Ufologie & Paranormal

Bonjour,

Nous vous souhaitons un excellent surf sur les pages du forum. Le forum est en libre participation pour les non-inscrits. Une inscription donne néanmoins droit à nombreux avantages :

- Pas de pub
- Un pseudonyme réservé
- Un accès à l'ensemble des catégories
- La participation à la vie du forum
- Participation à nos concours
- Un outils précis pour organiser vos lectures, vos interventions.

Au plaisir de vous compter parmi nos prochains membres.

Le Staff.
Nouveau ! Le forum est en libre participation pour les non-inscrits.

VISITEUR


Free counters!

PUB


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Monstres mythiques et créatures légendaires

Partagez
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30419

Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par Schattenjäger le Dim 30 Aoû - 16:44


LE LÉGENDAIRE DRAGON

Omniprésent dans le folklore chinois, le dragon se retrouve aussi à travers des mythes de la Grèce Antique et dans la bible. Découvrez l histoire d une des créatures mythiques les plus redoutées.



Animal fabuleux qui figure dans la mythologie et dans les légendes populaires de presque tous les pays, le dragon est l'une des créatures mythiques les plus connues et les plus mystérieuses qu'il soit données de voir dans une mythologie. Il est le plus souvent figuré sous l'aspect d'un serpent ailé, avec une tête monstrueuse. Il est recouvert d'écailles, souvent vertes, armé de griffes et de dents aiguës, d'un dard menaçant, et vomit des flammes par la bouche. Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, le dragon joue un rôle important dans les légendes héroïques. Citons chez les Grecs les dragons de la Colchide, celui du jardin des Hespérides, ceux de la fontaine de Castalie, le monstre que tua Persée, et, au Moyen Âge, les dragons tués par le chevalier Gozon et le chevalier de Belzunce, et ceux qui figurent dans l'Arioste. La victoire sur un dragon est d'ailleurs l'exploit qui couronne la vie de maints héros légendaires du Moyen Âge: le roi Arthur, Lancelot, Tristan, Siegfried, saint Georges, saint Marcel (qui vint à bout de celui de Paris), etc. On trouve aussi des exploits de ce genre dans la mythologie scandinave et chez les peuples asiatiques, notamment dans les légendes annamites et chinoises. Le dragon figure même dans le Nouveau Testament (Apocalypse), où il symbolise la puissance de Satan; on le retrouve dans l'iconographie de saint Michel.

La Chimère est une variante du thème du dragon. C'est un monstre fabuleux de la mythologie classique, à tête de lion, corps de chèvre et queue de dragon. Elle fut tuée par Bellérophon, monté sur Pégase. La tarasque est un monstre légendaire qui désolait la Provence: elle était amphibie, avec une tête de lion, six pattes, et une queue de serpent; son souffle répandait une odeur pestilentielle. Elle fut maîtrisée par sainte Marthe. La légende de la tarasque s'est perpétuée à Tarascon, ville qui lui doit son nom, par la fête de la Tarasque, au cours de laquelle une reproduction du monstre est portée par douze hommes.

Les légendes de dragons ne semblent guère avoir été inspirées par les grands reptiles ou par les restes de dinosaures, qui étaient d'ailleurs, jadis, mal interprétés. Les dragons sont plutôt les incarnations des forces obscures de la nature ou de calamités naturelles: volcans dans le cas de la Chimère, crues du Rhône dans celui de la tarasque. Il est à noter que le dragon qui est très généralement présenté comme un symbole du Mal, est au contraire considéré comme bienfaisant dans la culture chinoise où il incarne le yang, principe mâle du cosmos.[/justify]

D'ailleurs, il est fait mention du dragon dans les mythologies primordiales, il y a plus de 5000 ans avant notre ère, où il est déjà un serpent énorme et doté d'un grand esprit. Il est un dieu, à l'origine même du monde. La mythologie assyro-babylonienne nous présente le dragon sous cette forme. L’eau est l’élément primordial, et c’est de la fusion de l’eau douce (Apsou) et de l’eau salée (Tiamat), incarnés par deux dragons que naissent tous les êtres et les dieux qui suivent. Ainsi les premières divinités qu’ils engendrent sont Lahmou et Iahamou, qui eux-mêmes engendreront les principes mâle (céleste) et femelle (terrestre) qui donneront vie à de grands dieux puis à l'humanité.

