Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Ven 18 Déc - 19:19

Le Tamiflu est une grossière supercherie

Envoyer par courriel

(Source : Mondialisation.ca)



Les études de Roche sont basées sur une fraude scientifique

par Mike Adams

Pour vendre des produits chimiques qui prétendent traiter la grippe H1N1, l’industrie pharmaceutique n’a que deux options : les vaccins et les anti-viraux. Le Tamiflu est l’antiviral de loin le plus populaire. C’est en fait un médicament dérivé d’une plante médicinale chinoise traditionnelle, appelée étoile d’anis.

Mais le Tamiflu n’est pas une plante. C’est une concentration potentiellement mortelle de composants chimiques qui ont essentiellement été bio-piratés à partir de la médecine chinoise. Et quand vous isolez et concentrez des produits chimiques spécifiques de ces plantes, vous perdez la valeur (et la sécurité) de la phytothérapie de spectre complet.

Cela n’a pas empêché Roche, le fabricant du Tamiflu, d’essayer de développer un marché de plusieurs milliards de dollars pour son médicament. Cependant pour conquérir ce marché, Roche a du rassembler les preuves que le Tamiflu était à la fois sûr et efficace.

Roche s’engage dans une fraude scientifique

Roche prétend qu’il existe dix études prouvant que le Tamiflu est sûr et efficace. Selon la société, le Tamiflu présente toutes sortes d’avantages, y compris une réduction de 61% des hospitalisations des personnes grippées soignées au Tamiflu.

Le problème de ces assertions est qu’elles ne sont pas vraies. Elles ont simplement été inventées de toute pièce par Roche.

Un article dévastateur récemment publié par le British Medical Journal accuse Roche de tromper les gouvernements et les médecins sur les avantages du Tamiflu. Sur les dix études citées par Roche, il s’avère que seules deux d’entre elles ont été publiées dans des journaux scientifiques. Et que sont devenues les données originales de ces deux études ? Perdues.

Les données ont disparu. Des dossiers ont été jetés. Le chercheur d’une étude dit qu’il n’a même jamais vu les données. Roche a pris soin de tout cela, explique-il. Ainsi la Collaboration Cochrane, chargée d’examiner les données sur le Tamiflu, a décidé de mener l’enquête. Les demandes répétées à Roche pour obtenir les données originales des études sont restées lettre morte. Le seul ensemble de données complet qu’elle ait reçu était une étude non publiée de 1.447 adultes qui a prouvé que le Tamiflu n’était pas meilleur que le placebo. Les données des études montrant l’efficacité du Tamiflu ont apparemment été perdues pour toujours.

Comme l’indique le magazine The Atlantic, c’est à ce moment-là que d’anciens employés de Adis International (essentiellement une société de relations publiques de Big Pharma) ont choqué le monde médical en annonçant qu’ils avaient été mandatés pour écrire anonymement les études pour Roche.

Mais le meilleur reste à venir : Roche a dit à ces chercheurs ce qu’ils devaient écrire !

Comme l’a indiqué un de ces rédacteurs fantômes au British Medical Journal :

« Les dossiers du Tamiflu proposaient une liste de messages clé que vous deviez inclure. Cela avait été préparé par le département marketing [de Roche] et votre mandat était de suivre ces lignes directrices. Dans l’introduction… je devais dire à quel point la grippe était un problème majeur. Je devais également arriver à la conclusion que le Tamiflu en constituait la réponse."

En d’autres termes, le département marketing de Roche a conçu la science et a indiqué à des chercheurs quelles conclusions tirer des tests cliniques. Des chercheurs engagés pour conduire une recherche scientifique ont été contrôlés par des commerciaux tireurs de ficelles. Quelles que soient leurs découvertes scientifiques, les chercheurs avaient déjà été contraints d’aboutir à la conclusion que « le Tamiflu constituait la réponse. »

Alors, je ne sais ce qu’il en est pour vous, mais chez moi on appelle ça de la « fraude scientifique ». Et comme l’ont montré de nombreuses investigations sur NaturalNews, c’est plutôt la règle que l’exception dans l’industrie pharmaceutique.

[Personnellement, je] ne peux pratiquement faire confiance à aucune « étude scientifique » conduite par les entreprises pharmaceutiques parce que ce n’est pas réellement de la science. [Pour moi] c’est essentiellement de la propagande prenant les habits de la science pour y ressembler.

Tristement, même le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a été dupé par cette escroquerie de test clinique.

Comme l’indique l’auteur Shannon Brownlee dans le magazine The Atlantic : « … le centre pour le contrôle et la prévention des maladies semble fonctionner dans une sorte d’univers alternatif, où la science de qualité n’importe plus pour les affaires publiques. Les recommandations pour la grippe se confondent avec les arguments avancés par Roche que le médicament peut sauver des vies – en dépit des résultats de la FDA et du manque d’études pour prouver une telle assertion. Qui plus est, ni la CDC ni la FDA n’ont exigé les études scientifiques qui pourraient déterminer de façon univoque que les assertions de la société sont valides, à savoir que le Tamiflu réduit le risque de complications sérieuses et permet de sauve des vies. Nancy Cox, qui dirige le programme grippe du CDC, nous a dit il y a quelques mois qu’elle s’oppose à une étude avec contrôle placebo (dans laquelle la moitié des patients recevrait le Tamiflu et l’autre moitié un placebo), parce que les avantages du médicament avaient déjà été prouvés. »

Avez-vous bien compris cette dernière phrase ? Le CDC n’est pas intéressé par une étude sur le Tamiflu parce que « les avantages du médicament sont déjà prouvés ». Sauf qu’ils ne le sont pas. Mais c’est la façon dont fonctionne l’industrie pharmaceutique :

Étape 1) Fabriquer des preuves que votre médicament fonctionne. Etape 2) Utiliser des preuves frauduleuses pour faire approuver votre médicament. Etape 3) Utiliser la peur pour créer une demande des consommateurs pour votre médicament (et encourager les gouvernements à faire des stocks. Etape 4) Eviter tout essai scientifique réel en affirmant qu’il a déjà été prouvé que le médicament fonctionne (et citer vos études frauduleuses originales en guise de preuve).

C’est la recette que la CDC suit pour le moment avec le Tamiflu. C’est bien sûr une recette de stupidité scientifique et de la logique circulaire, mais cela semble de nos jours être étrangement commun au sein de la communauté médicale.

Même la FDA dit que le Tamiflu de marche pas. De façon assez remarquable, la FDA n’est pas complètement tombée dans la supercherie du Tamiflu. Ils ont exigé de Roche que le démenti suivant soit imprimé sur les notices de Tamiflu – un démenti qui admet ouvertement qu’il n’a jamais été prouvé que le médicament fonctionne.

