Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

Derniers sujets

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

L’hormone ocytocine influence l’empathie et la réactivité au stress

Partagez
avatar
Schattenjäger
Webmaster
Webmaster

Nombre de messages : 32058

L’hormone ocytocine influence l’empathie et la réactivité au stress

Message par Schattenjäger le Ven 4 Déc - 11:43

(Source : Psychomédia)

Une variation du gène codant le récepteur de l’ocytocine (le gène OXTR) influence à la fois l’aptitude à éprouver de l’empathie (la capacité d’inférer l’état mental des autres) et la réactivité face au stress, selon une étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

L’ocytocine, qui est à la fois neurotransmetteur et hormone, intervient dans l’accouchement (en provoquant des contractions de l’utérus), dans l’allaitement et dans la sexualité. Des études ont aussi notamment montré qu’elle favorise l’attachement social, la confiance et la générosité et qu’elle réduit les réponses émotionnelles négatives et le stress.


Les chercheuses en psychologie, Sarina Rodrigues (Université d’État de l’Oregon) et Laura Saslow (Université de Californie à Berkeley) ont mené cette étude avec 200 étudiants, hommes et femmes, de niveau collégial.

Ils étaient soumis à des tests incluant un test standard de réactivité au stress mesurant la réaction cardiaque à un bruit soudain. En général, les femmes étaient plus sensibles aux tests de stress, mais chez les hommes et chez les femmes portant l’une de trois variations possibles du gène, l’accélération du rythme cardiaque était moins importante.

Ces derniers avaient également de meilleurs résultats à des tests d’empathie, dont le test "Reading the Mind in Eyes" (développé par le chercheur Simon Baron-Cohen) qui mesure la capacité d’inférer l’état émotif d’une personne par ses yeux, un test en général mieux réussi par les femmes que les hommes. Ceux portant la variation avaient 22% moins de chance de faire une erreur.

Les participants ont aussi évalué à quel point leurs parents étaient attentifs à eux. Le facteur génétique (héréditaire) semblait un meilleur prédicteur de la disposition à l’empathie que le style parental.

Les auteurs rappellent toutefois que plusieurs autres facteurs influencent la capacité d’empathie et qu’une tendance qui s’observe en moyenne dans une population ne se retrouve pas nécessairement chez chaque individu.

Psychomédia avec sources : Science Daily, Los Angeles Times
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 17 Nov - 16:43