Dans la continuité de la cosmogonie assyrienne, Apsou se plaignit que les nouveaux dieux, plus perfectionnés et habiles, prissent le pouvoir, et complota avec son épouse Tiamat pour éliminer leur descendance. Les deux dragons primordiaux furent assassinés l’un après l’autre en combat singulier, et le corps de Tiamat la sorcière découpé en deux moitiés : l’une fit la voûte du ciel, et l’autre le monde terrestre.

Curieusement, dans de nombreux récits de la création du monde, les dragons occupent une place essentielle dans la formation de la cosmogonie, et de ce qui devient la Terre. Bien avant la vision terrible qu’en présentent les Livres saints de notre cosmogonie contemporaine (celle des religions les plus récentes, le Judaïsme, l’Islam et la Chrétienté, qui ont des racines identiques), l’image d’un tentateur ou d’un monstre dangereux ennemi des hommes, le dragon a été vu comme une créature puissante et respectable, symbole mystique d’une union entre le Ciel et la Terre.

Pour certains, les dragons était le nom donné à la race supérieure des Atlantes, ces hommes que Platon décrivait comme antérieurs à l’homme de la Terre et dotés par les dieux d’un pouvoir surhumain ainsi que d’une grande science. En héraldique, le dragon est un emblème noble à rapprocher de la bravoure ; et n’oublions que, bien qu’il soit la créature à abattre par excellence, la rencontre du héros avec le dragon détermine ne sort de celui-ci dans l’aventure et sa quête de gloire ! Quant aux Hindous, ils parlent des Nagas, ces êtres féériques qui se parent d’écailles et de plumes d’oiseau, et dont le chant merveilleux emplit les cœurs d’amour et de tristesse… Selon les Aztèques encore, les dieux frères Tezcatlipoca et Quetzalcoatl s’affrontent sans cesse pour la domination du monde. Le premier est un jaguar, dieu guerrier et avide de sacrifices ; l’autre est un serpent à plume, sage, pacifique et avisé.[/justify]

On peut trouver maintes explications à la fascination des hommes de toutes les époques et de toutes les religions pour cet animal fantastique. Assurément, l’aspect du serpent, à la fois lisse et froid, glissant comme sur de l’eau et sinueux comme un mensonge, a inspiré nombre de conteurs ; sa morsure parfois mortelle a dû impressionner plus d’un homme, pour faire entre tous de cet animal le symbole du péché. Cette métaphore aisée, qui le compare d’ailleurs à une femme, n’est pas si éloignée de la conception d’un dragon bénéfique et conseiller, tel qu’il est vu dans la philosophie chinoise notamment. De nombreuses légendes rapportent des transformations de femmes en serpents, et de serpents en femmes ; il y eu des Mélusine et des vouivres dans toutes les civilisations. Cela étant sans doute lié à l'apparence ambiguë du serpent : un animal terrien mais qui se déplace sans membres, qui peut se faire amphibie à l’occasion et dont le sillon sablonneux ressemble à s’y méprendre au sillage tracé dans l’eau. Nul doute que c’est le serpent qui a inspiré cette vision fabuleuse d’un être monstrueux associé à la puissance et à la peur.

En dépit de ces origines communes, le dragon diffère d’aspect selon les mythologies. Il est terrestre selon le folklore amérindien, sans doute apparenté au varan puisqu’il se déplace au sol et dévore le gibier ; aquatique et ophidien pour les légendes marines ; aquatique et aérien d’après les mythes asiatiques, qui le munissent d’ailes et lui font parfois cracher le feu ; aérien et terrestre en Europe où il crache souvent le feu, manifestant un caractère des plus belliqueux. Le mythe du dragon en soi est si complexe, et soumis à tant de conjectures qu'il ne sera pas étudié complètement ici. Ce qui serait de toute façon impossible en quelques pages, et c'est pourquoi seules les mythologies chinoise et scandinaves seront étudiées, elles qui ont engendré presque toutes les autres en Orient et dans le Septentrion. En effet, de la culture indo-européenne ont découlé les principales civilisations antiques, dont ces cosmogonies légendaires présentent beaucoup de caractéristiques. Il sera laissé à la volonté et au goût du lecteur de s'orienter vers des études et des récits par exemple grecs, égyptiens ou d'Europe de l'Ouest (l'histoire médiévale recelant de nombreuses légendes et interprétations à ce sujet, principalement bibliques
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30419

Re: Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par Schattenjäger le Dim 30 Aoû - 16:45

LE MANTICORE À TÊTE D'HOMME
Un des monstres peuplant l'Inde...