« Il n’a pas été démontré que le Tamiflu avait un impact positif sur les conséquences potentielles (telles que hospitalisations, mortalité, ou impact économique) sur la grippe saisonnière, aviaire ou pandémique. »

Mieux encore. Un porte-parole de la FDA a dit au British Medical Journal, « Les tests cliniques… n’ont démontré aucune différence significative dans les taux d’hospitalisation, de complications ou de mortalité chez les patients recevant du Tamiflu ou un placebo. »

C’est toujours le même sempiternel message, comme un disque rayé : le Tamiflu ne marche pas. Et la "science" qui affirme que le Tamiflu fonctionne a apparemment été fabriquée depuis le départ.

Le scandale du stockage du Tamiflu

De la science pourrie, mais suffisamment bonne pour le gouvernement états-unien. Sur base de preuves en grande partie fabriquées et de la propagande de Big Pharma, le gouvernement des États-Unis a dépensé $1.5 milliards pour stocker du Tamiflu. Cela s’est avéré être une bonne opération pour Roche, mais un piètre investissement pour les citoyens des États-Unis qui ont donc consenti une dépense énorme pour un médicament qui ne marche pas.

Comme énoncé dans le magazine The Atlantic :

« Pour recommander et stocker le Tamiflu, les gouvernements, les agences de santé publique, et les agences internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé, ont tous basé leurs décisions sur les études qui avaient semblé indépendantes, mais qui en fait avaient été financées par la société [Roche] et avaient été écrites presque entièrement par des employés de Roche ou des consultants universitaires rétribués.

(...)

Le résultat du tout ceci, c’est que les gouvernements de par le monde dépensent des milliards de dollars en stockant un médicament qui essentiellement ne fonctionne pas – un médicament promu par de la propagande et par de la fraude scientifique.

Ce n’est bien sûr pas la première fois que votre gouvernement gaspille l’argent du contribuable, mais cet exemple est particulièrement préoccupant étant donné que tout ceci a été fait avec l’excuse que les remèdes normaux sont inutiles et que seuls les vaccins et le Tamiflu peuvent vous protéger contre une pandémie virale.

Mais il s’avère que les vaccins et le Tamiflu sont inutiles et que seuls les remèdes normaux fonctionnent vraiment. C’est la raison pour laquelle tant de personnes informées dans monde avaient stocké de la vitamine D, de l’ail, des teintures antivirales et des compléments alimentaires pour se protéger contre une pandémie potentielle que la plupart des gouvernements du monde n’ont aucune manière d’enrayer.

Je trouve fascinant que les gouvernements du monde stockent des médicaments qui ne marchent pas, alors que les personnes informées en matière de santé naturelle stockent des remèdes normaux qui fonctionnent. Si une véritable pandémie frappe jamais notre monde, il n’y a aucun doute sur ceux qui seront les survivants (NB : ce ne seront pas les gens naïfs qui stockent des pilules de Tamiflu…).

Quels sont les remèdes qui fonctionnent vraiment pour amplifier la fonction immunitaire et pour protéger le corps contre la maladie infectieuse ? J’ai publié un rapport révélant mes cinq meilleurs remèdes recommandés. Je recommande également la vitamine D3 à haute dose (...)

A propos, je n’ai aucun lien financier avec les sociétés dont les produits sont cités. À la différence de l’industrie pharmaceutique, je ne fonctionne pas purement pour le profit. Mon travail consiste à transmettre de l’information valable aux gens – de l’information qui peut aider à sauver des vies et à réduire la souffrance. C’est le travail que la FDA et la CDC devraient faire mais qu’ils ont abandonné depuis longtemps en trahissant le peuple états-unien.

Article original, Natural News, publié le 14 décembre 2009.

Traduction Jean-Luc Guilmot, http://www.asanat.org/, le 17 décembre 2009
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Lun 21 Déc - 18:50

OMS : le « pape de la grippe A » accusé de corruption

On le surnomme « Dr Flu » (Docteur Grippe), le professeur Albert Osterhaus est le principal conseiller de l’Organisation mondiale de la Santé face à la pandémie de grippe H1N1. Depuis plusieurs années, il prédit l’imminence d’une pandémie globale et ce qui se passe aujourd’hui semble lui donner raison. Cependant, le scandale qui a éclaté aux Pays-Bas et fait l’objet d’un débat au Parlement a mis en évidence ses liens personnels avec les laboratoires fabriquant les vaccins qu’il fait prescrire par l’OMS. F. William Engdhal relate comment un expert peu scrupuleux a pu manipuler l’opinion publique internationale, surévaluer l’impact de la grippe H1N1, et faire la fortune des laboratoires qui l’emploient.

(Source : Réseau Voltaire)



Dans le courant de cette année, le Parlement néerlandais nourrissait des soupçons à l’encontre du fameux Dr Osterhaus et avait ouvert une enquête pour conflit d’intérêts et malversations. Hors des Pays-Bas et des médias néerlandais, seules quelques lignes dans la très respectée revue britannique Science firent mention de l’enquête sensationnelle sur les affaires d’Osterhaus.

Ni les références, ni l’expertise d’Osterhaus dans son domaine n’étaient remises en question. Ce qui est mis en cause, comme nous l’apprend la revue Science dans une simple dépêche, c’est l’indépendance de son jugement personnel en matière de pandémie de grippe A. Science publiait ces quelques lignes à propos d’Osterhaus dans son édition du 16 octobre 2009 :

« Aux Pays-Bas, ces six derniers mois, il était difficile d’allumer sa télévision sans voir apparaître le célèbre chasseur de virus Albert Osterhaus et l’entendre parler de la pandémie de grippe A. Du moins, c’est ce que l’on croyait. Monsieur Grippe, c’était Osterhaus, le directeur d’un laboratoire de réputation internationale au sein du Centre médical de l’Université Érasme de Rotterdam. Mais, la semaine dernière, sa réputation est descendue en flamme après que des soupçons ont été émis sur sa velléité d’attiser les craintes d’une pandémie dans le but de servir les intérêts de son propre laboratoire dans la mise au point de nouveaux vaccins. Au moment où Science mettait sous presse, la Deuxième Chambre du Parlement néerlandais annonçait même que la question serait débattue en urgence. »

Le 3 novembre 2009, sans pour autant en sortir indemne, Osterhaus avait su éviter les dégâts. Sur le site de Science, on pouvait lire dans l’un des blogs : « La Deuxième Chambre du Parlement néerlandais a aujourd’hui rejeté une motion exigeant que le gouvernement rompe tout lien avec le virologiste Albert Osterhaus du Centre médical de l’Université Erasmus de Rotterdam, qui fait l’objet d’une mise en accusation pour conflit d’intérêts en tant que conseiller gouvernemental. De son côté, le Ministre de la Santé Ab Klink annonçait dans le même temps une loi pour la transparence du financement de la recherche, contraignant les scientifiques à révéler les liens financiers qu’ils entretiennent avec des entreprises privées. »

Dans un communiqué sur le site Internet du Ministère de la Santé, M. Klink, dont on sait qu’il compte parmi les amis personnels d’Osterhaus , affirmait par la suite que ce dernier n’était qu’un conseiller du Ministère parmi de nombreux autres sur les questions des vaccins contre la grippe A H1N1. Il s’est aussi dit « au courant » des intérêts financiers d’Osterhaus : ils ne cachent rien d’extraordinaire, simplement le progrès de la science et de la santé publique. Du moins, c’est ce qu’on croyait.

