Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Argentine : Les mutilations de bétail en augmentation

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30655

Argentine : Les mutilations de bétail en augmentation

Message par Schattenjäger le Jeu 3 Sep - 17:38

(Source : Quique Mario, CEUFO, trad. jsf)

Juillet 2009 : Sept bovins ont été retrouvés mutilés la semaine dernière dans une ferme près de Puelches, dans La Pampa du sud-ouest. L’information a été confirmée au CEUFO par un fermier local qui a fait part de son inquiétude après les nouveaux incidents et a affirmé qu’ils “ne sont pas arrivés en un seul jour ; mais plutôt qu’ils se sont déroulés durant la semaine” tandis qu’une femme, propriétaire de ranch, a ajouté que “des lumières étranges ont été aperçues en train de manœuvrer à cet endroit et pendant plusieurs nuits dans la région.



Il est à noter qu’à travers la région, la présence de “lumières” et “véhicules” est si commune que plusieurs fois, les habitants locaux ont contacté CEUFO pour témoigner de manœuvres de “véhicules étranges” qui sont même visibles dans la région durant les heures du jour – une région qui est frappée par une remarquable sécheresse.

Les rapports des témoins oculaires comprennent ceux d’officiers de police et d’autorités communales des communautés du sud, qui en sont venus à considérer le phénomène comme du folklore.

Les mutilations de bétail ont refait leur apparition dans les conversations des producteurs de bétail et des habitants des diverses régions de La Pampa et de l’Argentine centrale en général.

De temps en temps, presque de façon cyclique, le sujet des animaux mutilés, tués avec une précision alarmante, réapparaît dans les médias, surtout au cœur de la nation. La Pampa tient une place centrale et un large éventail de commentaires ressort des discussions aux cafés, parmi les associations de fermiers, et dans toutes les villes de la région centrale de l’Argentine.

Les mentions de "rongeurs" dans le texte absurde produit par la SENASA sont une source d’amusement parmi les travailleurs saisonniers, instruits des manifestations étranges dans leur région. Et dans la présente situation, le terme “extraterrestre” créé une sensation d’inconfort chez ceux qui ont été témoin de manœuvres de lumières étranges dans l’obscurité, généralement associées au mystérieux et à l’inconnu.

Les habitants qui vivent dans la région depuis longtemps s’émerveillent de la précision des incisions, et sont encore plus étonnés de voir que les autres créatures refusent d’approcher les animaux tués de cette manière. Ce n’est que maintenant que les animaux approchent timidement une carcasse qui était restée étendue à découvert pendant dix à douze jours.

Un fermier expérimenté a affirmé, “Les lacérations ne sont pas normales. Il n’y a pas de signe que l’animal ait même essayé de repousser un agresseur. Il semble plutôt s’être endormi par terre.

Un officier de la Division du Vol de Bétail de la Police de La Pampa a dit : “Bien qu’aucun rapport ne soit sollicité lorsque les incidents arrivent, les officiers de police agissent souvent d’eux-mêmes lorsque les nouvelles de ces incidents sont connues,” ajoutant que “nos yeux ne cherchent que du matériau strictement lié à la police”, faisant comprendre que les cas sont examinés ensuite par des experts qui sont mieux versés dans le domaine à des niveaux supérieurs. “Ils ont tendance à trouver des détails tels que la proximité apparente des animaux à des lignes à haute tension, le fait qu’il y a toujours des dépôts d’eau à proximité, et que certains arbres montrent des signes d’incisions et d’autres marques.”



Dans ces conditions où des centaines de cas ont lieu sur une vaste région du centre du pays, certaines agences ont essayé de prouver que les événements étaient « naturels » et ont blâmé des « souris à museau rouge", mais ne savaient pas que des scientifiques connaissent aussi la région parce qu’ils y vivent, et connaissent aussi tous ses coins et recoins, et chaque espèce qui les occupe. Ces scientifiques ont violemment rejeté les analyses faites en laboratoire. Finalement, le rapport IRRÉVOCABLE, qui n’a pas du tout circulé, fut celui fourni par le CEUFO, par un officiel de l’École de Médecine Vétérinaire de l’Université de La Pampa. Après une année d’expériences et de comparaisons, ils ont déterminé que LES INCISIONS SONT MÉCANIQUES – c’est-à-dire, commises par quelque chose qui n’a rien à voir avec des dents de rongeurs ou d’animaux charognards.

