Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Rapport sur des blessures animales inhabituelles

Partagez
avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Rapport sur des blessures animales inhabituelles

Message par Mikerynos le Mer 24 Sep - 20:51

Rapport sur des blessures animales inhabituelles dans le comté de cache (Utah, USA) Par le NID (National Institute for Discovery Science 4975 S. Polaris Ave., Las Vegas NV 89118 July 2002)
Synthèse & Traduction Mikerynos

Au cours des six dernières années le NIDS a reçu plusieurs rapports anecdotiques d’aéronefs non identifiés ou d’hélicoptères en activités qui semblent être en corrélation dans le temps et géographiquement liées aux mutilations animales.


En Février 2001, le NIDS à été le premier a publié (le seul à ce jour) un rapport de corrélation entre la présence d'objets volants non identifiés, d’hélicoptères et de mutilations sous la forme de statistiques. Si la présence d'appareils non identifiés ou d’hélicoptères peuvent être liés à ce phénomène, celui-ci n'a toujours pas été résolu. En outre, en plus de l'accumulation de données empiriques sur ce sujet, le NIDS décrit dans ce rapport certaines des blessures inhabituelles commises sur un troupeau de bétail dans le comté de cache (Cache County), situé dans l'Utah dans les années 1998-2000. Deuxièmement, au moyen d'interviews de témoins de première main, un lien historique entre des hélicoptères non identifiés, des appareils volants ainsi que les mutilations des animales est établie. L'importance de ce lien est inconnue, mais la coïncidence ne peut pas être exclue.





Photo No 2 et 3. Trace Apparente de plaies punctiformes sur la mamelle.
Premier incident.
Le NIDS reçu plusieurs appels d'une personne vivant dans le comté de cache. Cette personne trouvant suspect les blessures infligées à son troupeau de vache laitière. Ces appels s’étendent sur une période de Février-Juillet 2001, ils ont lieu entre deux séries distinctes de blessures sur les animaux (voir photo No 1-3) qui seront exposées en détail dans l'interview ci-dessous.



Photo No 1. Trace de sang d'un hématome au-dessus de la veine jugulaire droite de l'animal
La photo montre la trace faites au moment de la tentative de pompage du sang de l’animal par la veine jugulaire. La méthode habituelle pour le prélèvement de sang dans des conditions expérimentales est tout simplement d'insérer une aiguille de grand gabarit dans la veine jugulaire de l'animal. Le sang est recueillit vers un tube à essai qui est placé sous l'aiguille. Habituellement, il n'est pas nécessaire d'utiliser un garrot pour extraire du sang d'un animal de cette taille. La trace et hématome visibles sur la photo indiquent que la veine jugulaire a été perforée probablement dans le même but. Le propriétaire de l'animal a insisté sur le fait que toute collecte de sang est non autorisée par lui. Lors d’un entretien avec ce dernier, celui-ci se réfère à cette technique comme « ciblant » l'animal. Au cours des années, il a rapporté que ce « procédé » a été retrouvé sur plusieurs de ses animaux, avec une synchronisation précise : Toutes les blessures liées à ce « procédé » ont eu lieu début Novembre 1998, Novembre 1999, et Novembre 2000.

Deuxième incident.

En Juillet 2001, le témoin a indiqué que l'un de ses animaux, un taureau noir et blanc de race Holstein, a eu de graves brûlures sur les épaules et son dos. Le propriétaire qui a travaillé toute sa vie avec la plupart des vaches laitières trouve ce motif très rare : Les brûlures semblent suivre les taches blanches sur l'animal et ne sont pas évidentes sur la zone noire de cuir.



Photo No 4. Les lésions ou brulures sur le dos du taureau semblent suivre les taches blanches.