Un examen plus poussé du dossier Osterhaus laisse entrevoir que ce virologiste néerlandais à la renommée internationale pourrait se trouver au centre d’une arnaque mettant en jeu plusieurs milliards d’euros autour de l’idée d’une pandémie. Un système frauduleux dans lequel des vaccins non-testés sont injectés à des humains, au risque —cela c’est déjà produit— de provoquer de sévères séquelles, de graves paralysies, voire des décès. La supercherie des fèces d’oiseau

Albert Osterhaus n’est pas du menu fretin. Il a joué un rôle dans toutes les grandes paniques suscitées par l’apparition de virus, depuis les mystérieux décès imputés au SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) à Hong-Kong, là où l’actuelle Directrice générale de l’OMS Margaret Chan avait lancé sa carrière de responsable de la Santé Publique au niveau local. D’après sa biographie officielle à la Commission Européenne, en avril 2003, au paroxysme de la panique provoquée par le SRAS, Osterhaus fut engagé pour participer aux enquêtes sur les cas d’infections respiratoires qui se multipliaient alors à Hong Kong. On peut lire ces mots dans le rapport de l’Union Européenne : « il démontra à nouveau son talent à réagir rapidement à de graves situations. En trois semaines, il a prouvé que cette maladie est provoquée par un coronavirus récemment découvert qui contamine les civettes, les chauves-souris et d’autres animaux carnivores. »

Par la suite, quand les cas de SRAS ne firent plus parler d’eux, Osterhaus passa à autre chose, œuvrant cette fois pour la médiatisation des dangers de ce qu’il nommait la grippe aviaire H5N1. En 1997 il avait déjà sonné l’alarme après la mort, à Hong Kong, d’un enfant de trois ans qu’Osterhaus savait avoir été en contact avec des oiseaux. Osterhaus développa son lobbying à travers les Pays-Bas et l’Europe, affirmant qu’une nouvelle mutation létale de la grippe aviaire s’était transmise aux humains et que des mesures drastiques devaient être prises. Il revendiquait être le premier scientifique au monde à avoir montré que le virus H5N1 pouvait contaminer des humains.

Evoquant la dangerosité de la grippe aviaire dans une interview diffusée sur la BBC en octobre 2005, Osterhaus déclarait : « si le virus réussissait effectivement à muter de telle sorte qu’il se transmette ensuite entre humains, alors nous serions dans une situation complètement différente : nous pourrions nous trouver devant un début de pandémie. » .Il ajoutait : « il y a un vrai risque que le virus soit disséminé par les oiseaux dans toute l’Europe. C’est un risque réel que personne n’a pourtant pu évaluer jusqu’à présent, parce que nous n’avons pas mené les expérimentations. » Le virus n’a jamais réussi sa mutation, mais Osterhaus était prêt à « mener des expérimentations » que l’on peut imaginer largement rétribuées.

Pour appuyer son alarmant scénario de pandémie en tentant de lui donner une légitimité scientifique, Osterhaus et ses assistants en poste à Rotterdam commencèrent à collecter et congeler des échantillons de fèces d’oiseaux. Il affirma que, selon les périodes de l’année, jusqu’à 30 % de tous les oiseaux d’Europe s’avéraient transporter le virus mortel de la grippe aviaire H5N1. Il affirma également que les éleveurs en contact avec des poules et des poulets se trouvaient alors exposés au dit virus. Osterhaus briefa les journalistes qui prirent bonne note de son message alarmiste. La classe politique fut mise en alerte. Dans la presse, il émit l’hypothèse selon laquelle le virus, qu’il étiquetait H5N1, après avoir provoqué plusieurs décès aux antipodes asiatiques, allait se propager en Europe, vraisemblablement transporté sur les plumes ou dans les entrailles d’oiseaux mortellement infectés. Il soutenait la thèse d’oiseaux migrateurs capables d’apporter le nouveau virus mortel vers l’ouest aussi loin qu’en Ukraine et sur l’île de Rügen . Il lui suffit pour cela de feindre d’ignorer que les oiseaux ne migrent pas d’est en ouest mais bien du nord vers le sud.

La campagne alarmiste d’Osterhaus autour de la grippe aviaire décolla réellement en 2003, lorsqu’un vétérinaire néerlandais trouva la mort après avoir été malade. Osterhaus annonça que sa mort résultait d’une contamination par le virus H5N1. Il convainquit le Parlement néerlandais d’exiger l’abattage de millions de poulets. Pourtant, aucune autre personne ne succomba à une infection similaire à celle attribuée au H5N1. Pour Osterhaus, cela démontrait l’efficacité de la campagne d’abattage préventif.

Pour Osterhaus, les déjections aviaires propageaient le virus en retombant sur les populations et les autres oiseaux au sol. Il était ferme dans sa conviction que ces déjections constituaient le vecteur de propagation de la nouvelle poussée mortelle du virus H5N1 depuis l’Asie.

Un problème se posait cependant avec le stock grandissant d’échantillons congelés des déjections aviaires que lui et ses associés avaient rassemblés et conservés dans son institut. La présence du virus H5N1 ne put être confirmée dans un seul de ces échantillons. En 2006, à l’occasion du congrès de l’OIE (Office international des épizooties, désormais appelé Organisation mondiale de la santé animale), Osterhaus et ses collègues à l’Université Érasme furent forcés d’admettre qu’en testant les 100 000 échantillons de matières fécales rassemblés avec tant de précaution, ils n’avaient découvert aucune trace du virus H5N1.

En 2008, à Vérone, lors de la conférence de l’OMS intitulée « La grippe aviaire à l’interface Homme-Animal », Osterhaus prenait la parole devant ses collègues scientifiques, sans doute moins échauffés que le public non-scientifique par ses incitations à l’émotivité. Il admettait que : « dans l’état actuel des connaissances, rien ne permet[tait] de formuler une mise en garde contre le virus H5N1, ni d’affirmer qu’il puisse provoquer une pandémie. » Mais, à ce moment-là, son regard se portait déjà fixement sur d’autres gâchettes à actionner pour faire converger son travail sur les vaccins avec de nouvelles possibilités de crise pandémique.

Grippe A et corruption à l’OMS

Constatant que la grippe aviaire n’avait fait surgir aucune vague meurtrière de grande ampleur —et après que Roche, qui produit le Tamiflu, et GlaxoSmithKline, qui produit le Relenza, eurent encaissé des milliards de dollars de profits quand les gouvernement ont décidé de stocker des vaccins antiviraux contestés—, Osterhaus et les autres conseillers pour l’OMS se tournèrent vers de plus verts pâturages.

