Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Howard Crowhurst : principes de l’architecture mégalithique

Partagez
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Howard Crowhurst : principes de l’architecture mégalithique

Message par Robot U&P le Jeu 11 Mar - 15:44

(Source : Baglis.tv)

Dans sa conférence Les mégalithes à travers Google Earth, Howard Crowhurst explique successivement les points suivants :

1. Le tricarré et le 3-4-5 dans les alignements de Carnac
2. Le carré qui relie les alignements de Carnac à Erdeven
3. Le Caire au carré



Plan des alignements de Carnac

"Howard Crowhurst établit ainsi les angles et les mesures permettant de mettre au jour les figures géométriques apparentes entre les sites mégalithiques bretons, comme Carnac et Erdeven, et par là la structure d’une architecture monumentale mondiale.
Quels sont les liens des sites mégalithiques entre eux ?
Quelles relations entretiennent-ils avec les autres sites historiques comme les pyramides d’Egypte ?
D’où vient la mesure du mètre ? Et existe-t-il une mesure à l’échelle de la planète ? Autant de questions auxquelles tente de répondre l’auteur qui n’a de cesse de chercher la clé de l’édifice mégalithique.
"


Carnac

Les alignements de Carnac, au Ménec, jusqu’à Kerlescan, en passant par Kermario, s’étendent sur une distance de 4 kilomètres.

Ces séries ont toujours été vues comme indépendantes - mais c’est une erreur, les trois font parties d’un même système.

Howard Crowhurst trace une ligne depuis le Ménec jusqu’à un dolmen de Kerlescan.

Les rangées de menhir des alignements de Kermario sont totalement dans l’axe de ceux du Ménech.


Tracé du Ménec jusqu’à Kermario

L’angle que nous donne le premier fil tracé du Menech à Kermario est de 71,56 degrés. Il s’agit de l’angle depuis le nord.

L’angle par rapport à l’est-ouest est de (71,56-90) = 18.44.

C’est exactement l’angle d’un tricarré.

Ces alignements dans leur ensemble sont inscrits dans ce principe.

Mais qu’est cet angle du fil - à Kermario - qui s’en va dans une autre direction ?


Zoom sur l’arrivée du tracé à Kermario et une direction différente prise par une rangée de menhirs

Si nous continuons le tracé du "fil" nous arrivons ici :



Au bout des alignements nous constatons que les pierres suivent toujours la direction du début à Kermario - l’orientation est très précise puisque cela arrive sur une pierre...



Nous avons ici un angle de 53,13 degrés. Cela fait 36,87 par rapport à est-ouest.

C’est exactement l’angle d’un triangle 3-4-5.

Si l’on divise par deux 36,87, nous retrouvons l’angle de 18,435 qui est la première partie des alignements.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Nous avons une ligne qui vient du Ménec sur la première partie jusqu’à Kermario avec un angle de 18,44 degrés, et arrivé là, boum ! on fait dévier exactement le même angle au fil suivant.

Et l’on retrouve notre triangle 3-4-5. Donc forcément le solstice d’été ici. Le soleil se lève le long de cet axe.

On constate une fantastique organisation géométrique qui est faite au centième de degré par rapport aux axes cardinaux.

Mais ce n’est pas fini. On constate une géométrie sur des distances très importantes...

Ne me demandez pas comment ils ont fait... Là la corde c’est plutôt difficile ! Vous avez un gars à l’autre bout, un gars à l’autre... la corde à douze nœuds, c’est plutôt compliqué ! (rires)

Comment le début des alignements du Ménec est positionné par rapport aux gigantesques alignements d’Erdeven ?


Alignement de Kerzerho à Erdeven

Si vous regardez bien, il y a un cromlech, un "œuf", qui traverse le village du Ménec. Ce sont des pierres jointives - des pierres qui se touchent côte à côte. Le plus à l’ouest, il y a trois pierres bien alignées.


