Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 1

Partagez
avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 1

Message par Mikerynos le Jeu 8 Oct - 22:40

Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas)
Le 7 juin et 12 juin 1999.

Synthèse Mikerynos


Les faits.
Hoeven est un village situé dans la commune néerlandaise de Halderberge, dans la province du Brabant-Septentrional. Dans la nuit du Dimanche 6 au Lundi 7 Juin 1999, vers 1h30 du matin, un jeune hollandais du nom de Robbert van den Broekke (1) observe une petite boule lumineuse dans le ciel qui ressemblait à une étoile brillante au-dessus du champ derrière sa maison. Il remarque que la lumière s’était mise à bouger et semblait réellement toute proche. La couleur de la lumière était rose très pâle, presque blanche. Ensuite, en quelques secondes, elle pris une forme elliptique et est apparue comme suspendue dans l’air à une hauteur de trois mètres environs, irradiant en direction du sol. L’air alentour était comme tremblante, comme s’il était chaud. Finalement, la lumière a graduellement diminué et disparu. Le garçon se précipite ensuite dans le champ ou il a découvre un cercle de blé couché. Il dit avoir remarqué que les blés, le sol et l’air ambiant étaient chauds.


Moins d’une semaine après cet évènement particulier, le samedi 12 juin 1999, une seconde formation est apparue à quelques mètres de la première. Cette fois, un bref éclaire de lumière fut observée au-dessus du champ vers 1h00 du matin, comme lorsque l’on prend une photo au flash. Cette lumière était d’un blanc intense avec une très légère teinte bleuâtre, semblait provenir d’une source unique qui flashait en direction du sol. On a également découvert un cercle de blé aplati, qui lui aussi, dégageait une certaine source de chaleur.

Eltjo Haselhoff (2) fut immédiatement informé et, après avoir consulté Nancy Talbott, de l’équipe de recherche américaine BLT (3), ce dernier se rend sur place le Dimanche 13 juin, et procède à un échantillonnage complet des deux formations et conduit quelques expériences simples sur le matériel ainsi récolté. Dans les deux cercles de neuf mètres de diamètre, E. Haselhoff prélève 27 échantillons (4) d’une vingtaine de plantes chacun, selon un schéma circulaire symétrique. Le but était de mesurer la longueur moyenne des nœuds de chaque échantillon et de le comparer avec des plantes de contrôle récoltées loin des deux cercles, dans le blé resté droit. Il s’intéresse particulièrement à déterminer une éventuelle variation de la longueur des nœuds qui pourrait révéler une symétrie dans les énergies mises en œuvre pour créer les formations. En tout, plus de 1500 plantes furent récoltées, soigneusement mises en bouquets et étiquetées. Après un séchage naturel de plusieurs mois (plantes suspendues hors de portée des rongeurs) des mesures ont alors été effectuées.


Méthode de prélèvement.
Les prélèvements ont été faits de la manière suivante, trois lignes (A, B et C cercle No 1 du 7 Juin et D, E, F, cercle No 2 du 12 juin ) coupent les cercles (une ligne alignée Nord-Sud, les deux autres avec un angle de 60 degrés par rapport à cette dernière, formant un angle angulaire) comportant 9 points de contrôle sous la forme de cercle de 860 cm à 900 cm. Des échantillons (+/-20) ont été prélevés à intervalles équidistants de 150 cm, commençant à un bord, avec les derniers échantillons au bord opposé (Ayant la conséquence suivante : La distance entre les derniers prélèvements des échantillons était parfois légèrement moins de 150 cm) Deux échantillons ont été prélevés sur un petit cercle adjacent situé a quelques centimètres du cercle du 7 juin, l’un au bord et l’autre au centre (non indiqué dans le diagramme) Un total de 9 échantillons témoins ont été pris sur pieds, à 3 mètres au sud à partir du bord méridional du premier cercle (C01), (C02) à 10 m aux Sud de la même référence, (C03) 20 m, (C04) 30 m. (C05) exactement entre les deux cercles, (C06) pris à 3 mètres au bord et au nord du deuxième cercle, (C07) à 10m, (C08) 20 m, et enfin (C09) à 40 mètres. (Voir le diagramme de prélèvement) Tous les échantillons ont été faits à environ 1,8 mètres de la tramline.


