Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Partagez
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par Macha le Mar 23 Fév - 11:24

D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur
Des technologies issues des jeux vidéo permettent aux chercheurs de recréer en détail les environnements du passé.


Modélisations de sites archéologiques réalisés par Donald H. Sanders, pionnier
de l’utilisation des graphismes en 3D sur ordinateur chez "Learning Sites"


A la fin des années 1990, l’archéologue Sam Paley, de l’université de l’Etat de New York à Buffalo, étudiait la salle du trône du palais de Nimrud, antique capitale de l’Assyrie, aujourd’hui située en Irak. Le site datait du ixe siècle avant notre ère. A l’époque, la salle était ornée de peintures et de bas-reliefs qui avaient pour but d’impressionner les visiteurs, mais il ne restait de ces œuvres que des fragments éparpillés dans une soixantaine de musées de par le monde. Puis, durant une conférence, Paley assista à une présentation de Donald Sanders, l’un des pionniers de l’utilisation en archéologie des graphismes en 3D sur ordinateur.

Les deux hommes passèrent des années à se procurer des photographies des divers musées et à reconstituer une maquette virtuelle en trois dimensions. Enfin, ils furent en mesure de tester certaines de leurs hypothèses sur l’agencement de la salle du trône.

Remonter le temps à l’aide de simulations informatiques

La salle du trône du palais de Nimrud est un exemple typique de l’essor de l’archéologie virtuelle : les archéologues ont recours à l’informatique pour recréer des environnements du passé, qu’il s’agisse d’objets, d’édifices, de paysages peuplés de personnages humains ou même d’antiques champs de bataille.

La discipline se développe et, dans de nombreux pays, il est désormais courant qu’une équipe archéologique comprenne un spécialiste du virtuel. Cela tient entre autres au fait que le coût des équipements, comme les scanners 3D, ne cesse de diminuer. Le secteur profite également de l’évolution de l’industrie du divertissement : la technologie est la même que celle utilisée pour les jeux vidéo et les effets spéciaux au cinéma.

Les spécialistes du virtuel peuvent désormais s’attaquer à quelques-unes des énigmes les plus épineuses de l’archéologie. Ainsi, on cherche depuis longtemps à comprendre pourquoi les Anasazis, un peuple antique amér­indien, ont abandonné la région des Four Corners [les “quatre coins”, ainsi appelés parce que les frontières de quatre Etats – l’Arizona, l’Utah, le Nouveau-Mexique et le Colorado – s’y touchent], dans le sud-ouest des Etats-Unis, il y a environ sept siècles. Depuis des décennies, les archéologues et les historiens ont envisagé diverses hypothèses, dont des guerres et des changements climatiques. Les scientifiques du programme de recherche Village Ecodynamics Project (VEP), sous la férule de Tim Kohler, de l’université de l’Etat de Washington, et de Ziad Kobti, de l’université de Windsor, au Canada, ont abordé la question sous un angle différent. Ils ont recréé virtuellement le monde de l’époque, des paysages au climat en passant par le comportement humain. Ils comptaient répondre à plusieurs questions, dont celle du cycle démographique des Anasazis, qui alterna phases de croissance et de déclin entre 920 et 1280, époque à laquelle ils finirent par quitter la région. En se fondant sur des données archéologiques telles que l’évolution du nombre de foyers, sur des données ethnographiques comportementales, comme le partage de la nourriture, ainsi que sur les cernes de croissance des arbres et sur des prélèvements du sol pour la climatologie, les scientifiques ont méticuleusement reconstitué une partie de l’environnement des Anasazis – une région de 1 827 km2 dans le sud-ouest du Colorado. Une fois ce paysage recréé, ils y ont placé 200 foyers et les ont laissés réagir à divers scénarios : ils pouvaient choisir quelle quantité de maïs cultiver, combien d’animaux chasser, etc.

Les simulations de ce genre “nous donnent l’occasion d’observer l’interaction entre les humains et leur environnement” d’une façon que ne permet pas l’archéologie classique, commente Mark Varien, archéologue membre du projet VEP. L’équipe est ainsi parvenue à une découverte importante : les Anasazis se seraient mis à pratiquer une chasse trop intensive des cervidés à partir de l’an 900 de notre ère. La simulation suggère également que c’est à peu près au même moment que cet ancien peuple aurait commencé à domestiquer des dindes – ce que confirme l’archéologie –, peut-être parce que les cervidés se faisaient justement plus rares. Enfin, le projet a abouti à une autre conclusion : la région aurait connu une déforestation extensive, ce qui n’apparaissait pas clairement dans les fouilles archéologiques. “Sans la simulation, nous n’aurions pas pu calculer l’impact d’une population qui ramassait du bois tous les jours”, précise Kohler. Cette dégradation de l’environnement ainsi que de nombreux conflits au sein de la population peuvent expliquer l’exode des Anasazis.