En avril 2009, leurs recherches semblaient couronnées de succès lorsqu’à La Gloria, un petit village mexicain de l’État du Veracruz, un enfant malade fut diagnostiqué comme porteur de la grippe alors dite « porcine » ou H1N1. Avec un empressement déplacé, l’appareil propagandiste de l’Organisation mondiale de la Santé à Genève fut lancé sur les chapeaux de roues avec les déclarations de son Directeur Général, le Docteur Margaret Chan, concernant l’éventuelle menace d’une pandémie mondiale.

Mme Chan évoqua « l’urgence de santé publique d’envergure internationale » [14] Par la suite, d’autres cas déclarés à La Gloria furent présentés sur un site Internet médical comme : une « étrange » poussée d’infections pulmonaires et respiratoires aiguës, qui évoluent en broncho-pneumonie dans certains cas rencontrés chez des enfants. Un habitant du village en décrivait les symptômes : « fièvres, toux sévères et sécrétions nasales très importantes »

Ces symptômes prennent par contre tout leur sens dans le contexte environnemental de La Gloria, une des zones au monde qui concentrent le plus grand nombre de porcs en élevage intensif, dont les exploitations sont principalement détenues par l’américain Smithfield. Depuis des mois, la population locale manifestait devant le siège mexicain du groupe Smithfield, se plaignant de graves affections respiratoires dues aux lisiers de porc. Cette cause plausible pour les diverses maladies diagnostiquées à La Gloria ne sembla intéresser ni Osterhaus ni les autres conseillers de l’OMS. Enfin se profilait la pandémie tant attendue, celle qu’il avait prédite dès 2003, lors de sa participation aux recherches sur le SRAS dans la province de Guandgong en Chine.

Le 11 juin 2009, Margaret Chan annonçait que la propagation du virus de la grippe H1N1 avait atteint le niveau 6 de l’« urgence pandémique ». Curieusement, elle précisait lors de cette annonce que « selon les informations disponibles à ce jour, une majorité écrasante de patients ressentent des symptômes bénins ; leur rétablissement est rapide et complet, le plus souvent en ne recourant à aucun traitement médical. » Avant d’ajouter : « Au niveau mondial, le nombre de décès est peu important, nous ne nous attendons pas à voir une poussée soudaine et spectaculaire du nombre des infections graves ou mortelles. »

On apprenait plus tard que Chan avait agi à la suite de débats fiévreux à l’OMS, sur les conseils du Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS (SAGE, Strategic Advisory Group of Experts). L’un des membres du SAGE, à l’époque et encore aujourd’hui, est notre « Monsieur Grippe », le docteur Albert Osterhaus.

Osterhaus occupait non seulement une position stratégique pour recommander à l’OMS de déclarer l’« urgence pandémique » et inciter à la panique, mais il était aussi le président d’une organisation en première ligne sur le sujet, le Groupe de travail scientifique européen sur la grippe (ESWI, European Scientific Working group on Influenza), qui se définit comme un « groupe multidisciplinaire de leaders d’opinion sur la grippe, dont le but est de lutter contre les répercussions d’une épidémie ou d’une pandémie grippales » Comme ses membres l’expliquent eux-mêmes, l’ESWI mené par Osterhaus est le pivot central « entre l’OMS à Genève, l’Institut Robert Koch à Berlin et l’Université du Connecticut aux États-Unis. »

Le plus significatif au sujet de l’ESWI est que son travail est entièrement financé par les mêmes laboratoires pharmaceutiques qui gagnent des milliards grâce à l’urgence pandémique, tandis que les annonces faites par l’OMS obligent les gouvernements du monde entier à acheter et stocker des vaccins. L’ESWI reçoit des financements des fabricants et des distributeurs de vaccins contre le H1N1, tels que Baxter Vaccins, MedImmune, GlaxoSmithKline, Sanofi Pasteur et d’autres, dont Novartis, qui produit le vaccin et le distributeur du Tamiflu, Hofmann-La Roche.

Pour garder l’avantage, Albert Osterhaus, le plus grand virologiste mondial, conseiller officiel sur le virus H1N1 des gouvernements britannique et néerlandais et chef du Département de Virologie du Centre médical de l’Université Érasme, siégeait à la fois parmi l’élite de l’OMS réunie dans le groupe SAGE et présidait l’ESWI, parrainé par l’industrie pharmaceutique. À son tour, l’ESWI recommanda des mesures extraordinaires pour vacciner le monde entier, considérant comme élevé le risque d’une nouvelle pandémie qui, disait-on avec insistance, pourrait être comparable à l’effrayante pandémie de grippe espagnole de 1918.

La banque JP Morgan, présente à Wall Street, estimait que, principalement grâce à l’alerte pandémique lancée par l’OMS, les grands industriels pharmaceutiques, qui financent également le travail de l’ESWI d’Osterhaus, étaient prêts à engranger 7,5 à 10 milliards de dollars de bénéfices.

Le docteur Frederick Hayden est à la fois membre du SAGE à l’OMS et du Wellcome Trust à Londres ; il compte notamment parmi les proches amis d’Osterhaus. Au titre de services « consultatifs », Hayden reçoit par ailleurs des fonds de la part de Roche et de GlaxoSmithKline parmi d’autres géants pharmaceutiques engagés dans la production de produits liés à la crise du H1N1.

Un autre scientifique britannique, le professeur David Salisbury, qui dépend du ministère britannique de la Santé, est à la tête du SAGE à l’OMS. Il dirige également le Groupe consultatif sur le H1N1 à l’OMS. Salisbury est un fervent défenseur de l’industrie pharmaceutique. Au Royaume-Uni, le groupe de défense de la santé One Click l’a accusé de dissimuler la corrélation avérée entre les vaccins et la montée en flèche de l’autisme chez l’enfant, ainsi que celle existant entre le vaccin Gardasil et des cas de paralysie et même de décès.

Le 28 septembre 2009, le même Salisbury déclarait : « la communauté scientifique s’accorde sur l’absence totale de risque concernant l’inoculation du Thimérosal (ou Thiomersal). » Ce vaccin, utilisé contre le H1N1 en Grande-Bretagne, est principalement produit par GlaxoSmithKlilne. Il contient du Thimérosal, un conservateur à base de mercure. En 1999, de plus en plus de preuves faisant état que le Thimérosal présent dans les vaccins pourrait être la cause de cas d’autisme chez l’enfant aux États-Unis, l’American Academy of Pediatrics (Académie américaine de pédiatrie) et le Public Health Service (Bureau de la santé publique) avaient exigé son retrait de la composition des vaccins.

On trouve encore un autre membre de l’OMS partageant d’étroits liens financiers avec les fabricants de vaccins qui profitent des recommandations du SAGE, en la personne du docteur Arnold Monto, un consultant rémunéré par les fabricants de vaccins MedImmune, Glaxo et ViroPharma.