Les trois pierres bien alignées à l’ouest

Donc on va faire débuter le tracé à partir de là, et le continuer vers le nord (sur une grande distance)... et l’on va arriver jusqu’aux deux dolmens de Keric-la-Lande.

Ils se trouvent sur un champ...


Arrivée du tracé au centre du dolmen

Du Ménec jusqu’à Keric-la-Lande il y a : 4751,69 mètres.

On repart de ce point en allant vers l’Ouest. On arrive aux alignements assez détruits d’Erdeven.


Arrivée du tracé à Erdeven

Vous remarquez que la route passe carrément à travers... [Les monuments mégalithiques en général ont subi beaucoup de dommages]

Le début réel est juste derrière la jardin de ces gens-là... Vous voyez que le fil passe exactement au milieu de ces pierres.



Vous remarquez aussi que c’est exactement la même distance : 4751,93 - bon il y a 20 centimètres d’écart. Vous voyez l’immensité de cette forme là.

Ce carré rejoint le début des deux plus beaux systèmes d’alignements dans le Morbihan.


Forme décrite

Ça n’a pas l’air nord-sud, est ouest, mais on peut le vérifier avec Google earth : ces points sont précisément nord-sud et est-ouest.

4751 : attardons nous sur cette mesure. 4751,69 multiplié par la racine carrée de 2 pour connaitre la diagonale : 6719,90 arrondi à 6720.

6720 divisé par 4 : nous retrouvons la fameuse mesure de 1680 (3360 si je le double), qui scande les distances sur les différents sites mégalithiques. Cette mesure est déjà intéressante numériquement : c’est le nombre d’heures en une semaine (sauf que c’est en mètres... c’est embêtant).

Nous avons un carré exact avec des dimensions assez particulières...

Quittons Carnac provisoirement... nous arrivons en Égypte...

Autour du Caire il y a des restes de l’ancienne cité égyptienne qui s’appelle Héliopolis... le temple du soleil.


Héliopolis

Un peu à l’ouest nous avons l’obélisque... L’obélisque d’Héliopolis. Je me positionne au pied d’Héliopolis, et nous faisons un tracé jusqu’à la pyramide de Khéops : 45 degrés exactement.


Arrivée du tracé depuis l’obélisque d’Héliopolis à la pyramide de Khéops

J’ai exactement un angle de 45 degrés qui suit exactement la diagonale de la pyramide... n’est-ce pas joli ? On vient bien que ce n’est pas un hasard, on n’a pas mis l’obélisque sur la diagonale de la pyramide de Khéops par hasard.

Et la distance entre l’obélisque et la pyramide est de 23730 mètres. Vous avez retenu des trucs ?

Faisons cela autrement : revenons à notre obélisque, et faisons l’est-ouest par rapport à notre obélisque.

Nous arrivons à une zone de champs, avec une zone de construction...


Arrivée du tracé depuis l’obélisque jusqu’à une zone de champs

Je vais me positionner exactement sur l’ouest à 16800 mètres, là où je suis arrivé au Caire.

Depuis le Caire, prenons l’axe nord-sud :


Arrivée du tracé depuis le Caire

On retrouve exactement la même mesure en Egypte qu’à Carnac en Bretagne... n’est-ce pas impressionnant ?

Les 45 degrés c’est le carré : en terme de forme, astronomiquement, je vois pas à quoi - en dehors des étoiles - cela peut correspondre au Caire.

Mais la géométrie et les mesures sont là : vous voyez que c’est extrêmement précis.

Mais remarquez que dans le nord-sud ce n’est pas exactement précis : la distance n’est pas de 16800, mais de 16740. Alors qu’on avait 45 degrés, et exactement 16800.

Pourquoi cet écart ? Simplement parce que la Terre est ronde. Vous avez une légère différence parce que c’est courbe.

Les égyptiens ont a priori décidé de garder la mesure exacte : 16800 mètres sur l’est-ouest, et modifier la hauteur légèrement.

