Comtes de Toulouse règnent en maîtres sur une région allant de Midi-Pyrénées au Languedoc-Roussillon. Ils font bâtir leur fief, le château narbonnais, au niveau de l'actuel palais de justice, et prolongent les remparts antiques pour agrandir la ville. Construisant un pont sur la Garonne, ils étendent le territoire de Toulouse à la rive gauche.

Le chiffre : 800

Mètres carrés> C'est la taille d'un cimetière du Moyen-Âge. Datant du XIIe siècle, il a été découvert en 2003 lors de la construction des bâtiments de la DRAC, rue de la Dalbade.

edit Apollyôn : source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/04/27/823298-Une-carte-pour-decrypter-l-histoire-de-la-Ville-rose.html

Celadon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 257

Re: Une carte pour décrypter l'histoire de la Ville Rose

Message par Celadon le Sam 1 Mai - 17:12

Bonjour,

Toulouse la ville de mon frère, à l'activité que je réprouve, valider des missiles. Bref ,un habitué du Centre d'Essais des Landes.
Mais je l'aime tout de même. Bon si le gros Airbus vole, il n'y est pas étranger. Lui, c'est un pro des Cathares.
Ma belle sœur, pilote émérite, commandant de bord, sur Falcon.
Une nièce qui vit au milieu des mygales.

Tout cela m'éloigne de mon propos,il est agréable que le passé soit mis à disposition en une forme acceptable.
Il existe une série de publications quasi exhaustives ,quoi qu 'en disent avec humilié les concepteurs, la CAG, Carte Archéologique de la Gaule, déclinée par département , ville, ensemble cohérent.

http://www.aibl.fr/fr/public/catalogue/gaule.html

J'y ai collaboré dans le cadre de Services Archéologiques Régionaux.
Mais , il faut le dire, la lecture est aride , et même le passionné y perd son latin ou son allemand, bonjour les lieux dits du cadastre napoléonien.
Sans compter les références à des ouvrages indisponibles.
Au fait, ces pavés sont en vente libre, pas besoin d'ordonnance,
mes habitudes, le net ou une librairie en bord de Seine, parfois au Louvre, entre deux escapades.

Céladon.

    La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 9:49