Pire encore, participent aux réunions de scientifiques « indépendants » du SAGE, des « observateurs » comprenant, et oui, les mêmes producteurs de vaccins GlaxoSmithKline, Novartis, Baxter et consort. On peut se demander, si les meilleurs experts de la grippe au monde sont censés composer le SAGE, pourquoi invitent-ils les fabricants de vaccins à y participer ?

Au cours de la dernière décennie, l’OMS mettait en place ce que l’on nomme des « partenariats public/privé », dans le but d’accroître les fonds à sa disposition. Mais, plutôt que de recevoir des fonds provenant uniquement des gouvernements des pays membres de l’ONU, comme cela était prévu à l’origine, l’OMS reçoit à l’heure actuelle de la part des entreprises privées près du double du budget habituellement alloué par l’ONU sous forme de bourses et d’aides financières. De quelles entreprises privées ? Des mêmes fabricants de vaccins et de médicaments qui profitent des décisions officielles telles que celle prise en juin 2009 à propos de l’urgence pandémique de la grippe H1N1. Tout comme les bienfaiteurs de l’OMS, les grands laboratoires ont tout naturellement leurs entrées à Genève, et ont droit à un traitement fait de « portes ouvertes et de tapis rouges » .

Dans une interview donnée au magazine allemand Der Spiegel, un membre de la Cochrane Collaboration, une organisation de scientifiques indépendants qui évaluent toutes les études menées sur la grippe, l’épidémiologiste Tom Jefferson montrait les conséquences de la privatisation de l’OMS et la marchandisation de la santé.

« T. Jefferson : […] l’une des caractéristiques les plus ahurissantes de cette grippe, et de tout le roman-feuilleton qui en a découlé, est que, année après année, des gens émettent des prévisions de plus en plus pessimistes. Jusqu’à présent, aucune ne s’est jamais réalisée et ces personnes sont toujours là à répéter leurs prédictions. Par exemple, qu’est-il arrivé avec la grippe aviaire qui était censée tous nous tuer ? Rien. Mais, ce n’est pas cela qui arrête ces gens de faire leurs prédictions. Parfois, on a le sentiment que c’est toute une industrie qui se prête à espérer une pandémie. Der Spiegel : De qui parlez-vous ? De l’OMS ?

T. J : L’OMS et les responsables de la santé publique, les virologistes et les laboratoires pharmaceutiques. Ils ont construit tout un système autour de l’imminence de la pandémie. Beaucoup d’argent est en jeu, ainsi que des réseaux d’influence, des carrières et des institutions tout entières ! Et il a suffit qu’un des virus de la grippe mute pour voir toute la machine se mettre en branle. »

Lorsqu’on lui a demandé si l’OMS avait délibérément déclaré l’urgence pandémique dans le but de créer un immense marché pour les vaccins et les médicaments contre le H1N1, Jefferson a répondu :

« Ne trouvez-vous pas frappant que l’OMS ait modifié sa définition de la pandémie ? L’ancienne définition parlait d’un virus nouveau, à propagation rapide, pour lequel l’immunité n’existe pas, et qui entraîne un taux élevé de malades et de décès. Aujourd’hui, ces deux derniers points sur les taux d’infection ont été supprimés, et c’est ainsi que la grippe A est entrée dans la catégorie des pandémies. »

Très judicieusement, l’OMS publiait en avril 2009 la nouvelle définition de la pandémie, juste à temps pour permettre à l’OMS, sur les conseils émanant, entre autres, du SAGE, de « Monsieur Grippe », alias Albert Osterhaus, et de David Salisbury, de qualifier d’urgence pandémique des cas bénins de grippe, rebaptisée grippe A H1N1.

Le 8 décembre 2009, dans la note en bas de page pertinente d’un article sur la gravité ou la bénignité de la « pandémie mondiale » du H1N1, le Washington Post mentionnait que : « la deuxième vague d’infection du H1N1 étant parvenue à son apogée aux États-Unis, les principaux épidémiologistes prévoient que la pandémie pourrait compter parmi les plus bénignes depuis que la médecine moderne documente les épidémies de grippe. »

Igor Barinov, parlementaire russe et président du Comité pour la Santé à la Douma, a exigé des représentants russes à l’OMS en poste à Genève qu’ils diligentent une enquête officielle sur les indices multiples de la corruption massive acceptée par l’OMS et menée par l’industrie pharmaceutique. « De graves accusations de corruption sont prononcées à l’encontre de l’OMS », affirmait Barinov. « Une commission internationale d’enquête doit s’organiser au plus vite. »

F. William Engdahl - Journaliste états-unien, il a publié de nombreux ouvrages consacrés aux questions énergétiques et géopolitiques. Derniers livres parus en français : Pétrole, une guerre d’un siècle : L’ordre mondial anglo-américain (Jean-Cyrille Godefroy éd., 2007) et OGM : semences de destruction : L’arme de la faim (Jean-Cyrille Godefroy éd., 2008).
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Macha le Jeu 24 Déc - 11:09

Film intéressant à regarder sur les méfaits des vaccins en général.

Voici le lien :

http://films.onf.ca/silence-on-vaccine/
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8202

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par casseron le Jeu 24 Déc - 12:02

La grippette s'en va et mes prévisions étaient meilleures que celles de Roselyne. On nous a fait peur avec l'Ukraine, couac. On nous a affolés avec le virus qui mutait, couac. mais le pire est peut-être à venir.
Souvenons-nous de la grippe espagnole. La première vague fut bénigne, la deuxième meurtrière touchant essentiellement les vaccinés et ceux qui furent malheureusement traités avec de l'aspirine mortelle.
Et voilà qu'on voudrait traiter tout le monde au tamiflu. Bizarre. ...si on empoisonne les gens, nul doute que l'on va crier "on vous l'avait bien dit, cette grippe revient terriblement dangereuse". Et on fourguera le reste des vaccins.
Mais il y a internet, et déjà l'on sait que de nombreux médecins s'opposent à cette folie. Puissent-ils être entendus.
Attendons-nous au pire.
Entre le tamiflu et le pousse-café, mon choix est fait !
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Dim 27 Déc - 12:14

Tamiflu gratos … et bientôt inopérant

(Source : Agoravox)



Tamiflu, parce que vous le valez bien. Que nous vaut cette nouvelle attention de bienveillance du gouvernement, qui avait annoncé que le Tamiflu deviendrait gratuit « en cas d’expansion de la pandémie » (1) alors qu’il lance la grande braderie au moment où il affirme que ladite pandémie « marque un palier » ? (2) Voici donc le nouvel épisode de la VOSTF grippe A H1N1, où, fort du stock de 24 millions de traitements par Tamiflu et 9 millions de Relenza (3), l’état français renouvelle les grandes manœuvres en déposant aux pieds des français le précieux antiviral, grand élixir de la médecine industrielle, réputé pour combattre la meurtrière pandémie.

