Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs

Robot U&P
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4584

Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs Empty Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs

Message par Robot U&P le Ven 12 Fév - 14:15

(Source : Rue89)

Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs Loppsi_espionnage_ordinateurs

C’est une mesure radicale, perdue dans le fourre-tout de la Loppsi : la loi sur la sécurité autorise la surveillance des ordinateurs. La police pourra s’introduire discrètement chez les suspects pour installer des mouchards. Pour le gouvernement, ce n’est qu’une modernisation des écoutes téléphoniques.

« Mouchards », « logiciels espions »… le gouvernement évite prudemment les mots qui font peur. Le texte de la Loppsi évoque pudiquement la « captation des données informatiques » :

« Un dispositif technique ayant pour objet, sans le consentement des intéressés, d’accéder, en tous lieux, à des données informatiques, de les enregistrer, les conserver et les transmettre, telles qu’elles s’affichent sur un écran pour l’utilisateur d’un système de traitement automatisé de données ou telles qu’il les y introduit par saisie de caractères. »

Affaires de vol, drogue, proxénétisme ou immigration clandestine

En clair, la police sera autorisée à surveiller tout ce qui se passe sur l’ordinateur des suspects : tout ce qu’ils tapent sur leur clavier, des e-mails aux chats, tous les sites qu’ils consultent, tous les fichiers qu’ils téléchargent.

Voici exactement ce que prévoit l’article 23 de la Loppsi, qui autorise cette « captation des données informatiques » :

Qui est visé ? Pas seulement les terroristes présumés, mais toutes les personnes suspectées de crimes en « bande organisée », qu’il s’agisse de vols, de trafic de drogue, de proxénétisme ou encore d’aide à l’immigration clandestine.

Comment ça marchera ? Pour installer les mouchards, la police pourra discrètement s’introduire au domicile du suspect, dans sa voiture ou dans n’importe quel local, et à toute heure (sans les limites imposées aux perquisitions qui ne sont autorisées, hors affaires de terrorisme, qu’entre 6 heures et 21 heures).

La loi ne précise pas les outils informatiques utilisés (« cheval de Troie », surveillance en amont au niveau du fournisseur d’accès…). Combien de temps ça durera ? La surveillance durera quatre mois au maximum, mais pourra être renouvelée pour la même durée « à titre exceptionnel », si l’enquête l’exige.

Quelles sont les garanties prévues ? L’opération ne sera menée que par des officiers de police judiciaire, elle devra être autorisée par un juge d’instruction et dument motivée. Si elle est menée au domicile du suspect, une autorisation d’un juge des libertés et de la détention sera également nécessaire.

Les informations sur la vie privée qui ne concernent pas l’enquête ne pourront pas être conservées. Comme pour les écoutes téléphoniques, les avocats, les magistrats et les parlementaires sont protégés.

« La seule garantie, c’est le juge d’instruction… qu’on va supprimer »

Des garanties qui ne garantissent rien, s’insurge Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des droits de l’homme. L’autorisation du juge d’instruction ne suffit pas, et la criminalité en « bande organisée » est une notion trop floue, a-t-il expliqué à Rue89 :

« La seule garantie présentée par le gouvernement, c’est que ce sera sous le contrôle du juge d’instruction. On veut justement supprimer le juge d’instruction, donc c’est une garantie post mortem…

Il faut confier ça à une autorité judiciaire indépendante, et fixer des limites sur les types d’affaires concernées. Là, la police peut le faire pour n’importe quoi et pour n’importe qui. »

Pour le gouvernement, le texte ne fait qu’adapter à Internet le principe des écoutes téléphoniques. En somme, c’est une simple modernisation des techniques policières. Pour Jean-Pierre Dubois, cette surveillance des ordinateurs ouvre en fait la voie à « un contrôle social total » :

« On a déjà des caméras dehors, on aura des mouchards sur les ordinateurs, la prochaine étape ce sera une caméra dans la salle de bains. »
Robot U&P
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4584

Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs Empty Re: Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs

Message par Robot U&P le Ven 12 Fév - 14:17

Loppsi 2. Le filtrage des sites adopté, tollé sur la toile

(Source : ouest-france)

Les députés ont adopté, ce jeudi, le filtrage des sites pédopornographiques et le délit d’usurpation d’identité en ligne, qui étaient le volet consacré à la lutte contre la cybercriminalité du projet de loi sur la sécurité intérieure (Loppsi 2). Durant deux jours, droite et gauche se sont affrontés sur ce sujet, la gauche suspectant le gouvernement de vouloir contrôler internet.

Le principe du filtrage

Au travers d’enquêtes ou sur signalements d’internautes, les services de police possèdent une liste noire de sites. Cette liste est communiquée aux Fournisseurs d’accès qui sont censés empêcher l’accès à ces sites à leurs abonnés.

On parle de filtrage car il est possible de ne bloquer qu’une photo d’une page web. Problème, cette technique reste contournable par l’internaute en passant par des serveurs mandataires hébergés à l’étranger.

Pour Christophe Espern, du site la Quadrature du Net, qui a rédigé une étude très complète au sujet du filtrage, cette technique a une efficacité limitée : elle représente un risque de renforcement des techniques utilisées par les pédophiles. Selon les spécialistes, elle constitue surtout un risque d’élargissement de cette techique au réseau tout entier. Selon le site Bug Brother, les pédophiles n’ont donc rien à craindre, les internautes si ! C’est ce qui a suscité un si vif débat à l’Assemblée ce matin.