Dans l’une des nombreuses incursions menées par le CEUFO dans les régions rurales, nous avons obtenu un récit de témoin oculaire en mars 2007 d’un fermier dans la communauté de Embajador Martini, dans la province de La Pampa, qui a ajouté un fait intéressant à garder à l’esprit parmi les paramètres de comparaison. Il a dit : “A 14h00, j’ai été témoin d’une panique produite par un faisceau de lumière circulaire, mesurant 2 mètres de diamètre approximativement, émis par un objet qui se déplaçait à une altitude et vitesse normale, et qui avait la forme de deux bols à soupe réunis par leurs bords.”

La question se pose immédiatement – Est-ce cela qui a fait s’enfuir les animaux ? Est-ce lié d’une quelconque manière aux mutilations ?

Nous pouvons tirer nos propres conclusions avec ces informations.
avatar
sergent garcia
VIP
VIP

Nombre de messages : 3570

Re: Argentine : Les mutilations de bétail en augmentation

Message par sergent garcia le Jeu 3 Sep - 18:27

C'était en juin 2002...
HUIT CAS DE PLUS A PUELCHES


- Huit animaux mutilés de plus ont été trouvés vendredi aux Terrains 2 et 22 du département de Curaco, 50 kilomètres de sud de Puelches. Ceci a été confirmé par le shérif adjoint Omar Martinez dans un rapport à ce correspondant.
Les trouvailles s'ajoutent donc à plus de 100 animaux qui sont apparus dans les provinces du Rio Negro, de Buenos Aires et de La Pampa. Deux des carcasses ont été trouvées sur le Terrain 22 dans un champ possédé par Augusto Valdome, et concernent deux vaches privées des parties génitales, d'une oreille, d'un oeil et d'une partie de leurs machoires.
En outre, deux vaches additionnelles et un veau ont été trouvés dans un champ, également sur le Terrain 22, possédé par Julio Rogge. Les deux premières étaient privées des mêmes organes que dans le cas antérieur, mais le veau était privé de ses poumons, coeur, foie et entrailles.
Dans un troisième champ, les officiers de police ont découvert trois vaches dans un pâturage sur le Terrain 2, possédé par Sara Aguerre. Les carcasses étaient également privées de leurs parties génitales, mamelles, oreilles, yeux et des coupes profondes étaient montrées par leurs machoires. Martinez a noté que les restes de la tête du veau trouvée sur le champ de Rogge seront envoyés à l'école vétérinaire de l'université nationale de La Pampa. La police a pris cette initiative du fait de la décoloration bleuâtre étrange qu'elle montrait.

Source; http://www.ufologie.net/press/laarena23jun2002f.htm


___________________


Sergent Garcia; PZychotérapeute animal et éleveur de blaireaux. Reçoit à toute heure, sans rendez-vous.
N°d'agrémentation Miviludes 666 Z 07-59; Facilités de paiement pour les cas les plus désespérés. Permi d'euthanasier
avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Argentine : Les mutilations de bétail en augmentation

Message par Mikerynos le Jeu 18 Mar - 18:53

Rocamora (Argentine) Le 16 Mars 2010.
Mutilation d’une vache.

Synthèse & Traduction Mikerynos

Ce mardi matin, Jacobo Schwartz qui est boucher professionnel, a retrouvé une de ses vaches morte dans son terrain de 15 hectares situés dans la province d’Entre Ríos, à Rocamora. Cette localité se situe à environ 14 kilomètres de Basavilbaso. La génisse, âgée de un an et demi, pesait environ 350 Kg et faisait partie d’un troupeau de vingt bêtes qui paissent dans le champ, son cadavre gisait sur le sol mort et mutilé. Pour le propriétaire, sa découverte de ne date pas plus de deux jours.

Sur l’animal, le maxillaire gauche de l'animal et la mâchoire supérieure étaient complètement nu jusqu’a l’os, sans aucuns restes de muscles ou de chairs. La peau est coupée proprement et sans dentelure. Il lui manquait aussi un œil et sa langue, une partie d’une oreille était aussi manquante. Aucune trace de sang n’était visible à proximité, et Jacobo Schwartz n’a rien remarqué d’anormal sur les lieux, y compris dans le reste de la ferme. L’homme déclare n’avoir jamais rien vu de semblable « La disparation de la chair sur la mâchoire était comme si elle avait eu lieu depuis longtemps »
____________________________
Source :
http://www.entreriosya.com.ar/


Dernière édition par Mikerynos le Sam 27 Mar - 0:47, édité 2 fois


___________________


avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Argentine : Les mutilations de bétail en augmentation

Message par Mikerynos le Sam 27 Mar - 0:46

La Mutilation de « Schwartz » Rocamora, Concepción del Uruguay (Argentine)
Le Mardi 16 Mars 2010 - Mutilation d’une vache.