La manticore est une créature fantastique ayant le corps d'un lion (parfois à fourrure rouge), la tête d'un humain (souvent avec des cornes, des yeux gris et trois rangées de dents) et une queue de scorpion ou de dragon, parfois dotée d'ailes, capable de lancer des dards venimeux pour immobiliser sa proie. Sa taille varie entre celle d'un lion et celle d'un cheval.

D'origine perse, la manticore est une mangeuse d'hommes : son nom provient du persan martya, « homme », et xvar, « manger ». Le fait qu'on la retrouve dans la mythologie européenne serait dû au médecin grec Ctésias de la cour d'Artaxerxès II, au IVe siècle av. J.-C., qui en parle dans Indika, un ouvrage sur l'Inde connu des auteurs grecs mais perdu depuis.

Évoquant les animaux qu'il a vus à Rome, l'auteur gréco-romain Pausanias écrit dans sa Description de la Grèce :

« Quant à la bête décrite par Ctésias dans son Histoire indienne et qu'il dit être appelée martichoras par les Indiens et « mangeuse d'hommes » par les Grecs, je suis amené à penser qu'il s'agit du tigre. Mais du fait qu'elle a trois rangées de dents dans chacune de ses mâchoires, et des pointes au bout de sa queue avec lesquelles elle se défend en combat rapproché et qu'elle tire comme les flèches d'un archer sur ses ennemis lointains, je pense qu'il s'agit d'une fable que se transmettent les Indiens à cause de leur crainte excessive de la bête. » (Description, XXI, 5)

Pline l'Ancien ne partage pas le scepticisme de Pausanias. Comme Aristote dans son Histoire naturelle, il inclut le martichoras (qu'il transcrit erronément manticorus en copiant Aristote, d'où le terme actuel) parmi les animaux qu'il décrit dans son Naturalis Historia (v. 77). Le livre de Pline sera considéré comme une référence au Moyen Âge, où les manticores sont parfois représentées dans les bestiaires. La manticore réapparaît au XVIe siècle en héraldique et influence certaines représentations maniéristes (parfois des peintures, mais le plus souvent des fresques appelées grotteschi), où l'on voit le péché de tromperie représenté sous les traits d'une chimère ayant le visage d'une belle femme, traits que l'on retrouve dans les dessins de sphinx en France aux XVIIe et XVIIIe siècles.

On dit de nos jours que la manticore habite les forêts d'Asie, surtout d'Indonésie. La manticore est censée tuer sa victime d'un seul coup de dents ou de griffes avant de l'avaler tout entière. Les légendes locales affirment que lorsqu'un homme disparaît sans laisser de trace, cela ne peut être que l'œuvre d'une manticore. La créature est même dangeureuse à distance, car son dard, divisé en multiple segment, porte des coups mortel jusqu'à une dizaine de mètre.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30419

Re: Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par Schattenjäger le Dim 30 Aoû - 16:46

L'HYDRE

Exterminée par Hercule dans la mythologie grecque, la tête du centre était considérée comme immortelle.



L'hydre est probablement une des créatures les plus intéressantes de la mythologie grecque. La légende raconte qu'elle fût tuée par Hercule (Héraclès) durant l'accomplissement de ses douze travaux.

Le monstre est décrit de façon différente selon les différents contes et mythologie. Plus récemment, il a été décrit comme ayant un corps de dragons et sept têtes. La tête centrale était la « tête intelligente » qui dirigeait le corps et qui était immortelle. Chaque fois qu'un vaillant chevalier la coupait, deux nouvelles têtes poussaient.

Dans la mythologie de la Grèce antique, cette redoutable créature habitait les royaumes aquatiques et les marais. Elle possédait un corps de chien et entre 5 et 1000 têtes. Encore une fois, la tête centrale est immortelle et fait en partie d'or. Ces têtes se régénéraient doublement lorsqu'elles étaient tranchées. De plus, l'haleine soufflée par les multiples gueules exhalait un poison radical, même durant le sommeil de l'animal. Le monstre ravageait le bétail et saccageait les récoltes...