Mais si je pars du coin de la pyramide et que je reviens à l’obélisque, je constate qu’il est dans un cercle, et si je dépasse le gnomon et que je vais jusqu’à la limite ici :



Cela va me donner une mesure : si je prends ma calculatrice, et que je prends cette mesure là : 23751,9 et que je le multiplie par 2 : 4750,3. Vous vous rappelez des 4751 qui faisait le côté de notre carré à Erdeven ?

La taille de ce cercle inclut l’erreur causée par la rotondité de la Terre : on compense l’erreur dans la forme du monument, par un cercle.

Pour ne pas finir en Égypte... et revenir en Bretagne... mais que je laisse un fil depuis le sommet de la grande pyramide... et que nous partons en Irlande avec ce tracé...


De la pyramide à l’Irlande...

Vous connaissez les monuments en Irlande ? New Grange est le monument mégalithique le plus connu. C’est un cairn fantastique : il a un "roof box", c’est une ouverture. Le soleil en hiver entre par cette porte là. Quand on monte, dans la chambre les hommes rencontrent le soleil.


New Grange

La distance est de 4002,94 km. Le degré est de : 36,00 : exactement le dixième de 360 degrés.

Ces deux monuments sont positionnés sur la surface de la Terre à exactement 1/10ème de la circonférence.

Si je fais tomber le tracé juste à côté de New Grange et pas au centre j’obtiens 36,01, 35,99... vous voyez, c’est vraiment précis.

Le milieu du monument est précisément le dixième.

Aujourd’hui avec un GPS on est capable de faire ça.

Il y a des gens qui s’y intéressent... et on se penche sérieusement sur la question.


New Grange

Mais ce qui est certain c’est qu’il y a une science qui existait... cette science est liée à la forme, ces formes sont restées, et... voilà : c’est à nous maintenant de comprendre ce que ces gens étaient en train de nous dire.

Vous connaissez les travaux de Robert Schoch, le géologue américain, sur la détérioration du Sphinx ? Pour lui il y a une érosion horizontale du Sphinx faite par le vent et le sable, mais aussi une érosion verticale faite par la pluie. Avec cette érosion là, il a calculé que le sphinx devait être au plus tôt construit avant 7500 ans avant Jésus-Christ.

La datation est quelque chose de très difficile... mais avec ce qu’on a là, on voit qu’il y a une continuité de la pensée entre ceux qui ont fait les pyramides et ceux qui ont fait les mégalithes.

Dans mon livre je montre une gravure sumérienne de Babylonie qui date du 3ème millénaire, sur laquelle on trouve un cercle avec le 3-4-5...

J’ai donné les mesures ici en mètres : selon ce qu’on nous a appris, le mètre a été introduit, calculé, à la Révolution française.

Qu’est-ce que le mètre ? Définition du mètre initial : division du quart d’un méridien terrestre par dix million.

Aujourd’hui c’est pas défini comme ça : c’est l’espace parcouru par la lumière en je-ne-sais-combien de temps - un truc que personne ne peut vérifier.

Pourquoi a-t-on changé la définition ? Parce qu’à l’époque de Napoléon on s’est un peu trompé... Au lieu de 40,000 km, on a 40,005 km.

C’est pour cela qu’ici nos 36 degrés donnent 40,002,95... là c’est plus précis, car on a exactement le dixième.

Donc il est possible que cette mesure du mètre était connue et utilisée... et il faut penser que Napoléon a annoncé le mètre 15 jours après son retour en Égypte... surprenante synchronicité. Il y avait du monde là bas : Gustave Monge qui a créé l’école polytechnique qui a été déterré par François Miterrand et remis dans le Panthéon, etc

Je n’ai pas parlé d’un autre site : Nabta Playa, à 100 km à l’ouest d’Abou Simbel. C’est un cromlech - un ensemble de pierres dressées retrouvées dans le désert, datées à 4800 ans avant J.C. : contemporain à Carnac en Bretagne. Découvert par des scientifiques qui faisaient une pause-pipi lorsqu’ils traversaient le désert...