Écrit Daniel Ubaldo Padilla (Journaliste)
Synthèse & Traduction Mikerynos

Suite à une information concernant une mutilation de bovin à Rocamora dans la province d’Entre Rios, Daniel Ubaldo Padilla et le Dr Roberto Lezcano, se sont déplacés sur place le mercredi 17 Mars pour rencontrer le propriétaire Jacobo Schwartz, vers 15h30 à son domicile. Ce dernier déclare que M. López qui travail pour lui, avait averti qu’une vache était malade ou agonisante vers 9h00 le même jour. Quarante minutes plus tard, James décide de rendre visite à l’animal. Lorsque celui-ci arrive sur place, l’animal était déjà mort. Le choc et les blessures qu'il avait dans la tête, comme le déclare Jacobo, sont des choses qu’il n’avait jamais vus en 70 ans de vie à la campagne. Ce qu’il avait devant les yeux n’était en aucun cas assimilable à une attaque d’animaux sauvages et aux prédateurs de la région. Son attention fut aussi attirée par le fait que ses chiens n’approchaient pas de la carcasse.

Après cette macabre découverte, il appela Le Dr. Daniel Bel, le vétérinaire local pour lui demandé son avis. L’animal se trouvait dans une parcelle partagée avec les autres animaux du troupeau et il craignait une épidémie ou une contagion, principalement d’Anthrax. C’est pour cette raison qu’il décide de transférer les restes de l’animal vers un pâturage voisin. M. Bel a pratiqué une autopsie vers 7h30 le lendemain matin, la nécrose avait commencé. Pour lui, l’animal était sain et non malade, l’animal était nourri normalement. Lors de l’autopsie, l’appareil digestif était plein. Interrogé au sujet des blessures à la tête, il déclare qu’elles sont «post mortem» et probablement attribuables aux charognards de la région. Ce qui contraste nettement avec l’opinion exprimée par Jacobo. Le Dr. Daniel Bel ne fera pas d’analyse car la mort daterait, selon lui, à plus de 24 heures. Dans la conclusion de son rapport, celui-ci indique un décès pas empoisonnement, mais compte tenu du degré de décomposition, il n’est pas en mesure de confirmer ce diagnostique.

Il a également observé que ce pâturage était pauvre en herbe, pas assez pour l’alimentation du troupeau, que le long la clôture qui l’entoure, ce trouve des arbustes (duraznillos) dont l’ingestion des baies toxique.

De notre côté, nous avons aussi procédé à un examen de la carcasse, malgré la forte concentration de mouches sur le corps mutilé de la vache. La mâchoire supérieure et la mâchoire ont été laissées «nue». Nous avons découvert certaines marques frappantes coïncidentes avec d’autres cas étudiés. En particulier une marque visible sur la photo 1 de forme concave comme imprimée ou « marqué à chaud » Au niveau des cuisses (photo 2) des traces gélatineuses sont observées dans les poils, là aussi il y a une similarité avec d’autres cas, mais ici elle est différente. D’autres protubérances sous forme d'ampoules pourraient être attribuées à la décomposition du corps de l'animal (photo 3)





Les photos en haute résolution sont disponible sur ce lien :
http://www.enigmavirtualovnisymutilaciones.blogspot.com/

Le 18 Mars une enquête est ouverte par l’officier de Police Suárez. Ce dernier rend visite au pâturage ou l’animal à été découvert, puis ensuite à l’établissement du vétérinaire. L'enquête est en cours..


___________________


avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Argentine : Les mutilations de bétail en augmentation

Message par Mikerynos le Dim 12 Sep - 16:22

Mutilation en série à Chascomus (Argentine)
Juillet - Août 2010.

Synthèse & Traduction Mikerynos.

Chascomus se situe dans la province de Buenos Aires. En dehors de la ville, dans les terres des exploitations agricoles, de nombreux animaux ont été mutilés. Un fait surprenant est que ces animaux n’ont pas de propriétaire. Selon le premier rapport préalable, il s’agit d’une vache, de deux porcs, d’un chien et d’un coq mort bizarrement. Les éleveurs de la région préfèrent garder le silence. Et lorsque que l’équipe d’enquêteurs de Silvia Pérez Simondini, accompagnait de Miguel Angel dit « Tato » et de Martinez Marcelo dit « Tano » deux animateurs populaire de la radio locale, sont arrivés sur place, ces derniers ont compris que l’investigation ne serait pas facile dans cette partie de la lagune de Chascomus. Dans cette zone peu habitée, on y trouve quelques fermes...

Les faits.
Le premier cas concerne un coq, découvert mort à un kilomètre à la sortie du bourg vers l’Est, en direction de la rivière « Rio de la plata » Les restes du volatile était encore là. Sur la carcasse, la totalité des plumes étaient encore présente, les parties molles du corps avaient presque durci mais n’étaient pas décomposé, cependant, il y avait une légère odeur de décomposition. Une particularité : L’animal était totalement propre au niveau de la nuque, de la tête et du bec. Aucune rupture, ni de trace de mutilation dans les chairs n’a été observée.

