Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Fées, Dame blanche et trésors en pays dieppois

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30413

Fées, Dame blanche et trésors en pays dieppois

Message par Schattenjäger le Mar 20 Oct - 12:36

Des légendes qui entrent
dans le patrimoine immatériel de nos villages

Fées, Dame blanche et trésors
en pays dieppois




Anne Marchand a passé dix ans à dépoussiérer les archives
et collecter des témoignages dans les villages.




Anne Marchand a traqué les légendes, croyances, traditions et curiosités en Seine-Maritime. Son livre est l’occasion de revenir sur des mythes de Dieppe et sa région.


En région dieppoise, de nombreuses légendes et croyances populaires font allusion à des créatures paranormales. Anne Marchand, auteur de Légendes, Croyances, Traditions et Curiosités de Seine-Maritime (éditions Toscane), invite les lecteurs à la découverte des trésors légendaires, du patrimoine immatériel de notre département. Son livre forme en quelque sorte un dictionnaire à raconter. « Il reste nécessaire que ces légendes ne tombent pas aux oubliettes, dit-elle, mais parviennent aux enfants auxquels elles ne furent pas toujours transmises, et aux adultes qui désirent s’en souvenir ». L’étude minutieuse de cet ouvrage met en évidence des légendes où les protagonistes sont des fées, des Dames blanches ou encore des trésors qui restent bien cachés dans les terres ou puits cauchois.


Le manoir d’Ango hanté


Direction la Croix à la Dame à Hautot-sur-Mer. Celle-ci a été accidentée il y a quelques années et est provisoirement retirée. Il s’agit d’une croix du XVIe siècle située à l’emplacement où aurait été commis un viol suivi d’un assassinat par un varou (loup-garou), le diable ou des brigands, selon les versions de l’histoire. « A cet emplacement aurait depuis été vue une Dame blanche » raconte Anne Marchand.


Dans le village voisin, à Varengeville-sur-Mer, on évoque aussi une Dame blanche. Elle aurait été aperçue par plusieurs personnes dans les rues, indique Alexandre Bouteiller, en 1892. « De même, le Manoir d’Ango serait hanté par le fantôme de Marie, fille d’un pêcheur local, dont le bien-aimé serait mort lors d’un duel, se croyant trompé ».


Des fantômes, il y en aurait aussi à la Chapelle-du-Bourgay. Ce serait des âmes de soldats romains tués lors d’un combat en ces lieux, qui apparaîtraient sous forme de cavaliers blancs et s’arrêteraient devant les terres du château de Bréauté.


Des fées et des trésors


Le fantasme de la découverte d’un trésor et les histoires de fées ne sont pas réservés aux enfants. En s’appuyant sur les écrits de l’abbé Cochet, l’auteur raconte que les anciens attribuaient la Cité de Limes, à Bracquemont, aux fées : « On montre sur les gazons de la côte des ronds de verdure qu’on appelle ronds des fées. A la pleine lune de septembre ces génies viennent chaque année ouvrir une foire annuelle brillante. Enfin, pour y arriver, les fées auraient fabriqué une voie particulière. Chemin des fées, c’est ainsi que l’on appelle le chemin qui va de Dieppe à Rouen et à Radepont. Ce chemin des fées aurait été construit en une nuit ». Mais prenez garde ! Quand les fées viennent s’installer dans l’enceinte de l’ancienne Cité de Limes à Dieppe, elles étalent sur l’herbe des vêtements et des bijoux. « Mais si vous portez les yeux à tout ceci, les fées vous entraîneront au bout de la Cité et vous précipiteront du haut de la falaise en riant » prévient Anne Marchand.


La Mare aux trésors


A l’intérieur des terres, partons à Luneray. Il existerait dans la plaine au hameau du Ronchay des puits qui renferment des trésors. Les fées viennent y danser la nuit. A côté, à La Gaillarde, on évoque des légendes similaires et Anne Marchand d’ajouter : « On dit aussi que des protestants y auraient caché des richesses lors des guerres de religion ». A Brachy, plusieurs trésors seraient dissimulés dans les champs dont des statues d’or et d’argent. Et toujours dans le même secteur, à Gueures, une cloche aurait été jetée dans un puits ou une fosse.


A Saint-Jacques-d’Aliermont, Anne Marchand conte superbement l’émouvante histoire de la Mare aux trésors. Celle-ci se trouve à la sortie du village dans un petit-bois. « La tradition locale raconte qu’une femme riche et hautaine passait près de la grange avec sa charrette tirée par six chevaux, chargée de trésors. La terre s’entrouvrit, jeta des jets de flammes, et l’infortunée disparut dans l’abîme ». Et elle poursuit : « Des fées viendraient s’y mirer. Passe aussi un cheval sans cavalier qu’on entend galoper les nuits de brouillard. Il aurait encore été entendu en 1971 ».