Photo No 5. Lésion ou Brulure sur le l’épaule de l’animal.
Dans un cas précédent le NIDS a observé des traces de toxicité lorsqu’un éleveur a appliqué à tort et en fortes doses du Famphur qui est un insecticide sur le dos d'un animal à qui avait des poux et des vers blancs (Ectoparasites du bétail (larves de Diptères) Dans le Famphur l'ingrédient actif le Warbex est un neurotoxine connue (Inhibiteur de la cholinestérase), mais il n'est pas connu pour causer des lésions sur la peau d'un animal. En outre, cet éleveur avait refusé de l'aide et à nier l’utilisation du Warbex sur ses animaux pendant plusieurs mois.
Il a été également bien établi que l'avoine peut induire une réaction de photosensibilité chez les bovins, bien que le mécanisme exact (contact direct et / ou ingestion) soit incertain. En outre, l'ingestion d'autres plantes telles que les mauvaises herbes et Klamath St. John's Wort (Hypericum perfoliatum) peut sensibiliser la peau des bovins, conduisant à des coups de soleil. La peau devient de plus en plus susceptibles d'être endommagés par le rayonnement ultraviolet, et la caractéristique typique des zones touchées de l’animal par le soleil est une légère pigmentation sur le corps. L’avoine et la paille fraîches d'avoine peuvent provoquer ce type de réaction cutanée. Toutefois, un vétérinaire a examiné l'animal et à réduit à néant l’hypothèse des coups de soleil.

Le NIDS a prélevé un échantillon du sang de l'animal pour évaluer le statue chimique de l'hématologie. Cependant, plusieurs jours se sont écoulés entre le moment où les lésions ont été remarquées et la prise de l'échantillon.

Analyse du sang.

Ainsi, il a été jugé peu probable que les globules blanc indicateurs chimiques du trauma n'auraient pas stabilisé à ce moment-là. Les analyses ont été faites dans l'intérêt de la rigueur de l’enquête.
Comme on peut le voir sur cette page imprimée du laboratoire, tous les paramètres hématologiques étaient dans leur plage normale. Chimie de sang : Le sang de l'animal a été analysé, il est normal dans des gammes pour les catégories suivantes : urée sanguine BUN, GLU, CRE, CA, ALBX, CHOL, DBIC, PO4, TBIL, TG, TP, CL, CO2, K, NA, ALP, ALT, AMY, AST, CK, et GGT.


Le NIDS a interrogé le propriétaire des animaux concernant les cas récents décrits ici, ainsi que certains événements historiques impliquant des mutilations d'animaux dans le comté de Cache en 1975-1976. Cette dernière période est généralement reconnu comme le pic de l’activité des mutilations animales dans plus d'une douzaine d'États, y compris l'Utah, aux États-Unis. Pour corroborer le témoignage, NIDS, a interrogé aussi le patron du témoin (un ex-shérif du comté de Cache qui a pris sa retraite).


___________________


avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Rapport sur des blessures animales inhabituelles

Message par Mikerynos le Mer 24 Sep - 20:52

Enquête sur la mutilation d’un Taureau, Comté de Cache (Utha, USA)
Par Colm Kelleher

Synthèse et Traduction Mikerynos

Le NIDS a été contacté le 31 Octobre 2001 par le propriétaire d’un ranch suite à la possible mutilation d’un Taureau de race Red Angus âgée de neuf mois. L’animal a été retrouvé mort la veille au soir au moment du repas. Le Bureau du NIDS de l’Utha a alerté notre enquêteur qui, à son tour a alerté le shérif adjoint du comté de Cache, dans le même temps, le NIDS également sollicité un vétérinaire local pour conduire une autopsie sur l'animal. L'autopsie a été couronnée de succès et des échantillons du fluide vitreux de l'œil de l'animal (1), du foie et un flacon de sang ont été collectées par le vétérinaire à la demande du NIDS et les échantillons ont été expédiés le lendemain au NIDS.

Le scrotum de l'animal avait été enlevé selon une coupe circulaire, et l'intestin est visible en saillie de l'ouverture. Étonnamment, l'ensemble de l'urètre et du pénis a été habilement enlevé par une petite ouverture (voir le rapport complet) Les incisions ont coupé à travers des couches des muscles abdominaux. L’enquêteur a discuté avec le vétérinaire à la suite de l'autopsie, après que l'analyse par rayon X de la tête de l'animal a été complète. Le vétérinaire a confirmé ses remarques faites plutôt au shérif adjoint au sujet de la mystification chirurgicale, ce dernier a été impressionné par la compétence chirurgicale pour le prélèvement du pénis et de l'urètre avec une série d'incisions sans effusion de sang. L'analyse du rayon X a montré un cerveau normal sans la trace d'une balle ou de n'importe quoi de métallique. Par conséquent, il a été conclu que l'animal n'avait pas été abattu par balle.