Mais en ces temps difficiles, toute forme de bienveillance traduite par une gratuité, et spécialement venant de ce gouvernement, ne peut qu’éveiller les plus profondes suspicions. Encore une fois, c’est l’actualité internationale qui nous renseigne. Il suffit de suivre l’évolution de la pandémie dans le monde pour comprendre cette générosité des pouvoirs publics : la mutation H274Y, la souche résistante au Tamiflu, commence à se propager à travers le monde, et, comme d’habitude, silence absolu des journalistes officiels.

C’est le Dr Niman qui vient de remonter cette information (4), après les analyses faites au travers de la base du GISAID et des publications de Mill Hill. Contrairement à ce qu’annonce Roche, qui parle de multiples cas isolés « spontanés », Niman indique qu’il s’agit bien d’une circulation du mutant, qui apparaît dans de nombreux pays : Allemagne, Japon, Corée du Sud, Vietnam, Etats-Unis (Texas, Delaware, Pennsylvanie), Hollande, Pays de Galle (5).

C’est donc parce que le gouvernement français est informé de la propagation de la souche résistante au Tamiflu qu’il commence à s’inquiéter de son encombrant stock, qu’il s’agit d’écouler avant d’affronter le ridicule quand il faudra annoncer son inefficacité. Personne n’aura le mauvais esprit de penser que c’est pour accélérer, par la diffusion massive de l’antiviral, le développement de la souche résistante. Ayons la bonhomie de croire que cette grande distribution ne répond qu’à des soucis commerciaux, plutôt qu’à des desseins conspirationistes.

Problème : le Tamiflu, qui jusqu’à présent n’était prescrit que dans des cas graves, devient accessible avec grande facilité, par le biais d’une ordonnance, même pour un simple symptôme grippal, H1N1 ou saisonnier, d’autant que les dépistages pour discerner les 2 affections ne sont pas faits. Pourtant ce médicament est réputé pour ses effets secondaires désastreux, allant de vomissements, céphalées, déshydratations (6) pour les plus bénins, jusqu’à des hallucinations, ou comportements irrationnels (indiqués sur la notice) : « C’est au Japon que l’on recense le plus grand nombre de morts chez des patients traités par Tamiflu : selon le ministère de la Santé, au 31 octobre 2006, on compte 16 enfants de moins de 16 ans décédés accidentellement à la suite de comportements anormaux. » (7)

D’ailleurs, selon une étude publiée par le British Medical Journal « Les effets indésirables du médicament anti-grippe A, le Tamiflu, seraient plus importants que les bénéfices qu’il présenterait pour la santé des enfants ». (Cool

Non seulement c’est une belle saloperie, mais en plus le rapport Bénéfice/Risque va se retrouver, pour le même risque, avec un bénéfice nul quand la souche résistante sera prépondérante, accélérée par la diffusion massive de l’antiviral. Le souci, c’est que pour éviter d’engorger les poubelles de demain avec le stock astronomique devenu inopérant, on gave les patients d’aujourd’hui par prescription massive, initialement programmée en prescription ciblée sur cas graves.

Reste la question essentielle : outre ce nouveau scandale médical qui se dessine, antiviral à volonté comme le buffet du club Med, le Tamiflu devenu inefficace, comment feront les états devant une autre grippe, qu’elle soit saisonnière ou H1N1, surtout une grippe plus sérieuse que l’actuelle grippette ?



(1) http://www.lesindiscrets.com/article-7393-tamiflu-gratuit-sur-ordonnance.html

(2) http://www.maxisciences.com/grippe-a/grippe-a-le-premier-pic-epidemique-passe-l-039-epidemie-se-stabilise_art4953.html

(3) http://www.lefigaro.fr/sante/2009/12/04/01004-20091204ARTFIG00024-bientot-le-tamiflu-gratuit-dans-les-pharmacies-.php

(4) http://www.recombinomics.com/News/12220902/H274Y_Pandemic_Evolve.html

(5) http://www.recombinomics.com/whats_new.html

(6) http://www.20minutes.fr/article/341485/France-Trop-d-effets-secondaires-pour-le-Tamiflu.php

(7) http://www.informationhospitaliere.com/actualite-8091-debat-effets-secondaires-tamiflu-relance.html

(Cool http://www.francesoir.fr/societe/2009/08/12/grippe-a.html
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Dim 27 Déc - 22:52

Tamiflu et dépression

( Source : Atoute )



Un confrère me signale le cas suivant. L’imputabilité du trouble au Tamiflu paraît forte.

Syndrome depressif et TAMIFLU

" Déclaration au centre de pharmacovigilance de Marseille : je suis appelé en garde pour une jeune femme cloitrée chez elle qui a un comportement bizarre. Je demande à son mari de l’amener au cabinet (procédure locale). Cette jeune femme n’a aucun ATCD psychiatrique et est plutôt bonne vivante. Elle a présenté un syndrome grippal traité par son médecin par TAMIFLU 2x/j pendant 5 jours (la patiente a arrêté le traitement prescrit 7 jours). 48H après l’arrêt est apparu en moins de 24H un Sd dépressif caractérisé isolé avec idées suicidaires et élaboration pour y parvenir : prise de médicaments. La patiente est terrorisé et pense être devenu folle (dixit). Laissée au domicile avec entourage fiable (pas de traitement). 48H après disparition quasi complète des signes.

Le centre de pharmaco a rappelé la patiente.

Cordialement. Jean Pierre LARRUMBE ".
avatar
Invité
Invité

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Invité le Ven 1 Jan - 15:36

Je vais revenir une fois de plus sur ce foutu virus suite à un titre d'article que mon regard à croisé.

Le titre est le suivant : "Sur 5 millions de vaccins contre la grippe H1 N1, 2.600 effets indésirables" içi : http://www.20minutes.fr/article/373148/France-Sur-5-millions-de-vaccins-contre-la-grippe-H1-N1-2-600-effets-indesirables.php

N'allez pas lire ce torchon, il n'a aucun intérêt

Mon tout petit cerveau c'est alors posé une question..... " hum hum !!! il continue à faire de la pub pour leurs vaccin en démontrant qu'il est inoffensif.... mais .....combien de personne ce même vaccin à t'il sauvé ???? (en estimant qu'il est efficace bien sûr) "

J'ai donc pris mon petit tableau excel et j'ai commencé mes calculs alors :

65 millions d'habitants au 1 janvier 2009
Nombre de mort en France de la grippe A avec pathologie à risque : 198 (33 qui n'avait aucune pathologie)

SOIT : 198/ 65 million = 3,04 mort pour 1 million d'habitants


Maintenant prenons le nombre de vacciné : 5 millions
Faisons un calcul des personnes sauvés, c'est trés simple 5 X 3.04 = 15, 2 personnes qui ne mourront pas en France grâce à leur vaccin


Encore plus fort :

Combien sont décédé sans aucune pathologie déjà ????? ha oui 33

Refaisons le calcul :

33/65 million = 0,5 mort sur 1 millions

Donc 0,5 X 5 = 2,5 personnes de sauvé en France qui n'ont aucune pathologie grâce au vaccin


Bravo l'état et sa campagne de PUB et bravo les 94 millions de vaccin mis à la poubelle (heu !!!! 89 millions)


Aprés la maladie de Croswell Jacob, le bug de l'an 2000, la grippe aviaire et la grippe porcine, nous aurons quoi par la suite pour faire frémir le peuple ????