Analyse.
Pour mesurer précisément 1500 nœuds de quelques millimètres, E. Haselhoff écrit un programme informatique de mesures optiques, il ne restait plus qu’à fixé les tiges à l’aide d’épingles métalliques et de prendre des photographies numériques (5). Le programme ensuite mesure les nœuds avec une précision d’un dixième de millimètre. Une bande verticale de deux centimètres a été collée sur le bloc et employée pour le calibrage. (L’usage de cette technique étant nécessaire, non seulement pour garantir la meilleure précision possible, mais également pour éviter les risques d’erreurs dus à l’inévitable déconcentration de cette tâche fastidieuse d’une mesure manuelle avec une règle pour de si petit éléments, et en rapportant chaque mesure sur une feuille de papier) Ce système informatique de mesure garantissait des données objectives pour l’étude en aveugle, sans que n’entre un éventuel parti pris de l’expérimentateur. Toutes les photographies ont ensuite été convertit en 256 niveaux de gris (0-255) de 0 (noir) à 255 (blanc pour une meilleure lisibilité (6)



Dernière édition par Mikerynos le Sam 10 Oct - 12:06, édité 2 fois


___________________


avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 1

Message par Mikerynos le Ven 9 Oct - 18:06

Allongement progressif des nœuds (portion gris foncé) de la position a0 (haut de la photo), a3 (milieu) et a4 (bas)


Le résultat des mesures.
Le graphique expose les résultats des mesures de contrôle des nœuds récoltés en dehors des formations. La hauteur des barres vertes montre la taille moyennes des nœuds de chacun des 9 paquets de plantes servant au contrôle, cueillies à bonne distance de la formation. Les nœuds mesurent environs 2 millimètres, ce qui est une taille normale pour cette variété de blé à ce stade de développement.


En vert, la longueur moyenne des nœuds des plantes prises à 9 endroits
à l’extérieur du cercle est de 2 mm. En rouge, variation moyenne de 3 mm.

Toutes les barres ne sont pas de la même taille, reflétant une légère variation tout à fait normal due à des différences biologiques, car il n’existe pas deux tiges de hauteur identique avec des nœuds de tailles identiques. Pour mesurer l’amplitude de ces variations, on calcul l’écart type (illustré sur le graphique par les barres rouges) qui indique la variation moyenne entre les longueurs des différents nœuds de chaque paquet. Ainsi les premières barres vertes et rouges, à gauche, donnent les valeurs de l’échantillon d’une vingtaine de tiges étiquetées. La barre verte indique que la taille moyenne est très légèrement supérieur à 2 mm, et pour la barre rouge que la variation entre les tailles et de l’ordre de 0,3 mm. Les valeurs exactes pour les 19 échantillons sont les suivantes :

1,85 2,34 1,95 2,24 1,85
2,34 1,76 2,34 2,15 1,85
2,24 2,05 1,95 1,95 1,95
2,34 2,34 1,95 1,95

Ont peu tirer deux conclusions des valeurs affichées par ce graphisme : Premièrement, la longueur moyenne des noeuds des blés est intacts était d’environ 2 mm. Secondement, il y avait une légère variation comprise entre 0,2 mm et 0,3 mm dans la longueur des nœuds en fonction des endroits ou les échantillons ont été pris, ces variations sont normales et s’expliquent par toutes sortes de facteurs, comme par exemple, une exposition différente au vent et au soleil, une composition localement différente du sol, la quantité d’engrais reçue, ect. Mais ne sont pas significatives.

Considérons la longueur des nœuds mesurée sur les échantillons pris à l’intérieur du cercle de blé couché, en principe créé par la petite lumière légèrement rose décrit dans le témoignage, trois fois neuf paquets d’échantillons ont été pris en 9 points situés à égale distance sur des lignes passant au milieu du cercle, numérotés de a0 à a8, de b0 à b8 et de c0 à c8, les paquets a4, b4 et c4 se trouvent en plein centre. Le graphique montre que la longueur moyenne des nœuds est fort différente de celle mesurée sur les échantillons de contrôle pris en dehors de l’agroglyphe. Au centre (échantillon a4) elle se montre à 4,28 mm, soit deux fois plus que celle des plantes de contrôle. On connait les mécanismes qui peuvent expliquer une augmentation de la taille du nœud : Le gravitropisme. Il résulte de l’effet qui permet à une plante de se redresser après avoir été inclinée, dans un tel cas, cependant, on a pu démontrer que ce mécanisme pourrait provoquer un allongement des nœuds entre 10% et 20% par semaine. Les quelques 200% d’allongement mesurés au centre du cercle constituent un phénomène remarquable.


Il est encore plus flagrant de constater que la longueur des barres jaunes croît du bord gauche du cercle jusqu’au centre, puis décroît du centre au bord droit. Cette découverte étonnante nous permet quelques considérations révélatrices. Si l’on suppose que le cercle est l’œuvre de mystificateurs utilisant une corde et des planches, comment expliquer d’une part l’allogement des noeuds hors normes, et d’autre part, les différences dans l’allongement en fonction de la distance au centre du cercle.