Contrôle d’internet

Martine Billard (Parti de gauche) a ainsi lancé au gouvernement : « comme pour Hadopi, ce débat a la même philosophie, vous avez le fantasme du contrôle d’internet ! On est en train d’introduire un délit de nature politique. On pourra poursuivre n’importe quel humoriste, n’importe quel militant politique qui s’attaquera à des propos tenus par un personnage politique en utilisant la photo ou la vidéo de la personne ».

« Nous ne voulons pas sanctionner la simple citation d’une personne sur un blog par exemple, mais bien le fait de se faire passer pour autrui en faisant usage de son nom ou de données qui le rendent identifiable », a répliqué Eric Ciotti, le rapporteur UMP du texte.

Refus de rendre ce dispositif expérimental

Par ailleurs, durant l’examen de la Loppsi, selon la Quadrature du Net, le gouvernement s’est opposé à tous les amendements visant à minimiser les risques de dérives dans la mise en œuvre de la censure du Net. « Le refus de rendre ce dispositif expérimental et temporaire montre que l’exécutif se moque de sa prétendue efficacité pour lutter contre la pédopornographie ainsi que de ses conséquences néfastes. Il s’agit donc bel et bien de permettre au gouvernement de contrôler Internet, la porte étant désormais ouverte à l’élargissement du dispositif. »
Robot U&P
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4584

Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs Empty Re: Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs

Message par Robot U&P le Jeu 18 Fév - 12:26

Protégez vous contre la LOPPSI avec le live cd Odebian

(Source : Le Post)

Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs Acta-bigbrother

Afin de se préparer à la nouvelle ère de dictature numérique qu’entend imposer le pouvoir en place, la ligue Odebi lance le projet Odebian. L’objectif est de fournir un système d’exploitation ’live’ cumulant les avantages de Linux (liberté, sécurité, fiabilité, communauté) et les valeurs défendues par la Ligue Odebi. Destiné à être transportable, simple d’utilisation et surtout à ne laisser aucune trace de son utilisation sur le disque dur, c’est clairement un outil de lutte contre les projets de surveillance généralisé des citoyens numériques.

Alors que nos dirigeants semblent vouloir étendre indéfiniment les principes du copyright, il nous à paru essentiel de baser le projet sur un modèle libre, c’est notre conception du partage, de l’internet tout simplement. Le principe du logiciel en open source permettra aux plus expérimentés de personnaliser le projet selon leurs souhaits. L’internaute lambda sera quand à lui protégé par l’utilisation du réseau TOR (1) pour tout accès au réseau. Le projet est basé sur le principe de la coopération, chacun est libre de venir y contribuer car c’est ainsi que fonctionne internet. C’est la multitude qui fait notre force.

Les élus du peuple outrepassent leur mandat en votant des lois sans même en lire le contenu. Ce faisant, ils oublient l’essence même de leur fonction à savoir le débat libre et démocratique. La conscience de nos députés est peut être à vendre mais la notre n’a de prix que celui de notre liberté. Fidèle à notre ligne de conduite, c’est par l’action que nous combattons toute volonté de faire du web une simple vitrine commerciale supplémentaire.

Odebian est une des réponses que nous apportons face aux dérives du pouvoir. Nous remarquons d’ailleurs l’étrange coïncidence qui fait du juge d’instruction le garant de l’emploi du futur mouchard informatique tout en prévoyant la suppression de cette fonction. C’est à terme le procureur de la république, donc le ministère de la justice qui aura la mainmise sur le processus.

On est loin de l’impartialité et les actes du gouvernement en place n’incitent guère à cette prétention. Qui nous dit que demain la liste des délits prévoyant l’utilisation du mouchard ne comprendra pas le téléchargement illégal ou la simple injure publique. Après tout le délit de solidarité envers un sans papier est déjà prévu dans la liste (2).

Demain, l’anonymat et le cryptage seront les seuls refuges de l’internaute face à la volonté de contrôler le dernier espace de liberté d’expression. Puisque la liberté leur fait peur, cultivons la.

Rejoignez nous pour préserver les droits fondamentaux face aux États qui semblent se complaire à les bafouer. Hadopi, LOPPSI 2, ce ne sont que les premiers pas vers le nouvel ordre numérique mondial, l’ACTA (3) est sur les rails sous l’impulsion des États-Unis.

Nous ne resterons pas les bras croisés face aux piétinement des valeurs fondatrices de notre république et invitons chaque internaute à diffuser massivement les solutions de cryptage et d’anonymat sur internet.

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire." A.Einstein

(1) http://www.torproject.org/index.html.fr

(2) http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do ?idArticle=LEGIARTI000...

(3) http://fr.readwriteweb.com/2010/01/20/a-la-une/traite-acta-censure-lopps... http://www.odebian.org

La ligue Odebi : http://www.odebi.org

L’armée numérique recrute : http://www.armee-numerique.com

Contenu sponsorisé

Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs Empty Re: Comment la Loppsi légalise l’espionnage des ordinateurs

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 23 Oct - 10:07