Cécé l'ET
avatar
Invité
Invité

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Invité le Ven 1 Jan - 15:45

Une petite remarque encore ..... c'est vrai que 2600 effets indésirable c'est plus tape à l'oeil que 2, 5 personnes sauvés grâce au vaccin

avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Mikerynos le Ven 1 Jan - 16:10

Que va devenir tous ces millions de vaccins inutiles ? Suspect


___________________


avatar
rilci
Membre VIP bronze
Membre VIP bronze

Nombre de messages : 740

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par rilci le Ven 1 Jan - 16:34

il parait que certaine personne on attrapé le virus sans développer la maladie...
une étude faite sur des femme enceinte.
entendue à la radio...
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Ven 1 Jan - 16:47

Que va devenir tous ces millions de vaccins inutiles ?
Il ne faut pas négliger le fait qu'une nouvelle "alerte" vois le jour courant février, avec une proposition de vaccination implifié dans les medias.
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Robot U&P le Ven 1 Jan - 22:16

avatar
dranozir
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 2454

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par dranozir le Sam 2 Jan - 12:23

énorme la vidéo !

je me demande combien de fois cette séquence a été détourné ^^
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Sam 2 Jan - 15:20

Une petite merveille de parodie jocolor
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Sam 2 Jan - 17:23


Alors que l’on apprend que le virus AH1N1 aurait touché 3 à 5 fois plus de Français qu’officiellement admis, et que son taux de mortalité serait d’autant amoindri, l’incroyable arnaque mondiale visant à remplir les poches des multinationales de la Santé serait finalement réglée par les adhérents des mutuelles en France, qui verront leurs cotisations à nouveau exploser l’an prochain.

Les presque 100 millions de doses vaccinales et les « réformes » ineptes du gouvernement concernant l’assurance maladie vont conduire à une augmentation de +5% en moyenne des cotisations en 2010, alors même que les remboursement diminuent régulièrement.

Peu à peu, le système français se rapproche du modèle pro-NWO anglo-saxon dans lequel seules les personnes disposant de revenus importants sont en mesure de se soigner convenablement, avec le désastre que l’on sait au niveau de la Santé publique.

L’incurie de l’OMS et des gouvernements aux ordres, qui ont sur-acheté des vaccins inutiles sinon dangereux, sera comme toujours réglée au final par les cochons-payeurs. Pas étonnant quand il s’agit de grippe porcine…
avatar
Macha
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 7174

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Macha le Dim 3 Jan - 14:58

La France veut revendre ses vaccins contre la grippe A
Le gouvernement a lancé une opération visant à revendre à des pays étrangers une partie des 94 millions de doses de vaccin contre la grippe A achetées cet été.


Depuis deux mois, la France tente discrètement de revendre à des pays étrangers une partie de ses vaccins contre la grippe A, achetés en juillet dernier, à une époque où la menace était supposée très grave.

« Le Parisien » - « Aujourd’hui en France » décrypte une opération commerciale qui pourrait permettre au gouvernement d’alléger « la facture grippe A ».

Quand la décision a-t-elle été prise ?
Le 1er novembre, le ministère français de la Santé reçoit une note de l’Agence européenne de la santé (Emea) qui indique qu’une seule injection de vaccin est nécessaire pour être protégé contre le virus, et non plus deux, comme les experts le prétendaient jusqu’alors. « Ce jour-là, on a compris qu’avec les 94 millions de doses achetées en juillet, nous détenions trop de vaccins », explique-t-on au ministère de la Santé.

Une réunion est alors organisée dans le bureau du directeur de cabinet de Roselyne Bachelot, où la décision est prise formellement de vendre des vaccins aux pays qui en feraient la demande. Ces ventes devraient s’ajouter aux 9,4 millions de doses que le président de la République a choisi, dès septembre, de donner à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les pays les plus démunis. Des dons qui ont d’ailleurs déjà été effectués.

Qui dirige l’opération de vente ?

Une opération conjointe est menée depuis la mi-novembre entre le ministère des Affaires étrangères et celui de la Santé en direction des ambassades étrangères. Les diplomates sont priés de faire remonter rapidement l’information vers Paris si les pays font état d’un manque de vaccins. « Nous avons travaillé ensemble sur ce dossier avec les équipes du ministère de la Santé », explique-t-on au ministère des Affaires étrangères.

La question de la revente des vaccins est abordée succinctement en cellule de crise interministérielle : « Madame Bachelot a indiqué que des négociations étaient en cours avec différents pays, mais sans donner les noms, pour des raisons de confidentialité », indique Gérard Gachet, porte-parole de la cellule de crise interministérielle, au ministère de l’Intérieur. Matignon et l’Elysée sont régulièrement tenus au courant des contacts et ont le pouvoir de validation final. Des négociations ont été rapidement engagées avec le Qatar, l’Egypte, le Mexique, la Bulgarie, la Roumanie et l’Ukraine.

A quel prix sont cédés les vaccins ?
La France a adopté une position de principe : elle vend au prix où elle a acheté les quatre types de vaccin (soit : 6,25 € la dose pour le Sanofi-Pasteur, 7 € le GSK, 9,34 € le Novartis et 10 € le Baxter). Les pays demandeurs sont ceux qui n’ont pas pu se procurer suffisamment tôt le vaccin. La France doit aussi faire face à la concurrence internationale des autres « grands pays » qui veulent revendre leurs vaccins. C’est le cas en Ukraine, où la France et l’Allemagne ont soumis des offres aux autorités. La Suisse et les Pays-Bas, qui avaient acquis beaucoup de lots, ont ouvertement proposé à la revente une partie de leurs stocks.


(Source : Le Parisien)
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Dim 3 Jan - 15:47

Que se qu'ils ne vont pas inventer... Une position de principe...
avatar
dranozir
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 2454

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par dranozir le Dim 3 Jan - 16:43

quelle idée aussi d'acheter autant de vaccin aussi rapidement alors qu'on sais bien que même en cas de pandémie grave on aurai jamais eu les moyens techniques pour vacciner les gens a temps ...
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8202

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par casseron le Dim 3 Jan - 17:54

Le professeur Bernard Debré, député UMP de Paris etmembre du Comité consultatif national d'éthique, a affirmé sur France Info que
«le principe de précaution a été poussé à l'extrême stupidité». Il
estime que la France a acheté de 50 000 à 70 000 de vaccins en trop et
un tiers des réserves mondiales de l'antibiotique Tamiflu. La facture
s'élève selon lui à près de deux milliards d'euros, soit plus que les
déficits additionnés de tous les hôpitaux de France.