1 000 ans de prière


Au Tréport, une pieuse légende concerne la statue d’une vierge ornant le portail du clocher de l’église Saint-Jacques. « Une âme du Purgatoire est condamnée à venir y faire sa prière à minuit, pendant mille ans ; fût-elle sur le point d’accomplir sa pénitence, si elle disait un seul mot aux personnes qu’elle rencontre, elle recommencerait pour mille ans ».


Cet ouvrage – dix ans de travail – est un véritable trésor qui va sûrement trouver bonne place dans les bibliothèques d’amateurs de mythologie et de régionalisme. Et si nous n’en publions que de courts extraits, d’autres légendes comme celles de Bellencombre et de la Forêt d’Eawy devraient interpeller les lecteurs, à l’instar de cette tradition à Bellencombre, au lieu-dit de La Heuze, où le cérémonial de Saint-Christophe est des plus étonnants. Anne Marchand nous entraîne dans un univers fascinant où chacun est libre de se forger une opinion sur la véracité de toutes ces histoires qui font aussi partie l’histoire de nos communes.


Aurélien Bénard


Pratique : Légendes, Croyances, Traditions et Curiosités de Seine-Maritime, par Anne Marchand, aux éditions Toscane. 352 pages. 19 e. En vente en librairie.


A Dieppe : la femme grosse et le navire des morts


Des légendes, Dieppe en regorge. Elles sont essentiellement liées au secteur de la pêche. Et Anne Marchand, petite-fille d’un pêcheur polletais, Jack Mottet, a une certaine fierté de les avoir publiées. A commencer par la légende de la femme grosse : « Une jeune femme enceinte désespérée par la disparition en mer de son époux se serait jetée de la falaise du Pollet, écrit Anne Marchand dans son livre. Elle y pousserait encore des cris les nuits d’orage ou de tempête. Voir son fantôme signifierait une mort imminente pour un proche de la personne qui l’aperçoit ».


D’autres légendes en rapport avec la mer sont évoquées comme celle du navire des morts. Selon les éléments recueillis par Anne Marchand dans le manuscrit dit du Pollet conservé au fonds ancien de la médiathèque Jean-Renoir, plusieurs Dieppois auraient été témoins de l’apparition de ce fameux bateau, un trois mâts fantôme avec un équipage constitué de morts sans sépulture de l’année. « Un coup de canon se fait entendre, le navire sombre, il entre dans les vagues au son d’une musique. En cet instant la mer se tait ».


Anne Marchand évoque aussi longuement les traditions et expressions populaires propres à Dieppe et au milieu portuaire. On y apprend enfin pourquoi les Dieppois nomment la lotte le saillot. « On l’appelle comme ça parce que Saillot était député en ce temps-là, et que les lottes ont une… grande gueule ». L’explication ne peut être plus claire ! Les anecdotes et superstitions sont parfois des plus truculentes.On apprend par exemple pour quelles raisons les pêcheurs de Dieppe ne voulaient pas manger de raie. « La coutume voulait qu’on accrochât autour du bateau les raies prises pour les faire piner (on dirait faisander pour du gibier - N.D.L.R.) et les matelots qui pissaient par-dessus bord les arrosaient… »


A. B.


Anne Marchand traque l’insolite


Plusieurs ouvrages sur les contes et légendes de Normandie ont été publiés. Il s’agit souvent d’histoires qui se déroulent en Basse-Normandie et pas toujours localisées de manière très précise. Le travail d’Anne Marchand entamé voilà une dizaine d’années et qui a fait l’objet du livre Légendes, Croyances, Traditions et Curiosité en Seine-Maritime est une mine d’informations historiques et mythologiques pour chacune des communes du département.


« J’ai fait mes recherches aux archives départementales, dans les mairies et bibliothèques, détaille l’auteur. Je me suis surtout rendue à la rencontre des gens dans les villages pour qu’ils me racontent des histoires, des légendes, des curiosités, qu’ils ont entendues. » A Dieppe, par exemple, elle a flâné au fonds ancien de la Ville de Dieppe en consultant plusieurs ouvrages et a pu s’appuyer sur les connaissances de ses contemporains comme Eric Tavernier, et sur des manuscrits de Jacques Merceron, Amélie Bosquet, Paul Sébillot et bien d’autres anonymes.


Membre de la Société de mythologie française et conteuse professionnelle, Anne Marchand a ensuite dû recouper toutes ces sources. Si son travail est publié et édité par la maison normande Toscane, ses travaux ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Elle continue ses recherches pour éventuellement faire des mises à jour et apporter de nouveaux éléments pour chacune des communes de Seine-Maritime.


Anne Marchand invite enfin les personnes qui pourraient lui transmettre des légendes, des petites histoires, des citations et croyances populaires à la contacter via son site Internet : annemarchand.fr.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 3:06