Le cercle-calendrier de Nabta Playa

Ce site est très peu connu en France, en anglais vous trouverez une centaine de références en anglais sur internet... En ce moment il doit y avoir une vingtaine d’équipes d’archéologues américains qui fouillent à Nabta Playa... on a retrouvé beaucoup de menhirs, des centaines...

[Sur ce lien, nous lisons : Les pierres furent érigées et intégrées dans la playa. À l’aide de la technologie GPS, des études récentes par Wendorf et l’Université du Colorado (...) ont permis de déterminer la localisation exacte de ces alignements de pierres. Ces études confirment que l’un des alignements de mégalithes forme une ligne est-ouest et un autre alignement forme une ligne nord-sud. ]

L’aspect énergétique à Carnac... il faudrait être barjot pour ne pas voir ce qu’il s’y passe... j’ai beaucoup d’éléments pour montrer comment ces alignements suivent aussi des failles dans le sol...

C’est très important de continuer ce type de recherches...

Pourquoi tracer autant de fils comme ça ? C’est clair que ce monument a été fait pour durer... ce n’était pas provisoire... la taille et la quantité énorme de pierres déplacée montre une intention très importante...

Maintenant, on a évoqué différentes pistes, cette géométrie vient se placer sur la Terre, la Terre a ses énergies... le long de ces lignes il y a des failles, on le sait. Il y a une organisation qui inclut ces énergies dans cette organisation... On compare souvent les menhirs à des aiguilles d’acuponcture, mais il y aussi la masse de la pierre qui va reposer à un certain endroit.

J’ai parlé de la pensée par formes au départ... C’est une pensée qui permet justement d’exprimer la même chose. Il y a une même chose d’exprimée à travers la forme... c’est ça qui est intéressant à creuser.

Questions Lorsqu’on remplit la nature avec des formes diverses et variées.. qu’est-on en train de faire ?
Quand on vit sans orientation...

C’est intéressant de noter qu’autrefois on parlait des sept arts libéraux... on avait le quadrivium et le trivium...
Le trivium est consacré aux mots : la dialectique, la rhétorique et la grammaire.
Il y avait quatre autres sciences : l’astronomie, la géométrie, les nombres ou la mathématique, et la musique, qui clairement se consacrent à la forme.

Donc, la relation à l’esprit se fait à travers le quadrivium, et le trivium permet de l’exprimer dans les mots.

Alors on n’a pas la partie trivium de cette époque là, mais il faut qu’on utilise l’harmonie astro-géométrique-mathématique pour essayer de comprendre ce qu’il se passe.

C’est pour ça que les nombres, l’utilisation du mètre etc, c’est assez clair pour moi que le mètre était connu... puisque les nombres qui apparaissent... 168, 333/5,... la mesure à Locmariaquer utilisait 4,2...

J’ai pas mal travaillé sur la mesure, et je ne suis pas seul, il y a des anglais qui ont travaillé sur ce qu’on appelle la métrologie, il semblerait clairement que toutes les mesures antiques : que ce soit les égyptiennes, sumériennes, perses, voir mexicaines ou autres, sont issues d’un système de mesure initial et que toutes ces mesures sont en relation par des fractions simples.

Les relations 20/85... etc, mais des relations de fractions simples.

Il y a une discipline qui s’appelle l’astrocosmologie... si vous allez sur internet, en anglais, vous verrez le travail d’un certain nombre de personnes qui étudient cette notion de relations entre les sites...

Beaucoup de gens en Bretagne pensent qu’on utilisait la lévitation pour transporter les pierres dans l’air...