A 200 mètres plus loin où le coq git, il y a un mois une vache fut découverte morte sans explication, elle portait les traces d’une mutilation « classique » observée dans de nombreux cas, aujourd’hui elle est réduite à l’état de squelette. Un peu plus loin, à 100 m au Nord, se trouve un fossé ou la carcasse d’un chien à été découvert, près d’un porc lui aussi mutilé. Un autre fait, est que près de l’endroit, il y a plusieurs restes osseux d'autres animaux morts précédemment.



Le deuxième cas est celui d’un porc retrouvait mutilé le 15 Août 2010, ce cochon est un cosanglier (croisement hybride entre le cochon et le sanglier) C’est une femelle en état de grossesse avancée. Le propriétaire de l’animal n’est pas connu, il a été découvert sur le bord d’un chemin rural. Sur l’animal, quatre des glandes mammaires ont été extraient, ainsi que l’anus et l’appareil reproducteur avec une perte importante du fluide au niveau du placenta. Du sang a été découvert dans le pavillon auriculaire gauche, suite à l’éclatement de la membrane du tympan. Sur le groin un saignement lié à une trace circulaire montrant le caractère domestique de l’animal. Aucune trace de perforation liée à un impact de balle n’a été trouvée sur le corps, ou d’une autre arme. Cependant, des incisions et des hématomes de formes semi-circulaires ont été découvertes au-dessus des glandes mammaires (voir sur la photo les flèches qui indiquent les incisions mentionnées) L’extraction de ces glandes avec une coupe circulaire et propre est nettement visible.




Non loin du cosanglier près du chemin de terre, se trouve un fossé remplis d’eau sale dans lequel a été découverte la carcasse d’un chien semi-submergée dans état de décomposition importante, mais sur laquelle ont remarque les mêmes marques de mutilations. La date du décès remonterait à 3 jours, d’après le témoignage de lugareñod, une personne qui vit dans la région. Comme pour le cosanglier, le propriétaire de l’animal n’est pas connu et aucun des exploitants ou propriétaires terriens ne connaissaient leur provenance. De toutes les personnes interrogées, aucunes ne déclarent en être les propriétaires. Ce fait, indique la possibilité que ces deux animaux soient étrangers à la région où ils ont été retrouvés.

Cette hypothèse pose la question sur la manière dont ces animaux sont arrivés sur les lieux. Évidemment la réponse à cette question est difficile. Auprès de certains riverains, nous avons réussit à obtenir l’histoire de deux frères d’une famille vivant dans la montagne, qui entrainaient des chiens avec des animaux capturés dans la montagne, leur adjugeant la mort des animaux découverts. Mais ce récit n’a apporté plus de contrariété que de confirmation, même entre riverains et voisins, dont certains n’entretiennent pas de bon rapport avec cette famille. Une recherche dans les proches environs nous informe qu’a 600 m du lieu de la découverte se trouve un poste de transformation électrique.

Conclusion.
Ces mutilations variées sont très intéressantes, toutefois, nous pouvons seulement nous concentrer sur celles qui produisent des preuves, celles-ci sont rares pour nous forger une opinion positive. D'abord, de tous les cas dénoncés, seulement deux animaux ont pu être observés, un à l’état squelettique, mort depuis plusieurs semaine, sans possibilité d'analyse. Le second datant de 24h mais ne remplissant pas les exigences du protocole mis en place. En effet, il y a des éléments trouvés, qui ne sont pas compatibles avec les règles de ce dernier :
- Trace de fluide dans la zone des blessures.
- Présence de sang dans la zone des coupes.
- État de rigidité cadavérique dans les extrémités inférieures de l'animal.
- Saignement découvert dans le pavillon auriculaire gauche.
- Saignement abondant au niveau du groin et déchirure des tissus.
Cependant ce cas reste étrange, plusieurs anomalies ont été découvertes :
En analysant les coupes des glandes mammaires, nous avons remarqué que les poils étaient coupés au ras, coupe nette et sans déchirure, incompatible avec celle d’une morsure. Par conséquent, ce dossier reste ouvert jusqu'à la découverte d’autres éléments permettant de le conclure définitivement.


Source : http://www.visionovni.com.ar


___________________


avatar
Mikerynos
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 9902

Re: Argentine : Les mutilations de bétail en augmentation

Message par Mikerynos le Dim 12 Sep - 16:55



___________________



Contenu sponsorisé

Re: Argentine : Les mutilations de bétail en augmentation

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 20:37