Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.

VISITEUR


Free counters!

PUB


Découverte de fossiles de nouvelles espèces Croco-sanglier, croco-rat, croco-cécé, croco-canard et croco-crêpe

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30103

Découverte de fossiles de nouvelles espèces Croco-sanglier, croco-rat, croco-cécé, croco-canard et croco-crêpe

Message par Schattenjäger le Dim 22 Nov - 16:25


Cinq crocodiliens anciens, l'un d'eux doté d'une dentition similaire aux défenses d'un sanglier et l'autre, d'un museau comparable au bec d'un canard, ont été découverts dans le Sahara par l'explorateur en résidence du National Geographic, Paul Sereno, et par le professeur mcgillois Hans Larsson. Les fossiles des cinq crocodiliens, dont ceux de trois espèces nouvellement désignées, sont ce qui reste d'un étrange habitat sur la zone terrestre méridionale, connu sous le nom de Gondwana, il y a de cela quelque 100 millions d'années.

Monsieur Sereno, professeur à l'Université de Chicago, et les membres de son équipe, incluant le professeur Larsson, ont mis au jour les étranges crocodiliens pendant une série d'expéditions entreprise en 2000. « Ces espèces ouvrent une fenêtre sur un monde de crocodiliens complètement étranger à celui de ceux qui vivaient sur les continents septentrionaux », a déclaré le professeur Sereno. Ces crocodiliens, ainsi qu'une sixième espèce qui leur est étroitement apparentée, sont décrits en détail dans un article publié dans la version anglaise du numéro présentement en vente du magazine National Geographic.

Mesurant 12 mètres de longueur et pesant 7 250 kilos, le Sarcosuchus imperator, ou Sarco, est le premier et le plus gros des crocodiliens découverts par le professeur Sereno dans le Sahara, sans toutefois être le plus étrange, selon le chercheur. De concert avec les membres de ses équipes, le chercheur a rapidement découvert les fossiles clés de cinq espèces autrefois inconnues ou peu comprises, dont la plupart se déplaçait en position verticale, bras et jambes sous le corps comme un mammifère terrestre, plutôt qu'étendus de chaque côté, le ventre touchant le sol.

Nouvelles espèces :

  • Croco-sanglier (Kaprosuchus saharicus) : fossiles découverts au Niger. Carnivore se déplaçant en position verticale, mesurant six mètres de longueur, doté d'un museau blindé permettant de frapper et de trois rangées de crocs en forme de poignard pour trancher. Parent le plus proche découvert à Madagascar.
  • Croco-rat (Araripesuchus rattoides) : fossiles découverts au Maroc. Mangeur de larves et de plantes, se déplaçant en position verticale et d'une longueur de près d'un mètre. Paire de palettes à la mâchoire inférieure utilisées pour creuser et trouver de la nourriture. Parent le plus proche découvert en Amérique du Sud.
  • Croco-crêpe (Laganosuchus thaumastos) : fossiles découverts au Niger et au Maroc. Mangeur de galathées mesurant six mètres de longueur avec une tête plate de près d'un mètre en forme de crêpe. Dents pointues sur mâchoires fines. Pouvait apparemment demeurer immobile pendant des heures, mâchoires ouvertes, pour attendre une proie. Parent le plus proche en Égypte. L'article scientifique fait également état d'un proche parent découvert par l'équipe au Maroc, le Laganosuchus maghrebensis.

Nouveaux fossiles :

  • Croco-canard : Espèce déjà désignée sous le nom d'Anatosuchus minor; fossiles découverts au Niger. Mangeur de poissons, de batraciens et de larves se déplaçant en position verticale et mesurant près d'un mètre de longueur. Museau évasé et pendant avec nez à la Pinocchio. Zones sensorielles spéciales à l'extrémité du museau lui permettant de fouiller le sol sur la plage et en eau peu profonde pour découvrir des proies. Parent le plus proche à Madagascar.
  • Croco-chien : Nouveaux fossiles d'une espèce appelée Araripesuchus wegeneri; fossiles découverts au Niger comprenant cinq squelettes, un à côté de l'autre, sur un seul bloc rocheux. Mangeur de plantes et de larves se déplaçant en position verticale, d'une longueur de près d'un mètre avec nez mou, ressemblant à celui d'un chien pointant vers l'avant. Galopeur sans doute agile et excellent nageur. Parent le plus proche découvert en Argentine.

« Nous avons été surpris de découvrir autant de nouvelles espèces au même moment et au même endroit », a déclaré monsieur Larsson qui, en compagnie d'un membre de l'équipe, a découvert les ossements du croco-sanglier et du croco-crêpe. « Chacun des crocodiliens avait apparemment une diète et des comportements différents. Il semble qu'ils s'étaient réparti l'écosystème, chaque espèce en tirant profit à sa manière. »

En se basant sur l'interprétation des fossiles, les professeurs Sereno et Larsson émettent l'hypothèse que ces anciens crocodiliens étaient de petits galopeurs évoluant en position verticale. Ils suggèrent que le plus agile de leur nouvelle ménagerie de crocodiliens pouvait non seulement galoper sur la terre ferme, mais qu'elle avait aussi développé une nageoire caudale lui offrant agilité et vitesse dans l'eau, deux moyens de locomotion considérés comme des marques de l'évolution au cours des 200 derniers millions d'années.

Pour étudier le cerveau des crocodiliens, monsieur Sereno a effectué un examen tomodensitométrique crânien du croco-canard et du croco-chien et a créé des modèles numériques et physiques des cerveaux. Le résultat : le croco-chien et le croco-canard possédaient un cerveau antérieur large, en forme de trèfle, qui semble différent de celui des crocodiles de notre époque. « Il se peut qu'ils aient eu une fonction cérébrale plus sophistiquée que celle des crocodiles actuels », a déclaré monsieur Larsson, « parce que la chasse active sur terre nécessite plus de capacité cérébrale que l'attente pure et simple qu'une proie se manifeste. »

Pour recueillir les fossiles des crocodiliens, le professeur Sereno et ses équipes ont dû supporter des températures allant jusqu'à 50 degrés Celsius et se sont nourris pendant des mois d'aliments déshydratés. La logistique représentait tout un défi : lors de l'expédition de 2000, ils ont transporté des camions, des outils, des tentes, 4 535 kilogrammes de plâtre, 270 kilogrammes d'eau et d'autres matériaux pour tenir quatre mois.

    La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 15:56