Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Quand les ovnis étaient parmi nous

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30270

Quand les ovnis étaient parmi nous

Message par Schattenjäger le Ven 4 Déc - 11:50

Le 29 novembre 1989 marque le début en Belgique d’une série d’« apparitions » d’ovnis. Le pays se passionna pour le phénomène. Plongée dans nos archives.



Bip-bip ! Là-haut, quelque part dans la galaxie, les extraterrestres doivent forcément célébrer l’événement : ce 29 novembre marquera le vingtième anniversaire « officiel » de la vague belge d’observations d’ovnis qui fit sensation chez nous et ailleurs, de fin 1989 à début 1991. A Berlin, pour marquer la chute du Mur, ils ont fait tomber des dominos. Sur leur planète, comment nos éphémères visiteurs fêtent-ils leur expédition dans nos contrées ? Une frites-party dans les étoiles ? Un DVD en famille sur les exploits d’Eddy ? Un concours de haïkus ? Ou la lecture du Soir de l’époque ?
Parmi nos lecteurs, les moins de vingt ans auront du mal à nous croire ou prendront leurs aînés pour de doux dingues marqués à l’excès par les Envahisseurs, le cultissime feuilleton télévisé. Mais reprenons Le Soir daté du 1er décembre 1989. Un long article était ainsi titré : « Un drôle d’engin lumineux et silencieux au-dessus de La Gileppe et de Spa. » On n’employait pas encore le mot en ces temps à peine imaginables où l’internet, les mails et les SMS étaient toujours dans les limbes, mais l’information fit un formidable « buzz ». Quatre jours plus tard, notre journal – et les autres, en Belgique et à l’étranger – en remettait une couche : « L’épidémie d’ovnis continue ! »

Novembre 1989 : ce n’est ni la première ni la dernière fois que l’Homme affirme avoir aperçu ou rencontré de curieux engins volants venus d’ailleurs. On ne parle même pas de ceux qui ont fréquenté des E.T. mis à toutes les sauces ou ont bénéficié d’une courte expédition sur une autre planète… Mais l’observation réalisée le 29 de ce mois-là vaut surtout par la qualité des observateurs : Hubert von Montigny et Heinrich Nicoll sont gendarmes, ce qui apporte naturellement un crédit tout particulier à leurs témoignages. En patrouille dans l’est du pays, ils racontent avoir vu – et longuement encore bien – « un engin doté de trois phares disposés en triangle et évoluant à basse altitude ».

La présence confirmée d’objets curieux dans le ciel de la Belgique tourne à l’hallucination collective, plus ou moins convaincante (lire ci-dessous le récit de notre collègue Pierre Vassart, un garçon sérieux). Des Belges passent la nuit à la belle étoile dans l’espoir de réaliser le cliché du siècle. Jusqu’au début de 1991, il ne se passe pas de semaine puis de mois sans qu’un témoignage ne vienne soutenir l’incroyable thèse : la Belgique – oui, la Belgique ! – a été « choisie ».
Il s’en trouve pour soupçonner l’armée de cacher des choses à la population. Les mordus de la Société belge d’étude des phénomènes spatiaux (Sobeps) tiennent le scoop de leur vie. Ils se chargent de recueillir les déclarations de ceux qui ont « vu ». L’apparition d’Ernage, près de Gembloux, compte parmi les plus spectaculaires. Les spécialistes parlent ici de « phénomène aérien non identifié » (Pani). Le 11 décembre 1989, André Amond et son épouse observent des lumières et un objet volant lentement, à basse altitude. Le témoin est… lieutenant-colonel à l’état-major de l’armée belge. Il raconte comment l’engin vira de façon très sèche et s’éloigna à grande vitesse quand il chercha à s’en approcher.

Un haut gradé après deux gendarmes : qui douterait de ces gens-là, d’autant qu’ils sont très loin d’être les seuls à raconter leur incroyable histoire ? On parle de centaines voire de milliers d’observations.

Vingt ans ont passé. Les ovnis sont partis ailleurs. Ou nulle part. Les sceptiques n’en démordent pas : il ne s’est rien produit d’extraordinaire. La Cobeps a succédé à la Sobeps : « Ces faits n’ont toujours pas trouvé d’explication satisfaisante aux yeux de ceux qui ont tenté, en toute honnêteté, d’étudier ces remarquables observations », explique Patrick Ferryn. Bip-bip…
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 20 Sep - 16:50