Non seulement les archéologues du virtuel sont en mesure de recréer d’anciens édifices et des cultures ­disparues, mais ils peuvent aussi remonter le temps pour vérifier leurs hypothèses. Les Incas, qui bâtirent un vaste empire aux xve et xvie siècles dans l’ouest de l’Amérique du Sud, érigeaient de grandes colonnes de pierre, comme les deux que l’on trouve dans l’île du Soleil, située sur le lac Titicaca, en Bolivie. Beaucoup d’archéologues pensent qu’elles avaient pour rôle d’indiquer la position du soleil sur l’horizon pendant les solstices. Cependant, d’autres spécialistes estiment que ces tours servaient plutôt de sépultures. L’hypothèse des solstices ne peut être testée dans la pratique qu’au coucher du soleil un jour de solstice, et les vestiges des tours sont très abîmés, ce qui rend toute vérification difficile. Bernard Frischer et son collègue Chris Johanson, de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), ont donc développé un modèle en trois dimensions de la topographie de l’île du Soleil. Puis, en s’appuyant sur des données astronomiques, ils ont reconstitué la position du soleil à son coucher tel qu’elle avait dû être en l’an 1500 aux alentours du solstice d’hiver. Leur modèle a confirmé l’hypothèse des solstices. “Une fois que nous avons établi notre modèle, nous pouvons expérimenter de nombreuses façons, dit-il. Nous pouvons littéralement nous amuser à voyager dans le temps.”

(source : http://www.courrierinternational.com/article/2010/02/11/d-anciennes-civilisations-ressucitees-par-ordinateur )
avatar
TrustNo1
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 3167

Re: D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par TrustNo1 le Mar 23 Fév - 13:40

Bonjour
Sujet très interessant merci ; j'ai lu que les Anasazis avaient disparus ans laisser de trace ; même les archéologues qui auraient fait des fouilles sur les anciens sites (four corners) n'auraient rien trouvé.
j'ai trouver sa aussi qui est en rapport avec les conditions climatiques de cett époque:
À partir de 1300, les Anasazis se réfugièrent dans la vallée du Río Grande et au centre de l'Arizona[3]. On finit par perdre leur trace avant l'arrivée des Européens. Les causes de cet exode restent mystérieuses : un changement climatique a-t-il touché les récoltes ? L'environnement s'est-il soudainement dégradé (déforestation, manque de terres cultivables) ? La pression démographique est-elle devenue trop forte (surpopulation) ? Des problèmes d'ordre politique sont-ils apparus ? Des guerres ont-elles ruiné la région ? En l'absence de documents écrits et en l'état des connaissances actuelles, il est difficile de répondre à ces questions.
La dendrochronologie montre qu'il y eut une sécheresse à la fin du XIIIe siècle, mais il y en eut d'autres avant cette époque[4]. Les études ont mis en évidence une période très humide dans la région entre 1300 et 1340[6]. À Kayenta, la population s'exile seulement 15 ans après le début de la Grande Sécheresse[6]. Les archéologues ont démontré que, malgré la sécheresse, plusieurs cours d'eau ont continué à couler et que certaines communautés auraient pu rester si elles l'avaient voulu[4]. D'autres spécialistes ont montré que le climat a pu se refroidir[6],[3]. Sur le site de Sand Canyon Pueblo, dans le Colorado, les habitants ont connu une phase de retour à la chasse et à la cueillette, du fait des mauvaises récoltes ; ils ont également fortifié leur village et furent attaqués[6].
À partir de 1300, les Anasazis se réfugièrent dans la vallée du Río Grande et au centre de l'Arizona[3]. On finit par perdre leur trace avant l'arrivée des Européens. Les causes de cet exode restent mystérieuses : un changement climatique a-t-il touché les récoltes ? L'environnement s'est-il soudainement dégradé (déforestation, manque de terres cultivables) ? La pression démographique est-elle devenue trop forte (surpopulation) ? Des problèmes d'ordre politique sont-ils apparus ? Des guerres ont-elles ruiné la région ? En l'absence de documents écrits et en l'état des connaissances actuelles, il est difficile de répondre à ces questions.
La dendrochronologie montre qu'il y eut une sécheresse à la fin du XIIIe siècle, mais il y en eut d'autres avant cette époque[4]. Les études ont mis en évidence une période très humide dans la région entre 1300 et 1340[6]. À Kayenta, la population s'exile seulement 15 ans après le début de la Grande Sécheresse[6]. Les archéologues ont démontré que, malgré la sécheresse, plusieurs cours d'eau ont continué à couler et que certaines communautés auraient pu rester si elles l'avaient voulu[4]. D'autres spécialistes ont montré que le climat a pu se refroidir[6],[3]. Sur le site de Sand Canyon Pueblo, dans le Colorado, les habitants ont connu une phase de retour à la chasse et à la cueillette, du fait des mauvaises récoltes ; ils ont également fortifié leur village et furent attaqués[6].