La bataille d'Hercule et du monstre se déroula comme suit :

Ce dernier, recouvert de sa peau de lion pour se protéger des morsures, attira la bête hors de son repaire en lui décochant quelques flèches enflammées. L'Hydre apparut accompagnée d'un crabe (ou une écrevisse géante) envoyé par Héra dans le but de distraire Hercule lors du combat. Agacé par les pincements du crabe, Hercule l'écrasa du talon. Héra en fera une constellation : celle du Cancer à côté de celle du Lion.

Débordé par les multiples regénérations céphaliques, Hercule appela Iolaos, son neveu et fidèle compagnon, à la rescousse. Sur l'ordre de son oncle, il enflamma quelques arbres et utilisa des brandons afin de cautériser les moignons de cou. Quant à la tête immortelle, elle fut tranchée et enterrée encore sifflante, sous un rocher.

Hercule dépeça l'animal et en recueillit le venin pour en imprégner ses flèches. Le sang qui s'écoulait de la carcasse se déversa dans le fleuve Anigros en répandant une odeur pestilentielle. Eurysthée refusa cet exploit car Hercule avait bénéficié de l'aide de Iolaos.

Il existe cependant, encore une fois, plusieurs versions de cette histoire. Dans la première, Hercule devait assécher le marais de Lerne. Les sources qui alimentaient le marais, filtraient le sol en permanence et rendaient vains ses efforts. Le marais fut ainsi comparé à l'hydre, et les sources aux têtes renaissantes.

Dans une autre, les cités environnantes de Mycènes étaient soumises à Eurysthée, sauf une : Lerne, gouvernée par un roi du même nom. La seconde tâche d'Héraclès consista à soumettre cette ville et à détruire une citadelle nommée « Hydre » gardée jour et nuit par cinquante archers postés au sommet d'une tour. La tour fut assaillie et, à chaque fois qu'un archer était abattu, deux autres venaient le remplacer. Le roi Lerne fit appel à l'armée d'un mercenaire carien nommé Crabe dans le but de renforcer ses lignes. Héraclès fit de même avec l'aide de Iolaos, venu avec des renforts thébains. La tour fut incendiée et l'armée de Lerne anéantie
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30419

Re: Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par Schattenjäger le Dim 30 Aoû - 16:48

LE LUGUBRE BASILIC
Il peut vous tuer d'un regard...



Selon le poète grec Nicandre de Colophon (IIe siècle de notre ère), il s'agit d'un serpent de petite taille, au corps brillant. Dans la tradition antique, le venin du basilic est réputé mortel et sans antidote.

Dans des textes en vieux français, on trouve le terme de basilicoq. En effet, au Moyen Âge, il prend l'apparence d'un coq à queue de dragon ou d'un serpent aux ailes de coq. Aussi nommé Cocatris, cette bête mythique naissait d’un œuf pondu par un coq de sept ans, à l’heure où Sirius était à son apogée dans les cieux. Cet œuf était rond et recouvert d’une épaisse et solide membrane devait être couvert par un crapaud. Une version de la légende affirme que le crapaud devait couver l’œuf pendant neuf ans.

La légende dit qu'un basilic a le pouvoir de tuer par son regard s'il aperçoit sa victime avant qu'elle ne le voie, par son souffle tant son haleine est répugnante, ou même par le contact de sa peau, puisqu'il sécrète du venin. On dit que la seule façon d'en venir à bout est de lui présenter un miroir, puisqu'il est vulnérable à sa propre image. L'odeur de la fouine et le chant du coq sont également réputés seules armes animales capables de le vaincre.

Cet être fabuleux est l'incarnation même du pouvoir royal qui foudroie ceux qui lui manquent d'égards. Il est aussi la représentation du danger mortel que l'on ne peut éviter à temps et dont seule la protection d'un ange divin peut préserver.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30419

Re: Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par Schattenjäger le Dim 30 Aoû - 16:50

LE CRAKEN ( OU KRAKEN )

Ses tentacules étaient capablent de couler les plus grand bateaux.



Le kraken est une créature fantastique issue des légendes scandinaves médiévales.

Il s'agit d'un monstre de très grande taille et doté de nombreux tentacules. Dans ses rencontres avec l'homme, il est réputé capable de se saisir de la coque d'un navire pour le faire chavirer, faisant ainsi couler ses marins, qui sont parfois dévorés. Généralement affublé de corne, il était si grand que plusieurs navigateurs le prenaient pour un archipel. Lorsque les marins s'approchaient, la gigantesque créature attaquait, coulait leur navire et dévorait l'équipage.