Il y a beaucoup d’hypothèses possibles, maintenant... celle des ronds n’a aucune espèce de preuve. Il faut savoir qu’il n’y avait pas d’arbres, c’était le climat de Madrid à Carnac à l’époque de leur construction, les arbres se trouvaient au plus près à 20 ou 30 kilomètres... déjà pour chercher les arbres, c’était un travail monumental.

La thèse de tirer sur les rondins ne reçoit aucune espèce de preuve : c’est une hypothèse qui ne tient pas debout.

Autre raison pour laquelle ça ne tient pas debout : on a estimé que la population de Carnac à l’époque de la construction de ces monuments était de 0,8 personnes par km carré, par les restes qui ont été trouvé.

On a estimé que juste pour monter le grand menhir - si ça venait pas l’eau, ce qui n’est pas prouvé - si le menhir venait par l’eau, il aurait fallu 3000 hommes pendant 3 mois... avec les enfants, les femmes, etc. Avec des rondins, etc.

On parle de la population entière sur 10,000 km² entièrement consacrée au transport d’UNE pierre...

Qui payait ? Qui finançait ? Qui nourrissait tous ces gens là ?

Je suis un peu iconoclaste... il y a beaucoup de choses dites sur ces constructions et ces monuments qui ne sont pas basés sur les faits. Moi si vous voulez, je voudrais casser ces éléments là parce qu’on part sur des fausses pistes... Si on me donne des faits, si on me montre des rondins, des cordes, etc... si on peut le démontrer...


Dolmen de Crucuno

Mais par exemple beaucoup de ces pierres ne sont même pas plates... il y a des pierres arrondies... la dalle de couverture du dolmen de Crucuno qui fait 40 tonnes... elle est complètement bombée... donc elle ne pouvait pas être tirée sur des rondins... sauf s’ils retournaient le truc avant de le mettre sur... enfin... il y a beaucoup d’éléments pour défaire cette thèse là et rien pour la soutenir également.


Howard Crowhurst
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Howard Crowhurst : principes de l’architecture mégalithique

Message par Macha le Jeu 11 Mar - 16:17

Très très très intéressant.

Je vais mieux étudier ce qu'expose Howard Crowhurst. Me plaît bien cet article. Me rappelle aussi pleins de souvenirs Very Happy

En plus il vit à Plouharnel ! donc il connait bien la région. Si de plus il ajoute les cercles gallois c'est pas intéressant. Je sais qu'il a écrit des bouquins là-dessus.
avatar
DanielJackson
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 152

Re: Howard Crowhurst : principes de l’architecture mégalithique

Message par DanielJackson le Jeu 11 Mar - 17:44

Bonjour,

Ouep...

Les gars, ils font dire ce qu'ils veulent aux chiffres. C'est comme la cartomancie et tous les autres arts divinatoires, ce n'est pas de la science mais cela a sa logique propre, interne.
Sauf que là, c'est encore pire. C'est quoi le fin mot de tous ses "calculs" ?
Des théories comme la sienne, y en a des milliers et pas deux qui s'accordent. Y a des tas de gars qui jouent avec les chiffres pour montrer la complexité des mégalithes, des pyramides, etc.
Tout ça pour montrer qu'ils connaissaient pi ou je ne sais quoi. Et après ?

Que les hommes du passé aient des connaissances empiriques plus approfondies que ce qu'on leur accorde aujourd'hui, ok.
Mais le démontrer comme ça, là non.

Cordialement


___________________


CROIRE N'EST PAS SAVOIR
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: Howard Crowhurst : principes de l’architecture mégalithique

Message par Macha le Jeu 11 Mar - 18:29

@DanielJackson a écrit:Bonjour,

Ouep...