Aria
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 616

Re: D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par Aria le Ven 5 Mar - 19:33

ces simulations permettent de constater combien les humains avaient déjà beaucoups d'imagination et de sens artistique, ces batisses sont magnifiques
avatar
TERRA
Membre - Niveau 2
Membre - Niveau 2

Nombre de messages : 131

Re: D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par TERRA le Ven 5 Mar - 22:15

Chez les "compagnons bâtisseur" (et pour certains franc maçon je suppose) ,il est des secrets qui permettent d'ouvrir son esprit à retrouver le mode de penser géométrique de l'art du trait (trait de construction des pyramides et cathédrales...) ,cette pensée leur permet de retrouver par gestuelle et ou reflexion géométrique des savoir perdu de plusieurs siècles. Mais je puis assuré que rares sont les personnes à posséder un tel savoir complet.

Mon chemin à croisé un de ces "compagnons" qui lors de son acceptation est rentré un soir ,les genoux ensanglantés : Suite à de nombreuses autres expériences de vie ,j'ai une méfiance instantanée envers les sectes ,ordres,f-m,groupe qui pensent être au dessus de tout et de tout le monde...nous avons déjà beaucoup en nous tachons de le voir et l'accepter...


cordialement
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30956

Re: D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par Schattenjäger le Sam 6 Mar - 2:57

Chez les "compagnons bâtisseur" (et pour certains franc maçon je suppose) ,il est des secrets qui permettent d'ouvrir son esprit à retrouver le mode de penser géométrique de l'art du trait (trait de construction des pyramides et cathédrales...) ,cette pensée leur permet de retrouver par gestuelle et ou reflexion géométrique des savoir perdu de plusieurs siècles. Mais je puis assuré que rares sont les personnes à posséder un tel savoir complet.
Tu parle sans doute de l'adaptation de PHI dans l'art ?

Mon chemin à croisé un de ces "compagnons" qui lors de son acceptation est rentré un soir ,les genoux ensanglantés : Suite à de nombreuses autres expériences de vie ,j'ai une méfiance instantanée envers les sectes ,ordres,f-m,groupe qui pensent être au dessus de tout et de tout le monde...nous avons déjà beaucoup en nous tachons de le voir et l'accepter...
Je ne suis pas sur d'avoir compris Smile
avatar
TERRA
Membre - Niveau 2
Membre - Niveau 2

Nombre de messages : 131

Re: D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par TERRA le Sam 6 Mar - 9:59

Le dessin à sa terminologie propre que je ne connais pas assez bien ,n'ayant pas pris le temps de l' étudié (nombre d'or ,adaptation de phi..etc..)
peux tu développer ta question s'il te plais? car s'il s'agit du nombre d'or (communément: 1,61803399)dont tu parles,il s'agit effectivement d'une des nombreuses bases de cette connaissance .
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30956

Re: D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par Schattenjäger le Sam 6 Mar - 14:50

Oui en effet, il s'agit du nombre d'or, évoluant chez les artistes dans l'appellation PHI. Smile
avatar
Occy Brasil
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 67

Re: D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par Occy Brasil le Lun 8 Mar - 3:16

uma boa pergunta sobre "As Américas" é porque vários povos simplesmente sumiram..
FR : une bonne question sur "Les Amériques" est : Pourquoi beaucoup de gens ont tout simplement disparu ..
avatar
Apollyôn
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 7232