Un passage de l'Histoire naturelle du Romain Pline l'Ancien (Ier siècle de notre ère) narre également le cas d'un monstre marin à tentacules attaquant des réserves de poissons en saumure. La description correspond tout à fait à celle du kraken.

C'est le monstre présent dans le film Pirates des Caraïbes : Le secret du coffre maudit, qui dévore marins et navires à l'aide de ses gargantuesques tentacules d'environ 50 mètres de longueur.

Il est très probable que ces légendes soient des histoires vraies exagérées, et que le kraken soit en réalité un calmar géant. En effet, ces derniers peuvent mesurer jusqu'à 20 mètres de long, et dont les tentacules sont équipés de plusieurs puissantes griffes qui laissent de grosses cicatrices aux cachalots qui les chassent.
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30419

Re: Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par Schattenjäger le Dim 30 Aoû - 16:52

LE LÉGENDAIRE GRIFFON

Aussi coonu sous le nom de Grype, ce gigantesque animal habitait les montagnes




Le griffon est connu comme étant une créature possédant un corps de lion, une tête et des ailes d'aigle. Tout au long de son histoire antique, cette forme première ne cesse d'être nuancée par divers apports iconographiques, notamment dans les cultures mésopotamiennes, grecque puis romaine.

Le griffon ou grype est une créature fantastique présente dans plusieurs cultures anciennes. Il apparaît à Élam à la fin du IVe millénaire av. J.-C. et en Égypte vers 3000 av. J.-C. Représenté comme étant mi-lion mi-aigle, le griffon était un formidable et redoutable prédateur, largement plus puissant que les deux animaux composant son anatomie. Il possédait bien la queue et le corps du lion, armé de puissantes pattes, mais était huit fois plus grand. Son corps possédait de grandes ailes, semblable à celles d'un aigle, mais avec une force cent fois supérieure. Il avait aussi la tête d'un oiseau de proie équipée d'un bec puissant et acéré, avec lequel il pouvait déchiqueter les énormes proies qu'il capturait.

Avec quelquefois des variantes le griffon gardera de tout temps la particularité reconnaissable d'être hiéracocéphale (famille de créatures mythiques de l'ancienne Égypte).

Habitant dans les montagnes, il guettait le sol du haut des airs avant de fondre rapidement sur ses proies, qui pouvaient être très grosses. Les légendes racontent qu'il pouvait capturer un cheval et son cavalier, voir même une paire de boeufs attelés. Dans une autre version cependant, il habite un désert riche en or, dont il se sert pour faire son nid.

La mythologie grecque raconte que Némésis, la redoutée déesse de la vengeance, utilisait un chariot tiré par des griffons comme moyen de locomotion. Cette créature était tellement crainte et respectée que les parties de sont corps étaient considérées comme des talismans qui rendaient plus fort et attiraient la bonne fortune.

Ces serres, aussi grosses que des cornes de taureau, noircissent au moindre contact avec du poison. D'ailleurs, il n'était pas rare, au Moyen Âge, que des défenses de mammouth ou des cornes d'antilope soient vendu à de riches et naïfs personnages comme étant des griffes de griffon
avatar
Pitidragon
Membre Régulier
Membre Régulier

Nombre de messages : 268

Re: Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par Pitidragon le Mer 2 Sep - 1:54

hum interessant ce post sur les dragons..... :66235:
avatar
Schattenjäger
Equipe du Forum
Equipe du Forum

Nombre de messages : 30419

Re: Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par Schattenjäger le Mer 2 Sep - 19:44

Tu connais touts de tes freres et soeur maintenant Cool
avatar
paysagiste76
Membre - Niveau1
Membre - Niveau1

Nombre de messages : 44

Re: Monstres mythiques et créatures légendaires

Message par paysagiste76 le Mer 2 Sep - 22:09

oui j'avoue sympa se petit poste, j'ai toujours était attiré par les dragons depuis que je suis petit, et malgrés que l'on dise qu'elle tire du coté du mal, moi je pencherai plus vers le contraire, comme un monstre mythologique protéger sont maitre.

J'ai pas encore tout lu mais tres intructif, pour les autres.


___________________


Pourquoi les religions se battent telle entre ellealors qu'un phénomène les unis " la fameuse lumière du ciel"
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 9:52