Les gars, ils font dire ce qu'ils veulent aux chiffres. C'est comme la cartomancie et tous les autres arts divinatoires, ce n'est pas de la science mais cela a sa logique propre, interne.
Sauf que là, c'est encore pire. C'est quoi le fin mot de tous ses "calculs" ?
Des théories comme la sienne, y en a des milliers et pas deux qui s'accordent. Y a des tas de gars qui jouent avec les chiffres pour montrer la complexité des mégalithes, des pyramides, etc.
Tout ça pour montrer qu'ils connaissaient pi ou je ne sais quoi. Et après ?

Que les hommes du passé aient des connaissances empiriques plus approfondies que ce qu'on leur accorde aujourd'hui, ok.
Mais le démontrer comme ça, là non.

Cordialement

Je suis d'accord mais ça mérite tout de même de lire l'article et d'étudier ce qu'il propose. Ce n'est pas inintéressant. Des tas d'hypothèses toutes plus ou moins loufoques ont été avancées et ça depuis de nombreuses années. Mais il ne faut pas non plus oublier malgré tout que le ciel n'était pas inconnu de nos ancêtres. Nous n'avons rien inventé, nous n'avons fait que redécouvrir et perfectionner un outil qui leur servait à comptabiliser les lunes et le les soleils pour marquer les saisons, nécessaires pour les récoltes, la chasse etc...

Il est néanmoins prouvé que la majorité des alignements suivait une orientation précise qui correspondait effectivement aux solstices et aux équinoxes. Leur utilisation par contre est encore un "mystère". Ce que les mythes et les légendes nous racontent sont des fragments de cette "mémoire" de rituels et de coutumes anciennes, probablement liées à des populations nomades.
avatar
DanielJackson
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 152

Re: Howard Crowhurst : principes de l’architecture mégalithique

Message par DanielJackson le Jeu 11 Mar - 18:57

Bonjour,

Je suis d'accord mais ça mérite tout de même de lire l'article et
d'étudier ce qu'il propose. Ce n'est pas inintéressant. Des tas
d'hypothèses toutes plus ou moins loufoques ont été avancées et ça
depuis de nombreuses années. Mais il ne faut pas non plus oublier
malgré tout que le ciel n'était pas inconnu de nos ancêtres. Nous
n'avons rien inventé, nous n'avons fait que redécouvrir et
perfectionner un outil qui leur servait à comptabiliser les lunes et le
les soleils pour marquer les saisons, nécessaires pour les récoltes, la
chasse etc...

Il est néanmoins prouvé que la majorité des
alignements suivait une orientation précise qui correspondait
effectivement aux solstices et aux équinoxes. Leur utilisation par
contre est encore un "mystère". Ce que les mythes et les légendes nous
racontent sont des fragments de cette "mémoire" de rituels et de
coutumes anciennes, probablement liées à des populations nomades.

Alors on est d'accord, les astres jouaient une place importante et les constructions mégalithiques et/ou autres, en sont imprégnées.
Il y avait une science, c'est-elle vraiment perdue ? Perso, j'en doute. Mais ce qui parait évident, c'est qu'il s'agit d'un savoir qui a porté bien des noms (magie, religion, loges,...) pour finir aujourd'hui sous le nom de sciences. Et ce qui est primordial, c'est que l'on a réussi en instituant les sciences à débarrasser ce savoir des scories magico-religieuse..., faisant faire à ce savoir un bon en avant.
Sans cela, on serait encore dans un espèce de mysticisme poisseux. Alors, certes, ce n'est pas parfait. Mais comme toute chose, cet état de fait ne s'arrêtera pas là. Les sciences vont évoluer, continuer d'engranger des connaissances nouvelles.

Mais ce qui est sûr, c'est que des conceptions mathématiques comme celles-ci, ou on constate des ressemblances sorties de nul part et surtout qui vont nul part, car après toutes ses démonstrations, l'auteur est sûr de son savoir. Mais quel savoir, il n'en sait rien...

Cordialement


___________________


CROIRE N'EST PAS SAVOIR

Contenu sponsorisé

Re: Howard Crowhurst : principes de l’architecture mégalithique

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov - 19:32