Re: D’anciennes civilisations ressucitées par ordinateur

Message par Apollyôn le Jeu 13 Oct - 13:09

L'archéologie en réalité virtuelle
Du Circus Maximus de Rome aux usines Renault, la modélisation tridimensionnelle, en faisant renaître le passé, s’impose peu à peu dans le champ des sciences historiques

Les usines du constructeur automobile Renault situées à Boulogne-Billancourt, dans la région parisienne, ont été démolies il y a quelques années. Mais voici que des historiens les font revivre grâce à la réalité virtuelle. «Nous avons déjà restitué les ateliers», explique l’archéologue Robert Vergnieux. Celui-ci dirige Archéovision, le Centre national de ressources numériques 3D du patrimoine de l’Université de Bordeaux 3. «Nous avons les plans, des notes de service et des reportages photos, poursuit-il. Nous avons pris des bouts de photos que nous avons documentés en fonction du positionnement 3D dans l’ensemble des ateliers. Nous sommes descendus jusqu’au boulon. Tout est intégralement positionné. Nous avons pu reproduire un atelier complet comprenant dix postes de travail.»

Dans les domaines de l’archéologie et du patrimoine, la modélisation numérique en trois dimensions, ou modélisation 3D, attire de plus en plus l’attention. Le mercredi 5 octobre, Robert Vergnieux en a fait la démonstration dans les locaux du Laboratoire de muséologie et d’ingénierie de la culture, au pavillon Louis-Jacques-Casault. La conférence était organisée par l’Institut technologies de l’information et sociétés.

L’équipe d’Archéovision collabore actuellement à plus de 100 projets de modélisation 3D. Ces activités de recherche technologique vont de la préhistoire à l’ère industrielle. Les recherches portent, pour l’essentiel, sur la restitution 3D d’édifices ou de structures disparus ou en ruines. L’infrastructure technique comprend notamment un plateau de production 3D et des scanners laser d’acquisition volumique. On recourt, entre autres, à des techniques innovantes issues de la photogrammétrie.

Le travail consiste à élaborer des scènes 3D à partir de toutes les données disponibles et à les matérialiser sur des écrans où elles sont confrontées aux hypothèses généralement admises depuis longtemps, ainsi qu’aux sources anciennes. Les phases de validation subséquentes donnent lieu à des séminaires réunissant archéologues et experts. Des données 3D sont produites à chacune des étapes de validation.

«Des décisions sont prises qui transforment le modèle, souligne Robert Vergnieux. Un spécialiste dit: il y a un problème à tel endroit du modèle. Il explique que cet aspect est représenté dans telle mosaïque antique, ou dans telle gravure datant du Moyen Âge, ou bien mentionné dans tel texte ancien. On reprend le modèle et c’est modifié. Cela permet d’avancer.»

Selon lui, le modèle 3D n’est pas la finalité. «Il permet d’évacuer les fausses hypothèses, dit-il, et sert de support à une meilleure compréhension d’un site archéologique.» Cette application technologique donne aussi la possibilité d’avoir une meilleure compréhension de la documentation ancienne. «Dans la Rome antique, le Circus Maximus était destiné aux courses de chars, rappelle Robert Vergnieux. Dans la littérature on peut lire que l’endroit pouvait accueillir 250 000 personnes. À l’aide de nos modèles 3D, on peut affirmer que le site, du moins au 4e siècle, ne pouvait dépasser le niveau maximal de 95 000 spectateurs.»

L’équipe multidisciplinaire d’Archéovision a créé la représentation virtuelle de cet hippodrome dans le cadre d’un projet international, Rome Reborn. Cette collaboration s’est étalée sur huit années. Le Circus Maximus est en grande partie détruit. Des simulations acoustiques ont permis de se rendre compte que l’empereur pouvait communiquer avec le vainqueur d’une course, s’il le désirait. Ces simulations ont également permis de comprendre comment l’empereur était entendu par tous les spectateurs lorsqu’il s’adressait à eux. «Il avait une très bonne vue sur le départ des courses de chars, et surtout sur la sortie du virage, là où se produisaient les accidents», explique Robert Vergnieux.

source : http://www.aufil.ulaval.ca/articles/archeologie-realite-virtuelle-33070.html


___________________


À côté, rien ne demeure. Autour des ruines
De cette colossale épave, infinis et nus,
Les sables monotones et solitaires s’étendent au loin.



Le vainqueur gagne un pèlerinage sur la tombe de Felix Faure.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 22 Fév - 19:59