En effet, dans ce cas, toutes les tiges auraient subi le même traitement et auraient été affectées dans les mêmes conditions, tant en ce qui concerne la température et l’humidité que l’ensoleillement. Comment alors expliquer que l’allongement des nœuds dépende de l’éloignement du cercle ? Pourquoi une plante couchée au centre du cercle aurait-elle dû d’avantage enfler ses nœuds que les plantes couchées au bord du cercle ? Comment une plante pourrait connaitre sa position par rapport au centre ? La réponse est simple : Elle n’en sait rien, bien sûr, de sorte que la symétrie observée dans l’allongement des nœuds doit forcément avoir une autre explication.

Passons aux résultats donnés par les échantillons pris dans les 2 autres diagonales du cercle. Il existe une chance extrêmement faible que les premiers résultats soient accidentels. Cette chance est encore réduite quand on considère les deux graphiques (b et c) puisqu’ils montrent la même symétrie. On ne saurait assez insister sur le fait que ces observations présentent le plus grand intérêt, en raison du grand nombre d’échantillons, la pertinence statistique est de 100% et les mesures démontrent que l’allongement des nœuds s’est produit selon la même symétrie circulaire que le cercle lui-même. Cela nous permet de considérer que ce qui a créé le cercle est également responsable de la modification des nœuds. Une autre indication concernant la cause de l’allongement : La chaleur, qui a provoqué une expansion des nœuds pleins d’eau.


Dernière édition par Mikerynos le Ven 9 Oct - 18:31, édité 2 fois


___________________


avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 1

Message par Mikerynos le Ven 9 Oct - 18:06

Analyse de la distribution de la chaleur.
Comme Levengood (7) l’a suggéré, l’allongement des nœuds pourrait être dû à un effet d’expansion thermique, le liquide contenue dans les cellules chauffe en augmentant la flexibilité des parois cellulaires. En conséquence, les cellules de la plante se dilatent et elles vont conserver leur nouvelle taille après le refroidissement. En partant du principe très raisonnable selon lequel la longueur des nœuds est proportionnelle à l’augmentation de la température, on peut utiliser ces derniers comme autant de minuscule thermomètre à mémoire. Nous admettons ensuite que si le témoin a fait une observation correcte et que la chaleur a réellement été produite par une boule lumineuse au-dessus du champ, cette remarque n’est pas fantaisiste : De nombreux témoins ont vu de telles boules lumineuses si souvent, en fait qu’elles ont fini par être désignées par l’acronyme BOL (8) . Il n’est pas bien difficile de déterminer la distribution de la chaleur à partir d’une source sphérique de radiations électromagnétiques. Dans ce cas, vu la faible distance, on peut raisonnablement tenir compte de l’absorption par l’air, et utiliser la propriété selon laquelle l’intensité d’une source électromagnétique diminue proportionnellement au carré de la distance. A deux fois une distance donnée, la lumière est quatre fois moins intense, à trois la distance, elle est neuf fois moins intense, ect. Si la BOL se trouve à une hauteur de h au-dessus du champ, la distance entre elle et un point situé à la distance d du centre du cercle est selon Pythagore de :


Nous voilà avec un modèle mathématique qui nous permet de prévoir la distribution de la chaleur au niveau du sol à n’importe quel point de l’agroglyphe circulaire. La prochaine étape consiste à faire correspondre à ce modèle les mesures de longueurs des nœuds. Pour cela nous emploierons la méthode d’analyse de régression linéaire : Les mesures sont représentées par des points sur un graphique de telle manière que le modèle mathématique est confirmé quand les points se trouvent sur une ligne droite.


On constate que les valeurs mesurées indiquées par les points rouges se placent effectivement le long d’une ligne droite. Cela confirme que la chaleur sur le sol était identique à la température qu’aurait produite une petite source électromagnétique placée dans ce cas à 4,10 mètres au-dessus du sol. La concordance entre nos mesures et le modèle exprimée par une valeur appelée coefficient de corrélation. Plus le nombre est proche de 1, plus grande est la corrélation. Dans ce cas, ce coefficient est de 0,988, ce qui indique une correspondance quasiment parfaite. Les conséquences de cette découverte sont du plus grand intérêt, en effet un témoin déclare avoir vu un cercle de blé couché suite à l’apparition au-dessus de ce dernier d’une petite source de lumière. Une telle déclaration est bien entendue extrêmement particulière, propre à faire douter n’importe qui. Il y a des dizaines d’explications, toutes beaucoup plus faciles à croire, le témoin aurait tout aussi bien inventer l’histoire. Et pourtant, les résultats des analyses démontrent qu’il existait dans le terrain des preuves physiques qui appui ce témoignage.