Plusieurs analyses chimiques (IR, extraction, la chromatographie en phase gazeuse et spectrométrie de masse (GC/MS) etc.) ont été effectuées sur le sang, le foie, fluide vitreux de l'œil (1). Le NIDS a commencé à élaborer une procédure de soustraction dont l'analyse de GC/MS du fluide de l’œil d'un animal mutilé qui est comparée, molécule par la molécule, avec l'analyse GC/MS (2) obtenu à partir du fluide de l’œil d'un animal qui a été laissé se décomposer pendant quelques jours et qui sert de d’étalonnage. Dans le rapport complet (Tableau III) cette étude de comparaison a donné une quantité énorme de chromatogrammes complexes comprenant plus de soixante molécules distinctes.


Cette comparaison indique cependant une différence entre plusieurs composés phénoliques (3) dans le fluide de l’œil de l’animal mutilé qui ne sont pas présente dans l’échantillon de contrôle. Ces entités moléculaires incluent : 3-Methoxy, 2-Methylphenol, 5-Methoxy-2,3-Dimethylphenol, 4-(2-Phenylethyl)-Phenol, 2-Methoxy-4-Methylphenol, 3,5-Dimethoxyphenol.
Cette famille de composés phénoliques dont aucuns n'ont été retrouvés dans l’échantillon témoin indique que ces produits sont le résultat d’une dégradation de produits stupéfiants (Tableau IV dans le rapport complet) ou tout simplement le produit de décomposition métabolique de l'animal qui n'a pas été déterminée. Toutefois, l'éventail des multiples composés phénoliques est suggestif et on spécule donc sur l'hypothèse suivante : Que les excès phénoliques pourraient provenir de la décomposition de produits stupéfiants, ou de substances contrôlées. Beaucoup de ces substances phénoliques ont des fonctionnalités similaires dans le cadre de leurs structures. (Les structures phénoliques suggérées par l'analyse en milliseconde sont choisies et montrées avec quelques drogues et substances contrôlées ayant des similitudes structurales dans le tableau IV du rapport)

Le NIDS ne peut toutefois pas être définitive dans sa conclusion concernant ces composés découverts. Une telle conclusion peut seulement être dérivée des analyses additionnelles multiples à partir d’une base de données beaucoup plus sophistiquée de recherches dans la complexité de la décomposition de ruminant (La décomposition de ruminant étant beaucoup plus complexe que la décomposition humaine). Le rapport complet qui comprend le rapport d'enquête du shérif adjoint et rapport d’autopsie du vétérinaire, des photographies, des tableaux, des chiffres et des données brutes peuvent être trouvées sur le site Web du NIDS (http://www.nidsci.org).

Notes:
(1) Le Dr Zumwalt, ex-président de l'association nationale des Médecins Légistes, a expliqué en novembre 2001: post-mortem, les niveaux de créatinine et d'urée azotée du fluide vitreux sont fiables s'il s'agit d'estimer la déshydratation. Ces tests ont été admis scientifiquement depuis plus de 20 ans par les légistes dans ce pays.
Les recherches du Dr Coe sont internationalement reconnues pour le diagnostic de déshydratation par l'usage des électrolytes vitreux. Le Dr Derrick J. Pounder, MB ChB, médecin légiste et professeur de médecine légale à l'université de Dundee, Ecosse, écrit « L’analyse du fluide vitreux de l'oeil à l'autopsie est une méthode de diagnostic de la déshydratation bien établie. L'autorité internationalement reconnue du domaine de la biochimie post-mortem est le Dr John Coe. Post mortem, on n'utilise jamais le sang. On ne trouve pas forcément de cétone lors de la déshydratation »
(2) Elle peut également servir à la mise en évidence d’une exposition médicamenteuse.
(3) Molécules organiques comprenant un noyau aromatique (benzène) et au moins un groupement alcool (OH)


___________________


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 18:38