Il n'y aura qu'à envelopper les vaccins dans les 2 milliards et demi de masques inutilisés, le tout arrosé de tamiflu-dont nous avons acheté 1/3 des réserves mondiales-et vendre tout ça aux enchères. A qui ? Probablement que personne ne va en vouloir.
Et pour couronner le tout, espérons que madame Roselyne aura une promotion gouvernementale.
Un bon point aussi aux mutuelles dont le silence fut assourdissant....sauf pour nous dire que l'augmentation des cotisations va être de 5%.
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Robot U&P le Dim 3 Jan - 19:00

Vaccination contre la grippe médiatique H1N1 : un fiasco

( Source : Diplolitique )


Quatre vingt quatorze millions de doses de vaccins ont été commandés par la France dans le cadre du plan de lutte contre la pandémie grippale A H1N1. En ce début 2010, un peu moins de cinq millions de personnes ont été vaccinées. Plus de vingt cinq millions de français ont pourtant reçu leur invitation à la piqure . Autant dire que cela ne sera pas simple d’écouler les stocks ! Sans oublier que le nombre de cas décroît rapidement et le pic de l’épidémie est peut être derrière nous.

Dans ce cas, nous passerions directement du niveau d’alerte cinq (extension des cas) au sept (fin de pandémie) sans passer par la case "fin du monde"... Eh oui, le plan de crise sanitaire du gouvernement à un milliard d’euros semble bien être un fiasco.

Le ministère a reconnu le 26 novembre dernier qu’il y avait 10% de pertes dans les stocks de vaccins (mode de conditionnement, autre) : Ça nous fait tout de même déjà l’équivalent de cent millions d’euros... Roselyne, tout n’est pas perdu... Tu as déjà proposé neuf millions de doses à l’OMS... Et puis, le virus peut encore muter et devenir très méchant ! Tu peux tenter le coup de prolonger la vaccination cet été en prévision de la sortie de "la grippe A H1N1 2, le retour"...

Mais après, il sera trop tard, ces vaccins ne se conservent généralement pas plus d’un an... Et là, Roselyne, ça va chauffer sur le ministère de la santé et des sports, parce que Nico, il n’aime pas les problèmes !
avatar
dranozir
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 2454

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par dranozir le Dim 3 Jan - 22:58

complètement con d'avoir commandé autant de vaccin

car surtout le plus gros problème c'est que même si il y avais eu urgence on aurai pas eu le temps de vacciner tout le monde aussi vite ... ( a moins de décreter la loi martiale ... )
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8202

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par casseron le Lun 4 Jan - 9:55

Alors, il paraît qu'on va les revendre.....Ces malheureux inconscients du Qatar et de l'Egypte n'avaient donc pas fait provision ? Et c'est maintenant qu'ils achètent alors que l'épidémie s'en va ? Comme c'est bizarre. A moins que les Egyptiens ne veuillent vacciner leurs momies et les Qataris leurs chameaux......
Ou bien, le Français qui chacun le sait est le plus malin de la planète, s'en tire par une pirouette en disant : "on n'a pas tout perdu, on est capables de faire du business pour se renflouer".
Cette propagande est lamentable !!
avatar
Robot U&P
Robot d'animation

Nombre de messages : 4530

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Robot U&P le Lun 4 Jan - 13:16

Comme prévu, la France a décidé de brader les dizaines de millions de doses surnuméraires de vaccins AH1N1 commandées à grands frais auprès des labos pharmaceutiques sur la marché mondial.

Malheureusement, le marché est sur-saturé, car tous les pays occidentaux ou presque se retrouvent avec des centaines de millions de doses sur les bras, et cherchent à les refourguer aux meilleurs prix aux pays en voie de développement et aux pays émergents.


Vidéo archive Juillet 2007 : La ministre-VRP de la Santé Roselyne Bachelot présente aux Français son plan très couteux, avec la complicité bienveillante de la radio publique dirigée par Philippe Val, France inter – Dailymotion

La France a même décidé de donner tout simplement 10 millioçns de dose à l’OMS, sans doute pour la remercier de se sbons conseils, puisque c’est l’OMS qui avait invité les pays dans le monde à investir des milliers d’Euros dans les vaccins en conseillant 2 piqûres par tête de bétail, avant que de nouvelles études épidémiologiques ne ramènent la scénette à 1 piqûre par personne.

Les Labos, débordés par les commandes inespérées de vaccins, ont alors adjuventé leurs précieuses productions, réclamant des passe-droits exceptionnels au cas où le remède s’avérerait pire que le mal.

Ce sont ainsi plus de 700 millions à 1 milliard d’euros selon les sources qui ont été engloutis en France pour acheter 94 millions de doses de vaccin, tandis que seulement 5 millions de doses ont été utilisées à ce jour malgré la propagande infernale incitant les gogos de France et de Navarre à se faire piquer.

En rendant le vaccin gratuit pour les personnes qui se présenteraient dans les Centres réquisitionnés à grands frais, le gouvernement français a de décidé de reporter le coût de cette immense opération médiatico-finanicière sur les mutuelles de Santé qui vont augmenter de 5% l’an prochain, et par conséquent sur leurs cotisants…

Ce scénario catastrophe était prévu par les observateurs non alignés, et force est de constater que tout se déroule comme prévu, comme si tout était normal : il faut dire que les forces pro-NWO contrôlent la plupart des centres stratégiques, et ce qui aurait pu constituer dans une démocratie normale un scandale social et financier notoire ne constituera sans doute dans notre pays qu’une péripétie politique à peine relevée.

12.220 personnes sont décédées officiellement de la grippe AH1N1, ce qui est très loin des chiffres annoncés par les vendeurs de vaccins, et très loins des chiffres annuels de la grippe saisonnière, mais cela aussi avait été prévu depuis de nombreux mois maintenant.

Le bilan des victimes des vaccins n’est malheureusement pas disponible.
avatar
casseron
VIP
VIP

Nombre de messages : 8202

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par casseron le Mar 5 Jan - 17:04

Les généralistes vont donc vacciner.

La question de la rémunération, qui préoccupe les syndicats, sera
également discutée. Roselyne Bachelot a affirmé que les médecins
seraient payés pour ces vaccinations. La CSMF demande «la même
rémunération forfaitaire que dans les centres de vaccination,
c'est-à-dire 66 euros de l'heure», l'équivalent de trois consultations.

«Ça n'est pas une question d'argent.

Non seulement ils vont prendre le prix de la consultation, mais en plus ils vont toucher 66 euros de l'heure !!!!

Et comme ils disent : "ce n'est pas une question d'argent". Gonflés en plus....et même cyniques !
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30757

Re: La Grippe Aviaire, Pandémie et autres virus.

Message par Schattenjäger le Mar 5 Jan - 17:22

L'humain tiendra un beau discourt, jusqu'à la tentation...
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 19 Jan - 12:08