Conclusion.
Eltjo Haselhoff à réuni ses observations dans un article, proposé à une revue scientifique « Physiologia Plantarum » spécialisé dans la biophysique et la psysiologie des plantes. Comme dans toutes les publications scientifiques, cette revue dispose d’experts qui analysent l’article proposé pour en dépister d’éventuelles erreurs de méthodes, des incohérences, des conclusions prématurées, ect. Six mois après, l’article fut approuvé et publié. Cette publication entraîne d’importances conséquences, elle signifie que l’hypothèse selon laquelle des boules lumineuses sont impliquées dans la création de certains agroglyphes au moins n’est plus une hypothèse, mais un fait scientifiquement démontré et accepté. Cela restera un fait tant que l’on aura pas démontré le contraire ou que l’on aura pas fourni une autre explication plus convaincante. Dans tous les cas, une telle preuve ne pourra paraître dans un journal grand public, ni sur un site internet, mais seulement dans une revue scientifique.

Les discussions sur l’allongement des nœuds des plantes prises à l’intérieur des agroglyphes ont dépassé le niveau des tabloïdes pour trouver leur place dans des publications scientifiques sérieuses disposant d’un panel d’experts pour vérifier chaque article publié. Pour résumer : Des conclusions publiées dans des journaux scientifiques à comité de lecture ne peuvent pas être simplement écartées comme de l'imagination ou de la pseudo-science.
____________________________
Notes :
(1) compte rendu sur Robbert van den Broekke publié par Nancy Talbott sur son site.
http://www.bltresearch.com/robbert.php
(2) Eltjo Haselhoff est docteur en physique expérimentale et théorique.
Il a travaillé dans plusieurs laboratoires de recherches, dont les célèbres Los Alamos Laboratories, aux USA. Il s'est ensuite consacré à l'étude des agroglyphes
(3) (BLT Research Team Inc) http://www.bltresearch.com
(4) Plante coupée au ras du sol, maintenue avec du ruban adhésif et ensuite repéré.
(5) Un appareil photo numérique de marque Sony DSC-F55E, avec une résolution de 2.1 Megapixels, commercialisé en Février 1999.
(6) On peut considérer le modèle niveau de gris comme une simplification du modèle CMJN dont on ne tiendrait compte que d'une seule couche : celle du noir.
(7) Voir aussi :W.C Levengood, N.P Talbott, « Dispersion of energie in worlwide crop formation » revue « Physiologia plantarum 105 » pp.615-624, 1999.
http://www.bltresearch.com/published.php
(8) BOL pour « balls of light » de l’anglais « Boules de lumière »
_________________________________________________
Principales Sources :
· « The deepening complexity of crop circles : Scientific research & Urban legends » de Eltjo Haselhoff, Ltd , Berkeley, Californie (USA), 2001.
En Francais (traduit de l’anglais par Jean-Daniel Pellet) : « Les Cercles des Blés et Leurs Mystères », Editions Favre SA 2002, p.90 (larges extraits)
· FKG Forum für Grenzwissenschaften und Kornkreise http://www.fgk.org (Archive)
· Le site Culture Crop (Anne Moro): http://www.culture-crop.com/123soleil.htm
· Le site de Patrick Gross : http://ufologie.net/htm/crophoevenf.htm

A suivre: Partie 2 - Les tests de germination.
Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 2


___________________


avatar
Passiflore
VIP
VIP

Nombre de messages : 1074

Re: Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 1

Message par Passiflore le Dim 11 Oct - 10:37

Vraiment du beau travail !
Mais où est l'intérêt pour cette intelligence que de se livrer à de tels actes ?
avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 1

Message par Mikerynos le Dim 11 Oct - 17:28

Dans ce cas précis, on il s’agit de simples cercles et non pas de pictogrammes complexes, alors pour ce qui est d’un éventuel message... Une altération a été provoquée et constatée scientifiquement par des prélèvements. Une modification faite sans doute par une boule de lumière situé à 4,10 mètres au-dessus du sol.

Je reconnais que le témoin du phénomène est plus que douteux aujourd’hui, mais à l’époque l’était-il ? Même si son témoignage est bidon (ce qui n’est pas prouvé) quoi qu’il en soit, Eltjo Haselhoff déclare que le phénomène observé n’est pas lié au gravitropisme ou à une cause naturelle. Après est-ce relié directement aux pictogrammes complexes que l’on retrouve tous les ans dans le Wiltshire, je n’en sais rien...


___________________


avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 1

Message par Mikerynos le Jeu 15 Oct - 18:17

Pour conclure, on attend une étude scientifique, reconnu comme telle, et qui prouve que le soleil y est pour quelque chose dans l'allongement des nœuds... Si quelqu'un à cette publication merci de faire suivre. En particulier chez les nombreux sceptiques du coin, ceux qui nous lisent...


___________________



Contenu sponsorisé

Re: Cercles de récolte de Hoeven (Pays-Bas) Partie - 1

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 16 Déc - 6:11